Pour télécharger l'image de la campagne d'appel au boycott de la marque Ford et la diffuser sur les réseaux numériques, cliquez ici :
Boycott Ford.jpg
Image JPG [206.5 KB]

Lettre ouverte à Bruno Le Maire

Monsieur le Ministre d’État,

 

Je vous prie de trouver ci-joint la nouvelle position de PUNCH qui n’entend plus en l’état être candidat à la reprise de FORD Blanquefort prétextant du temps qui a passé…

 

Votre volontarisme dans le domaine économique désormais bien trempé doit à nouveau faire son œuvre en vue d’imposer une solution de reprise à Ford afin de préserver près de 450 emplois.

 

De la même manière, la parole de l’État vis-à-vis de la multinationale américaine FORD doit être réaffirmée et respectée.

 

Le Président de la République ne peut avoir qualifié l’attitude de FORD d’hostile, lâche et incompréhensible et que la seule réponse de l’État soit l’homologation du Plan social…

 

Vous ne pouvez vous-même avoir qualifié devant la représentation nationale (Assemblée Nationale et Sénat) les 872 suppressions d’emplois en cause de licenciements boursiers et ne pas être présent aux côtés d’un Syndicat CGT que vous avez qualifié d’acteur particulièrement responsable dans le dossier FORD, dans l’instance judiciaire du 4 juin 2019 qui ne vise pourtant qu’à faire respecter les propos du Président de la République et de son Ministre.

 

L’intérêt général commande de traduire en acte concret une parole d’État juste.

 

Nous aimerions, au-delà de nos différences idéologiques certaines, pouvoir vous compter du côté du droit à l’emploi issu du programme du Conseil National de la Résistance et inscrit dans notre Constitution depuis 1946.

 

Le grand Jaurès n’écrivait-il pas dans son discours à la jeunesse de 1903 que « le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire ».

 

Nous attendons donc de l’État cette posture de vérité.

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 24 mai 2019

Mail de l'actionnaire majoritaire

de Punch

Monsieur Lambersend,

 

je suis très occupé ces derniers temps, c’est la raison de cette réponse tardive.

 

Nous confirmons avoir reçu vendredi dernier une assignation pour le 4 Juin 2019 à 14h00 au TGI de Bordeaux.

Comme demandé dans ce courrier d’assignation, notre avocat nous représentera à cette audience.

 

Punch a été très engagé dans le projet de reprise de FAI pour construire un nouveau futur pour cette entreprise et ses salariés.

Lors de la construction du plan d’affaire pour cette reprise, nous avons eu des contacts construtifs et transparents avec les représentants du personnel. Nous vous remercions pour cette coopération.

 

Cependant, compte tenu du contexte, des nouvelles conditions et des délais, Punch n’est plus en mesure de pouvoir acquérir ce site.

Notre conseil transmettra ce message au TGI.

 

Néanmoins, Punch souhaite continuer à investir en France et la région de Bordeaux pourrait représenter un intérêt pour des projets spécifiques.

 

Punch va donc se concentrer au développement de ces nouvelles opportunités.

 

C’est pourquoi nous espérons pouvoir à nouveau vous rencontrer dans un futur proche, la CGT ainsi que les autres organisations syndicales au sujet de ces nouvelles opportunités

 

Bien cordialement

Guido Dumarey

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 24 mai 2019

Ford Blanquefort dans la presse

Du vendredi 24 mai 2019

Ford Blanquefort : une lettre ouverte à Bruno Le Maire

Ford Blanquefort: la CGT demande une nouvelle fois son soutien à Bruno Le Maire

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 24 mai 2019

Ford Blanquefort dans la presse

Du jeudi 23 mai 2019

Ford Aquitaine Industries : l’intense guérilla juridique de la CGT

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 23 mai 2019

Communiqué CGT-Ford :

Assemblée Générale ce vendredi 24 mai à 10h00 au CE de Ford, à quelques jours de l'audience au TGI du mardi 4 juin

La bataille continue pour empêcher la fermeture de l'usine et pour sauver le plus d'emplois possibles
 
Ce vendredi 24 mai, à la salle Douat (CE de l'usine), nous organisons une Assemblée Générale avec les salarié.e.s, en présence de notre avocat Maître Brun, pour discuter de notre attaque en justice contre Ford. Nous tenons à expliquer notre démarche et ses enjeux, nos objectifs et ce qui peut se passer en fonction du jugement qui devrait être normalement rendu courant du mois de juillet.

