"Nous n'avons que les victoires des combats que nous menons."
"Nous n'avons que les victoires des combats que nous menons."

Motion relative à Ford Aquitaine Industries soumise au conseil de métropole du 15 juin 2018

Le conseil de Bordeaux Métropole, réuni le 15 juin 2018, déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries.


Cette décision est incompréhensible alors que le site est reconnu pour la compétence de ses salariés et sa productivité. Elle est également pour le moins prématurée car le cabinet Géris, chargé par Ford, voilà à peine deux mois, de rechercher des repreneurs potentiels, a détecté plusieurs possibilités et est loin d’avoir achevé sa mission. En outre des discussions sont en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai dernier.


Le lancement d’un plan de sauvegarde de l’emploi risque, en outre, avec le départ encouragé de salariés, de faire perdre des compétences indispensables au succès d’une reprise.


La métropole bordelaise a constamment soutenu, par des aides financières et des aménagements publics, les projets de développement de Ford depuis son implantation à Blanquefort en 1973. Elle soutiendra tout projet permettant de pérenniser l’emploi et de donner un avenir au site.


Le conseil de Bordeaux Métropole demande au ministre de l’économie et au délégué interministériel aux restructurations d’entreprise d’exercer toutes leurs prérogatives pour protéger l’emploi et optimiser le processus de reprise. L’Etat doit maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités et accorde au repreneur, sur plusieurs années, un volant de commandes suffisant et des aides, afin d’assurer dans de bonnes conditions la transition.

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 15 juin 2018

Ford : croissance des ventes en Europe

On nous aurait menti ?

Ford = patrons voyous !

Le groupe Ford annonce ce jour avoir vendu quelque 118.700 véhicules en Europe durant le mois de mai, en légère hausse (+0,6%) par rapport à la même période en 2017.
Il s'agit, selon le constructeur, du meilleur résultat de la marque pour un mois de mai depuis 2009.

Le modèle EcoSport a vu ses ventes croître de 72%, celui pour lequelle FAI pourrait continuer à fabriquer la transmission 6F35 !!!

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 15 juin 2018

Comité de Suivi du mercredi 13 juin

(2 heures environ) à la Préfecture

Avec Préfet, JP Floris (gouvernement) +secrétaires de cabinets ...

Avec collectivités territoriales, élus locaux (Région, Département, Ville, Agglo …), Député …

Avec expert Sécafi

Avec syndicats

Et avec dirigeants Ford Europe (4) avec FAI (3) autres représentants

 

Les notes ne sont pas relues, donc il doit y avoir des imprécisions, des fautes d'orthographe, on fait au mieux.

 

Ford Europe : « Nous avons bien conscience que la période actuelle est difficile pour les salariés et leurs familles. Pas d’informations nouvelles par rapport à la semaine dernière, cette réunion donne une occasion nouvelle de réitérer les points clé, à clarifier les incertitudes que vous pouviez avoir. Notre présence montre que nous restons dans le dialogue, que nous cherchons toujours une issue positive. Nous sommes en relation étroite avec le gouvernement, même si pas toujours d’accord, nous avons maintenu un dialogue constant et ouvert. Un des soucis apparus lors de la déclaration du 7 juin, c’est le timing, nous allons nous en expliquer. Nous avons dit et répété que nous n’avions pas de nouveaux produits à mettre à FAI, déclin des produits actuels sur FAI. Nous n’avons pas d’équation économique soutenable pour FAI. Nous avons entendu une rumeur comme quoi l’usine pouvait fermer cette année. Pris l’engagement de ne pas mettre en place des licenciements économiques avant septembre 2019, la bonne solution dans la situation actuelle. Cela donne du temps, d’étudier les différentes options qui se présentent, donnent une sécurité financière. Pas de réduction de revenus jusqu’à la fin 2019. Un document sera présenté composé de mesures comme départs avancés, départs … Nous sommes conscients que tout le monde n’est pas d’accord. A propos du processus de recherche un repreneur, notre priorité n°1 c’est de trouver un repreneur. C’est un processus compliqué, s’assurer que toute offre soit réaliste, raisonnable, se situer dans l’intérêt de Ford, des salariés … Convaincus que le lancement du PSE n’aura pas d’effet négatif sur le processus de reprise. Nous allons entendre Géris, nous parlera du travail avec Ford. Il y a eu beaucoup de spéculations sur un candidat à la reprise, nous ne donnerons pas de nom aujourd’hui, nous avons signé un accord de confidentialité avec un candidat. Des discussions sont en cours, mais nous avons beaucoup de chemin à parcourir. Nous accomplissons de bons progrès sur ce processus de reprise".

