"Nous n'avons que les victoires des combats que nous menons."
"Nous n'avons que les victoires des combats que nous menons."

Ford Blanquefort dans la presse

Dossier SudOuest :

Sursis pour l’usine Blanquefort de Ford

FRANCE: FORD A "SUSPENDU" SA DÉCISION DE FERMER BLANQUEFORT

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 18 octobre 2018

Compte-rendu de la réunion avec Punch du mercredi 17 octobre 2018

           Sont présents à cette réunion monsieur Dumarey (patron et fondateur du groupe Punch), monsieur Bailo (PDG de l’usine de Strasbourg) et monsieur Maes (responsable des fusions acquisitions) et des représentants de tous les syndicats de FAI.

 

           Cette réunion est officieuse car Ford n’a répondu à aucune des demandes de Punch et des représentants du personnel pour que cette rencontre ait lieu. Elle a lieu quand même.

Pour Punch, Ford joue avec les délais pour pouvoir prolonger sa stratégie initiale qui est la fermeture du site. Sur ce point, nous sommes tous d’accord.

 

Une longue présentation du groupe est faite, avec historique, produits, etc… Ils soignent les apparences. On voit qu’ils veulent nous séduire.

 

Le projet de reprise de Punch :

 

• Punch veut produire une transmission automatique 8 vitesses d’ici 3 ans. Elle est déjà développée sous licence Ford & GM.

• En attendant, FAI produirait des composants pour Strasbourg.

• D’autres composants seraient à produire pour des constructeurs mais nous n’en saurons pas plus car ils ne souhaitent pas dévoiler les clients.

Petite anecdote concernant les composants, les machines seraient déjà commandées… Ce qui nous rappelle de vieux souvenirs.

 

Ford freine pour accorder la licence pour exploiter la 8 vitesses (de son côté, GM a déjà accordé cette licence à Punch) et Ford ne laisse qu’une très faible production de 6F35 pour permettre la transition.

 

De son côté, Ford ne joue pas le jeu ce qui complique grandement la viabilité d’une reprise quelle qu’elle soit.

Du côté de Punch, clairement, l’activité industrielle du projet de reprise par Punch reposerait principalement sur la transmission 8 vitesses. Mais les prévisions de volume paraissent insuffisantes. Et Punch n’a pas de contrat convainquant à nous présenter. Pour avoir notre confiance, Punch doit apporter des preuves commerciales et des garanties concernant les financements mais surtout concernant les salariés.

 

Par ailleurs, Punch compte sur 150 millions d’euros venant de Ford et 150 transferts vers GFT sans pouvoir nous dire s’ils ont l’accord de Ford et de Magna sur le deuxième point. Punch compte aussi sur le départ (volontaire, préretraite) de 300 salariés tout en préservant les compétences nécessaires.

Et Punch veut réduire les salaires de façon significative qu’ils mesurent à une perte de 17% (gel des salaires, perte de tous les RTT, réduction de 12% des primes d’équipe, plus de participation employeur à la restauration, etc…).

 

Punch accepte de présenter à notre expert du cabinet Sécafi les contrats commerciaux, les aspects financiers et les conditions salariales. Donc l’urgence est à cette transparence.

Mais nous avons exprimé clairement notre point de vue concernant la partie salaires : la baisse des conditions salariales est inacceptable, c’est pour nous un point bloquant. Ce n’est pas aux salariés de payer la note de la reprise c’est à Ford et au repreneur !

 

L’État et Punch ont négocié ce projet de reprise loin du regard des salariés et des syndicats. Tout a été fait dans notre dos et à la lumière de ce qu’il contient, on comprend bien pourquoi aujourd’hui. A la CGT nous sommes prêts à mener la bataille pour que Ford paye et apporte les moyens d’assurer une reprise viable, mais à Punch d’apporter l’activité nécessaire et de commencer par respecter les salariés.

