"Nous n'avons que les victoires des combats que nous menons."
"Nous n'avons que les victoires des combats que nous menons."

Prochaines réunions CE - Ordres du jour

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 22 février 2018

Compte-rendu des revendications

des délégués du personnel CGT
janvier 2018 - Réunion du 30 janvier 2018

01 Revendications DP janvier 2018.pdf
Document Adobe Acrobat [38.3 KB]

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 22 février 2018

Compte-rendu de la réunion

CE extraordinaire

du lundi 19 février 2018

Présents :

Direction : G Inden, P Harrewyn, C Verlhac, F Guerin.

Syndicats : 2 CFTC, 1 FO, 4 CFE/CGC, et 3 CGT.

 

À l’ordre du jour : l’augmentation de la production des carters FOX.

 

La hausse de production se fera à partir du 24 mars, en SD. Cette date permettrait que les approvisionnements (emballages et intercalaires) soient en place.

 

La production en semaine restera à 1 272 carters/jour.

C’est lors du week-end que sera mise en place une équipe de travail avec 10 salariés dont un contremaitre, 2  personnes à la maintenance, 1 NP&L et 6 à la production.

Le volume serait de 1080 carters pour le week-end.

 

Le volume annuel annoncé à 50 000 la veille de la visite du représentant du ministère de l’économie et des finances ainsi que du Préfet n’est plus que de 30 000 environ et cela peut largement changer d’ici la fin de l’année.

 

Question subsidiaire de la CGT sur la rencontre entre Ford Europe et les représentants de l’État, a-t-elle eu lieu ?

 

La direction n’a pas d’information sur le sujet.

C’est toujours désagréable de voir que le sort des salariés est discuté sans les principaux concernés et que nous serons les derniers informés. Une situation qui dure depuis trop longtemps.

La CGT Ford Blanquefort le lundi 19 février 2018

La presse du 16 février 2018

Quelques précisions suite à cette article :
Il est écrit dans l'article : "selon certaines sources syndicales le constructeur automobile aurait entamé de très discrètes négociations avec les représentants des salariés pour trouver une solution amiable et sortir de ce mauvais pas."
Il n'y a rien de discret et il suffisait simplement de nous contacter puisque la CGT Ford en parle dans ses publications (voir notre site internet : https://www.cgt-ford.com/) : 
La CGT qui a gagné au tribunal contre Ford dans l'affaire de l'engagement non tenu en ce qui concerne les 1000 emplois actifs à FAI a accepté le principe d'une médiation judiciaire proposé par la cours d'appel. Cette médiation aura lieu entre la CGT et Ford le 13 mars prochain. De ce fait, il est très dommageable de constater dans le même temps l'acharnement de Ford contre des militants CGT relaxés en première instance alors que le parquet lui-même a décidé de ne pas faire appel et a abandonné toutes poursuites. C'est évidemment un très mauvais signal envoyé par la multinationale qui a visiblement beaucoup plus de suite dans les idées contre les militants syndicaux que dans son intention d'apporter de l'activité industrielle à FAI afin d'en sauvegarder les emplois ! 
Alors que nous souhaitons une solution par la médiation, Ford fait le choix du rapport de force ! Dans quel but ? Qu'est-ce que cela cache ? Des intentions mortifères pour FAI ?
Les multinationales utilisent de plus en plus les tribunaux dans l'objectif de les satisfaire dans leur volonté d'imposer la paix sociale dans leurs usines. Nous le répétons, la paix sociale d'une usine ne s'impose pas, elle se gagne en y apportant de l'activité pour y sauvegarder les emplois et en y respectant les salariés et leurs représentants.

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 16 février 2018

Prochaine réunion CE - Ordre du jour

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 15 février 2018

La presse du 15 février 2018

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 15 février 2018

Courrier du Ministre de l'économie et des finances, Bruno Lemaire,

reçu ce jeudi 15 février 2018

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 15 février 2018

Bonnes nouvelles n°379

Bonnes Nouvelles 379 (15 février 2018).p[...]
Document Adobe Acrobat [499.6 KB]

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 15 février 2018

RÉPONSE DU MINISTÈRE AU
COURRIER DE L’INTERSYNDICALE
CFDT, CFE/CGC, CFTC, FO ET CGT

Mesdames, Messieurs,

 

Comme Monsieur le Préfet et moi l’avions indiqué, un rendez-vous est prévu entre le Ministre et la direction de Ford. Je m’étais engagé vis-à-vis de Ford à ce que l’Etat ne communique rien jusqu’à l’annonce faite par Ford, nous respecterons cet engagement. La détermination du Ministre, celle du Préfet et la mienne sont totales pour obtenir que Ford maintienne une activité industrielle sur ce site, en préservant l’emploi. C’est le message que Monsieur le Préfet et moi vous avons passé.

