Nouveau rendez-vous hebdomadaire avec les salariés

Suite à la journée de mobilisation prévue ce mardi 17 décembre, nous ne pourrons pas assurer le rendez-vous hebdomadaire avec les salariés prévu initialement ce jour-là.

L’équipe militante CGT donne un nouveau rendez-vous pour ce lundi 16 décembre à 11 heures dans les locaux du CE, aux collègues qui veulent s’informer, notamment sur la procédure prud'homale. Et même pour celles et ceux qui veulent parler d’autres choses.

Et nous nous croiserons, le plus nombreux possible, le lendemain dans le cortège bordelais.

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 13 décembre 2019

La CGT Ford soutien

des militant.e.s écologistes

Aujourd'hui à midi a eu lieu un rassemblement de soutien aux militant.e.s d'ANV COP 21 devant le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux, plus connus sous l’appellation des "décrocheurs de portraits".

 

Des militant.e.s d'ANV COP 21 comparaissaient devant ce tribunal, des militant.e.s que nous croisons régulièrement dans les différentes luttes sociales et avec qui la CGT Ford partage des liens pour avoir mené des actions avec eux.

 

Un tribunal qui ne se déclare jamais incompétent lorsqu'il s'agit de juger et condamner des militant.e.s ou des manifetant.e.s mais qui devient incompétent dès qu'il s'agit de juger une multinationale comme Ford qui ment, vole de l'argent public et supprime des centaines d'emplois !

Un tribunal qui devrait faire le procès de l'inaction climatique et sociale du gouvernement et du président Emmanuel Macron plutôt que celui-ci !


Un tribunal qui devrait rendre une justice pour le peuple plutôt que contre lui !!!

 

Montesquieu :
"Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois et avec les couleurs de la justice."

 

Pour en savoir plus...
Leur compte Facebook :

https://www.facebook.com/anvcop21gironde/
Leur site internet :
https://anv-cop21.org/…

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 13 décembre 2019

Manifestation du 12 décembre

à Bordeaux

Manif pluvieuse... Mais manif quand même.

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 13 décembre 2019

Ce jeudi 12 déc, manifestation Place de la Victoire à 11H30 contre la réforme des retraites... Entre autres.

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 11 décembre 2019

Manifestation du 10 décembre

à Bordeaux

Encore une très belle manifestation aujourd'hui dans Bordeaux, grosse ambiance, on lâche rien !

On lâche rien en manifestation avec HK à Bordeaux le 10 décembre 2019 !

La CGT Ford Blanquefort le mardi 10 décembre 2019

Bonnes nouvelles n°458

Journal de la CGT-Ford

Cliquez ici :
Bonnes Nouvelles 458 (9 décembre 2019).p[...]
Document Adobe Acrobat [712.9 KB]

La CGT Ford Blanquefort le lundi 9 décembre 2019

AG des salariés du dimanche 8 décembre

Informations pour les Prud'Hommes

La CGT Ford Blanquefort le lundi 9 décembre 2019

Manifestation du 5 décembre

à Bordeaux

Nous étions des milliers de manifestants dans toutes les grandes villes de France soit (1,5 Million au total). Cette journée est un premier avertissement lancé au gouvernement qui ne peut rester sourd face aux attentes qu’exprime une grande partie des travailleurs.
 
50 000 manifestants ont manifesté à Bordeaux !

 

De mémoire de militants, on rentre dans le carré des plus grosses mobilisations (1995, 2003, 2010).

 

Ces milliers de manifestants, salariés, retraités, étudiants, Gilets Jaunes, écologistes,... Étaient dans la rue pour exiger le retrait du projet mais aussi pour s'opposer aux logiques capitalistes de ce gouvernement à la botte des plus riches. Le cortège était dynamique et l’ambiance très bonne, comme si cela faisait du bien à tout ce monde de se retrouver ensemble pour contester un gouvernement anti social et un patronat offensif.
 
Nous appelons celles et ceux qui ne se sont pas encore mobilisés à le faire car cette journée doit en appeler d'autres, cette réussite doit être le départ d'autres actions, quelles qu'elles soient.

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 6 décembre 2019

CE fermé ce jeudi 5 décembre 2019

La commission des Fêtes du Comité d’Entreprise a décidé d’octroyer un bon NOEL 2019 d’achat Auchan ou Décathlon (au choix selon disponibilité des bons) d’un montant de 169€.

 

Comme c'est la CGT qui s'en occupe seule et qu'il y a manifestation nationale aujourd'hui, nos militants seront dans le défilé bordelais et le CE sera fermé aujourd'hui.

 

Mais le CE, habituellement fermé le vendredi, sera ouvert demain et nous reprendrons la distrubution de 8h00 à 12h00 et de 13h00 à 16h00.

 

Merci de votre compréhension.

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 5 décembre 2019

Manif' du jeudi 5 décembre 2019

Mobilisation contre la réforme des retraites, contre l'ensemble des attaques anti-sociales du moment, pour notre avenir, pour nos vies...
 
tous ensemble : syndicalistes, associations, collectifs de lutte, comité. gilets jaunes, étudiants, salariés, retraités, chômeurs...
 