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 17 octobre 2018

La presse du mercredi 17 octobre 2018

Cliquez ici :
2018.10.17 SudOuest.jpg
Image JPG [448.2 KB]

Le Maire et Juppé en soutien des ouvriers de Ford Blanquefort

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 17 octobre 2018

Ford Blanquefort dans les journaux télés

du mardi 16 octobre 2018

TV7 invités :

TV7 journal :

France 3 :

Vidéo. Ford veut fermer son usine de Blanquefort : la situation reste tendue sur le site

France 2 :

La CGT Ford Blanquefort le mardi 16 octobre 2018

Courrier envoyé par la CGT Ford

à Bruno Le Maire

Ministre de l'économie et des finances

Bonjour Monsieur le Ministre,

Nous avons pris connaissance ce matin en réunion extraordinaire du Comité d’Entreprise du projet de reprise par le groupe Punch de l’usine Ford Aquitaine Industries à Blanquefort.

Vous communiquiez sur un plan solide mais l’ensemble de ce projet amène beaucoup d’interrogations sur sa viabilité. Et surtout, nous tenons à exprimer le plus clairement notre opposition totale à toute remise en question des prestations salariées et conditions de travail actuelles. Nous en avons d’ailleurs fait part à Monsieur Dumarey par mail.

Nous sommes très surpris et contrariés car à aucun moment ces mesures n’ont été abordées dans les échanges que nous avons eus.

Vous nous aviez également dit qu’une rencontre entre Punch, l’État, les collectivités territoriales et les représentants des salariés devait se faire rapidement. Avez-vous convenu d’une date.

Cordialement,

La CGT Ford

Courrier envoyé par la CGT Ford

à Monsieur Dumarey, patron de Punch

Bonjour Monsieur Dumarey,

Nous avons pris connaissance ce matin en réunion extraordinaire du Comité d’Entreprise de votre projet de reprise par le groupe Punch de l’usine Ford Aquitaine Industries à Blanquefort.

Avant même de discuter de l’ensemble de ce projet qui amène beaucoup d’interrogations sur sa viabilité, nous tenons à vous exprimer le plus clairement notre opposition totale à toute remise en question des prestations salariées et conditions de travail actuelles.

Nous restons ouverts aux discussions à venir mais nous resterons fermes sur ces points. Nous tenions à vous en informer au plus vite.

Cordialement,

La CGT Ford

La CGT Ford Blanquefort le mardi 16 octobre 2018

Les salariés en colère

Mobilisation des salariés pendant la réunion CE.
Ford maintient sa position et préfère fermer l'usine.
Blocage de l'entrée des camions.

 

La CGT Ford Blanquefort le mardi 16 octobre 2018

COMPTE-RENDU RÉUNION
COMITÉ D’ENTREPRISE
MARDI 16 OCTOBRE 2018

Ford reste sur sa position et refuse la reprise

 

Ordre du jour -> Fournir les informations les plus récentes sur le processus en cours de recherche d’un repreneur :

 

La direction nous dit que Ford Europe pourrait bientôt venir à Bordeaux pour rencontrer les élus CE, ce qui serait en bonne voie.

 

La direction nous remet l’offre de reprise de Punch (en anglais). Documents classés confidentiels qui sera étudié par notre expert économique. À savoir que notre expert va avoir une audio avec Ford Europe cet après-midi.

 

Le DRH lit une déclaration de Ford Europe sur l’état d’avancée du processus de reprise :

Ford a analysé la possibilité de reprise par Punch et ne croit pas en sa possibilité. Toutefois, Bruno Le Maire ayant apporté certaines garanties, Ford accepte de continuer les discussions.

 

Ford reste réservé sur le business plan de Punch et apporte les raisons suivantes :

1) Réduction significative des salaires.

2) Manque de liquidité.

3) Business plan qui ne s’appliquerait pas avant plusieurs années.

4) Volatilité du marché.