 

Géris : « Démarche de prise en compte des caractéristiques du site industriel, les compétences des salariés, puis un ciblage, uniquement des décideurs. 200 entreprises ciblées dont les 100 plus gros équipementiers. Blablabla. Nous progressons bien. Attente de réponses. Une 30aine de réponses, certains ont fait comprendre qu’ils n’avaient pas de projets de reprise. Ciblage en Allemagne, Chine, Inde, Corée, … Travail avec des spécialistes, environnement, … recenser éléments utiles pour le repreneur. Travail avec Ford.

 

Syndicats :

 

Représentants du CE : Gilles = l’annonce du PSE n’est pas du tout d’actualité, il s’agit d’une volonté de désengagement, c’est politique pas économique, on le voit dans le document. Des transmissions auraient très pu se faire à FAI. Ce PSE va forcément affaiblir le site, des compétences vont partir rapidement. Déjà il y aurait des départs (115) vers GFT. Lancer un PSE c’est forcément affaiblir la perspective d’une reprise.

 

FO : Questions sur le repreneur, sur les délais repreneur.

 

CFE-CGC : Nous regrettons un PSE trop tôt, nous ne voulons absolument pas de licenciements économiques, nous voulons un repreneur. Il faut connaitre dès cet été le nom du repreneur pour laisser une autre perspective que celle de partir. Il faut avancer sur ce sujet du repreneur c’est important. Demande qu’il n’y ait pas de perte de salaire pour tous les salariés.

 

CGT = aboutissement d’une politique de Ford depuis des années. Aujourd’hui des pas sont franchis, Ford force et accélère les choses, il faudrait subir, acter son départ. Nous portons une parole de colère, de refus de s’y résigner. Certains sont surpris de l’absence de mobilisation dans l’usine, mais la colère est là, dans l’usine comme à l’extérieur, elle ne s’exprime pas mais elle est là, et nous allons l’exprimer. Ce que fait Ford c’est inadmissible, c’est injustifiable, c’est dégueulasse, c’est 900 emplois, c’est 3000 emplois induits, c’est une catastrophe pour nous et pour la région. Ce n’est pas possible de laisser faire, de laisser les trahisons successives de la multinationale. Ford a baratiné, baratine encore pour faire passer la pilule du désengagement. L’Etat et le gouvernement ont des choses à faire, ce n’est pas vrai, il n’y a pas d’impuissance qui tienne, des choses peuvent et doivent être faites. L’Etat a les moyens d’agir, d’entraver, d’empêcher Ford de partir. Nous dénonçons, nous ne reconnaissons pas le droit de Ford à partir, Ford fait des profits empochent des aides publiques, Ford a largement les moyens de maintenir le site, c’est trop facile, certes nous n’avons pas les troupes derrière mais continuons d’affirmer que nous refusons la fermeture de l’usine, nous exigeons toujours le maintien de l’activité, des transmissions peuvent être produites à Bordeaux. On sait que bcp de monde pense comme nous, les collectivités territoriales, tout le monde sait que la fermeture de l’usine c’est dramatique.

 

Député (Simian) : PSE prématuré. Ford perturbe la relation de confiance avec l’Etat, en colère. Faut préciser avec le repreneur.

 

Maire Blanquefort (V.Ferreira) : Dénonciation de Ford. Ford a les moyens de maintenir l’activité. Ce qui se passe c’est détestable.

 

Conseillère générale (Ch.Bost) : Incompréhension. Plusieurs étapes des menaces puis avec des petits espoirs, aujourd’hui encore, annonce du PSE le 7 juin et maintenant Ford insiste sur le repreneur. C’est quoi ce jeu ? Vous êtes froids. Votre objectif c’est de tuer l’usine. La trahison a votre visage.