Concernant le carter Fox , à ma connaissance il n’y a pas de problème politique du côté de Ford , la montée en cadence est un problème industriel.

Dès que la décision ou position de Ford sera connue nous reviendrons vers vous et je viendrai à la réunion de suivi que Monsieur le Préfet organisera.

 

Cordialement,

 

Jean-Pierre Floris

Délégué Interministériel aux Restructurations d’Entreprises

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 14 février 2018

Courrier envoyé le lundi 12 février par l’intersyndicale de FAI au Délégué Ministériel, M. Floris, et au Préfet de Région

Monsieur le Délégué Ministériel,

Monsieur Le Préfet,

 

Dans un souci de transparence quant à nos échanges d’informations, nous voulions faire un point sur les éventuelles avancées de notre dossier.

En ce qui nous concerne, nous attendons toujours la mise en place d’une équipe weekend pour satisfaire l’augmentation de volume annoncée pour la production du carter Fox. Pour rappel cette annonce est survenue quelques heures avant notre réunion du 1er février dernier ! L’organisation est prête et nous restons très dubitatif sur la mise en place, n’est-ce pas un leurre de Ford pour gagner une nouvelle fois du temps ?

Nous aimerions également savoir si, de votre côté, des avancées concrètes ont eu lieu : réponse de Monsieur Armstrong, invitations de dirigeants de Ford à Bercy, retour des résultats de l’étude de faisabilité d’une nouvelle transmission, organisation du prochain Comité tripartite.

Nous vous rappelons qu’il n’est plus possible d’attendre, il y a urgence à ce que Ford s’engage à pérenniser notre entreprise et affecte de nouvelles activités à FAI garantissant le niveau d’emplois ; chaque semaine passée est du temps perdu.

Nous sommes évidemment d’accord pour une rencontre entre vos services et l’intersyndicale, avant le prochain Comité de Suivi, de manière à échanger plus précisément sur ces points précis.

 

Dans l’attente, recevez, Monsieur le Délégué, Monsieur le Préfet nos respectueuses salutations.

 

L’intersyndicale CFDT, CFE/CGC, CFTC, FO et CGT de l’Usine Ford Aquitaine Industries de Blanquefort.

Courrier envoyé le lundi 12 février par l’intersyndicale à M. Gerd INDEN au sujet du volume supplémentaire de carters Fox

Bonjour Monsieur Inden,

 

La direction avait annoncé officiellement le 1er février la possibilité pour FAI de fabriquer 50 000 carters FOX supplémentaires. Vous deviez même organiser rapidement une réunion CE extraordinaire ! Or 12 jours après nous n’avons aucune nouvelle. Qu’en est-il de la réorganisation du travail annoncée, de la mise en place des SD ?

Pareil pour le coup du contrat pour le traitement thermique de novembre dernier. Trois mois après aucune nouvelle non plus.

L’intersyndicale a le sentiment de se faire balader.

Pour ces raisons nous demandons que vous organisiez rapidement une rencontre avec une délégation de l’intersyndicale, afin de vous expliquer.

 

Cordialement.

 

L’intersyndicale CFDT, CFE/CGC, CFTC, FO et CGT de l’Usine Ford Aquitaine Industries de Blanquefort.

La CGT Ford Blanquefort le lundi 12 février 2018

Bonnes nouvelles n°378

Bonnes Nouvelles 378 (8 février 2018).pd[...]
Document Adobe Acrobat [359.4 KB]

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 8 février 2018

FAI / GFT :

Mêmes patrons ! Mêmes combats !

