"Nous n'avons que les victoires des combats que nous menons."
"Nous n'avons que les victoires des combats que nous menons."

Appel à se mobiliser sur les points de ventes des véhicules FORD !
Mercredi 19 septembre
Ford Bruges le matin
Et Ford Lormont l’après-midi

Suite aux discussions dans les assemblées générales de ce mardi 18, il a été décidé de mener des actions de protestation, visibles, dans les points de ventes de véhicules Ford, histoire de rappeler à la clientèle qu’au-delà du fabricant de belles voitures, Ford licencie des salariés et ferme une usine !

 

L’idée est de distribuer aux clients du magasin et à la population, les tracts d’appel à la manifestation du samedi 22 septembre.

 

Il est donc proposé deux rendez-vous ce mercredi 19:

 

10h : devant le concessionnaire Ford de Bruges

 

14h30 : devant le concessionnaire Ford de Lormont

 

L’objectif est d’être visible, de toucher à l’image de Ford et ainsi de mettre la pression à la fois sur Ford et sur les pouvoirs publics.

La CGT Ford Blanquefort le mardi 18 septembre 2018

RÉUNION PSE
MARDI 18 SEPTEMBRE 2018
« LICENCIEMENT COLLECTIF »

Poursuite de l’information en vue de la consultation du Comité d’Entreprise sur le projet de licenciement collectif pour motif économique :

Les organisations syndicales CGT, CFTC, FO et CFE/CGC ont remis à la direction un document issu d’un travail commun et élaboré en collaboration avec notre cabinet conseil du cabinet Sécafi qui contient l’ensemble de nos revendications (non exhaustives) :

 

Repositionnement chez GFT :

Nos demandes : Prime d’adaptation : réévaluation selon les NAO de GFT. Versement d’une prime de repositionnement de 4 mois comme pour le reclassement dans le Groupe.

Refusé. Pour Ford, GFT ne fait pas partie du groupe. Alors pourquoi Ford décide des conditions de départs pour GFT ? La prime passe à 9000€ Bruts et c’est tout.

 

Phasage si solution anticipée avant septembre 2019 :

Nos demandes : Sécuriser les salariés en cas de départs sur cette période avec un retour dans le plan en cas d’échec.

Accepté sûrement parce que ça ne coûte rien.

 

Congé de reclassement :

Nos demandes : Passer la durée de reclassement à 24 mois au lieu de 12. Maintien du salaire net plutôt que 65% du brut. Prise en charge de la retraite complémentaire par l’employeur durant cette période, rester en congé de reclassement sur toute sa période en cas de création d’entreprise et de formation, capitalisation intégrale du congé de reclassement, etc…

Durée portée à 14 mois. Tout le reste est rejeté.

 

Cahier des charges du Cabinet de reclassement :

Toutes nos questions restent sans réponse mais une rencontre entre les élus CE et le cabinet de reclassement devrait avoir lieu prochainement.

En attente d’une réunion avec eux le mardi 2 octobre.

 

Création d’entreprise ou reprise :

Nos demandes : Porter l’aide à 20000€ au lieu de 12000€ également pour les salariés qui ont déjà créé leur entreprise (notamment autoentrepreneurs).

Déjà augmenté à 14 000€ lors de la dernière réunion, auxquels se sont ajoutés 2 000 € de budget formation. Rien de plus ce jour.

Ford a aussi augmenté le budget formation à 6 000 € au lieu de 5 000 € et sont prêts à passer le budget de la reconversion professionnelle à 12 000 € au lieu de 10 000 € initialement.

 

Dispositif de maintien du salaire :

Nos demandes : les élus du CE demandent la mise en place d’un dispositif qui maintiendrait la rémunération net du salarié pendant 7 ans (compensation en cas de perte de salaire dans le nouvel emploi). Refusé.

 

Dispositif de cessation anticipée d’activité (préretraites) :

Nos demandes : Etre à 8 ans, au plus tard le 1er octobre 2019, de la retraite à taux plein sans condition d’âge permettant ainsi d’intégrer dans le dispositif de nouveaux salariés concernés par une carrière longue. Un an de portage supplémentaire permettant de prendre en compte la décote de 10% sur 3 ans.

Ceux qui devront continuer quelques temps leurs activités chez Ford verront la date du 1er octobre 2019 reportée à la date du licenciement.

Maintien du salaire net au lieu de 65% du salaire de référence. Revalorisation sur l’indice INSEE.

Indemnités à l’issue du PCAA conventionnelle de départ à la retraite (50% ou 100% versés dès l’entrée dans le dispositif au choix du salarié), majorée de 12 mois de salaire brut au lieu de 6.

Si années incomplètes, rachat de trimestres par Ford (jusqu’à 12).

Reste à 7 ans. Néanmoins la société accepte de retirer la condition d'âge (55+) pour inclure les carrières longues qui seraient éligibles à une pension de retraite à taux plein après un soutien de 7 ans dans le dispositif.

La société n'entend pas réévaluer, sur une base annuelle, les montants versés sur la base de l'indice INSEE mais accepte d'augmenter le montant du salaire versé dans le cadre du PCAA à 70% au lieu de 65% pour répondre à la demande.

 

Indemnité supra légale :

Nos demandes : Une prime forfaitaire, indépendamment de l’ancienneté de 28 mois au lieu des 5 à 15 ans. Assiette de calcul = salaire de référence reconstitué au lieu de base + ancienneté.

2 mois supplémentaires allant de 7 à 17 mois selon l’ancienneté. C’est très loin de ce qui a pu se faire chez Continental ou Goodyear. Plus de 2 fois inférieur !!!

 

Exemple pour 28 ans d’ancienneté et 2300€ de salaire (âge et salaire moyens de l’entreprise) :

À FAI : 34 500€

À Goodyear, entre 71 000€ et 74 000€

À Continental, 19 320€ plus un indemnité pour tous de 50 000€ = 69 320€

 

 

Chez Goodyear comme chez Continental, c’est suite à des accords de fins de conflits qu’ils ont vu leurs PSE s’améliorer fortement.

 

Nous sommes très loin d’être à la hauteur du groupe Ford !

 

Nos demandent sont légitimes !

Cliquez ici :
2018.09.18 Compte-rendu PSE 4-2.pdf
Document Adobe Acrobat [226.5 KB]

La CGT Ford Blanquefort le mardi 18 septembre 2018

Journée d'action à l'usine

La CGT Ford Blanquefort le mardi 18 septembre 2018

RÉUNION PSE
MARDI 18 SEPTEMBRE 2018
« CESSATION D’ACTIVITÉ »

Poursuite de l’information en vue de la consultation du Comité d’Entreprise sur l’opération projetée de cessation complète et définitive d’activité de la société FAI et ses modalités d’application :

 

8F-MID :

On découvre que la comparaison pour attribuer la 8F-MID qui devait être faite entre FAI et Van Dyke l’a, en fait, été entre FAI et Livonia ! C’est complètement hors sujet, c’est une malhonnêteté intellectuelle avérée.

L’étude qui a été menée est complètement biaisée. D’autant que de fait, la comparaison est faite avec une capacité déjà installée alors qu’à FAI, les investissements restaient à faire.

Le concurrent de FAI est Van Dyke ! C’est eux qui produisent et produiront les volumes pour le marché européen. Mais pour plomber leur étude, Ford nous a comparé à Livonia. Encore une fois, Ford ment.

Livonia = 600 000 transmissions Job#1 février 2018.

Van Dyke = 300 000 transmissions Job#1 2020.

Notre expert demande une étude comparative avec Van Dyke.

 

Investissements 350 millions de dollars pour 300 000 boites à Van dyke.

Investissements 150 millions de dollars pour FAI. Investissements plus lourd pour Van Dyke !!!

L’équipe locale de FAI a planché pour baisser l’investissement et réduit l’enveloppe d’investissements à 93 millions de dollars et n’a jamais eu de réponse !!!

 

Ford n’a pas pris en compte les intérêts économiques pour produire à Blanquefort. FAI n’a jamais eu les moyens de comparaison avec Van Dyke. Et le pire, c’est que la direction locale le savait.

En effet, le groupe de travail de FAI était composé du directeur d’usine et des responsables du ME (si vous voulez les noms, demandez-nous). Ils ne nous ont jamais informés de tout ça, ils ont laissé couler FAI sans alerter les salariés ni les syndicats !!! Gerd INDEN présent à cette réunion ne répond pas à nos questions, il se fait tout petit.

 

Bilan carbone :

La dernière fois (réunion du 4 septembre), il y avait plus d’emprunte carbone à transporter nos transmissions à Cologne et Craiova qu’en leur faisant faire le tour de la planète depuis le Mexique ou les USA. Nous dénoncions des chiffres qui nous paraissaient complètement farfelus et demandions les détails de leurs calculs ! Et bien il s’avère qu’après vérification, nous avions raison et ils s’étaient trompés. Maintenant, Ford a de nouveaux chiffres et produire à Blanquefort puis transporter nos transmissions dans les usines européennes est bien moins polluant qu’ailleurs. Ford se foutait encore de nous et la direction locale le justifiait, ça comme le reste.

 

L’expert économique du CE demande à obtenir les coûts potentiels de fermeture de l’usine, mesures sociales, les autres coûts d’accompagnement, dépollution. Par ailleurs, il faut aussi obtenir les conséquences fiscales d’une potentielle fermeture du site.

 

Ford a planté volontairement FAI. Ford a pris la décision de se débarrasser de notre usine et a brodé des raisons économiques fallacieuses ensuite pour justifier mensongèrement son PSE !