Le départ de la manifestation de Bordeaux se fera place de la République,
 
Le parcours prévu : cours d'Albret - cours Aristide Briand - place de la Victoire - cours Pasteur - cours Victor Hugo - Porte Bourgogne - puis les quais jusqu'à la place des Quinconces.
 
La Cgt-Ford donne rendez-vous aux collègues de l'usine à l'angle du Palais de Justice République/Cours d'Albret, à 11 heures.

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 4 décembre 2019

Black Friday Ford

dans le 13h00 de TF1 ?

Nous avons eu des nouvelles de « Joyeux » ! Pour ceux qui l’ignoreraient, il s’agit de l’ancien directeur général de l’usine et c’est le petit surnom qu’on lui donnait. Vous comprendrez très vite pourquoi en visionnant la vidéo.

Donc nous avons appris aujourd’hui en réunion CSE que Joyeux est revenu dans les murs de l’usine, enfin vite fait. Pas pour remplacer l’actuel DG qui a sauver sa peau étant en partance pour une autre usine (pour la fermer aussi ?). Pas non plus pour avoir des nouvelles des salariés licenciés, de leur reclassement, de leur avenir,… Non non, rien de tout ça.

Non, joyeux qui avait quitté le site depuis des années est revenu à l’usine juste pour se faire licencier et empocher le pactole du PSE !!! On ne sait pas combien et c’est gardé bien secret mais c’est assurément une belle somme. D’ailleurs, visiblement, il lui a fallu une valise pour transporter tout ça (voir vidéo). En tout cas ça lui a permis de bien profiter du Black Friday chez les commerçants parisiens.

Alors il vaut mieux en rire… Mais tout ça est bien lamentable.

Leur indécence est sans limite !

La CGT Ford Blanquefort le mardi 3 décembre 2019

Bonnes nouvelles n°457

Journal de la CGT-Ford

La CGT Ford Blanquefort le mardi 3 décembre 2019

COMPTE-RENDU 
DE LA RÉUNION CSE 
DU MARDI 3 DÉCEMBRE 2019

Situation de l’entreprise - Point atelier :

Pour rappel : le secteur du Fox a été délocalisée vers Cologne.

 

Cette semaine, des machines sont transférées vers GFT (essentiellement TR et affûtage).

Du matériel a été transféré à Valence et Cologne.

Du matériel sera envoyé à Saarlouis.

Des équipements sont en préparation pour Bordeaux métropole.

 

146 machines (des Gears, des Cases du Valve Body et Rasoma du DCT) sont préemptées par Ford pour être récupérées dans le monde Ford. 9 sont réservées pour Livonia et Sharonville. Les autres seront stockées. Ford étudie les appels d’offre vers des entreprises spécialisées pour le démontage de ces machines et leur transport.

 

Les autres machines seront scrapées.

 

Personnels :

Effectif restant : 57 personnes restent à l’effectif.

 

Bilan des départs et reclassements depuis l’homologation du PSE :

499 courriers de licenciement ont été envoyés, la direction a eu 499 retours et 424 collègues ont fait le choix d’intégrer le congé de reclassement.

 

Collègues non concernés par le reclassement :

250 préretraites

15 transferts à GFT

35 longue maladie

1 Ford France

40 retraites (30 supplémentaires ce mois-ci)

5 décès

1 licenciement

Total hors reclassement = 347 personnes.

 

Reclassement - solutions identifiées :

122 CDI & CDD

19 créations/reprises d’entreprise

66 formations longues de reconversion

Total = 207 personnes

 

Sans solution de reclassement :

295 personnes sans solution !!!

 

La CGT pose plusieurs questions concernant Gerd Inden et Laurent Dudych :

D’après la direction, le départ de Gerd Inden est repoussé à début janvier et il ne sera pas remplacé.

Laurent Dudych qui avait pourtant quitté les murs de l’usine a été licencié dans le cadre du PSE et donc dans les conditions du PSE qui sont pour lui très avantageuses ! On vous laisse imaginer le montant de sa prime !!! C’est lamentable et indécent !!!

 

La CGT Ford est en contact avec nos camarades de Safran qui nous ont appris qu’il y a une convention de reclassement en cours de discussion entre Ford et Safran. Dans un premier temps la direction ne confirme pas, puis lorsque nous disons que ce sujet a été traité en réunion CE chez Safran, elle finie par reconnaître qu’il serait possible qu’il y ait des discussions, bla bla bla…  Les créations d’emplois ne se feraient pas avant début 2021 soit fin du congé de reclassement ce qui pourrait permettre de trouver des solutions pour des ex Ford.

 

Point sur les études de dépollution - Statut amiante au TTH :

Ce point a été demandé par la CGT suite au refus de GFT de récupérer un four de FAI notamment du fait que des risques liés à l’amiante ont été identifiés.

 

Une présentation est faite sur les études environnementales, les matériaux règlementés, etc… Afin d’établir un scénario de dépollution du site.

 

Amiante : il y a eu 2139 prélèvements qui ont révélé 184 positifs.