 

Conseiller régional (F.Wilsius) : partage la colère des collègues. Aujourd’hui il faut mesurer les conséquences, trouver des solutions sur tous les gens concernés par les conséquences de la fermeture. Des sous-traitants vont en subir les conséquences. Quels moyens Ford va mettre dans la balance ?

 

Bx Metrople (Vice-président, en remplacement de Juppé) : Déplore le PSE, les pistes sont à approfondir, visiblement il y a pourtant un repreneur potentiel. Des millions et des millions d’euros ont été donnés à Ford durant toutes ces années, supportés par les citoyens. Il y a des emplois induits, des milliers de salariés et de famille. Ford doit assumer ses responsabilités, trouver un repreneur crédible. Ford doit s’engager, assurer la transition durable, Bordeaux Métropole demande à l’Etat de maintenir ses exigences.

 

Re-Ford : Ce qui est important, c’est de trouver un plan solide pour un repreneur, première phase c’est de trouver des candidats potentiels, blablabla … L’industrie automobile vit des moments particuliers, le cycle des renouvellements des produits a changé, les choses bougent et changent. (Philosophie de Ford, c’est la bougitude !). Cette usine que nous aimons bien, nous n’allons pas culpabiliser le personnel, ce n’est pas le sujet. A propos de Punch, nous ne sommes pas en situation d’en parler, nous avons signé un accord de confidentialité (avec Punch ? pas dit). Nous comprenons tout à fait qu’il y ait des désaccords importants mais Ford affirme prendre au sérieux la situation. Dans cette période de grande incertitude pour le personnel. Nous avons pris 4 mesures pour soulager : ouverture du PSE qui apporte une vision plus claire de l’avenir ; nous avons voulu éteindre la rumeur que nous fermerions l’usine cette année, donc pas de licenciement économique avant septembre 2019 ; éléments pour sécuriser les salariés jusqu’à fin 2019 ; re-confirmation de notre priorité, un repreneur solide et viable.

 

Gouvernement (JP Floris) : Ford a manqué de transparence dans le passé mais ces derniers temps, cela a changé. Je reconnais même si je regrette la décision de Ford de ne plus investir sur FAI, je reconnais les mesures de protection apportées par Ford, un travail sérieux avec le projet de repreneur. On espère, on demande que le personnel prêté à GFT ne compromette pas les chances de repreneur. Extrêmement déçu par l’annonce du « plan social », annonce inutile mais maintenant il faut faire avec. Il faut une discussion exclusive avec un ou deux repreneurs. (le ton de JP Floris est étonnamment en rupture avec le ton employé en février-mars dernier, tout doux, souriant, conciliant).

(Attitude scandaleuse de JP Floris) Il regrette, il n’est pas d’accord, mais il faut faire avec l’annonce du PSE, le gouvernement apportera tout son soutien à la recherche du repreneur, on va vous aider, on a confiance. Rappelle sa déception du lancement du PSE et demande que les discussions sur la reprise se précise, se confirme d’ici juillet.

 

Conseil Départemental (Bost) : une question « pourquoi un PSE ? Pourquoi ce calendrier ?

 

CGT = (en colère, limite bouillant !) C’est quoi ces simagrées de Floris (celui-ci coupe, s’énerve, « je ne vais pas me faire insulter, ce n’est pas élégant » mais on répond « c’est vous qui n’êtes pas élégant en faisant ce que vous faite »), critique du changement de discours, vous rappeler-vous ce que vous disiez en mars, comment vous le disiez, alors oui on est abasourdis par votre attitude. On oublie les trahisons passées de Ford ? Oui on rejoint pour le moins la question de Bost. Rien ne justifie ce PSE ! Ford nous banane, se moque de nous, Ford continue de se moquer de nous et le gouvernement parle de confiance, d’aide, de soutien total ? En disant ça, vous ne nous respectez pas ! Le PSE compromet forcément la suite, il fragilise, casse l’usine, les gens vont partir ! Il ne doit pas y avoir pour le moins de PSE maintenant, l’Etat doit empêcher ce PSE, il en a les moyens. Si on prend au sérieux une possibilité de repreneur, il faut contraindre Ford à faire d’autres choix. Proposition de travailler ensemble, d’agir ensemble pour contraindre Ford.