 

Ford qui n’a rien fait pour maintenir les emplois à FAI ose dire que la multinationale pense avant tout à sécuriser nos emplois et notre avenir !? Supprimer tous les emplois en fermant l’usine serait plus sécurisant pour nos emplois qu’en maintenir sur le site ? Ils osent tout !

 

Les élus CE demandent à rencontrer les responsables de Punch lors d’une réunion extraordinaire du CE rapidement. Et même dès demain à 10h30. Cette demande gène grandement la direction qui va la rapporter à Ford Europe. En attente de réponse...

 

Question diverses :

La CGT dénonce le fait que la direction ait mis en grève des salariés jeudi dernier, nous faisons acter que c’est tout à fait illégal et nous nous réservons le droit d’ester en justice afin de faire respecter les droits des collègues, y compris le droit à exprimer leur colère bien légitime. Nous réclamons d’avoir le PV de cette réunion CE sous 3 jours pour préparer notre dossier juridique.

Nous regrettons que la direction locale préfère faire la guerre aux salariés de l’usine, plutôt que de les soutenir, surtout dans l’état actuel des choses, à un moment où Ford préfère fermer l’usine plutôt que d’aider à une reprise comme a su le faire Général Motors à Strasbourg en laissant du financement et des activités !

La CGT Ford Blanquefort le mardi 16 octobre 2018

Ford Blanquefort dans la presse

du mardi 16 octobre 2018

Dossier SudOuest :

Ford en mode terre brûlée à Blanquefort, douche froide pour les salarié

La CGT Ford Blanquefort le mardi 16 octobre 2018

Tract du mardi 16 octobre 2018

Cliquez ici :
2018.10.16 Tract CGT-Ford urgence repren[...]
Document Adobe Acrobat [70.5 KB]

La CGT Ford Blanquefort le mardi 16 octobre 2018

Ford Blanquefort dans les journaux télés

du lundi 15 octobre 2018

France 2 :

France 3 :

TV7 : 

La CGT Ford Blanquefort le lundi 15 octobre 2018

Ford Blanquefort dans la presse

du lundi 15 octobre 2018

Gironde : Ford refuse le plan de reprise de son usine de Blanquefort par Punch

Ford Aquitaine Industrie : Ford veut la fermeture, pas la reprise

Ford Blanquefort: «Rien ne justifie une fermeture sèche»... Bruno Le Maire durcit le ton

Ford Blanquefort : Bruno Le Maire et Alain Juppé haussent le ton

Ford privilégierait la fermeture de l’usine de Blanquefort plutôt que sa reprise

L'usine Ford de Blanquefort, où travaille Philippe Poutou, préfère la fermeture à la reprise, dénonce Le Maire

FORD PRIVILÉGIE LA FERMETURE DE L’USINE DE BLANQUEFORT, DIT LE MAIRE

La CGT Ford Blanquefort le lundi 15 octobre 2018

Compte-rendu de la réunion

avec Bruno Le Maire

Début à 9h33 – 1 heure de réunion

Le ministre Le Maire introduit : 

Je me suis engagé à tenir en temps réel les discussions avec le repreneur Ford je suis venu vous tenir informés et vous redire ma volonté totale d’aboutir à une reprise par Punch

La discussion avec Ford est difficile

Le plan de charge de Punch tient la route.

La mobilisation des collectivités locales est à la hauteur, merci à Juppé et Rousset.

Merci aux salariés aussi

Mes mots d'ordre sont : "Transparence et mobilisation"

J’ai eu le président de Ford Europe la semaine dernière, la discussion a été dure, je n’aime pas être mené en bateau, on a dépensé de l’argent public pour trouver un repreneur, pour faire des études, des recherches. Si Ford ne veut pas de repreneur, il fallait le dire, cela ne se passera pas comme ça.

Soit nous sommes ensemble et ça va marcher, soit nous n’y arriverons pas. 