Cliquez ici :
2018.09.18 Compte-rendu PSE 4-1.pdf
Document Adobe Acrobat [263.3 KB]

La CGT Ford Blanquefort le mardi 18 septembre 2018

Courrier de Bruno Le Maire

aux organisations syndicales

La CGT Ford Blanquefort le mardi 18 septembre 2018

Réunion à la préfecture entre les syndicats et les pouvoirs publics

avec M. Floris

"Mesdames, Messieurs,

Par mail du 31 août dernier, je vous proposais que nous nous réunissions de façon informelle le lundi 24 septembre à 9 H 30 pour faire un point de l'état d'avancement de la question FAI.

Je vous propose d'avancer cette réunion au mercredi 19 septembre à 17 H
15 à la préfecture de la Gironde - Esplanade Charles de Gaulle - 5ème étage - salle Esprit des Lois, en présence de M. Floris, délégué interministériel aux restructurations.

Le préfet de région

Didier Lallement"

La CGT Ford Blanquefort le lundi 17 septembre 2018

Tract intersyndical

du venderdi 14 septembre 2018

 

Appel à une journée d'action à FAI

Mardi 18 septembre 2018

Cliquez ici :
2018.09.14 Tract unitaire F0-CFTC-CGT (1[...]
Document Adobe Acrobat [239.2 KB]

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 14 septembre 2018

APRÈS UN PSE : LA GALÈRE

Des tas de gens nous disent qu’un PSE ce n’est pas si grave car on s’occupe de nous pour « rebondir » : un nouvel emploi, une création d’entreprise, une formation, une pré-retraitre. Donc pas d’inquiétude, il y a des cabinets de reclassements malins qui connaissent les bons plans.

Et bien non, c’est un mensonge, une duperie. La réalité est plus dure. Il suffit de regarder les conséquences pour d’autres fermetures d’usines ou d’autres plans de licenciements. Malheureusement les chiffres précis sont rares mais quand on en a, c’est terrible.

Par exemple, concernant la fermeture de l’usine Continental dans l’Oise en 2009. Deux ans après, seuls 212 salariés avaient retrouvés un CDI. D’après la direction, 27% des salariés étaient sans solution. Sachant que parmi les solutions, beaucoup étaient des CDD, intérim… En général, après un PSE, seuls 20% trouvent une solution fixe...

Et c'est aussi 14 suicides...

Continental : 212 salariés seulement sur 1 110 ont retrouvé un CDI

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 13 septembre 2018

Bonnes nouvelles n°406

Cliquez ici :
Bonnes Nouvelles 406-même pas morts 27 ([...]
Document Adobe Acrobat [749.2 KB]

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 13 septembre 2018

COMPTE-RENDU RÉUNION
COMITÉ D’ENTREPRISE
LUNDI 10 SEPTEMBRE 2018

 

Information-consultation sur les projets de convention individuelle de prêt de personnel pour 2018 entre FAI et GFT et les projets d’avenant – Avis :

 

11 nouveaux prêts de main d’œuvre sont à l’ordre du jour et 2 prolongations, ce qui va porter le total de prêts à 53.

 

7 agents de fabrication + 1 TL. (4 aux Gears et 4 au DCT).

5 maintenance (1 frigoriste, 3 RMO et 1 automaticien).

 

 

- Il n’y aura plus de frigoriste à FAI, donc les utilités seront appelées pour dépanner les équipements.

- 4 personnes du secteur des Gears allant à GFT, l’équipe de nuit pourrait être arrêtée et les collègues répartis en 2x8. Ce point serait à l’ordre du jour de la réunion CE de fin septembre.

- Idem en maintenance où il y aura des changements d’équipe pour les collègues qui restent à FAI.

 

 

Pour faciliter les prêts de main d’œuvre, la direction locale désorganise les services à FAI afin de combler les manques créés par ces prêts et ce sont les collègues qui restent qui vont en subir les conséquences ! Changement de secteurs… Changement d’équipes… Augmentation de la charge de travail… Etc… De quoi continuer à bien écœurer tout le monde.

 

 

8 votants : 5 « contre », 3 « blanc ».

 

Les 4 élus CGT ont voté contre ce qui apportera son lot de désorganisation à FAI avec des complications importantes pour des salariés qui n’ont pas besoin de ça dans la situation actuelle.

 

 

Questions diverses :

 

- Semaine 44, la direction impose une semaine de fermeture en prenant sur les RTT réservés aux salariés, la CGT demande une compensation de la direction qui pourrait être d’au moins un jour payé par cette dernière.

La CGT Ford Blanquefort le lundi 10 septembre 2018

RÉUNION PSE
MERCREDI 5 SEPT 2018
CABINET GERIS

Poursuite de l’information du Comité d’entreprise sur le processus de recherche d’un repreneur :

Gerd Inden est présent. Comme chaque fois il apparait quand il y a la présence de la Direction du Travail (Directeur de la DIRECCTE). Mais il a vite disparu pour ne réapparaitre que 5 minutes avant la levée de séance. Lui ne semble pas concerné ni pas le PSE, ni par le processus de recherche d’un repreneur.

 

Prospection (239 prospects) :

Entreprises mondiales de taille suffisamment importante.

100 plus gros équipementiers automobiles au monde, spécialistes des transmissions véhicules légers et lourds, constructeurs, nouveaux entrants, véhicules électriques : constructeurs, batteries, entreprises des secteurs de l'agriculture et de la robotique industrielle.

 

Bilan d’étape sur la recherche :

Sur les 239 prospects :

96 réponses négatives, non motivées.

118 relance en cours.

21 pas de réponses après plusieurs relances.

1 en cours d'analyse après marque d'intérêt (= Punch).

 

1 Discussions en cours- NDA (accord de confidentialité).

2 Echanges en cours après signature - NDA (accord de confidentialité).

 

Focus sur 3 entreprises ayant communiquées une marque d’intérêt :

Pour rappel, les discussions avec Punch ne passent pas par le cabinet Geris mais elles se font entre l’État et Ford. Nous n’aurons donc pas d’information sur ce candidat à la reprise de FAI aujourd’hui. Le cabinet Géris parlera des 3 dernières citées plus haut.

De fait, si le cabinet Geris est mandaté pour rechercher un repreneur, il appartient à Ford d’informer les élus du CE sur les avancées des discussions avec un éventuel repreneur et Ford ne nous donne pas la moindre information concernant Punch. C’est inadmissible !

 

Entreprise 1 :

Statut : NDA signé avec Ford le 26 juillet

Eléments demandés par l’entreprise transmis le 3 août

Analyse en cours

Activité : Fabricant de transmission - fournit des systèmes et des composants aux équipementiers automobiles, agricoles et de construction.

Taille d’entreprise : Environ 4 000 salariés ; CA = 694 millions US$

Localisation : Europe

Justificatif marque d’intérêt : Recherche une capacité de production supplémentaire.

Entreprise 2 :

Statut : NDA signé avec Ford le 23 août / discussions en cours avec Ford (capacité des managers de l’usine, compétitivité de l’usine…)

L’entreprise a décidé de se retirer le 30 août : S'ils ont besoin d'une capacité supplémentaire pour l'acquisition d’une société allemande, ils ont décidé de rechercher cette capacité dans des sources à faible coût.

Activité : Fabrication et vente de composants automobiles. Sur le plan international, elle possède une trentaine de filiales à l’étranger, plus de 40 usines et plus de 16 000 relations commerciales avec les principaux constructeurs automobiles tels que GM, Volkswagen, Ford, Chrysler, etc.,

Taille d’entreprise (Groupe) : 40 000 salariés dont 16 000 employés aux États-Unis, en Grande- Bretagne, en Allemagne et dans 10 autres pays. Un CA d’environ 13 milliards de dollars.

Localisation : USA mais filiale à 100% d’un groupe chinois

Justificatif marque d’intérêt: souhaite développer son implantation en Europe.

 

Entreprise 3 :

Statut : NDA en cours de signature - Discussions en cours avec Ford

Activité : Entreprise industrielle et métallurgique qui propose une solution intégrée allant du commerce mondial des métaux, de la fabrication et du traitement des métaux aux solutions d'ingénierie. Le groupe fournit des clients dans les secteur des industries métallurgiques ainsi que dans l’automobile, l’aérospatiale, la construction, le pétrole et le gaz, la marine, la production d’électricité, l’ingénierie générale, l’agriculture et les mines.

La société opère dans plus de 50 pays à travers le monde.

Taille de l’entreprise : 21 000 salariés et un CA d’environ 17 milliards US$.

Localisation : Europe

Justificatif marque d’intérêt : Dans une phase de développement importante et cherche des activités nouvelles.

 

Conclusion :

Refus de nous donner les noms des entreprises sous couvert de confidentialité. Pourtant, les élus du CE sont tenus à la confidentialité d’autant que les lois récentes sur le secret des affaires viennent renforcer les restrictions sur l’information que nous pouvons donner aux salariés. Mais Ford ne nous dit rien nous empêchant de juger la qualité des contacts présentés ici et du coup le sérieux du processus de recherche de repreneur.

De plus, nous n’auront aucun détail sur la teneur des discussions entre ces entreprises et Ford. Que laisserait Ford en activité ? Que laisserait Ford financièrement ? Etc...

Il n’est pas acceptable que Ford ne communique pas sur les discussions en cours avec les entreprises citées dans ce compte-rendu, mais d’autant plus avec Punch dont les discussions sont en cours depuis de nombreux mois et dont le cabinet Geris n’a aucune information alors que la multinationale en a l’obligation morale.