Le "Bonnes nouvelles n°377" de ce jour a circulé dans les ateliers de GFT. Les collègues sont remontés à bloc, surtout après ce qu'il s'est passé à leurs NAO. 
Le résultat de la bataille que nous avons menée est dans toutes les discussions et tous veulent récupérer ce qui leur a été volé par l'employeur.
Du coup, voici un courrier que les collègues de maintenance de GFT ont rédigé et donné à leur direction aujourd'hui. Il a été signé par 95% de la maintenance. Il est daté pour lundi prochain mais ils étaient impatients donc ils l'ont apporté aujourd'hui.
Par ailleurs, même s'ils obtiennent les coefficients qui leurs sont dus, ils se disent prêts à aller au tribunal pour les 3 ans d'arriéré.
La CGT GFT leur apporte tout son soutien et la CGT Ford est tout à fait disposée à leur faire profiter de son expérience. 

Aucune clôture n'empêchera les liens entre les salariés de nos deux usines. FAI / GFT : Mêmes patrons ! Mêmes combats !

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 2 février 2018

La presse du 2 février 2018

SudOuest

2018.02.02 SudOuest.pdf
Document Adobe Acrobat [357.7 KB]

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 2 février 2018

Bonnes nouvelles n°377

Bonnes Nouvelles 377 (1er février 2018).[...]
Document Adobe Acrobat [516.2 KB]

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 2 février 2018

Les médias du 1er février 2018

France 3

TV7

Les salariés de l'usine Ford de Blanquefort en attente de garanties pour leur avenir

Le gouvernement a un problème avec Ford

Ford Blanquefort : "la mobilisation de l’État" affichée

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 1er février 2018

Compte-rendu de la réunion entre l’intersyndicale, le Préfet, les représentants du ministère de l’économie et des finances et la direction locale FAI

jeudi 1er février - durée 1h pile (10h30 - 11h30) lieu salle Lobby (usine FAI)

 

Présents :
Le Préfet (qui a dirigé la réunion !), le délégué ministériel JP.Floris assisté de 2 représentants du cabinet ministériel, le CODIR au complet tout habillé de noir (les 8 directeurs), les communicants R.Especel de FAI et Mr Gallic de Ford France , les syndicats CFE-CGC (2), FO (2), CFTC (2), CFDT (2), CGT (2) + le secrétaire du CE.

 

Le Préfet propose que l'intersyndicale fasse une déclaration pour lancer la réunion, ce que nous faisons (voir affichages et sous ce compte-rendu), lecture d'un texte qui exprime à la fois la satisfaction de la tenue de cette rencontre et notre méfiance toujours plus forte des dirigeants de Ford, de leur silence, de leur opacité dans leurs intentions, avec demande de l'intervention de l'État au plus haut niveau, exigence de trouver des solutions rapidement pour le maintien de l'usine et des emplois.

 

Le Préfet et le délégué ministériel expliquent leur méthode, leur volonté de transparence totale envers tout le monde, y compris des syndicats, ils veulent qu'on ait tous le même niveau d'information. Importance d'avoir des rencontres régulièrement, d'où la tenue de cette réunion alors que le Comité de suivi était annulé.

 

Ils précisent aussi leur objectif qui est celui d'assurer la sauvegarde du site, le maintien des emplois et donc de convaincre Ford de rester. Ils savent qu'il y a un danger, celui que Ford décide de partir. Mais ils cherchent à discuter, à mettre la pression, ils parlent d'un rapport de force. Ils disent que l'usine a tous les arguments pour s'en sortir. Ils ont bien compris que nous étions capables, compétitifs (c'est Ford et eux qui le disent !), que l'usine est importante d'un point de vue historique, pour la région, que le secteur automobile c'est important pour le gouvernement, important aussi en rapport avec les nombreuses aides publiques depuis des années. Pour le gouvernement Ford est clairement un dossier important.

 

Le Préfet donne la parole à JP Floris qui exprime clairement le mécontentement du gouvernement à l'égard de l'attitude de Ford, il précise en regardant la direction locale "ne le prenez pas mal, je suis satisfait de la visite de l'usine mais ..." il dénonce le report du Comité de Suivi, dénonce le retard pris dans les annonces, dans les décisions, il parle d'impolitesse, il se dit "irrité", il dit que c'est incompréhensible de la part d'une multinationale comme Ford d'être aussi opaque concernant l'avenir de l'usine. Il dit avoir posé à plusieurs reprises la question aux dirigeants "est-ce que Ford oui ou non a pris la décision de fermer l'usine ?" Pas de réponse des dirigeants ! Ils disent juste "on fera tous les efforts" ce qui est largement insatisfaisant pour le gouvernement. Il précise que le Ministre est intervenu personnellement par téléphone et une demande officielle a été faite pour une rencontre Ministre et Armstrong le n°1 de Ford Europe mais aussi avec le dirigeant américain Hacket.