On a dit à Ford que tout le monde est pour la reprise. On a dit à Ford qu’on ne comprendrait pas que Ford préfère fermer la porte plutôt que permettre une reprise. A la fin de la conversation, le président de Ford a compris que la situation n’était pas aussi simple pour lui. J’appellerai le président de Ford Monde, pour dire la même chose. Demande aussi le soutien de l’administration américaine.

Le dossier financier. L’Etat prêt à investir 5 millions d’euros (investissements + chômage partiel)

Le plan de reprise est officiellement déposé auprès de Ford.

Je demande un engagement de tous pour aboutir à la reprise.

Président Agglo Bordelaise Juppé = Ford nous mène en bateau depuis longtemps, c’est inacceptable et doit être dénoncé avec la plus grande vigueur. Nous sommes prêts à soutenir l’opération, c’est une bonne opération. 12,5 millions, c’est énorme.

Président de Région Rousset = On s’est fait mené en bateau depuis longtemps, on a perdu du temps. Faut agir sur la marque Ford, il faut s’attaquer à la réputation de Ford. Engagement de Bordeaux Métropole et la Région pour mettre 12,5 millions, c’est un dossier exceptionnel. Si la reprise va jusqu’au bout, on s’assurera que ça profite bien au site de Blanquefort et pas Strasbourg.

Secrétaire du CE =  Cela fait longtemps que nous dénonçons le fait que Ford nous mène en bateau. C’est bien que vous le reconnaissiez aujourd’hui.

Ministre Le Maire = Demande un soutien de tous y compris des salariés pour un soutien pour une reprise, c’est un point d’appui pour l’Etat et le repreneur.

Syndicat FO = besoin d’info sur cette reprise, on veut savoir de quoi il est question.

Ministre Le Maire = J’ai demandé à Punch qui viendra rapidement pour présenter son plan de reprise.

Syndicat CFE-CGC = il faut être honnête, une partie des salariés veut partir et une autre qui veut rester pour garder un emploi. Il faut satisfaire tout le monde. Il y en a aujourd’hui qui craquent, Ford joue sur ça aussi.

Le Maire = Il s’agit d’un combat, il faut se mobiliser tous, il faut utiliser tous les moyens,

Président Agglo Juppé = nous sommes dans un état d’esprit combattif, il faut tout faire y compris appuyer des initiatives syndicales.

Secafi = questions, …

Ministre Le Maire = C’est à Punch de détailler son plan. Sur les raisons du refus de Ford, ce sont des raisons financières. Les salariés doivent avoir des certitudes, il faut maintenant pouvoir travailler sur un plan de reprise plutôt que sur un plan de liquidation.

Syndicat CGT = Surpris d’entendre un gouvernement nous encourager à faire du bruit, à se mobiliser. Donc on va faire c’est certain. Mais on fait déjà, salon de l’auto ce vendredi 12, manifestation le 25 octobre, cela contre la fermeture de l’usine, pour sauver des centaines d’emplois. Pour être clair, on veut absolument sauver l’usine et nos emplois, on ne veut pas le chômage et Pôle Emploi. on tient compte des anciens qui veulent partir et on est pour qu'ils puissent. Donc si maintenant l'Etat nous encourage, alors on va essayer de faire encore plus de bruit. Mais l'Etat n'a-t-il pas des moyens de pression sur Ford comme la menace de rompre les contrats commerciaux, comme celui d'exproprier l'usine, de dire que ce n'est plus à eux ?

Ministre Le Maire = pour une fois je suis d’accord avec Mr Poutou. Ford veut le silence. C’est l’inverse qu’il faut ! Tout ce qui est mobilisation pacifique est bonne à prendre. En ce qui concerne les contrats, c’est faible et donc les moyens pression sont faibles. On a des moyens de faire pression quand même. L’usine est propriété de Ford donc difficile de la socialiser. On peut faire pression sur la dépollution.