La direction locale qui prétend que le processus de recherche d’un repreneur est la priorité de Ford se contente de discuter des conditions de départs des salariés (au rabais) et n’a rien à nous dire sur une éventuelle reprise.

L’État a une grande part de responsabilité car si le législateur « impose » aux employeurs de rechercher un repreneur, il ne lui impose aucun devoir de résultat. De fait, Ford peut faire semblant, se cacher derrière la confidentialité et s’en sortir tranquillement. Prochaine réunion le 19 septembre.

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 5 septembre 2018

Bonnes nouvelles n°405

Cliquez ici :
Bonnes Nouvelles 405-même pas morts 26 ([...]
Document Adobe Acrobat [1.0 MB]

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 5 septembre 2018

RÉUNION PSE
MARDI 4 SEPTEMBRE 2018
« LICENCIEMENT COLLECTIF »

Poursuite de l’information en vue de la consultation du Comité d’Entreprise sur le projet de licenciement collectif pour motif économique :

Les organisations syndicales CGT, CFTC, FO et CFE/CGC ont remis à la direction un document issu d’un travail commun et élaboré en collaboration avec notre cabinet conseil du cabinet Sécafi qui contient l’ensemble de nos revendications (non exhaustives) :

 

Préambule :

Les représentants du personnel tiennent à rappeler que leur objectif prioritaire est la reprise de l’entreprise et la sauvegarde de tous les emplois.

Nous rappelons qu’à date, nous n’avons toujours aucune information sur l’avancement du processus de reprise et nous sommes totalement exclus des discussions tripartites en cours.

Néanmoins, la procédure d’information consultation, imposée par la FMC, a démarré et nous oblige de mener en parallèle la consultation sur la recherche du repreneur et les négociations sur les mesures sociales d’accompagnement dans le cadre du PSE.

Le PSE doit être proportionnel aux moyens du Groupe Ford Motor Company et c’est dans cet esprit que les représentants du personnel ont élaboré un certain nombre de revendications sur le projet de PSE en tenant compte notamment des caractéristiques sociales de la population impactée à savoir :

- la moitié du personnel aura plus de 53 ans au moment des notifications de licenciement.

- avec une ancienneté proche de 30 ans.

Nous remettons donc, ci-après, nos revendications. Pour autant, nous ne cautionnons absolument pas le fondement économique avancé par la FMC pour justifier la présente restructuration qui pourrait entrainer la fermeture de la seule usine en France et la destruction de 872 emplois directs et environ 3000 emplois induits.

Pour la bonne démarche des négociations, nous vous demandons à ce que vos réponses écrites, en français, à nos revendications soient transmises pour notre prochaine préparatoire et au plus tard le 12 septembre.

 

Repositionnement chez GFT :

Ambiguïté sur l’appartenance de GFT au Groupe ou non ? Ford utilise les règles qui lui sont le plus favorables. Le débat est lancé… Nous souhaitons que les règles qui s’appliqueraient soient les plus favorables aux salariés.

Nos demandes : Prime d’adaptation : réévaluation selon les NAO de GFT. Versement d’une prime de repositionnement de 4 mois comme pour le reclassement dans le Groupe avec un plancher à 8000€.

 

Phasage si solution anticipée avant septembre 2019 :

Nos demandes : Sécuriser les salariés en cas de départs sur cette période avec un retour dans le plan en cas d’échec.

 

Congé de reclassement :

Nos demandes : Passer la durée de reclassement à 24 mois au lieu de 12. Maintien du salaire net plutôt que 65% du brut. Prise en charge de la retraite complémentaire par l’employeur durant cette période, rester en congé de reclassement sur toute sa période en cas de création d’entreprise et de formation, capitalisation intégrale du congé de reclassement, etc…

 

Cahier des charges du Cabinet de reclassement :

Toutes nos questions restent sans réponse mais une rencontre entre les élus CE et le cabinet de reclassement devrait avoir lieu prochainement.

 

Création d’entreprise ou reprise :

Nos demandes : Porter l’aide à 20000€ au lieu de 12000€ également pour les salariés qui ont déjà créé leur entreprise (notamment autoentrepreneurs).

 

Dispositif de maintien du salaire :

Nos demandes : les élus du CE demandent la mise en place d’un dispositif qui maintiendrait la rémunération net du salarié pendant 7 ans (compensation en cas de perte de salaire dans le nouvel emploi).

 

Aides à la mobilité géographique reclassement interne / externe :

Nos demandes : Voyage de reconnaissance, remboursement du déménagement, frais de transport de la famille, frais d’installation de 2 mois de salaire plus ancienneté sans plafond.

 

Dispositif de cessation anticipée d’activité :

Nos demandes : Etre à 8 ans, au plus tard le 1er octobre 2019, de la retraite à taux plein sans condition d’âge permettant ainsi d’intégrer dans le dispositif de nouveaux salariés concernés par une carrière longue. Un an de portage supplémentaire permettant de prendre en compte la décote de 10% sur 3 ans.

Ceux qui devront continuer quelques temps leurs activités chez Ford verront la date du 1er octobre 2019 reportée à la date du licenciement.

Maintien du salaire net au lieu de 65% du salaire de référence. Revalorisation sur l’indice INSEE.

Indemnités à l’issue du PCAA conventionnelle de départ à la retraite (50% ou 100% versés dès l’entrée dans le dispositif au choix du salarié), majorée de 12 mois de salaire brut au lieu de 6.

Si années incomplètes, rachat de trimestres par Ford (jusqu’à 12).

 

Indemnité supra légale :

Nos demandes : Une prime forfaitaire, indépendamment de l’ancienneté de 28 mois au lieu des 5 à 15 ans. Assiette de calcul = salaire de référence reconstitué au lieu de base + ancienneté.

 

Conclusion :

Nous n’obtiendrons aucune réponse lors de cette réunion alors que nous avions transmis nos revendications la semaine dernière à la direction locale mais aussi à Ford Europe.

Le DRH a fait preuve de beaucoup de mépris envers les demandes des syndicats. Nous pouvons donc nous inquiéter de la manière dont il va remonter nos revendications auprès de Ford. Quoi qu’il en soit, nos demandes sont justifiées. Les actionnaires qui engrangent des milliards de profits le font en fermant des usines comme la nôtre. Obtenir des indemnités à la hauteur de ce qu’ils volent et à la hauteur du groupe Ford (multinationale milliardaire) n’est que justice pour les victimes de leur politique financière.

 

Nos demandent sont légitimes !

La CGT Ford Blanquefort le mardi 4 septembre 2018

RÉUNION PSE
MARDI 4 SEPTEMBRE 2018
« CESSATION D’ACTIVITÉ »

Poursuite de l’information en vue de la consultation du Comité d’Entreprise sur l’opération projetée de cessation complète et définitive d’activité de la société FAI et ses modalités d’application :

Les documents qui avait été fournis en réponse aux questions des élus du CE ont enfin été traduis en français. Un mois et demi après !!! Pourtant, l’employeur doit remettre au CE une information complète et loyale en temps utile. Le fait de remettre des documents en langue étrangère, au surplus dans un court délai avant la réunion, ne permet pas le respect de cette exigence puisque de tels documents sont plus long à exploiter. Pour preuve le temps pris par Ford pour nous les traduire malgré tous les moyens dont dispose la multinationale !

 

Les réponses de Ford sont couvertes par la confidentialité évidemment.

 

8F-MID : Une présentation nous est faites qui démontre que son implantation à FAI n’est pas viable. Évidemment, il faut les croire sur parole puisque nous n’avons aucun moyen de les vérifier. Mais la direction locale de FAI semble avoir pleine confiance en Ford…

Pour l’expert économique du CE le cabinet Sécafi, les demandes chiffrées de Ford condamnaient d’office FAI et il s’interroge sur la loyauté de Ford dans cette étude.

En tout état de cause, l’idée de la 8F-MID pour FAI est venue des syndicats du site, Ford n’ayant jamais eu l’intention de nous en parler et encore moins de l’installer ici. On peut en déduire facilement l’avenir qu’envisageait déjà à l’époque Ford pour FAI lorsque ses dirigeants faisaient croire aux salariés et aux pouvoirs publics à un centre d’excellence de la transmission pour le marché européen à Blanquefort.

 

DCT : Un contrôle fiscal est en cours à FAI. L’administration fiscale pourra étudier le plombage des comptes par l’activité DCT vendu à perte par FAI.

 

Groupes de travail : Les représentants du personnel n’ont pas été invités à participer aux différents groupes de travail, contrairement à ce que Ford voudrait faire croire. D’ailleurs nous n’aurons jamais eu de comptes rendus de ces réunions, probablement parce qu’il n’en ressortait rien car Ford avait déjà pris sa décision et ne voulait pas entendre un autre discours que le sien.

 

Bilan carbone : Là on atteint les sommets du ridicule ! Il y aurait plus d’emprunte carbone à transporter nos transmissions à Cologne et Craiova qu’en leur faisant faire le tour de la planète depuis le Mexique ou les USA ! Clairement, on se fout de nous ! Exemple : Irapuato -> Craiova = 11000 kms pour 5,60 CO2 et Bordeaux -> Craiova = 2400 kms pour 22 CO2 !!!

 

Ford ne répond pas à nos questions ou alors trouve des réponses qui vont toujours au désavantage de FAI. Il apparait clairement que Ford développe uniquement des arguments en corrélation avec sa décision de se débarrasser de FAI. Après des années de baratin, il n’y avait pas de raison que ça change maintenant mais ça devient grossier.