Présence d’amiante détectée dans des joints (123), matériaux de construction (24), peintures, tresses, plaques et mastics. Il n’y aurait pas de risques pour la santé des salariés, selon la direction.

Un plan de désamiantage avait été établi suite à une étude datant de 2005. Il existait à minima un risque avant la mise en place du plan de désamiantage.

 

Dépollution : fin janvier, l’étude des bâtiments sera terminée et celle du sol (hydrocarbures, etc,..) serait terminée fin juin 2020. Il y aura donc un gros travail de dépollution (qui coûtera environ 10 millions d’euros) avant de commencer la démolition. Pour dépolluer les sols, il faudra auparavant démolir les bâtiments et la dalle. La fin total de ces travaux amènerait à fin 2024.

 

Nous demandons si des salariés sont suivis pour des risques amiante sur leur santé, la direction répond qu’elle ne sait pas. Étonnant.

 

Divers :

Prochaine réunion CSE, le mardi 17 décembre 2019

La CGT Ford Blanquefort le mardi 3 décembre 2019

Prochaine réunion CSE

La CGT Ford Blanquefort le lundi 2 décembre 2019

Le 5 décembre, on manifeste !

La CGT Ford Blanquefort le lundi 2 décembre 2019

Black Friday Ford !

Collègues de l’usine Ford, rappelez-vous des promesses (mensonges) de la multinationale Ford qui nous garantissait de nous retrouver des emplois avec une rémunération égale à au moins 80 % de nos salaires de référence ! 80% !!! C’est écrit dans le PSE comme étant l’une des missions du cabinet de reclassement Right Management.

 

Aujourd’hui et avec un peu de recul, cette promesse peut être rangée avec toutes les autres et la réalité est amer. Nous sommes bradés, nous sommes soldés, nous sommes black fridés !...

 

Nous revoilà sur un « marché de l’emploi » saturé, qui est plus le marché de la précarité, de l’intérim, des divers abus patronaux, marqué par une réglementation du travail démantelée. Mais surtout avec des salaires au rabais. Le tout avec des conditions de travail pénibles.

 

C’est donc ça que les dirigeants de Ford appelaient « des opportunités de rebondir » et autres superlatifs pour faire avaler la pilule. 

 

Évidemment ce n’est pas une surprise, nous savions que Ford se moquait de nous et nous savions aussi que la situation sociale est très mauvaise. C’est pour cela que nous nous sommes battus pour sauver l’usine, nos emplois et nos conditions de vies.

 

Les conséquences de cette fermeture d’usine, nous les subirons jusqu’au bout, car nos retraites en seront impactées.

 

Les manifestations prévues le 5 décembre seront une occasion de dénoncer ce système d’exploitation des travailleurs qui ne profite qu’aux plus riches ! C’est important d’y être.

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 29 novembre 2019

Ford Blanquefort à Toulouse !

Cette photo a été prise lors de la manifestation des 1 an des Gilets Jaunes à Toulouse. Le porteur de la pancarte arbore notre tee-shirt. Il était venu nous soutenir à Bordeaux et nous le lui avions offert.

Merci à lui (qui est une célébrité dans le milieu militant).

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 28 novembre 2019

Ford Blanquefort dans les médias

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 28 novembre 2019

Rappel : distribution bon d'achat Auchan ou Décathlon

La commission des fêtes du Comité d’Entreprise a décidé d’octroyer un bon d’achat Auchan ou Décathlon (au choix selon disponibilité des bons) d’un montant de 169€ qui sera remis au Comité d'Entreprise :

 

Lundi 2 décembre :       de 8h00 à 12h00 et de 13h00 à 16h00

Mardi 3 décembre :       de 8h00 à 12h00 et de 13h00 à 16h00

Mercredi 4 décembre : de 8h00 à 12h00 et de 13h00 à 16h00

Jeudi 5 décembre :        pas de distribution : manifestation à Bordeaux

Vendredi 6 décembre : de 8h00 à 12h00 et de 13h00 à 16h00.

La CGT Ford Blanquefort le mardi 26 novembre 2019

MANIFESTATION

DU SAMEDI 23 NOVEMBRE
CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES

L’actualité est marquée par le drame des féminicides (136 femmes tuées par leur conjoint ou ex depuis le début de l’année). Mais la violence liée à la domination masculine, c’est aussi les viols et violences sexuelles, harcèlements et abus dans la vie privée comme au travail, ce sont les salaires des femmes beaucoup plus bas, des temps partiels imposés plus nombreux et en conséquence, des conditions de retraites très mauvaises.
L’aggravation du chômage et de la précarité touche plus particulièrement les femmes. Résultat, elles subissent de façon plus importante la brutalité d’une société de plus en plus inégalitaire et injuste.
La CGT-Ford appelait à se joindre à cette manifestation, en lien, en solidarité avec l’acte 53 des Gilets Jaunes qui se sont retrouvés au même endroit.