 

Mairie : On ne comprend pas. Quelle transparence ? On ne l’a pas vu de notre côté. On ne comprend pas ce calendrier Ford.

 

Préfet : (en réponse aux critiques) il rappelle que l’Etat agit dans le dossier, il n’a pas la main sur le calendrier mais agit. Il tient à rappeler que l’Etat ne peut pas empêcher un dépôt de PSE. (Je précise « qu’il peut invalider ») il répond que nous n’en sommes pas encore là. Le préfet gère la situation de tension.

 

CFE-CGC = Pas de confiance dans Ford, pas possible. Le PSE n’est pas justifié, à quoi bon précipiter les choses, il y a contradiction dans les discours ? Ne pas abandonner l’option de l’électrification.

 

Député (Simian) : Il dit que le ministre avait demandé la veille de l’annonce demandé le report du PSE. Ford n’a pas voulu. Il critique la méthode Ford, des doutes sur la gestion de la reprise. Faut cette fois-ci un dossier sérieux. Constate que Ford a pris le beurre et l’argent du beurre, Ford a bénéficié d’aides publiques importantes, donc nécessaire réciprocité. Demande de temps, d’envisager de repousser le PSE.

 

Secrétaire CE (Gilles) : Demande que Ford Europe reçoive la délégation de salariés qui sera à Cologne devant le siège Ford Europe.

 

Gouvernement (JP Floris) : (on dirait qu’il fait moins le malin) j’ai perdu le combat, donc il faut faire avec la nouvelle situation, avec le calendrier de Ford. Il faut travailler le plus efficacement possible pour protéger les salariés. J’ai utilisé transparence, c’est-à-dire que nous échangeons. La confiance ça se gagne, je n’en suis pas là. Aujourd’hui c’est vigilance. J’ai essayé de travailler le plus honnêtement possible. Il seule chose m’anime c’est défendre le dossier le mieux possible.

 

Ford : Nous n’avons pas des volumes à mettre pour FAI, c’est transparent, on n’y peut rien. Nous verrons pour les volumes y compris par rapport à un éventuel repreneur. Nous respecterons à la lettre les règles de confidentialité. Nous ne conduirons pas les négociations à travers la presse.

 

Ford (Evison) : rappelle que le 20 juin, il y a une réunion du CEEF dans lequel FAI est représenté.

 

FO : redemande qu’une délégation soit reçue, précisant que l’ordre du jour de CEEF ne comporte pas de point sur FAI.

 

Ford (Evison) : Il y aura bien FAI à l’ordre du jour ? Il y a un représentant FAI (sous-entendu que pas besoin qu’une délégation soit reçue).

 

CGT : demande une rencontre rapide, syndicats, pouvoirs publics, collectivités territoriales.

 

Préfet : propose un prochain comité de suivi en septembre

Point fait dans la foulée pour décider d’une date de rencontre qui aura lieu début juillet.

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 15 juin 2018

Bonnes Nouvelles n°396

Cliquez ici :
Bonnes Nouvelles 396-même pas morts 17 ([...]
Document Adobe Acrobat [2.0 MB]

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 15 juin 2018

Réaction de la CGT Ford suite à un article paru dans SudOuest

Interview du PDG de Punch Strasbourg

Mail envoyé au journaliste

Bonjour Monsieur Cesar,

 

Au sujet de votre article sur Punch, vous devriez être beaucoup plus précis.

 
En effet, lorsque Arnaud Baïlo vous raconte que Punch a investi 130 millions d'€ à son usine de Strasbourg, il oubli (volontairement ?) de préciser qu'il s'agit d’emprunts bancaires. 2 prêts auprès de la banque Allemande (Comerzbank).
 
Dans ces conditions, faire miroiter dans votre article aux salariés de Ford Blanquefort une éventuelle reprise par un repreneur déjà bien endetté et dans notre situation morale actuelle semble bien inopportune.
 