Maire Blanquefort = On peut faire tous ensemble une action, utiliser les réseaux sociaux, faire des actions pacifiques.

Ministre Le Maire = une multinationale ne résonne pas forcément ce que cela lui coûte dans l’instant présent. C’est sur la longueur, leur intérêt. Nous sommes favorables à une reprise, nous restons totalement mobilisés, nous demanderons à Punch de venir présenter son plan de reprise, nous étudierons d’autres solutions au cas où. Et j’appelle cette semaine le président de Ford Monde.

Prochains rendez-vous ?

Le CE extra de mardi pour la présentation du plan de reprise, Ford est obligé de présenter cette offre de reprise, qui est officielle, un plan ferme. Puis il y aura la venue de Punch qui présentera lui-même son plan, en présence de l’Etat, des collectivités territoriales. Puis dès qu’il y a du nouveau, le venue du ministre Le Maire. Sans oublier nos rendez-vous à nous avec la manifestation du 25 octobre ou encore des actions dans l’usine dans les jours qui viennent.

La CGT Ford Blanquefort le lundi 15 octobre 2018

Ford Blanquefort dans les médias

du lundi 15 octobre 2018

SudOuest : 

La CGT Ford Blanquefort le lundi 15 octobre 2018

Ford Blanquefort dans les médias

des 13 et 14 octobre 2018

SudOuest Dimanche : 

France 3 : 

AFP :

CLPRESS :

SudOuest :

Les Ford au salon de l’auto : 10 ans de lutte contre la fermeture et on continue

Face au Mondial de l'auto, l'inquiétude des Ford de Blanquefort

Les salariés de Ford Blanquefort s'invitent au Mondial de l'Auto

La CGT Ford Blanquefort le dimanche 14 octobre 2018

Réunion lundi matin Préfecture

Info récente :
Nous venons de recevoir de la Préfecture une convocation pour une réunion lundi matin à 9h30 à la Préfecture, avec la présence du ministre de l’économie Bruno Le Maire. Seront présents aussi les collectivités territoriales et nous les syndicats de l’usine. 
L’ordre du jour ne nous a pas été communiqué mais on peut supposer que cela concerne la négociation en cours sur l’éventualité d’une reprise de l’usine par Punch.
À suivre lundi matin...

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 12 octobre 2018

Manifestation devant le salon mondial de l'automobile de Paris

Manifestation devant le salon mondial de l'automobile de Paris. 
Ford n'avait pas de stand, nous en avons mis un.
Merci à tous les soutiens présents.

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 12 octobre 2018

Prochaine réunion CE - Ordre du jour

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 11 octobre 2018

Tract du jeudi 11 octobre 2018

Cliquez ici :
2018.10.11 Tract CGT-Ford (11 octobre 20[...]
Document Adobe Acrobat [294.5 KB]

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 11 octobre 2018

RÉUNION PSE
JEUDI 11 OCTOBRE 2018
RECHERCHE REPRENEUR

Le DRH nous apprend en début de réunion que Ford Europe prévoit d’organiser une réunion extraordinaire mardi 16 octobre 2018 avec pour ordre du jour : « Fournir les informations les plus récentes sur les recherches en cours d’un repreneur ».

Le sujet sera très probablement Punch.

 

Ordre du jour : Poursuite de l’information du Comité d’Entreprise sur le processus de recherche d’un repreneur :

 

La réunion commence par un bilan sur la dépollution du site.

Entre 6 et 8 millions d’€ ont déjà été dépensés, reste une estimation entre 1.3 millions d’€ et 2.5 millions d’€ en cas de reprise du site pour un usage industriel. Nous n’avons toujours pas le montant des coûts de dépollution du site en cas de disparition total du site, information que nous redemandons à nouveau.

 

Bilan d’étape sur la recherche :

 

Entreprise 1 = Punch :

Toujours aucune information car Geris n’est pas dans la discussion.