 

Ils ont expliqué leur façon de préparer la suite. Ils disent demander à Ford de répondre rapidement sur l'étude de faisabilité mais aussi sur la décision d'engagement qui doit aller avec. Le Ministre et le gouvernement disent vouloir avoir l'information d'abord et en fonction se donner un moment pour gérer la suite, ils disent nécessaire de garder l'info "secrète" ce moment pour faciliter les éventuelles négociations avec Ford, surtout si la décision n'est pas la bonne. Ils précisent encore que l'objectif est bien la pérennité de l'usine, sachant que c'est loin d'être garanti. C'est pour cela qu'ils parlent de pression, de rapport de forces, disant même que nous les syndicats savont de quoi ils parlent, à savoir qu'il est important de mettre la pression.

 

Le préfet a résumé disant que l'objectif était la mobilisation à tous les niveaux de l'État. Pour lui comme pour le gouvernement, il ne s'agissait pas d'organiser un prochain Comité de suivi dans lequel Ford ne s'engagerait pas et repousserait encore un peu plus sa décision. ils se méfient des leurres, des fausses bonnes nouvelles, ils disent que le problème c'est la pérennité sur le long terme, que c'est une vraie activité qui prépare en même temps la reconversion électrique par exemple. Donc le problème n'est pas seulement un bout de production en plus mais bien de s'engager sur une politique industrielle à long terme. Ils ont reconnu que l'usine avait toutes les qualités, qu'il y avait l'espace, les moyens, les compétences, et tout et tout. En fait par moment ils parlaient comme nous ! Du coup nous n'avions pas grand chose à rajouter.

 

Bilan à chaud : c'est vrai que nous ne sommes quasiment pas intervenus. Pour nous les choses étaient dites dans notre déclaration initiale, les représentants de l'Etat ont été clairs, ils ont dit et repris l'essentiel de ce que nous mettions en avant. Ils semblent décidés à pousser, à mettre la pression sur Ford, à vouloir convaincre pour assurer la continuité de l'activité et le maintien des emplois. Tant mieux. Un bon point d'appui pour nous. mais nous le redisons, cela ne veut pas dire qu'il nous faut attendre patiemment sans rien faire, au contraire nous devons nous aussi dire les choses haut et fort, participer à la défense des emplois, à nous mobiliser ensemble avec les autres syndicats, toutes catégories confondues, ouvriers, employé(e)s, cadres ... Si l'État et nous salariés avons semble-t'il un intérêt commun, alors agissons et poussons ensemble avec le même objectif, celui que Ford doit s'engager dès maintenant pour l'avenir.

Déclaration de l'intersyndicale

en introduction

Nous sommes satisfaits de pouvoir finalement nous rencontrer aujourd’hui malgré le report regrettable du Comité de Suivi.

 Il est important de se voir régulièrement et de se dire les choses.

Nous tenons à exprimer notre mécontentement vis-à-vis de l’attitude des dirigeants de Ford qui pour nous est irrespectueuse et irresponsable dans cette période d’urgence absolu.

 Ce n’est vraiment pas possible de continuer ainsi avec une absence de communication de la part de Ford, avec un silence incroyable alors que depuis des mois un processus de discussion comme des groupes de travail ont été mis en place.

Aujourd’hui, les délais sont largement dépassés, le calendrier même de Ford après plusieurs changements est complètement caduque.

 La situation n’est plus tenable.

Dans l’usine, outre le climat d’inquiétude, il y a aussi l’impatience et l’écœurement devant tant d’opacité et devant l’absence d’engagements pour l’avenir.

  Alors oui il nous faut discuter, travailler pour trouver des solutions rapidement.

Nous redemandons la mise en place d’un Comité de Pilotage, géré au plus haut niveau de l’Etat, sous le contrôle du gouvernement et du ministre de l’économie.

 Nous demandons tout simplement que Ford respecte la collectivité et les salariés, après avoir reçu ces dernières années des millions d’euros d’aides publiques, en apportant l’activité nécessaire pour assurer le maintien de tous les emplois existants.

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 1er février 2018