 

L'audience est fixée au mardi 4 juin à 14 heures. D'ici là, nous espérons encore obtenir le soutien de l'Etat en la personne du ministre de l'économie Bruno Le Maire et même celle du Président Emmanuel Macron. Nous dénonçons l'absence de motif économique justifiant la fermeture et les licenciements, nous dénonçons aussi l'abus du droit de refuser un projet de reprise, l'abus du droit de propriété.

 

Depuis l'année dernière, nous menons la bataille de l'emploi en cherchant en permanence le soutien et l'intervention des pouvoirs publics. A ce titre, le ministre de l'économie et le président de la République avaient fait des déclarations fortes pour dénoncer l'attitude de Ford. Nous nous appuyons sur ces interventions comme sur le rapport de notre expert économique, comme sur tout notre travail depuis plus d'un an pour obtenir gain de cause au final.

 

Notre bataille continue avec l'assemblée générale de demain, comme avec le rassemblement que nous organiserons le jour de l'audience et d'autres initiatives que nous prendrons à la suite.

 

Nous vous invitons (les médias) pour 11h30 vendredi 24 mai, à l'issue de notre AG pour faire le point sur notre situation.
 
Cordialement
le syndicat Cgt-Ford Blanquefort

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 23 mai 2019

Bonnes nouvelles n°439

Cliquez ici :
Bonnes Nouvelles 439-61 (jeudi 23 mai 20[...]
Document Adobe Acrobat [1.0 MB]

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 23 mai 2019

Assemblée Générale
Vendredi 24 mai
A 10h00 à la salle Douat

La CGT Ford Blanquefort le mardi 21 mai 2019

Ford Blanquefort dans les médias

Du lundi 20 mai 2019

Gironde : pourquoi les Ford-Blanquefort sont à Strasbourg pour déposer un recours devant le Conseil de l'Europe

Ford taille 10 % de ses effectifs dans le monde

Ford va supprimer 7000 emplois dans le monde pour des économies

La CGT Ford Blanquefort le mardi 21 mai 2019

Ford Blanquefort dans la presse

Du vendredi 17 mai 2019

La CGT Ford Blanquefort le dimanche 19 mai 2019

Recours au Conseil de l'Europe à Strasbourg ce lundi 20 mai

L'Europe aidera-t-elle les salariés de FORD Aquitaine Industries ?

Il ne suffit pas de s’interroger devant un ordinateur, il faut agir pour que cela arrive. La CGT Ford le fait :

Voici un communiqué du syndicat Cgt-Ford :
Nous serons à Strasbourg ce lundi 20 mai, avec d'autres syndicats, pour déposer un recours auprès du Conseil de l'Europe. 
C'est la suite logique de notre recours déposé au siège de l'OIT à Genève en mars dernier, c'est la suite logique tout simplement de notre bataille contre la fermeture de l'usine Ford, contre les licenciements et pour la défense des emplois de toutes et tous, pour la défense de nos droits et de nos vies. 
Nous saisissons les outils que nous avons pour faire respecter le droit des travailleurs. Sur les question de protection contre les licenciements, il se trouve que la législation française est en contradiction avec le droit international, que ce soit avec la convention de l'OIT ou avec la Charte Sociale Européenne. 
Les licenciements économiques ont besoin d'un motif économique, pas seulement d'une cause "réelle ou sérieuse" mais d'une "cause nécessaire" comme l'indique la Charte Sociale Européenne ou la convention de l'OIT. 
En cas de licenciement sans cause nécessaire donc abusif, la réparation dans le droit français est là encore en contradiction avec la charte comme la convention pourtant ratifiée par la France. Nous faisons ces recours pour que le Conseil de l'Europe, comme le secrétariat de l'OIT,exige de l'etat français qu'il respecte le droit international.
Nous serons présent.e.s devant le Conseil de l'Europe, au 8 avenue de l'Europe, à Strasbourg, à 13h45, nous ferons un point presse, avant de déposer notre recours.