Cordialement,
 
La CGT Ford

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 14 juin 2018

Ford Blanquefort dans les JT

du 13 juin 2018

France 3

TV7

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 14 juin 2018

Ford Blanquefort dans la presse

du 13 juin 2018

Industrie automobile. Ford veut lâcher Blanquefort

Après la bataille « perdue » par l’État, les Ford veulent éviter les repreneurs leurres

Ford Aquitaine Industries : "J'ai perdu la bataille sur ce PSE" déclare Jean-Pierre Floris

À Blanquefort, les salariés de l'usine Ford sont résignés

LES SALARIÉS DE FORD À BLANQUEFORT SONT RÉSIGNÉS

Bordeaux : manifestation de soutien à l’usine Ford devant la préfecture

Punch s’exprime sur son intérêt pour l’usine de Ford Blanquefort

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 13 juin 2018

Rassemblement devant la préfecture de Bordeaux contre la fermeture de l'usine

le mercredi 13 juin 2018

Merci aux nombreux soutiens :

 

UD CGT 33, USTM, Fédé métaux CGT.
CGT Cheminots et SUD Rail St Jean, Hourcade et Agen.


Les CGT :
Cgt Gft Getrag Ford Transmissions Magna
Pellegrin
Polyclinique Bordeaux Nord
Inspection du travail
Sanofi
Stelia
Dassault
Safran-électrical-andpower
Air France
Monnaie de Pessac
CARSAT
Manpower

 

UD Solidaire.
SUD Éduc
SUD PTT
SUD pôle emploi

 

CNT

 

AC chômeurs

 

Collectif solidarité réfugiés 33

 

Collectif de luttes 33

 

Comité de mobilisation des cheminots St Jean

 

Retraités Ford

 

Et désolés pour ceux que nous oublions...

Désolés aussi que le journal SudOuest ne sache pas compter...

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 13 juin 2018

Distribution d'un tract

Ford-Cheminots-Sécu

Cliquez ici :
2018.06.12 Tract ford-cheminots-sécu (13[...]
Document Adobe Acrobat [70.0 KB]

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 13 juin 2018

TV7 - SO ECO mardi 12 juin

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 13 juin 2018

Soutien de nos camarades de GFT

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 13 juin 2018

TOUTE LA CGT SE MET

EN ORDRE DE BATAILLE !

LA LUTTE CONTINUE...

La CGT Ford Blanquefort le mardi 12 juin 2018

MOBILISONS-NOUS

CE MERCREDI 13 JUIN

LORS DU COMITÉ DE SUIVI
DEVANT LA PRÉFECTURE

Cliquez ici :
2018.06.12 Affichage CGT pour 13 juin 2[...]
Document Adobe Acrobat [226.7 KB]

La CGT Ford Blanquefort le lundi 11 juin 2018

Tract du lundi 11 juin 2018

Cliquez ici :
2018.06.11 Tract CGT-Ford action du 13 j[...]
Document Adobe Acrobat [168.7 KB]

La CGT Ford Blanquefort le lundi 11 juin 2018

SO Invité - Ford Blanquefort quel avenir pour les salairés du site

Gilles Penel (CGT Ford) et Véronique Ferreira (Maire de Blanquefort) invités sur le plaeau de TV7.

La CGT Ford Blanquefort le dimanche 10 juin 2018

Ford = patrons voyous !

Projet de cessation complète et définitive d'activité !

Recommandé reçu aujourd'hui, après des années de mensonges et 50 millions d'euros d'aides publiques ces 5 dernières années. 
Où est l'autorité de l'État contre les voyous en costards ?
Pourquoi des militants syndicaux se retrouvent devant le juge en correctionnelle pour être montés sur un capot d'une bagnole alors que ces voleurs resteront impunis par cette justice de classe ?
Colère !!! 
Ford, on va te pourrir la vie, on va te faire la publicité que tu mérites, t'en n'a pas fini avec nous !

La CGT Ford Blanquefort le samedi 9 juin 2018

Ford Blanquefort dans les médias

SudOuest

Cliquez ici :
2018.06.08 SudOuest 1.jpg
Image JPG [332.8 KB]
Cliquez ici :
2018.06.08 SudOuest 2.jpg
Image JPG [1.2 MB]
2018.06.08 SudOuest 3.jpg
Image JPG [1.6 MB]

France 3

TV7

SudOuest

Site Ford de Blanquefort : "C'est tout simplement scandaleux, c'est dégueulasse"

Ford Blanquefort annonce un plan social, le gouvernement veut privilégier la poursuite d'activité

Gironde : vers un plan social à Ford Blanquefort, l’Etat regrette cette décision

Un repreneur pour Ford Aquitaine Industries : info ou intox ?