La CGT Ford Blanquefort le mardi 4 septembre 2018

Bonnes nouvelles n°404

Cliquez ici :
Bonnes Nouvelles 404-même pas morts 25 ([...]
Document Adobe Acrobat [668.4 KB]

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 30 août 2018

Ford Blanquefort dans la presse

Air France, SNCF, Ford Aquitaine… les dossiers minés de la rentrée

Mais où est passé l'État ?
Elles sont loin les déclarations fortes d'il y a quelques mois. Elle est loin la défiance envers Ford au moment des annonces mortifères de la multinationale pour Ford Blanquefort. Les représentants des pouvoirs publics qui rivalisaient médiatiquement pour dire tout le mal qu'ils pensaient de la politique sociale menée par la multinationale Ford sont devenus absents, silencieux. Ils ont disparu.
Comment l'expliquer ? Les représentants du gouvernement le disent eux-mêmes à longueur de médias, ils défendent les entreprises... Pas leurs salariés. Le constat est amer nous concernant avec 50 millions d'euros d'aides publiques versées à une multinationale milliardaire qui, pendant qu'elle encaissait ces chèques, a toujours eu l'objectif de se débarrasser de tous les salariés de l'usine de Blanquefort !!!
Alors, que fait l'État pour nous ? Suite à nos relances, le cabinet du Ministre Bruno Le Maire se contente de nous répondre par mail :
"Nous avons bien pris note de votre email. Votre demande est actuellement en cours d’étude sous le numéro 2018/22561. Nous vous tiendrons informé dans les meilleurs délais."
Nous, salariés, n'avons pas d'autre choix que de prendre nos affaires en mains et de remettre très vite ce dossier Ford sur la place publique. Refusons de disparaître en silence et dans l'indifférence de ces gens là. Nous devons absolument leur remettre la pression comme en début d'année. Il y a urgence.
Le 22 septembre, soyons nombreux à nous faire entendre dans les rues de Bordeaux.

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 29 août 2018

COMPTE-RENDU DE LA RÉUNION CE
DU LUNDI 27 AOÛT 2018

Présence de Gerd Inden lors de cette réunion CE.

Nous profitons de sa présence pour lui demander des nouvelles des discussions en cours entre l’État, Ford et le repreneur potentiel confidentiel (Punch) ? Il ne sait pas grand-chose et n’a pas grand-chose à nous dire de ces discussions. Il y a un vrai manque de transparence ce qui engendre la colportation de diverses rumeurs souvent infondées. Mais les discussions sont toujours en cours notamment sur la phase de transition où il faudrait continuer une activité avec Ford le temps que le repreneur mette en place ses activités, à suivre...

 

Marche de l’entreprise - Avancement des activités :

 

TTH :

Production IB5 : 0/jour en août et septembre, 45 en octobre.

Production MX65 : 1530/jour en septembre et 1600 en octobre mais aucun chiffre n’est crédible concernant cette activité.

Le four 62010 est toujours en attente de matériels pour pouvoir redémarrer.

GFT tourne avec un seul four suite à un incident sur un de leurs fours, ce qui augmente l’activité du TTH de FAI.

 

6F35 :

Production : 266/jour en août, 280 en septembre et octobre.

Stock de 2542 au 23 août.

 

DCT :

Production : 275/jour en août, septembre et octobre.

Stock de 1160 au 23 août.

 

Carter Fox :

Production : 1272/jour plus 1080 en SD en août, septembre et octobre.

Stock de 8520 au 23 août.

 

Organisation du travail suite aux baisses de volumes -> Voir notre compte-rendu de la réunion du 23 août 2018.

 

Pas de travail la semaine 44 pour les activités 6F35, DCT et Fox.

La direction va regarder si des collègues manquent de RTT et congés pour cette semaine de fermeture. Quelle solution pour eux ? La direction dit qu’ils devront travailler, certainement au TTH puisque ce sera le seul secteur en activité. De notre côté, du fait que la direction impose cette semaine de fermeture, nous estimons que c’est à elle d’assumer les conséquences de son choix en payant les collègues concernés. Mais nous y reviendrons en temps voulu.

 

Personnels (chiffres au 31 juillet 2018) :

Prêt de main d’œuvre à GFT : 28 collègues étaient prêtés en juillet.

Effectifs : nous ne sommes plus que 811 salariés actifs.

 

Bilan des travaux vacances été 2018 :

Une présentation du bilan TV est faite. Tout s’est bien passé si ce n’est un premier soin sans gravité pour un salarié d’une entreprise extérieure.

 

Information-consultation sur les projets de convention individuelle de prêt de personnel pour 2018 entre FAI et GFT et les projets d’avenant – Avis :

11 nouveaux prêts de main d’œuvre sont à l’ordre du jour ce qui va porter le total de prêts à 39.

Il y a une discussion sur la notion de « volontariat » mise en avance en permanence par la direction pour justifier les prêts. Pour nous, il n’y aurait pas autant de volontaires si les perspectives d’avenir à FAI étaient plus réjouissantes. Par exemple, en l’absence de repreneur et si le PSE était mis en place, les salariés seraient dans l’immense majorité volontaires pour s’inscrire au cabinet de reclassement, mais est-ce vraiment ce que nous pouvons appeler du volontariat ? Bien sûr que non !

Par ailleurs, nous dénonçons la baisse des volumes de production des différentes activités afin de créer un sureffectif artificiel à FAI facilitant les prêts de main d’œuvre à GFT.

8 votants : 4 « contre », 4 « blanc ».

 

Questions diverses :

- Pensez à rapporter au CE le bon de cadeau de Noël pour les enfants avant la date limite fixée au 14 septembre.

La CGT Ford Blanquefort le lundi 27 août 2018

COMPTE-RENDU DE LA RÉUNION
CE & CHSCT
DU JEUDI 23 AOÛT 2018

Absence de Gerd Inden lors de cette réunion. L’organisation de l’usine ne l’intéresse pas ?

 

La direction organise cette réunion en commun CE et CHSCT. Elle concernera l’organisation du DCT, TTH et 6F35 ainsi que les prévisions de volumes 2018-2019.

Les secrétaires du CE et du CHSCT n'ont pas signé l’ordre du jour car la réunion que la direction propose concerne une modification de l’organisation du travail qui s’appuie sur une baisse des volumes artificielle afin de créer un sureffectif pour libérer du personnel et ainsi augmenter le nombre de prêts à GFT.

 

Information sur les prévisions de volumes 2018-2019 :

 

2018 :                                   2019 :

6F35 : 77 788                6F35 : 79 000

DCT : 79 608                DCT : 62 531

FOX : 317 585               FOX : 350 000

TTH : 447 092              TTH : 856 598 ???

 

Effectifs :

Les prévisions d’effectif pour 2018 sont de 795 salariés d’ici la fin de l’année avec un sureffectif estimé à 78 salariés.

Les prévisions d’effectif pour 2019 sont de 776 salariés d’ici la fin de l’année avec un sureffectif estimé à 116 salariés.

 

Concernant le TTH, les volumes dépendent principalement de GFT. En conséquence, le directeur financier explique lui-même qu’il ne s’engage pas sur les chiffres qui sont donnés lors de cette réunion.  De notre côté, nous confirmons que ces chiffres sont fantaisistes par rapport à la réalité du terrain.

Encore une fois, Ford nous fournit des chiffres farfelus. Par exemple, alors qu’un PSE est en cours annonçant une fin d’activité à fin août 2019, des prévisions de productions sont données sur toutes les activités jusqu’à décembre 2019. Alors qu’en réalité, en l’absence de repreneur, Ford a décidé de se séparer de l’ensemble de l’effectif.

 

Information-consultation sur l’organisation du DCT jusqu’à fin 2018 :

 

La direction veut mettre en place une organisation qui passe de 385 à 275 embrayages par jour jusqu’à la fin de l’année et présente un passage en 1x8. L’effectif va passer de 71 à 46 salariés (= 25 collègues en sureffectif). Mais il ne s’agit pour elle que d’une organisation cible. La direction est incapable de nous expliquer quelle organisation du travail sera mise en place entre septembre et décembre. 2x8 ? 1x8 ? Elle navigue à vue. La direction se contente de répondre aux demandes de Ford Europe et essaye de les appliquer avec un objectif de passage en 1x8.

 

La CGT intervient : « dans les conditions actuelles, les collègues de l’usine s’interrogent sur leur avenir à moyen terme du fait d’une fermeture programmée de l’usine, qu’est-ce que je vais devenir ? Est-ce que je vais retrouver un emploi ? Comment je vais m’en sortir ? » Et maintenant s’ajoute à cela des inquiétudes sur le court terme, « comment je travaille le mois prochain ? Est-ce que je serai en 2x8 ou en 1x8 ? Est-ce que je prends une nounou ? Comment j’organise ma vie personnelle ? » C’est devenu invivable dans cette usine, vous vous rendez compte de ça ? La CGT demande à ce que l’organisation reste inchangée pour éviter d’ajouter du stress au stress.

 

Malgré le forcing de la direction pour obtenir un avis, tous les élus du CE et du CHSCT refusent d’en rendre un. La direction explique clairement qu’elle fera comme elle voudra, quand elle le voudra. Les conséquences sur la vie des collègues ne semblent pas être son problème.

 

Information-consultation sur l’organisation du TTH avec 4 fours jusqu’à fin 2018 :

 

Le besoin d’avoir 4 fours n’est pas dû aux impératifs de volumes mais à des différences de process. Par ailleurs, il est à noter qu’un de ces fours est en panne depuis des mois.