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 17 mai 2019

Rassemblement pour les 9 PSA a Versailles le 17 mai 2019

Une délégation Cgt-Ford était devant le tribunal de Versailles ce vendredi 17 mai à 12h pour soutenir nos camarades de l’usine PSA-Poissy qui se défendent contre la répression de leur direction. Ils sont 9 accusés de « séquestration » à l’occasion d’un mouvement de grève. Ils risquent des peines de prison et le licenciement.

Nous étions déjà allés apporter notre soutien. Ce coup-ci c’est la suite, en appel. On y est retourné car c’est important que la solidarité s’exprime pour empêcher les attaques graves contre le droit de contester ou de se défendre tout simplement.

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 17 mai 2019

Pour en savoir plus sur Teddy Riner, l'ambassadeur de Ford France

Teddy Riner, lobbyiste du Maroc subventionné par l’émir du Qatar :

Cliquez ici :
2019.05.14 Médiapart - Teddy Riner.pdf
Document Adobe Acrobat [2.0 MB]

On comprend mieux le peu d'intérêt qu'il porte aux salariés de Blanquefort !

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 16 mai 2019

Bonnes nouvelles n°438

Cliquez ici :
Bonnes Nouvelles 438-60 (jeudi 16 mai 20[...]
Document Adobe Acrobat [469.6 KB]

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 16 mai 2019

Réunion Bercy du lundi 13 mai 

Présent.e.s =

 

Bercy-Services de l’Etat : JP.Floris (délégué interministériel), R.Lataste (CIRI), N.Mornier (Direccte)

Collectivités territoriales représentées : Région ; Bx-Métropole ; Blanquefort (V.Fereira) ;

Intersyndicale FO-CFE/CGC-CGT + Expert Secafi

 

Discussion =

 

JP.Floris commence sur le protocole d’accord qui a été validé entre collectivités territoriales et Bercy, transmis à Ford qui l’a lu, a mis du temps à répondre, aurait commencé à répondre. « On » irait vers un accord sauf sur la partie « foncière ».

Un texte qui ne nous a jamais été communiqué. On leur a bien dit que ce n’était pas normal. Pas de problème pour nous communiquer le texte ?

 

Le transfert de propriété se ferait au 1er janvier 2020 (demande des pouvoirs publics). Mais délai incompatible avec les questions de dépollution (plan de gestion, diagnostic …) donc le transfert de propriété ne peut pas se faire avant le 1er octobre 2021.

Demande à Ford qu’il puisse y avoir travail s’il y avait un plan de reprise. Donc discussion sur vente d’un bout de terrain de manière à commencer à réindustrialiser. Possible de prendre les zones où c’est certain qu’il n’y ait pas de pollution. Demande d’audit pour savoir.

 

Machines : Ford doit donner la liste des machines qu’ils veulent emporter, celles qu’ils peuvent laisser et « on » choisirait celles dont on aurait besoin pour produire. Mais en même temps, Ford confirme ne pas vouloir vendre ses licences ni à Punch ni à d’autres, ce qui rendrait inutile une bonne partie du parc machines.

 

Terrain : les collectivités demandent plus de terrain que ne veut laisser Ford. Ford constate qu’il y a beaucoup de modification du texte qu’ils avaient proposé. Ça ne lui plait pas.

Délai de 15 jours pour nouvelle proposition de texte de Ford. Mais visiblement Ford n’est pas vraiment disposé à répondre avant la date de l’audience au tribunal (4 juin). En fait, on a du mal à se faire une idée de la situation exacte.

 

Si jamais il n’y a pas d’accord, alors il pourrait y avoir la décision des pouvoirs publics de transformer le terrain en zone résidentielle, ce qui signifie que Ford paierait le prix fort pour dépolluer le site. Cela peut-être un point de pression. Encore faut-il s’en servir.