Un plan social « inacceptable » pour l’usine Ford de Blanquefort

Ford veut un plan social pour son usine près de Bordeaux

A Blanquefort, l'usine Ford désormais menacée de fermeture

La CGT Ford Blanquefort les jeudi 7 et vendredi 8 juin 2018

Réaction des élus de la région

Réaction du Ministère

de l'économie et des finances

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 7 juin 2018

La CGT ainsi que les autres organisations syndicales ouvrières appellent à une Assemblée Générale des salariés devant les portillons d'entrée de l'usine aujourd'hui de 13h30 à 14h30

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 7 juin 2018

COMPTE-RENDU DE LA RÉUNION

CE EXTRAORDINAIRE

AVEC FORD EUROPE

VERS UNE FERMETURE D'USINE

ET UN PLAN SOCIAL !!!

Présents pour Ford Europe : Kieran Cahill (Directeur Powertrain Ford Europe), Steve Evison (Directeur Européen des Ressources Humaines) et Andrea Solbach (Responsable Européen des Relations Sociales).

 

Kieran Cahill prend la parole. Le cabinet Geris a détecté 220 potentiels contacts industriels. Plus de 80 ont été contactés, 15 ne sont pas intéressés et les autres posent des questions. Geris a aussi entrepris des contacts avec des entreprises chinoises. Il y a aussi des discussions avec Punch Powerglide mais elles sont confidentielles. D’après Kieran Cahill, un long chemin reste à faire avant de trouver un éventuel accord entre Ford et Punch. Toute offre de reprise doit être fonctionnelle et réaliste et un éventuel repreneur doit avoir un business plan solide (nous avons déjà entendu tous ces discours par le passé). L’État français est tenu informé de l’avancement du processus (et tout se discute dans notre dos).

 

Steve Evison prend la parole. Il dit que les volumes de FAI sont en déclins et seront intenables fin 2019. Donc Ford veut préparer plusieurs options en cas d’échec du processus de reprise.

 

Deux annonces importantes :

-> Ouverture d’un processus d’information et de consultation sur une fermeture d’usine à partir du 26 juin (PSE).

-> FAI s’engage à ne pas mettre en place de départ contraint... Mais jusqu’à septembre 2019.

 

Ford, qui ne doute de rien, présente ça comme une opportunité pour donner aux salariés du temps pour trouver une solution. Les salaires seront maintenus jusqu’à la fin 2019 (avec ou sans les primes ? Pas de réponse). FAI présentera un plan social qu’il dit « robuste », avec départs en préretraites et des aides pour le reclassement.

 

Ford prétend quand même que trouver un repreneur reste la priorité mais Ford n’a parlé que 5 minutes d’une éventuelle reprise dans sa présentation et tout le reste du temps de plan social.

Les intentions de la multinationale sont claires !!!

 

Toutes nos questions resteront sans réponse ou avec des réponses vagues. Ils ne sont venus que pour dérouler leur stratégie mortifère pour l’usine FAI.

 

Conclusion :

Ford n’a qu’un seul objectif = se débarrasser de FAI à moindre coût ! Tout le reste n’est que du baratin.

Nous payons aujourd’hui notre manque de mobilisation pour empêcher la multinationale de mettre en place sa stratégie. Ford a eu les mains libres et abat maintenant ses cartes.

Tout n’est pas perdu mais il va falloir clairement nous réveiller tous !

Préparons-nous à nous mobiliser sérieusement et rapidement.

Deux dates pour commencer : le 13 juin à l’occasion du Comité de suivi et inscrivez-vous pour aller à Cologne les 19 et 20 juin devant le siège européen.

Cliquez ici :
2018.06.07 Compte-rendu CE Ford Europe.p[...]
Document Adobe Acrobat [260.8 KB]

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 7 juin 2018