La CGT Ford Blanquefort le mardi 26 novembre 2019

COMPTE-RENDU 
DES RÉUNIONS CSE 
DES 19, 20 & 21 NOV 2019

Information et consultation du Comité Social et Économique sur le licenciement pour motif économique envisagé des élus ou représentants du personnel (3 réunions prévues sur 3 jours) :

 

1ère réunion le 19 novembre 2019 :

 

La direction a lu une présentation.

 

La CGT a lu un « Mémoire en défense à la requête de demande d’autorisation de licenciement déposé auprès du CSE » qui sert de base à chaque audition des élus et représentants CGT qui le souhaitaient. Ce mémoire est à lire sur notre site internet.

 

Les votes se font à bulletins secrets mais les élus CGT (8 votants) déclarent qu’ils voteront contre tous les licenciements comme ils se sont opposés à tous les licenciements des salariés de l’usine.

La CFTC (1 votant le matin, 2 l’après-midi) déclare qu’elle votera également contre.

La CFE/CGC garde le secret sur ses votes (2 votants).

Les élus FO sont absents.

 

Matin du 19 novembre 2019 :

 

7 salariés étaient auditionnés dont 4 se sont présentés : Thierry Chat, Bruno Dechery, Christophe Domercq, Laurent Marzin, Gilles Penel, Yohan Philippe et Hélène Ribes.

 

Résultat des votes pour chaque audition :

11 votants : 9 contres et 2 blancs

 

Après-midi du 19 novembre 2019 :

 

6 salariés étaient auditionnés dont 6 se sont présentés : Marie-France Audureau-Cazas, Stéphane Bref, Jean-Luc Chaintrier, Aires Dos Santos, Sébastien Duart, Olivier Renaudin.

 

Résultat des votes pour chaque audition :

12 votants : 10 contres et 2 blancs

*****

2ème réunion le 20 novembre 2019 :

 

La direction a relu sa présentation.

 

La CGT a relu son mémoire qui sert de base à chaque audition des élus et représentants CGT qui le souhaitaient. Ce mémoire est à lire sur notre site internet.

 

Les votes se font à bulletins secrets mais les élus CGT (8 votants) déclarent à nouveau qu’ils voteront contre tous les licenciements comme ils se sont opposés à tous les licenciements des salariés de l’usine.

La CFTC (1 votant) déclare qu’elle votera également contre.

FO déclare qu’elle votera également contre (2 votants).

La CFE/CGC garde le secret sur ses votes (2 votants).

 

Matin du 20 novembre 2019 :

 

7 salariés étaient auditionnés dont 7 se sont présentés : Claudie Dupuy, Vincent Alauze, Véronique Bugeat, Thierry Captif, Jean-Claude Dehri, Jean-Marc Chavant, Jérôme Coutelle.

 

Résultat des votes pour chaque audition :

13 votants : 11 contres et 2 blancs

 

Après-midi du 20 novembre 2019 :

 

6 salariés étaient auditionnés dont 5 se sont présentés : Philippe Giraud, Éric Lafargue, Muriel Durand, Patricia Grange, Philippe Kacprzak, Didier Miramont.

 

Résultat des votes pour chaque audition :

13 votants : 11 contres et 2 blancs

*****

3ème réunion le 21 novembre 2019 :

 

La direction a relu sa présentation.

 

La CGT a relu son mémoire qui sert de base à chaque audition des élus et représentants CGT qui le souhaitaient. Ce mémoire est à lire sur notre site internet.

 

Les votes se font à bulletins secrets mais les élus CGT (8 votants) déclarent à nouveau qu’ils voteront contre tous les licenciements comme ils se sont opposés à tous les licenciements des salariés de l’usine.

La CFTC (2 votants le matin, 3 l’après-midi) déclare qu’elle votera également contre.

FO déclare qu’elle votera également contre (1 votant).

La CFE/CGC garde le secret sur ses votes (2 votants).

 

Matin du 21 novembre 2019 :

 

6 salariés étaient auditionnés dont 4 se sont présentés : Philippe Poutou, Gilles Lambersend, Patricia Laujac, Rodolphe Petitjean, Laurent Pinlou, Jean-Michel Rispail.

 

Résultat des votes pour chaque audition :

13 votants : 11 contres et 2 blancs

 

Après-midi du 21 novembre 2019 :

 

2 salariés étaient auditionnés dont 2 se sont présentés : Jean-Luc Gassies, Sandra Sanson

 

Résultat des votes pour chaque audition :

14 votants : 12 contres et 2 blancs

 

Conclusion :

 

Le législateur ayant bien organisé les choses en faveur du patronat, les votes ne sont que consultatifs et n’empêchent en rien les licenciements et la continuité de la procédure.

Nous constatons deux votes blancs après chaque audition alors que les salariés auditionnés se sont opposés, à chaque fois ou presque, à leurs licenciements. Une conception de la défense des travailleurs de deux élus qui pose question !!!

Cette partie de la procédure étant terminée, la direction va rassembler les dossiers individuellement et les transmettre à l’Inspecteur du Travail qui aura deux mois pour rendre sa décision.

À suivre...