 

Prix du terrain : Cela n’a visiblement pas été discuté ou négocié. Les services de l’Etat n’avaient pas de trace de la transaction, dossiers pas archivés ? C’est Ford qui dit que le terrain avait été vendu à l’époque, non pas au franc symbolique mais à un 3F le m² donc à un prix largement en dessous du prix du marché. Il y aurait 96 ha. Donc après estimation-calcul approximatif, Ford aurait payé 2,9 millions de francs. Personne ne semble très sûr de la chose. Des recherches archéologiques seraient nécessaires.

Concernant le terrain, il faut savoir qu’en ce moment, Ford qui prépare son départ total, est sûrement en train de négocier la cession d’une partie (usine GFT) avec Magna. Les services de l’Etat ne savent pas, ils disent que Magna refuse de les rencontrer.

Globalement, sans surprise, Ford prend son temps ? Visiblement l’assignation au TGI avec audience du 4 juin, ça compte dans leur calendrier, les avocats de Ford ne s’occuperaient que du TGI pour les semaines qui viennent.

 

JP Floris affirme qu’il faudrait « forcer » Ford pour négocier.

 

Interventions CGT

Quels sont les moyens de contraindre Ford ? On ne voit pas car depuis un an, on nous promet ce bras de fer et on ne voit que la liberté de manœuvre de Ford. Et puis parlons du tribunal puisque c’est dans la tête de Ford et de tout le monde. Quelle est la position des pouvoirs publics ? Soutiennent-ils ? Est-il possible que le ministre Le Maire et le Président Macron acceptent d’être « intervenants volontaires » ? Ou que le procureur intervienne pour porter la parole de l’Etat ? Nous les avons sollicités, nous attendons leurs réponses. Il est nécessaire que nous prenions tous en compte le travail de chacun,  besoin d’en discuter pour coordonner nos efforts ? Est-ce que Bercy envisage les deux hypothèses, selon la décision de justice qui tombera cet été ?

 

JP. Floris répond qu’il n’a pas d’avis à donner, que c’est une initiative Cgt.

La réponse nous surprend, nous ne sommes pas d’accord. Les collectivités présentes ne donnent pas leur avis, visiblement les pouvoirs publics ne souhaitent pas se « mouiller ». Ce qui est problématique. Car l’action en justice est en lien direct avec ce que nous voulons tous, sauver une activité sur l’usine et les emplois. Elle est un moyen évident pour faire respecter le droit. Ce que nous faisons, ni l’Etat, ni personne d’autre le peut le faire, la loi est ainsi faite, surtout depuis les réformes de Hollande, c’est à nous syndicat de saisir la justice pour faire reconnaître l’absence de motif économique et l’abus de droit de propriété de Ford. Mais l’Etat peut soutenir l’action, y intervenir.

 

Rappel que la Cgt-Ford a expliqué ses intentions dans les réunions du groupe de travail, auprès des collectivités territoriales, a sollicité le ministre, le Président pour être « intervenants volontaires », que notre démarche va dans le sens de ce que tout le monde dit depuis des mois, faire la preuve que Ford n’a pas de motif économique pour fermer, que Ford a abusé de son droit de propriété, de son droit de refuser un repreneur, que c’est peut-être le moyen de pression que l’Etat n’avait pas jusqu’à présent. Alors il y a toutes les raisons pour que l’Etat et les pouvoirs publics soutiennent cette démarche pour mettre la pression sur Ford, pour obtenir gain de cause. Le contraire serait incompréhensible.

 

JP Floris confirme que Ford a été malhonnête depuis le début. Que ses dirigeants ont été d’une mauvaise fois évidente tout le long, ils n’ont pas été pleinement coopératifs avec Punch. Mais oui dans la situation actuelle, ce serait bien que Ford soit obligé de laisser ses licences, de vendre son usine. Mais pourquoi faire si Punch n’a plus de client ?

 

On lui répond que c’est peut-être le rôle de l’Etat, de chercher et trouver des opportunités, d’autres solutions de reprise, de voir du côté des constructeurs …

La région dit qu’à un moment il faudra bien récupérer l’argent public donné à Ford.