Production en 3x8 (arrêt des SD), vidange des fours dans la nuit de vendredi et samedi et reprise des activités progressivement à partir de 18:00 le dimanche et des enfournements à partir de lundi 6:00.

Le besoin en personnel serait de 80 collègues avec une organisation « au fil de l’eau » dixit la direction elle-même.

Et comme toujours sur cette activité, les chiffres de production donnés sont fantaisistes, GFT traitant ses propres pièces.

 

Les élus refusent une nouvelle fois de rendre un avis.

 

Information-consultation sur l’organisation de la 6F35 jusqu’à fin 2018 :

 

La direction veut mettre en place une organisation qui passe de 460 à 280 transmissions par jour jusqu’à la fin de l’année et présente un passage en 1x8 dès septembre. L’effectif nécessaire serait de 92 salariés pour l’assemblage et 45 pour l’usinage (= 46 collègues en sureffectif à 1 près).

 

Gears / cases / body valve :

Suppression de l’équipe de nuit et réduction de l’équipe d’après-midi.

Effectif en surplus 16 personnes.

 

Assemblage :

Passage en une équipe.

Effectif en surplus 30 personnes.

 

Indirects : pas de modification de l’organisation.

 

Les élus refusent une nouvelle fois de rendre un avis.

 

En conclusion :

 

Une baisse de volume entraine toujours une baisse d'activité et donc un sureffectif. Dans le cas présent, ce n'est pas une baisse de commande du client qui provoque cette baisse de volume mais, comme cela nous a été dit par Gerd Inden lors d’une réunion avant les vacances, c'est Ford Europe qui baisse les volumes affectés à FAI afin de générer un sureffectif et du coup pouvoir prêter plus de salariés à GFT.

Rappelons qu’être prêté à GFT ne garantit en rien d’y être embauché, loin de là, contrairement à ce que certains discours pourraient laisser espérer.

Ford déroule tranquillement sa stratégie mortifère pour FAI et la destruction des emplois dans notre usine.

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 23 août 2018

Bonnes nouvelles n°403

Cliquez ici :
Bonnes Nouvelles 403-même pas morts 24 ([...]
Document Adobe Acrobat [1.1 MB]

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 23 août 2018

Courrier adressé à Bruno Le Maire,

Ministre de l'économie et des finances,

le mercredi 22 août 2018

Monsieur le Ministre

 

Nous avons eu une réunion d’échange concernant la situation de l’usine Ford Aquitaine Industries le 2 mars 2018 et vous nous aviez exprimé l’importance du dossier Ford.

 

Le 7 juin Ford a lancé une procédure de fermeture complète et définitive du site de Blanquefort, en parallèle Ford à l’obligation de chercher un repreneur.

Il y a eu une rencontre « officieuse » importante entre l’État, Ford et Punch le 20 juillet, a-t-elle réellement eu lieu, qu’en est-il ? Il est nécessaire que les pouvoirs publics soient transparents à notre égard. A ce jour très peu d’informations nous parviennent et nous sommes dans l’incertitude, Ford déroule tranquillement sa dangereuse stratégie menant à la destruction de milliers d’emplois.

Nous dénonçons toujours ce PSE comme injustifiable et nous sommes toujours convaincus qu’il est possible encore d’infléchir la politique de Ford, il est nécessaire et même possible d’imposer au moins une reprise partielle de l’activité et donc de sauver des centaines d’emplois directs comme des milliers d’emplois induits.

Cela suppose de trouver les moyens d’agir, de mettre la pression à Ford pour trouver des solutions viables. Cela suppose que nous travaillons ensemble et donc qu’il y ait des rencontres. Pouvoirs publics et salariés doivent agir en commun pour assurer l’intérêt général.

Nous ne lâcherons pas, nous ne cesserons de dénoncer la politique égoïste, antisociale et même criminelle de la multinationale Ford, nous continuerons de pousser pour que l’activité et les emplois soient sauvegardés sur l’usine de Blanquefort.

Nous sommes dans une grande urgence. Nous vous sollicitons donc pour un rendez-vous rapidement d’ici début septembre pour avancer positivement.

 

Dans l’attente, recevez, Monsieur le Ministre, nos respectueuses salutations.

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 22 août 2018

La presse du mercredi 22 août 2018

FORD BLANQUEFORT : DE NOUVELLES ANNONCES ATTENDUES CE JEUDI

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 22 août 2018

Prochaine réunion commune

CE & CHSCT le jeudi 23 août 2018

(Ordre du jour)

La direction organise cette réunion commune CE et CHSCT. Elle concernera l’organisation du DCT, TTH et 6F35 ainsi que les prévisions de volumes 2018-2019.

Les secrétaires du CE et du CHSCT n'ont pas signé l’ordre du jour car la réunion que la direction propose concerne une modification de l’organisation du travail qui s’appuie sur une baisse des volumes artificielle afin de créer un sureffectif pour libérer du personnel et ainsi augmenter le nombre de prêt à GFT.

La CGT Ford Blanquefort le lundi 20 août 2018

La presse du lundi 20 août 2018

Reprise amère des salariés chez Ford Blanquefort après trois semaines de vacances

La CGT Ford Blanquefort le lundi 20 août 2018

Bonnes nouvelles n°402

Cliquez ici :
Bonnes Nouvelles 402-même pas morts 23 [...]
Document Adobe Acrobat [855.7 KB]

Communiqué de la CGT Ford

Mouvement de colère à l’usine Ford aujourd’hui. En attendant la suite après les congés d’été.

De l’extérieur le ras le bol ou la colère des salariés de l’usine Ford ne se voit pas particulièrement. Pourtant il existe. Cela s’est encore exprimé ce matin avec un mouvement spontané qui s’est traduit par un arrêt de production de plusieurs heures, essentiellement sur les lignes d’assemblage. C’est le mépris de Ford qui fait du dégât. Les dirigeants déroulent tranquillement leur plan de fermeture de l’usine, liquidant sans scrupule des centaines d’emplois, se moquant des conséquences sociales de leurs décisions. Tant pis pour les milliers d’emplois Induits qui vont disparaître, tant pis aussi pour les salariés virés et condamnés pour la plupart à un avenir précaire.

Donc ce matin la direction a dû repousser d’urgence la réunion du PSE pour s’expliquer devant les salariés mobilisés. Plein d’arrogance, elle a fait comme d’habitude, niant la gravité de la fermeture et baratinant sans aucune honte sur les protections soit-disantes garanties à l’ensemble des salariés. Face aux salariés qui exigent un emploi ou des conditions de départs sans aucune perte de salaires, la direction répond que ce n’est pas raisonnable ! Comme si fermer une usine et licencier tout le monde c’était raisonnable. Seulement voilà le boulot de la direction c’est de nous faire avaler la pilule du PSE, c’est nous mettre dans la tête qu’il n’y a pas d’autres solutions que de subir. Tout est fait pour nous faire taire, pour enlever toute légitimité à un mouvement d’opposition à la volonté de Ford. Et on ne peut pas dire que l’attitude de l’Etat, des pouvoirs publics nous aident à se sentir plus forts, moins isolés ou abandonnés. 
La colère et le refus de cette scandaleuse fermeture d’usine sont bien là. Mais ce qui se joue en réalité c’est de trouver les forces pour se battre, de trouver la confiance en nous, dans le collectif, c’est de trouver la légitimité pour défendre les emplois face aux chantages et aux pressions diverses.
L’équipe CGT espère qu’au travers de ces mouvements, de ces coups de colère, de ces sursauts de dignité, une véritable mobilisation va se construire en vue de stopper la politique inacceptable de Ford.
Nous comptons aussi sur le soutien dans la population, mais plus que le soutien, l’idée toute simple que tout le monde est concerné par le sort de l’usine. Cela signifie que le climat de résignation tombe, que le rapport de force change. Cela signifie aussi que l’Etat, les responsable politiques se mettent à l’action, fassent parler l’autorité de l’Etat face aux multinationales qui s’accaparent l’argent public. Enfin cela signifie qu’il y ait une médiatisation de ce genre d’histoires sociales qui monterait que cela a de l’importance, que cela n’est pas non plus une fatalité.
En tout cas pour nous tout n’est pas écrit d’avance.
Ford n’en a pas fini avec nous.
Le  syndicat CGT Ford.

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 18 juillet 2018

RÉUNION PSE
MERCREDI 18 JUILLET 2018
CABINET GERIS

Mobilisation des salariés

La journée commence, comme la dernière fois, par la démonstration de colère de nombreux collègues qui s’est exprimée dans l’atelier.

 

Cette fois, le DRH est allé répondre aux interrogations des collègues rassemblés en salle Pic room mais il ne semble pas les avoir convaincus.

 

De notre côté, la CGT se satisfait de l’irruption des salariés dans les affaires qui les concernent directement. Nous ne pouvons que féliciter les collègues présents d’avoir choisi de ne pas subir. Cela ne pourra que nous aider pour la suite.

 

Pour rappel, des réunions avec les organisations syndicales sous forme d’Assemblées Générales sont prévues ce jeudi à 6h00 et 14h00.

 

Poursuite de l’information du Comité d’entreprise sur le processus de recherche d’un repreneur :

Gerd Inden est présent pour la première fois. Doit-on y voir une relation avec la présence également de la Direction du Travail (Directeur de la DIRECCTE) ? Nous en profitons pour exiger sa présence à chaque réunion dorénavant et pas seulement pour faire semblant lorsqu’il y a des témoins de l’administration !