 

Entreprise 2 de Geris :

Projet abandonné !

 

Entreprise 3 de Geris :

Projet abandonné !

 

Entreprise 4 de Geris :

Statut : En attente de retour

Discussions en cours avec Ford

A la date du 3 octobre : l’entreprise demeure intéressée et travaille sur un projet susceptible de permettre une reprise pérenne du site.

Activité : Consortium : Industries métallurgiques, Automobile, Aérospatiale, l’Agriculture…

Se positionne dans la mécanique automobile.

La société opère dans plus de 50 pays.

Taille de l’entreprise : 21 000 salariés et CA d’env. 17 milliards US$.

Localisation : Europe

Marque d’intérêt : En très fort développement dans l’Automobile.

 

Entreprise 5 de Geris :

Statut : Dans la phase de discussions interne pour décider du go/no go pour aller plus loin dans l’étude de l’opportunité Blanquefort.

Doit donner une réponse sur un positionnement éventuel à la mi-octobre

Activité : Constructeur automobile qui existe depuis 30 ans et couvre trois catégories: SUV ( 4/5 de sa production), voitures de tourisme et pick-up. L’entreprise dispose d’une unité spécialisée dans la fabrication des transmissions. Elle a mis en place un laboratoire de transmission de premier plan et revendique avoir l’usine de production de transmissions la plus avancée et automatisée en Chine.

Taille de l’entreprise : Plus de 60 000 employés et CA d’env. 12,6 milliards d’euros en 2017.

Localisation : Asie

Marque d’intérêt : Se développer dans le marché européen.

 

En conclusion :

Que dalle !

 

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 11 octobre 2018

Les salariés de FAI ont exprimé leur colère ce matin à l'usine

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 11 octobre 2018

Bonnes nouvelles n°410

Cliquez ici :
Bonnes Nouvelles 410-même pas morts 31 ([...]
Document Adobe Acrobat [1.3 MB]

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 11 octobre 2018

RÉUNION PSE
MERCREDI 10 OCT 2018
« LICENCIEMENT COLLECTIF »

Poursuite de l’information en vue de la consultation du Comité d’Entreprise sur le projet de licenciement collectif pour motif économique :

Les organisations syndicales CGT, CFTC, FO et CFE/CGC ont remis à la direction un document issu d’un travail commun et élaboré en collaboration avec notre cabinet conseil du cabinet Sécafi qui contient l’ensemble de nos revendications (non exhaustives) :

 

Repositionnement chez GFT :

Rien de nouveau.

 

Congé de reclassement :

Nos demandes : Passer la durée de reclassement à 24 mois au lieu de 14. Durée reste à 14 mois.

Maintien du salaire net plutôt que 65% du brut. Le salaire passe à 70%.

Offre d’emploi (OFR) : demande que l’intérim ou CDD refusé par le salarié ne soit pas comptabilisé dans les OFR. Refusé mais la période de 6 mois minimum passe à 12 mois.

Prise en charge de la retraite complémentaire par l’employeur durant cette période, rester en congé de reclassement sur toute sa période en cas de création d’entreprise et de formation, capitalisation intégrale du congé de reclassement, etc… Refusés.

 

Création d’entreprise ou reprise :

Nos demandes : Porter l’aide à 20000€ au lieu de 14000€ également pour les salariés qui ont déjà créé leur entreprise (notamment autoentrepreneurs).

Rien de nouveau.

 

Dispositif de maintien du salaire :

Nos demandes : Les élus du CE demandent la mise en place d’un dispositif qui maintiendrait la rémunération net du salarié pendant 7 ans (compensation en cas de perte de salaire dans le nouvel emploi). Refusé.

 

Dispositif de cessation anticipée d’activité (préretraites) :

Rien de nouveau.

 

Indemnité supra légale :

Rien de nouveau.