Mémoire en défense à la requête de demande d’autorisation de licenciement déposé auprès du CSE

 

Mes Chèr(e)s collègues,

 

Notre Comité d’Entreprise se trouve aujourd’hui réuni pour délibérer sur le sort de chacun d’entre nous.

 

Votre avis qui n’est plus que consultatif sera transmis à Monsieur l’Inspecteur du Travail qui arrêtera sa décision concernant la demande d’autorisation de licenciement que la société FORD AQUITAINE INDUSTRIES ne manquera pas de solliciter sachant que d’ores et déjà plusieurs centaines de lettres de licenciement ont été signifiées depuis le 1er octobre 2019 aux travailleurs, pourtant bien méritants depuis si longtemps, de notre entreprise.

 

La position que vous arrêterez est donc par conséquent nécessairement importante sachant que pour nous, travailleurs disposant d’un mandat syndical ou de représentation du personnel, ce n’est pas FORD qui est décideur mais Monsieur l’Inspecteur du Travail et enfin, s’il y a lieu, Madame la Ministre du travail Madame PENICAUD.

 

Aussi, c’est avec beaucoup d’attention que je vais vous faire part de mon analyse et de ma position concernant la demande d’autorisation de mon licenciement sollicité par FAI.

 

Je vous demanderai d’émettre un avis non pas négatif mais particulièrement négatif au regard des arguments ci-après développés :

 

Il apparaît en effet que la fermeture envisagée de notre entreprise s’avère manifestement choquante et inadmissible au regard du droit applicable pour les raisons suivantes :

 

-Vous n’êtes pas sans savoir que nous avions, collectivement avec l’aide des pouvoirs publics et plus particulièrement du Ministre LE MAIRE, trouvé en décembre 2018 non pas un repreneur de notre site et de ses emplois mais le repreneur en la personne de la société PUNCH MOTIVE INTERNATIONAL qui n’était autre en 2013 que le repreneur de « l’usine jumelle » de GENERAL MOTORS basée à Strasbourg et occupant alors mille emplois. (pièce 11)

 

En décembre 2018, cette entreprise apparaissait particulièrement prospère avec 300 salariés de plus (en CDI), un investissement réalisé de plus de 300 millions d’euros en cinq ans mais aussi 7 millions d’euros consacrés à la formation de nos collègues.

 

Au demeurant, ladite entreprise était classée en 2018 performance économique de l’année

 

Ce gage d’expérience et d’efficacité dans notre secteur d’activité nous garantissait un projet de reprise particulièrement sérieux et crédible au point que notre organisation syndicale ainsi que deux autres ont signé le 11 décembre 2018 un accord collectif de travail avec PUNCH MOTIVE INTERNATIONAL portant sur les mesures sociales applicables en son sein dès la reprise effectuée. (pièce 12)

 

Pour autant, la société FAI, notre employeur depuis près d’un demi-siècle, a cru devoir se réfugier derrière la loi Florange applicable depuis mars 2014 pour considérer que ladite loi, si elle l’obligeait à rechercher un repreneur, ne lui ordonnait pas d’en trouver ou d’en accepter un.

 

Toutefois, FAI oublie que la limite d’un droit quel qu’il soit n’est autre que l’abus.

 

Tel est bien le cas en l’espèce, sachant que de manière unanime à la seule exception notable de FORD chacun à savoir, chacune de nos organisations syndicales représentatives dans notre diversité, chacun des pouvoirs publics locaux (région, département, communauté urbaine, communes de Bordeaux et de Blanquefort) dans leur diversité politique, l’Etat en la personne du Président de la République et de son Ministre de l’Economie pourtant d’essence bien libérale ont considéré la pertinence et le sérieux de l’offre de la société PUNCH MOTIVE INTERNATIONAL qui permettait de sauvegarder de manière durable l’ensemble de nos emplois et servir ainsi l’intérêt général local pour ne pas dire davantage.  (pièces 13, 17, 18, 19 et 20).

 

L’abus du droit de FORD de refuser une offre de reprise s’avère en conséquence caractérisée.

 

L’attitude de FORD est définitivement hostile, lâche et incompréhensible

 

L’inspecteur du travail devra nécessairement trancher cette problématique de la lâcheté et de l’hostilité sachant qu’il ne revenait pas à la DIRECCTE de la Gironde de s’assurer lors de l’homologation du plan de sauvegarde de l’emploi de l’absence d’abus de la part de notre employeur dans son refus d’accepter l’offre de reprise susmentionnée.

 

La DIRECCTE girondine dans le cadre de ce contrôle d’homologation se devait seulement de s’assurer du respect par FAI du processus de recherche d’un repreneur tel que décrit par la loi Florange applicable comme le prouve d’ailleurs la décision d’homologation en date du 4 mars 2019. (pièce 10)

 

-En second lieu, Monsieur le Ministre LE MAIRE n’hésitait pas à déclarer le 16 décembre 2018 devant la représentation nationale, tant devant le Sénat que l’Assemblée nationale, que le licenciement envisagé des 872 travailleurs de FAI constituait selon ses propres termes « un licenciement boursier ».