 

Pour rappel, les discussions avec Punch ne passent pas par le cabinet Géris mais elles se font entre l’État et Ford. Nous n’aurons donc pas d’information sur ce candidat à la reprise de FAI aujourd’hui.

 

Deux représentants du cabinet Géris sont présents pour nous présenter leurs démarches de recherche d’un repreneur.

 

Le rôle de Géris est uniquement de mettre en lien les entreprises avec Ford. Ils ne participent pas aux négociations et ils ignorent quels sont les efforts que Ford serait prêt à faire pour aider à une reprise, ni même si Ford a l’intention de faire beaucoup d’efforts. Nous l’ignorons aussi, ce qui est bien dommage car ce sont des informations primordiales dans ces négociations.

 

Géris a identifié une liste de 224 entreprises, 51 réponses négatives, 170 n’ont pas répondu (en cours de relance), 1 a des discussions très engagées ailleurs mais se renseigne quand même sur FAI sans laisser beaucoup d’espoir, 2 avec lesquelles des discussions sont en cours dont une montre de l’intérêt pour FAI mais nous n’en saurons pas plus, Géris promet que des réponses nous seront données à la rentrée. Et Punch mais Géris n’est pas dans cette négociation.

 

Gerd Inden qui est quand même le directeur général de FAI ne sait rien sur rien. Il n’a aucune réponse à nos questions. Il n’est informé sur rien. Personne à FAI n’est sollicité par un éventuel repreneur. Les compétences sont pourtant ici et les réponses dont pourrait avoir besoin un repreneur, il les obtiendrait certainement plus d’ici que d’un bureau de financiers de Ford qui ignorent tout de cette usine.

 

Le sujet de la dépollution du site est abordé en fin de réunion. Autour de 70% serait dépollué avec toutes les incertitudes qui existent dans ce chiffre. Mais en cas de reprise, Ford dit rester engagé dans cette dépollution.

 

Intervention du Directeur de la DIRECCTE : « ce qui me met mal à l’aise ici, c’est que c’est une réunion d’information où on ne donne pas d’information. » Il invite la direction de FAI à améliorer sa communication avec les élus du CE. Par ailleurs, il insiste sur l’objectif du PSE qui est de sauvegarder l’emploi et non de le supprimer. La priorité doit être donnée à une reprise et/ou aux reclassements.

 

Cette intervention extérieure appuie les reproches répétés faits par les élus du CE sur le manque de transparence, l’opacité générale dans laquelle se déroule ce PSE. Et elle renvoie à ses chères études la direction locale.

 

Prochaine réunion le 5 septembre 2018.

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 18 juillet 2018

RÉUNION PSE
MARDI 17 JUILLET 2018
« LICENCIEMENT COLLECTIF »

Poursuite de l’information en vue de la consultation du Comité d’Entreprise sur le projet de licenciement collectif pour motif économique :

Beaucoup de question se posent sur le choix du cabinet Right Management, quel cahier des charges ? Notre expert demande à avoir le contrat car les éléments qui nous sont fournis sont très insuffisants. Quels sont leurs ressources et leurs moyens, notamment le ratio du nombre de salariés suivis par consultant ? Encore une fois, nous n’aurons aucune réponse.

À noter que la DIRECCTE se pose les même questions et estime qu’il aurait été souhaitable d’associer les représentants du personnel au choix du cabinet. Par ailleurs, la DIRECCTE demande à FAI qu’il soit porté à la connaissance des élus du CE le cahier des charge et les réponses à toutes les interrogations portées plus haut.

 

Sans la moindre négociation, la direction apporte des améliorations au PSE mais elles restent bien en deçà des revendications qu’apporteront les organisations syndicales en temps et en heure.

Nous estimons que ce PSE est très loin d’être à la hauteur du groupe !

RÉUNION PSE
MARDI 17 JUILLET 2018
« CESSATION D’ACTIVITÉ »

 

Poursuite de l’information en vue de la consultation du Comité d’Entreprise sur l’opération projetée de cessation complète et définitive d’activité de la société FAI et ses modalités d’application :

• Absence de Gerd Inden.

• Des points sont abordés sur les moyens des élus du personnel pour travailler sur le PSE : crédits d’heures de délégation, transferts de mails sur les messageries personnels pour rester informés sans délais, obtenir les Procès-Verbaux beaucoup plus rapidement soit sous 3 jours, réunions sous forme d’assemblées générales des organisations syndicales avec les salariés,...

• Le PV du CE du 27 juin 2018 n’est pas validé par les élus car toute la partie où le directeur de l’usine faisait la demande de lui autoriser à baisser les volumes de production afin de créer un sureffectif artificiel pour prêter plus de personnel à GFT a disparu !!! Étrange…

 

La suite de la réunion concerne les questions posées par les élus du CE lors de la première réunion. Nous avons reçu en amont des réponses écrites avec des documents principalement en anglais. Des justifications économiques sont faites sans explications claires et personne pour les éclairer. Nous n’avons en face de nous que le DRH de FAI, loin de ce qui se passe habituellement dans les grandes entreprises ayant fait de telles annonces où il y a généralement une ribambelle de spécialistes. Ici, nous avons vraiment le sentiment que Ford en a rien à foutre, ils font à minima, ils balancent leurs trucs et tant que ça passe, ils déroulent tranquillement.

 

Beaucoup de sujets sont abordés :

DCT vendu à perte, sous le prix du marché pendant longtemps mettant en difficulté FAI.

Les doutes sur la provenance de toutes les 6F35 sur le marché européen.

Les études économiques sur les différentes transmissions justifiant un surcoût de FAI.

Les volumes de l’Ecosport en Europe non attribués à FAI.

Le Carter Fox qui sera produit ailleurs sans justification valable.

Les fours achetés par GFT en concurrence directe avec FAI dont Ford prétend ne pas être en mesure de répondre car GFT est une entité distincte alors que Ford en est propriétaire à 50% et client principal et y investit.

Groupes de travail. Compositions, réunions et comptes rendus.

Projections de volumes : qui les fait ?

Consultation ou plutôt non consultation de FAI sur les futures productions de transmissions Ford.

 

Ford ne répond pas à nos questions ou alors vaguement et même pas en langue française. De plus, nous n’avons pas les bons interlocuteurs en face de nous. Le DRH joue un rôle de facteur, il prend nos questions qu’il transfère à Ford Europe, ces derniers y répondent plus ou moins bien et il faut reformuler quand il y a incompréhension. Le temps passe et joue contre et nous, Ford le sait et nous le fait perdre. Il y a un véritable mépris.

La CGT Ford Blanquefort le mardi 17 juillet 2018

Ford Blanquefort dans la presse

Fermeture de l'usine de Philippe Poutou : "Le vivre ensemble est artificiel s'il y a du chômage"

La CGT Ford Blanquefort le mardi 17 juillet 2018

COMPTE-RENDU RÉUNION 
COMITÉ D’ENTREPRISE 
LUNDI 16 JUILLET 2018

Présence de Gerd Inden lors de cette réunion CE mais pas longtemps.

 

La direction de FAI a reçu la réponse du Directeur de la DIRECCTE suite à la demande d’injonction faite par l’unanimité des élus CE.

Les transferts de contrats vers GFT sont désormais interdits durant la procédure du PSE jusqu’à son homologation par la DIRECCTE. À l’issue du PSE, il ne devra pas être fait priorité à l’embauche à GFT aux salariés de FAI prêtés à GFT par souci d’équité. Les prêts ne sont pas interdits mais la DIRECCTE invite la direction à ne pas accélérer les procédures et en accroitre le nombre. Chose qu’elle fait pourtant puisque les prêts sont passés de 10 en mai à 26 aujourd’hui.

Une réunion CE extraordinaire aura lieu le 23 août pour présenter les impacts que les baisses de volumes auront sur l’organisation du travail à FAI et la direction envisagera alors le prêt de 75 salariés.

 

Marche de l’entreprise - Avancement des activités :

 

TTH :

Production IB5 : 0/jour.

Production MX65 : 1780/jour mais aucun chiffre n’est crédible concernant cette activité.

 

6F35 :

Production : 250/jour en juillet. 320/jour en août et 280 en septembre.

Malgré les ralentissements de production que connait FAI pour des raisons bien légitimes, le stock reste trop important et les volumes à venir sont revus à la baisse.

Pas de travail la semaine 44.

Il y aura un sureffectif de 45 personnes au retour des congés. Une information consultation sera faite en août.

Stock de 4389 au 19 juillet.

Volume annuel : 77582 soit une baisse de 5355 par rapport aux prévisions précédentes.

Le mois dernier, Ford a voulu réduire les volumes pour créer artificiellement un sureffectif afin d’accélérer le prêt à GFT, ce qui a été refusé par les élus du CE et coïncidence (ou pas), la direction annonce que les volumes baissent quand même. Raison invoquée par la direction, la réduction des stocks dans les usines ! Sauf que les stocks ne seraient peut-être pas si importants si Ford n’avait pas fait venir des 6F35 de Van Dyke !!! De quoi suspecter Ford sur ses réelles intentions...

 

DCT :

Production : 385/jour en juillet puis 275 au retour des vacances.

Il y aura un sureffectif de 39 personnes au retour des congés.

Volume annuel : 90 000

 

Carter Fox :

Production : 1272/jour plus 1080 en SD en juillet, août et septembre.

Stock de 15984 au 19 juillet.