Nous sommes d’accord, Mais il ne faudrait pas seulement menacer Ford, ce serait la moindre des choses d’exiger le remboursement des aides publiques notamment les cotisations sociales exonérées pendant la période de chômage partiel. Y compris par l’action judiciaire.

La Cgt-Ford va transmettre à tout le monde les documents TGI : l’assignation et la convocation audience.

 

Prochain rdv entre le 5 et le 15 juin, après l’audience au TGI qui a lieu le 4 juin. Tiens donc !

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 15 mai 2019

Ils filment le combat des Ford

La CGT Ford Blanquefort le lundi 13 mai 2019

Les banques espagnoles plus

généreuses que Ford

Les banques espagnoles sortent le chéquier pour faciliter les départs

La CGT Ford Blanquefort le lundi 13 mai 2019

Ford - 3,5 milliards d'euros d'amende pour un défaut de qualité ?

Ah ! Nous on sait le fabriquer le double embrayage de la boite Powershift. Sans problème qualité. 
Décidément, fermer notre usine est incontestablement injustifiable !

La CGT Ford Blanquefort le lundi 13 mai 2019

Ford Blanquefort dans les médias

Ford Aquitaine Industries : le TGI de Bordeaux veut entendre Ford et le groupe Punch

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 9 mai 2019

Communiqué de la CGT Ford !

Usine Ford Blanquefort : assignation de Ford au TGI, c'est parti !

Comme annoncé lors de notre conférence de presse du jeudi 2 mai, le syndicat Cgt-Ford a bien assigné Ford au TGI de Bordeaux. Nous l'avons même fait en 2 temps. Puisque la vice-présidente du TGI accepte de juger en procédure d'urgence à la condition que nous assignions aussi le repreneur potentiel Punch, de manière à avoir tous les acteurs du dossiers en même temps. C'est donc ce que nous avons fait en déposant la nouvelle assignation lundi 6 mai. 

Et aujourd'hui nous venons d'apprendre que l'audience est fixée au mardi 4 juin à 14 heures, soit dans un mois !

Nous en profitons pour solliciter à nouveau le président Macron et le ministre de l'économie B. Le Maire pour qu'ils soutiennent la démarche en acceptant d'être des intervenants volontaires. Nous pensons plus efficace si l'Etat, les pouvoirs publics, les collectivités territoriales collaborent, se coordonnent avec le même objectif qui est celui de sauver l'usine avec le plus d'emplois possibles, directs et induits.

De toute façon, l'assignation de Ford repose sur les déclarations du Ministre et du Président, sur le travail de notre cabinet d'expertise économique, sur le travail effectué tous ces derniers mois en lien avec les services de l'Etat. Il s'agit de faire respecter le droit des salariés et de la collectivité contre les abus de pouvoir de la multinationale Ford, son abus de droit de propriété, son abus de droit de refuser une reprise.

Ce que nous n'avons pas réussi à obtenir par la mobilisation, ce que les collectivités territoriales et l'Etat n'ont pas obtenu du fait de leur impuissance, nous tentons de l'obtenir par décision de justice.

La bataille n'est pas terminée, loin de là et nous avons toutes les raisons d'espérer avoir gain de cause. Il n'est pas trop tard pour sauver au moins une partie du collectif de travail, de sauver l'usine et le plus d'emplois possibles. L'enjeu est énorme et tout ce que nous tentons le vaut bien !

Le syndicat Cgt-Ford, le mardi 7 mai.

Merci au dessinateur Urbs !

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 8 mai 2019

Ford Blanquefort dans les médias

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 8 mai 2019

Ford Blanquefort dans les médias

Ford Aquitaine Industries : Ford accusé de bloquer la reprise de l'usine

La CGT Ford Blanquefort le lundi 6 mai 2019

Ford Blanquefort dans les médias

La CGT attaque Ford pour « abus de droit de propriété » à Blanquefort

Ford Blanquefort : la CGT s'explique sur la démarche d'assigner Ford en justice

Bordeaux: Avec son action en justice contre Ford, la CGT «tente l'exploit» pour sauver le site de Blanquefort