 

Le Ministre pourtant peu susceptible de sympathie socialiste ou socialisante a parlé avec justesse tant les règles de droit applicables confortent pleinement son analyse.

 

Il est d’ailleurs dommage que la loi (hollandaise) du 14 juin 2013 relative pourtant à la sécurité de l’emploi ne donne pas pouvoir à la DIRECCTE pour apprécier l’existence d’un motif économique tel que défini par les dispositions désormais très précises de l’article L 1233-3 du Code du Travail.

 

Monsieur l’Inspecteur du Travail devra donc trancher la problématique de la position susvisée du Ministre de l’Economie et des Finances, aujourd’hui contestée par son analyse par la société FAI et son groupe.

 

En effet, le rapport de l’expert-comptable du comité d’entreprise le cabinet SECAFI déposé en novembre 2018 établit sans aucune ambiguïté que la fermeture annoncée n’est la résultante ni de difficultés économiques, ni de la nécessité de réorganiser le secteur d’activité du groupe pour sauvegarder une compétitivité menacée.

 

En premier lieu, l’expert peut-il établir que :

 

 

-« Les profits substantiels (46 MdUSD avant impôt entre 2012 et 2017) et la solidité financière du groupe FORD (trésorerie de 10 MD USD), procurant une capacité d’investissement très forte et contrastant avec la situation de crise en 2007 et 2008(qui était mise en avant notamment pour justifier le désengagement de 2009) Ford ayant mieux traversé cette crise que ses deux concurrents américains ;

 

-Le retour à une situation bénéficiaire de Ford Europe depuis 2015, après des pertes dûes à des restructurations lourdes et à la crise du marché russe et malgré les premiers effets du Brexit (impact de 600 MUSD sur le résultat 2017) grâce à une remontée progressive des ventes (meilleure part de marché réalisé en 2018 pour un mois d’octobre depuis 2009, soit 8,2 %), ayant permis de retrouver les niveaux d’avant-crise

 

-Les bénéfices réalisés par l’ensemble des filiales françaises, la société Holding Groupe FMC France profitant des déficits fiscaux reportables de FAI ( 62 ME à fin 2017) et la trésorerie du groupe France dépassant 280 M € (à fin 2017)

 

-Le retour à une exploitation bénéficiaire chez FAI en 2015 et 2016, grâce aux profits réalisés sur les productions pour Ford (6F35 et carter Fox) qui ont compensé les pertes récurrentes sur le double embrayage vendu à GFT. »

 

L’expert considère également que la fermeture de Blanquefort ne permet en rien d’améliorer ou de sauvegarder la compétitivité de Ford et de sa branche Powertrain.

 

Ce dernier poursuit également son analyse en indiquant que : « le site de Blanquefort est tout à fait compétitif face aux usines nord-américaines, ce qu’il a montré durant plus de trois décennies en fabriquant massivement des transmissions automatiques exclusivement pour le marché américain grâce au savoir-faire, aux compétences et à l’implication de ses salariés, à la qualité de leur travail et à leur productivité reconnue unanimement au sein du monde Ford. »

 

Enfin, SECAFI conclut ainsi son rapport d’expertise du 26 novembre 2018 en ces termes :

 

« Au final, les motifs de la fermeture ne sont ni économiques (pour améliorer la compétitivité du groupe ou de la branche Powertrain) ni financiers (par manque de moyens pour investir à Bordeaux), mais tiennent plus de la position de principe, quitter définitivement Blanquefort suite au retour « forcé » de 2010, permettant ainsi de rapatrier de l’activité et de l’emploi aux Etats Unis au détriment de l’activité et de l’emploi en France (et plus généralement en Europe) » (pièce 8)

 

(Voir également les avis du comité d’entreprise des 18 décembre 2018 et 7 février 2019) (pièces 15 et 16)

 

En tout état de cause, Ford ne peut non plus se réfugier derrière le motif de la cessation totale et définitive de l’activité de l’entreprise sachant que cette activité professionnelle de fabrication de boîtes de vitesse automatique pour la gamme des petits et moyens véhicules automobile Ford en Europe ne s’arrête pas mais se trouve transférée sur le continent américain et qu’il apparaît que certain outils de travail et équipements ont été notamment transférés à Cologne (Carter FOX) ou encore chez GFT Blanquefort (Traitement thermique).

 

De surcroît, la Chambre sociale de la Cour de Cassation considère également dans cette hypothèse particulière de la fermeture que soit désormais examiné par le juge le contexte économique de cette dernière devant reposer sur l’existence de difficultés économiques ou de nécessaire réorganisation afin de sauvegarder une compétitivité menacée. (Voir en ce sens Cassation sociale 01/02/2011, Cassation sociale 28/02/2008, Lamy social 2018 page 1316). (pièces 21, 22 et 23) (voir en dernier lieu délibération CE pièces 14, 15 et 16, voir également décision de l’Inspection du Travail du 13/08/2019 LUXFER GAS CYLINDRE, décision de l’Inspection du Travail 06/06/2019 COPIREL, mais aussi Cour d’appel Administrative de Paris 06/05/2015 Imprimerie Didier Mary, Cour d’Appel Administrative de Nancy 04/08/2011 TRANSPORT GIRAUD CHAMPAGFNE ARDENNE voir pièces 27 à 30)

 

En tout dernier lieu, la fraude caractérise aussi ce dossier et ne peut légitimer le licenciement d’aucun d’entre nous.