Nos demandes modifiées : Une prime forfaitaire, indépendamment de l’ancienneté de 28 mois (au lieu des 7 à 17 ans) avec un plancher à 100 000€ net.

Assiette de calcul = salaire de référence reconstitué au lieu de base + ancienneté.

 

Divers :

Le budget formation passe de 6 000 € à 7 000 €.

Frais de déménagement passe de 3 000 € à 4 000 €.

 

Demandes supplémentaires :

a/ Intégrer les périodes d’intérim (au-delà des trois mois légaux) et de sous-traitance dans l’ancienneté des salariés.

Réponse de Ford : Ford n'entend pas s'écarter des dispositions légales / conventionnelles s'agissant du calcul de l'ancienneté.

 

b/ Intégrer la salariée du CE dans le PSE : conditions + prise en charge par Ford.

Réponse de Ford : Le plan social n'est applicable qu'aux salariés de la Société FAI.

Pour Ford, c’est l’argent du CE, donc des salariés qui doit être utilisé alors que ça ne représenterait que quelques miettes pour la multinationale milliardaire. Voilà jusqu’où peut aller la mesquinerie de Ford !!!

 

c/ PCAA : pourquoi les 7 années de portage sont calculées à partir d’octobre 2019 ? Serait-il possible de repousser la date à la fin 2019.

Réponse de Ford : La date d'éligibilité (la plus tardive possible) est fixée après la date de cessation de l'activité de production et est cohérente avec le point de départ des préavis des salariés non reclassés, repositionnés ou partis en PCAA qui se verraient notifier leur licenciement pour motif économique. Il n'est pas envisagé de reporter cette date.

 

Conclusion :

Pas grand-chose de nouveau du côté de Ford qui se contente d’ajouter des miettes aux miettes.

De notre côté, en plus d’autres revendications, tous les élus s’accordent pour demander une prime supra légale avec plancher de 100 000 € net ! C’est une demande qui ressort des discussions dans l’atelier. Et celle-ci, elle se gagne aussi par la lutte collective !

Cliquez ici :
2018.10.10 Compte-rendu PSE 5-2.pdf
Document Adobe Acrobat [223.2 KB]

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 10 octobre 2018

RÉUNION PSE
MERCREDI 10 OCT 2018
« CESSATION D’ACTIVITÉ »

Poursuite de l’information en vue de la consultation du Comité d’Entreprise sur l’opération projetée de cessation complète et définitive d’activité de la société FAI et ses modalités d’application :

 

Question CE : Le stock de 20.633 de 6F35 sera-t-il utilisé ?

Réponse de Ford : Le stock de transmissions 6F35 serait utilisé dans l'hypothèse où FAI ne serait pas en mesure de délivrer les volumes attendus et / ou si la production devait cesser dans le cadre du projet de cessation complète et définitive d'activité actuellement soumis à consultation.

Commentaire : ce stock se situerait maintenant entre 18 000 et 19 000, il a donc baissé.

 

Question CE : Quelles sont les conséquences en cas de reprise ? cela aura-t-il un impact sur les volumes laissés au repreneur ?

Réponse de Ford : Dans l'hypothèse d'une reprise, le devenir de ce stock devrait être étudié et discuté avec le repreneur, notamment au regard de son business plan et de sa proposition de reprise.

 

Question CE : Est-ce qu’il y a un stock de DCT et Carter Fox ?

Réponse de Ford : Oui il existe un stock pour le DCT et le Carter Fox. GFT est une entité distincte qui mène son activité de manière indépendante. GFT a constitué son propre stock de DCT […]. GFT utilisera uniquement les DCT produits par FAI pour répondre aux demandes de Ford et cela tant que FAI produira des DCT (ou prélèvera sur son stock).

 

Question CE : Quelle est la capacité de production du Carter Fox de Linamar ?

Réponse de Ford : Réponse confidentielle mais volume bien supérieur aux capacités de FAI.