Volume annuel : 330 000

Les volumes de moteurs ne baissent pas alors que les boites de vitesses chutent. Il y a une incohérence à moins que les Ford soient vendues sans transmissions. De quoi encore s’interroger.

 

Personnels (chiffres au 30 juin 2018) :

Prêt de main d’œuvre à GFT : 26 collègues étaient prêtés en juin.

Effectifs : nous ne sommes plus que 817 salariés actifs.

 

Présentation des travaux vacances à réaliser pendant la fermeture d’été:

Une présentation des TV est faite.

 

Projet d’installation d’une vidéo-surveillance mobile :

Une caméra sera mise en place dans différents secteurs de l’usine suite à des vols et une chasse aux fumeurs. La présence de cette caméra sera signalé par des affichages. Les images seront archivées 21 jours.

 

Information-consultation sur les projets de convention individuelle de prêt de personnel pour 2018 entre FAI et GFT et les projets d’avenant – Avis :

D’après la direction, il y a actuellement 107 volontaires pour aller à GFT.

2 nouveaux prêts de main d’œuvre sont à l’ordre du jour ce qui va porter le total de prêts à 28.

8 votants : 5 « contre », 3 « blanc ».

 

Questions diverses :

- Enième demande d’avoir les documents en langue française afin de pouvoir les étudier équitablement. En effet, la direction a répondu à diverses demandes des élus CE concernant le PSE en fournissant des documents en langue anglaise.

- La CGT critique les fausses annonces colportées par certains cadres dans l’atelier.

La CGT Ford Blanquefort le lundi 16 juillet 2018

Ford Blanquefort dans la presse

A Blanquefort, l’usine Ford ferme sans un bruit

La CGT Ford Blanquefort le lundi 16 juillet 2018

Bonnes nouvelles n°401

Cliquez ici :
Bonnes Nouvelles 401-même pas morts 22 ([...]
Document Adobe Acrobat [1.8 MB]

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 12 juillet 2018

Rencontre avec le délégué interministériel JP Floris et le Préfet

La CGT Ford Blanquefort le mardi 10 juillet 2018

Les Ford font irruption au Conseil de Bordeaux Métropole

Cette action devait être gardée secrète.
C'est pourquoi peu de personnes en ont été informées. 
Et il faut bien le dire, c'est une réussite totale !

Dans un premier temps, Alain Juppé a suspendu la séance et s'est éclipsé, puis le "Courrier envoyé au délégué interministériel JP Floris et au Préfet" à lire plus bas sur cette page a été lu par Philippe et applaudi par l'auditoire !

Enfin, une délégation a été reçue par Alain Juppé.

On ne lâche rien.

Vidéo

Vidéo

Photos

Les "Ford" de Blanquefort s’invitent à la Métropole

Les Ford perturbent le conseil de Bordeaux Métropole

Les Ford font irruption au Conseil de Bordeaux Métropole

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 6 juillet 2018

Bonnes nouvelles n°400

Cliquez ici :
Bonnes Nouvelles 400-Petit BN 1 (vendred[...]
Document Adobe Acrobat [527.9 KB]

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 6 juillet 2018

Courrier envoyé au délégué interministériel JP Floris et au Préfet

Mr. JP Floris, Mr. Le Préfet

Remarques et propositions en vue de notre rencontre du lundi 9 juillet

Nous avions envisagé dès notre première rencontre d’avoir des rapports transparents et francs entre nous. C’est ce que nous pensons toujours nécessaires. C’est pour cette raison que nous commençons par exprimer notre mécontentement concernant votre attitude durant ces derniers mois.

Entre les jours qui ont suivi l’annonce du désengagement de Ford le 27 février et le Comité de Suivi du 15 juin confirmant l’annonce du PSE de fermeture d’usine, vous avez complètement changé à la fois d’attitude et de discours. Gouvernement et pouvoirs publics semblent avoir oublié les « trahisons » et mensonges de Ford, oublié les engagements de la multinationale, tout l’argent public que vous lui avez donné en échange du maintien des emplois qui n’aura pas été respecté !

Pourquoi avoir lâché prise aussi facilement, aussi rapidement devant une décision de Ford complètement injustifiable. La soi-disant impuissance de l’Etat que vous mettez en avant n’est pas crédible un seul instant. N’est-il pas possible de contraindre Ford, de les menacer de rompre tous les contrats d’achats de flotte automobiles, de réquisitionner l’usine qui est d’une certaine manière déjà une propriété publique (vu toutes les subventions publiques données en 45 ans) ? Vous tous, pouvoirs publics, Etat, gouvernement, vous avez des pouvoirs, des responsabilités à assumer, des comptes à rendre à la population, aux salariés.

Elle est où l’autorité de l’Etat quand une multinationale peut à ce point détourner l’argent public, des dizaines de millions d’euros rien que ces dernières années et combien de centaines de millions d’euros et de francs durant les 45 ans de présence de Ford à Blanquefort ? Le pouvoir de l’Etat se résumerait-il à offrir des cadeaux à des multinationales milliardaires ?

Ford a décidé de partir, ses dirigeants l’ont dit tranquillement, avec arrogance, avec mépris, sans aucun scrupule. Ne serait-ce pas à l’Etat, aux pouvoirs publics de faire respecter les intérêts de la population, d’imposer à Ford de respecter ses obligations envers la collectivité ? N’y a-t-il vraiment aucun argument, aucun moyen de faire pression sur Ford ? N’y a-t-il pas une justice, une police prompte à défendre les gens victimes de vol, de triche ? L’Etat peut-il se faire détrousser sans réagir, sans possibilité de se faire rembourser ?

Nous n’y croyons pas un seul instant. Tout cela relève de choix politique.

Pour nous, les pouvoirs publics n’ont pas le droit de déserter ou de capituler. La fermeture de l’usine est forcément une catastrophe sociale. Il n’y a pas que les 900 emplois directs, il y a autour de 3000 emplois induits. Ford est responsable de la disparition prochaine de tous ces emplois. Vous ne pouvez décemment pas dire que votre rôle se cantonne à « border » le PSE, à faire en sorte de protéger au mieux les salariés victime du plan de licenciement. D’abord parce qu’on ne voit pas comment vous allez faire, en laissant à Ford toute marge de manœuvre.

Et puis quel contrôle avez-vous sur les licenciements/suppressions d’emplois dans les entreprises sous-traitantes (Sodexo, GSF…), quels moyens avez-vous pour savoir ce qu’il en est des conséquences dans les emplois publics, dans les commerces, dans la vie sociale au niveau de l’agglomération, du département, de la région ? Êtes-vous en mesure de connaître exactement l’impact de cette fermeture sur l’emploi, les conditions dans lesquelles seront supprimés les emplois induits ?

Il ne peut y avoir de « bon plan social ». La seule solution viable et responsable c’est le maintien d’une activité, d’une manière ou d’une autre. Et c’est à vous de jouer. Ford se moque totalement de la suite. Pour preuve ces derniers jours, la direction de Ford a voulu baisser artificiellement la production afin de créer un sureffectif et du coup pouvoir prêter plus de personnel à GFT, organisant une réunion extraordinaire du Comité d’Entreprise pour consulter le CE sur ce point-là. Sur ce même point quelques jours plus tôt le 27 juin, le directeur de FAI, M. Gerd Inden, faisait une apparition en fin de réunion de consultation sur le PSE (réunions auxquelles il n’assiste pas), afin de demander aux élus du Comité d’Entreprise la possibilité d’assouplir leurs obligations de consultation du Comité d’Entreprise sur le prêt de main d’œuvre entre FAI et GFT. Mais ça va plus loin, on apprend aujourd’hui même que la direction donne pour « consigne » dans les ateliers que si mardi prochain l’équipe de France de football se qualifiait pour la demi-finale de la coupe du monde, les salariés pourraient rentrer chez eux payés par Ford pour pouvoir regarder ce match. Vous voyez bien que Ford se moque totalement de la production actuelle de l’usine et pire Ford crée volontairement des arrêts de production et ainsi compromet fortement d’éventuelles possibilités de poursuite d’activité par un tiers. C’est une attitude irresponsable et qui doit être condamnée. Il est certain que Ford s’en moque mais il faut dire que les dirigeants n’ont pas vraiment de contrainte. Ford part et on n’y peut rien ? Soit. Mais Ford doit payer à la hauteur de la catastrophe et à la hauteur des enjeux.

Ford doit donner les moyens pour créer les conditions d’un maintien d’une activité et donc d’une reprise. Il faut un fond de garantie. Il faut des engagements de la multinationale. Il faut imposer un accord que Ford doit appliquer. Un juste retour des choses, comme un remboursement des aides, comme une dette à honorer à l’égard de la collectivité. Pour cela, l’Etat, les pouvoirs publics doivent intervenir de manière autoritaire pour que les emplois soient préservés.

Nous vous proposons de travailler ensemble, en collaboration, nous les syndicats, les salarié.e.s avec vous les représentants de l’Etat, les collectivités territoriales pour défendre l’intérêt collectif. Nous pouvons joindre nos capacités de mobilisation à vos capacités d’action.

Cela commence par délégitimer immédiatement le PSE, le plan de fermeture de Ford. Cela signifie à partir de maintenant de dénoncer publiquement l’attitude de Ford, d’utiliser tous les moyens pour faire pression, d’en appeler à la mobilisation générale de la population pour faire respecter l’intérêt général.

Le PSE doit être annulé, tous les efforts doivent être mis sur l’objectif du maintien d’une activité et donc de mettre au point un plan de reprise.

Nous sommes disponibles pour travailler avec vous dans ce sens. Il y a urgence pour agir et pour contraindre Ford à assurer une politique sociale.