 

Il convient de rappeler à cet effet, que le mensonge a tenu lieu de religion pour FORD depuis 2015.

 

En effet, l’histoire sur ce sujet est cruelle.

 

Depuis 2001, une partie de l’activité industrielle de FAI avait été transférée au sein de la co-entreprise GFT (joint-venture Getrag / Ford Transmissions) créée en une stricte parité avec l’allemand Getrag sur une partie du site de Blanquefort.

 

Le groupe canadien MAGNA a racheté les parts de GETRAG pendant que Ford en détient toujours l’autre moitié.

 

FAI assurait alors une activité de traitement thermique pour le compte de GFT.

 

Dès 2015, suite à une décision prise en 2014, GFT avec le nécessaire accord de FORD investissait dans l’achat d’un premier four de traitement thermique puis dans un second en 2016, préparant ainsi son autonomie en matière de traitement thermique.

 

Pendant ce temps, FAI ne réalisait plus aucun investissement dans ses propres fours qui devenaient de plus en plus vétustes malgré l’annonce faite par la direction de FAI le 18 juillet 2016 de continuer cette activité.

 

Contrairement à ces propos, la société demanderesse amorçait alors un premier désengagement…

 

Un premier mensonge s’avérait dès lors consommé…

 

Le second concernait l’annonce le 19 mai 2016 du Président de FAI à son Comité d’Entreprise de faire de Blanquefort le centre d’excellence des transmissions pour les petits et moyens véhicules vendus sur le marché européen. (pièce 5 )

 

La procédure d’alerte était alors engagée par le comité d’entreprise, l’expert-comptable désigné pouvait alors faire le constat de ces errements délibérés. (Voir rapport SECAFI du 5 septembre 2016). (pièce 3)

 

Ainsi, il était annoncé l’étude de la fabrication d’une nouvelle transmission 6F15 pour remplacer la 6F35 dont l’arrêt était programmé pour 2018 et ce, même si celle-ci était déjà fabriquée dans les entreprises chinoise et mexicaine du groupe…

 

Cette attitude constituait également une nouvelle déloyauté…

 

En effet, dans le cadre de la consultation sur le projet de fermeture, FORD a reconnu avoir pris la décision dès l’été 2016 de ne pas lancer la gamme de véhicules compacts pour l’Europe, essentiellement le marché russe (p.51 Livre 2 PSE, pièce 1), faisant chuter ainsi le besoin de la BVA 6F15 pour le marché européen et condamnant ainsi son installation à Blanquefort.

 

Aussi, dès le 28 juin 2017, l’employeur se trouvait une nouvelle fois contraint d’indiquer à son Comité d’Entreprise la baisse de prévisions et demandes du groupe FORD de la transmission 6F15 tout en jurant encore de l’installation de cette production à Blanquefort fin 2017 envisageant même une ligne mixte 6F35 / 6F15.(pièce 6 )

 

Toutefois, FAI procédait dans ses comptes de 2016 à la dépréciation de ses actifs de production sanctionnant l’absence de toutes perspectives crédibles pour l’avenir de FAI et traduisant par la même dans sa comptabilité la déloyauté susmentionnée.

 

Un troisième mensonge était consommé en mars 2017, lors de l’annonce par FORD Europe de la mise en place de trois groupes de travail (suite à la demande insistante des représentants du personnel et des pouvoirs publics) dont un consacré à l’étude de l’installation à Blanquefort de la transmission 8F-MID.

 

Or, dès mars 2015, Ford avait décidé de confier la fabrication de la 8F-MID au site nord-américain susmentionné (voir page 57 du Livre 2, pièce 1).

 

Comme écrit dans le rapport de l’expert-comptable, « Ford n’a pas hésité à faire travailler de hauts cadres de Ford Europe et trois cadres dirigeants de l’usine pendant six mois sur des études dont les résultats étaient connus d’avance et donc pour « rien ».

 

Pourtant, le management local et les salariés de FAI ont fait leurs meilleurs efforts pour renforcer la compétitivité de l’usine (8,4 % de gains d’efficience en 2017 et un objectif quasiment du même niveau pour 2018 contre 4 % en moyenne pour les autres usines Ford) et pour réduire fortement l’investissement nécessaire à l’installation de la transmission 8F-MID (90 millions $ contre 350 pour l’usine de VAN DYKE) (voir en ce sens rapport de l’expert-comptable).

 

Au final, le comité d’entreprise était prévenu le 15 mars 2018 par Ford Europe de l’abandon envisagé des projets d’installation de la 6F15 mais aussi de la 8F-MID dont la fabrication avait été d’ores et déjà confiée par le groupe aux sites américains de LIVONIA et de VAN DYKE depuis mars 2015 y compris pour le marché européen. (pièce 7)

 

L’employeur avouait enfin en conséquence mettre en place un processus de recherche d’un repreneur conformément aux dispositions de la loi FLORANGE.