 

Question CE : Après la cessation d’activité en août 2019, est-ce que les Carters Fox seront produits par une usine autre que Linamar ?

Réponse de Ford : Oui pour le Classic et Pfi.

 

Question CE : Quel est le volume du Carter Fox prévu à FAI fin 2019 ?

Réponse de Ford : Les volumes de production de Carter Fox par FAI à la fin de l'année 2019 dépendent d'une éventuelle reprise du site et des conditions d'une éventuelle reprise.

 

Question CE : En cas de cessation d’activité, Ford a-t-il l’intention de récupérer les machines pour les envoyer à Linamar ?

Réponse de Ford : Il n'est pas envisagé par Ford de céder à Linamar (ou d'autres sous-traitants) les équipements nécessaires à la production du Carter Fox.

Question CE : Alors que deviennent-elles ?

 

Question CE : En cas de fermeture quels sont les usines/sous-traitantes qui récupèreront les productions de FAI ?

Réponse de Ford : 6F35 : le site de Van Dyke produirait la 6F35; DCT : GFT confierait la fabrication du DCT à Valéo (mais pour d’autres clients que Ford); Carter Fox : Classic et Pfi : Linamar en assurerait la production.

 

Question CE : Les machines seront-elle vendues à ces usines/sous-traitants ?

Réponse de Ford : Il n'est pas envisagé de transférer / céder les équipements de FAI nécessaires à la production des produits précités à d'autres sites, entités ou sous-traitants.

 

Question CE : Beaucoup de questions ont été posées concernant la 8F-MID.

Réponse de Ford : Les réponses à ces questions sont toujours aussi bidons que précédemment.

Les réponses de Ford amènent des commentaires de notre part : Ford écrit que « la grande majorité des investissements étant engagés à Van Dyke » et « dans la mesures où ces dépenses sont irrécupérables », il n’était pas possible d’apporter cette activité à FAI. Du fait que Ford a accepté qu’une étude soit quand même menée à FAI (pour faire semblant) après ces investissements, cela signifie qu’elle n’avait pas été faite avant. Ceci démontre clairement que lorsque Ford nous baratinait sur un centre d’excellence de la transmission européenne à Blanquefort, Ford mentait et préparait la cessation totale d’activité de FAI n’ayant déjà depuis longtemps plus prévu d’activité pour notre usine !!!

 

Question CE : Beaucoup de questions ont été posées concernant la 6F35 pour l’Ecosport.

Réponse de Ford : Les réponses à ces questions sont toujours aussi bidons que précédemment.

Les réponses de Ford amènent des commentaires et des interrogations. Car lorsque nous demandons si Ford est prêt à attribuer cette transmission à FAI pour donner une meilleure chance à une éventuelle reprise, Ford répond oui mais uniquement pour la marché russe et pas de réponse pour le marché européen ! Sachant que la Russie n’aurait besoin que de 2600 transmissions 6F35 sur 2 ans ! Nous reposons donc cette question pour l’Europe, à suivre...

 

Question CE : Beaucoup de questions ont été posées concernant la 6F15.

Réponse de Ford : Les réponses à ces questions sont toujours aussi bidons que précédemment.

 

Question CE : Beaucoup de questions ont été posées concernant les coûts potentiels d’une fermeture.

Réponse de Ford : Les réponses à ces questions sont toujours aussi bidons que précédemment. Elles amènent aussi d’autres questions.

 

Ford ne répond pas à nos questions, ou mal, ou les détourne pour ne pas y répondre. Quand Ford apporte des réponses économiques, elles sont toujours au désavantage de FAI pour justifier l’injustifiable : sa décision de se débarrasser de FAI. Ford se cache derrière la confidentialité. En conclusion, le baratin continue...

Cliquez ici :
2018.10.10 Compte-rendu PSE 5-1.pdf
Document Adobe Acrobat [248.9 KB]

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 10 octobre 2018