En espérant qu’en essayant de mettre à plat nos questions, nos critiques, nos propositions, cela permettent d’avancer plus clairement et d’agir plus efficacement.

Cordialement

Le syndicat Cgt-Ford, jeudi 5 juillet 2018

COMPTE-RENDU RÉUNION  EXTRAORDINAIRE COMMUNE DU CE ET DU CHSCT

Présence de Gerd Inden à la réunion, faut dire que c’est lui-même qui avait fait irruption en fin de réunion de PSE du 27 juin (partie repreneur) pour demander tranquillement des assouplissements dans les procédures de prêt de personnel de FAI à GFT, histoire de vider l’usine de FAI plus tôt qu’elle ne devait l’être, quel culot a ce type !

 

1 - Information-consultation sur l’organisation du DCT avec un volume de 275/jour :

 

Aujourd’hui on est à 385 supports et embrayages/jour.

Orga 2X8 maintenue sur le support.

On s’aperçoit qu’au total la réorganisation est faite de manière à faire passer de 74 personnes à 49 personnes (chiffre FTE) ce qui fait un sureffectif organisé artificiellement de 25 personnes.

Mais ce n’est pas tout il y a l’effectif indirect qui va trinquer ! 2 encadrants, 5 salariés de maintenance, 2 CPQS, 3 outilleurs de presses, 2 méthodes : résultats 14 personnes de plus en sureffectif augmentant toujours artificiellement le sureffectif à 39 personnes !

 

Face aux questionnements des organisations syndicales ouvrières, Gerd Inden dit qu’une centaine de volontaires sont intéressés pour aller à GFT et cette baisse de production volontairement demandée par FAI est faite uniquement pour libérer du personnel afin de faciliter les prêts vers GFT. Il rajoute que c’est Ford Europe qui donne l’ordre de baisser la production, en quelques minutes il dit tout et son contraire, la direction n’est visiblement pas à l’aise avec cette baisse des volumes organisée de manière à vider l’usine plus vite que prévue.

A force de l’insistance des élus des organisations syndicales ouvrières la direction dit que cet ordre de la « centrale » (Ford Europe) de baisser prématurément la production a été donné pour prêter plus rapidement du personnel à GFT, on voit vraiment que Ford a choisi d’accélérer le « vidage » de l’usine pendant la procédure d’information-consultation concernant le P.S.E.

Concernant le DCT, le seul client c’est l’usine Kechnec et donc cela voudrait dire que Kechnec ait une baisse de volume qui corresponde à la baisse des volumes de FAI. La direction dit ne pas avoir ces chiffres (on ne les croit pas du tout), du coup impossible pour nous de vérifier que la baisse demandée à FAI corresponde vraiment à une baisse de demande client plutôt que libérer du personnel pour GFT.

 

La direction confirme que les salaires sont préservés à compter du mois de juin même pour les salariés qui changeraient d’horaires suite à des réorganisations en passant par exemple de 2x8 à 1x8. Il n’y aura donc pas de perte de salaire. Par contre si un salarié voyait sa rémunération augmenter, par exemple par un passage de 1x8 à 2x8, le salaire augmentera en relation avec la prime d’équipe.

 

2 - Information-consultation sur l’organisation du TTH avec 4 fours :

 

Les fours seront vidés dans la nuit de vendredi à samedi et l’activité reprendra doucement à partir de 18h00 le dimanche soir et l’enfournement reprendra le lundi matin à partir de 6h00.

Avec cette organisation à 4 fours, il y a un besoin de 80 personnes (chiffre FTE) alors que l’effectif actuel est de 95 personnes (chiffre FTE).

Du coup ça porte à 15 personnes en sureffectif pour d’éventuels prêts à GFT, portant à 54 personnes libérées en cumulant le DCT et le TTH, mais c’est pas fini !

La signature d’un contrat entre FAI et GFT revient sur le tapis et la direction dit qu’il n’y a toujours pas de signature de contrat et que le contrat MX n’existe même pas avouant ainsi leur mensonge. La réflexion est menée par la CGT pour dire que ce fameux contrat n’a peut-être pas été signé depuis plusieurs mois voire années car la direction de FAI savait déjà qu’un PSE et une fermeture d’usine allait être annoncée, et ainsi sans contrat, pas d’activité supplémentaire et une facilité de démontrer pour la direction locale et Ford Europe le manque d’activité de FAI. C’est carrément une falsification de la vérité sur l’activité du TTH afin d’aller vers une fin d’activité beaucoup plus rapidement et facilement.

 

3 - Information-consultation sur l’organisation de la 6F35 à 320 transmissions/jour :

 

L’organisation présentée par la direction fait baisser l’effectif de 22 personnes (chiffres FTE). La raison invoquée de l’anticipation de cette baisse de volume ne vient pas d’une récente demande du client mais bien d’une manipulation pour libérer prématurément du personnel et de le pousser à être prêté à GFT !

L’usinage passe de 64 salariés à 55 (-9)

L’assemblage passe de 122 à 109 (-13)

Les services supports de la 6F35 n’auront pas de personnel en moins.

Avec les 54 personnes en sureffectif du DCT et du TTH et en rajoutant les 22 personnes en sureffectif de la 6F35 le cumul se porte à 76 salariés en sureffectif.

 

Le DRH demande si les membres du CHSCT et les élus CE souhaitent rendre un avis sur les 3 points précédents.

 

Une suspension de séance est demandée par toutes les organisations syndicales afin de discuter d’un rendu d’avis ou pas concernant la réorganisation présentée.

L’ensemble des membres du CHSCT ainsi que l’ensemble des élus du CE décident de ne pas donner d’avis sur les trois points précédents car ces réorganisations présentées sont en lien direct avec la volonté de la direction de FAI de libérer du personnel afin de prêter du personnel à GFT, chose que nous contestons au point 4 de l’ordre du jour. L’organisation du travail reste donc inchangée.

 

4 - Information-consultation sur les projets de convention individuelle de prêt de personnel pour 2018 entre FAI et GFT et les projets d’avenant - avis :

 

Le secrétaire du Comité d’Entreprise informe la direction de FAI de l’intention de l’ensemble des élus du Comité d’Entreprise de faire une demande au directeur de la DIRECCTE d’injonction concernant le prêt de main d’œuvre pendant la procédure d’information-consultation du PSE.  A lire en suivant :

 

Vote des élus du CE pour faire la demande d’injonction auprès du directeur de la DIRECCTE :

8 votes pour et donc unanimité des 8 élus du CE

 

 

MANDAT EN VUE D’UNE DEMANDE D’INJONCTION AU DIRECTEUR DE LA  DIRECCTE :

 

Le comité d’entreprise de la société FAI réuni le 4 juillet 2018 désigne monsieur Gilles LAMBERSEND , secrétaire du Comité d’Entreprise, pour saisir, au nom du Comité d’Entreprise, le directeur de la  DIRECCTE afin que celui-ci mette en œuvre à l’égard de la société FAI la procédure d’injonction prévue par les articles L 1233-57-5 et D1233-12 du code du travail dans le cadre de la procédure d’information-consultation initiée par la société FAI en application de l’article L1233-30 du code du travail dont la première réunion s’est déroulée le 26 juin 2018.

==> 8 votes pour et donc unanimité des 8 élus du CE

 

Monsieur Gilles LAMBERSEND pourra se faire assister par un avocat à savoir la SCP GUEDON-MEYER qui sera rémunérée sur le budget du Comité d’Entreprise.

==> 8 votes pour et donc unanimité des 8 élus du CE

Le présent mandat est donc adopté lors de la réunion du Comité d’Entreprise de ce 4 juillet 2018.

 

 

 

Les membres du CE ne rendent pas d’avis dans l’attente du retour du Directeur de la DIRECCTE sur les points suivants :

 

a) Sur le prêt de main d’œuvre au sein de GFT pendant la procédure d’information-consultation et ses conséquences sur la régularité de la procédure, nous considérons que la Direction anticipe la réorganisation pendant la procédure d’information-consultation (anticipation de la baisse des volumes) et organise une anticipation déguisée des reclassements venant par ailleurs menacer, par la suite, une égalité de traitement des salariés face aux mesures sociales d’accompagnement.

 

 

b) En imposant une nouvelle consultation sur un prêt de main d’œuvre vers GFT, la société FAI fait entrave au fonctionnement du Comité d’Entreprise et du CHSCT qui sont en cours d’être consultés sur le P.S.E et les licenciements économiques.

 

 

c) Un P.S.E constitue un engagement unilatéral de la société F.A.I. La société F.A.I engage sa responsabilité en le violant en cours de procédure de consultation du Comité d’Entreprise et du CHSCT. Le « repositionnement » chez GFT selon la société F.A.I a été prévu après l’homologation du P.S.E et non avant.

Le Comité d’Entreprise et le CHSCT sont en conséquence privés de leur pouvoir de consultation après débats.

 

 

d) La Direction peut-elle, au démarrage de la procédure d’information consultation, décider d’afficher, de façon unilatérale, les mesures du PSE alors même que le processus de consultation n’est pas terminé ? Selon nous, il s’agit d’un délit d’entrave au fonctionnement du Comité d’Entreprise et du CHSCT et entache d’irrégularité  la procédure de consultation.

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 4 juillet 2018

Bonnes nouvelles n°399

Cliquez ici :
Bonnes Nouvelles 399-même pas morts 20 ([...]
Document Adobe Acrobat [1.1 MB]

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 4 juillet 2018