 

Il ne lui restait plus alors qu’à officialiser son retrait de Bordeaux à l’issue de son engagement quinquennal de maintenir 1000 emplois à Blanquefort, engagement qui n’a pas été tenu puisque ce plancher de mille emplois CDI ETP actifs dans l’usine n’a pas été respecté dès 2016, cet effectif étant tombé dès cette date à seulement un peu plus de 850 personnes (voir en ce sens TGI de Bordeaux 2 novembre 2017 et Cour d’appel de Bordeaux 4 juillet 2019).(pièces 4, 24)

 

L’annonce aux représentants du personnel se réalisait donc le 7 juin 2018 à l’expiration de l’engagement quinquennal.

 

La procédure officielle de licenciement qui nous amène aujourd’hui à délibérer sur notre avenir professionnel était engagée par l’employeur le 28 juin 2018 par le dépôt des livres 1 et 2 du code du Travail et l’engagement de la procédure de licenciement pour motif économique concernant 872 personnes.  (pièces 1 et 2)

 

Le mensonge ne peut tenir lieu de politique économique et sociale même au sein d’une entreprise et d’un groupe aussi conséquent que celui de FORD.

 

Dans ces conditions, la fraude est définitivement établie.

 

Aussi, mes cher(e)s collègues, je vous demanderai au regard de ces précises explications et développements de prendre une décision défavorable concernant mon licenciement, c’est-à-dire une décision hostile, courageuse et rigoureuse sur le plan juridique, à la demande de FAI de congédier chacun d’entre nous.

 

Merci pour votre écoute et votre courage.

 

 

Pièces jointes :

 

1-Projet de fermeture du 28 juin 2018 et sa version finale du 18 décembre 2018 (Livre 2 du code du Travail)

2-Projet de licenciement pour motif économique du 28 juin 2018 et sa version finale du 18 décembre 2018 (Livre 1 du code du travail)

3-Rapport SECAFI procédure d’alerte en date du 5 septembre 2016

4-Accord quinquennal FAI sur le maintien de 1000 emplois 2013 – 2018

5-Procès-verbal comité d’entreprise FAI 19 mai 2016

6-Procès-verbal comité d’entreprise FAI 28 juin 2017

7-Procès-verbal comité d’entreprise FAI 15 mars 2018

8-Rapport SECAFI sur le projet de licenciement pour motif économique du 26 novembre 2018

9-Rapport SECAFI sur le processus de recherche d’un repreneur (loi FLORANGE) en date du 14 décembre 2018

10-Décision d’homologation du PSE du 4 mars 2019

11-Offre de reprise PUNCH MOTIVE INTERNATIONAL SA 23 novembre 2018

12-Accord de travail portant sur les mesures sociales entre PUNCH MOTIVE INTERNATIONAL SA et les organisations syndicales en date du 11 décembre 2018

13-Dépêches Agence France Presse des 13 et 16 décembre 2018

14-Avis du comité d’entreprise sur les projets de fermeture et de licenciement pour motif économique du 18/12/2018 et du 07/02/2019 ainsi que l’avis relatif aux démarches de recherche d’un repreneur

15-Procès-verbaux comité d’entreprise 18/12/2018 Livres I et II

16-Procès-verbaux comité d’entreprise 07/02/2019 Livres I et II

17-« Blanquefort : Bruno Le Maire écœuré par la trahison de Ford » Publi Sénat 16/12/2018

18-Communiqué de presse de Bordeaux Métropole 16/12/2018

19-Extrait SMS du Ministre Bruno LE MAIRE à Monsieur Philippe POUTOU 03/06/2019

20-Communiqué de presse commun Région nouvelle Aquitaine, département de la Gironde, Métropole de Bordeaux et villes de Bordeaux et de Blanquefort du 03/06/2019

21-Cassation sociale 01/02/2011 n° 10-30.045 Bull.civ.V n°42

22-Cassation sociale 28/10/2008 n° 07-41-984

23- Extrait LAMY social 2018 page 1316

24-Cour d’Appel de Bordeaux 4 juillet 2019 Syndicat CGT FAI / FAI

25- TGI Bordeaux 04/07/2019 CGT FAI / FAI

26-Cour d’Appel de Bordeaux 17/09/2019

27-Décision Inspecteur du Travail 13/08/2019 LUXFER GAS CYLINDRE

28-Décision Inspection du Travail 06/06/2019 COPIREL

29-Cour d’Appel Administrative de Paris 06/05/2015 IMPRIMERIE DIDIER MARY

30-Cour d’Appel Administrative de Nancy 04/08/2011 TRANSPORT GIRAUD CHAMPAGNE ARDENNE

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 21 novembre 2019

Bonnes nouvelles n°456

Journal de la CGT-Ford

Cliquez ici :
Bonnes Nouvelles 456 (21 novembre 2019).[...]
Document Adobe Acrobat [584.5 KB]

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 20 novembre 2019