Blanquefort : la CGT assigne Ford en justice et demande le soutien de l'Etat

Usine de Blanquefort: la CGT demande l'appui de l'État pour son action en justice contre Ford

Blanquefort : la CGT assigne Ford en justice

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 3 mai 2019

Ford Blanquefort dans la presse

Ford-Blanquefort : la CGT annonce son intention de saisir la justice

Ford-Blanquefort : la CGT-Ford annonce son intention de saisir la justice

A Blanquefort, la CGT annonce vouloir assigner Ford en justice

Le député PS Alain David appelle "l’Etat à prendre ses responsabilités sur Ford"

La CGT Ford Blanquefort le mardi 30 avril 2019

Ford = Patrons Voyous !

Menteurs !!!

Voici ce qu'écrivait Ford Europe dans sa communication interne seulement 8 mois avant d'annoncer la fermeture de notre usine !!!

Et ce sont des milliers d'emplois que Ford a l'intention de supprimer en Europe !

Ceci devrait faire réfléchir certains syndicats de GFT qui sont rassurés par les déclarations de leurs patrons (les mêmes que les nôtres).

Il est urgent de voter un droit d'alerte !

La CGT Ford Blanquefort le mardi 30 avril 2019

FAI et GFT au conseil de Bordeaux Métropole du 26 avril 2019

La CGT Ford Blanquefort le mardi 30 avril 2019

Bonnes nouvelles n°437

Cliquez ici :
Bonnes Nouvelles 437-59 (mardi 30 avril [...]
Document Adobe Acrobat [316.9 KB]

La CGT Ford Blanquefort le mardi 30 avril 2019

COMPTE-RENDU 
RÉUNION CSE 
LUNDI 29 AVRIL 2019

PSE :

161 signatures pour une préretraite dont 73 départs au 1er mai. Il y a 419 collègues éligibles à la préretraite, 327 ont été vus et 269 peuvent prétendre à celle-ci.

Autour de 60 collègues auraient trouvé une solution d’emploi.

Il y aura une réunion commission de suivi ce mardi matin.

 

Information-consultation sur les projets de convention individuelle de prêt de personnel pour 2019 entre FAI et GFT et les projets d’avenant – Avis :

Vote sur la prolongation de 2 prêts de main d’œuvre.

15 votants : 8 Contre, 3 Pour et 4 Blanc

 

Personnels :

Effectifs : nous ne sommes plus que 779 salariés actifs.

Prêt de main d’œuvre à GFT : 37 collègues sont prêtés (15 de moins que le mois dernier).

 

Designation des membres du bureau du CSE (secrétaire et trésorier) :

Secrétaire du CSE : 1 seul candidat = Gilles Lambersend

16 votants : 12 Pour et 4 Blanc

Trésorier : 1 seule candidate = Patricia Laujac

16 votants : 10 Pour et 6 Blanc

Commission CSSCT (qui remplace le CHSCT) : sont désignés membres pour la CGT Philippe Poutou et Sandra Sanson + 1 FO et 1 CFE/CGC.

Commission économique : Véronique Bugeat et Vincent Alauze pour la CGT + 1 par syndicat.

Commission formation : Éric Lafargue pour la CGT + 1 par syndicat.

Commission logement : Rodolphe Petitjean pour la CGT + 1 par syndicat.

Commission égalité professionnelle : Michel Rizzi pour la CGT + 1 par syndicat.

 

Moyen de fonctionnement du CSSCT : 24 heures de délégation sont accordés aux membres qui n’ont pas d’heures. Nous demandons aussi à ce que ses membres non élus titulaires au CSE puissent participer aux réunions CSE. Réflexion du DRH en cours mais il n’y est pas défavorable...

 

Marche de l’entreprise - Avancement des activités :

Pour les chiffres, voir le compte-rendu de la direction.

Fox : retard de 864 carters sur le Fox avec un stock de 3264. Baisse de volume à 840 par jour à partir de mai.

6F35 : baisse de volume à 180 par jour à partir de mai. Stock de 2860.

DCT : baisse de volume à 110 par jour à partir de mai.

TTH : la blague de la journée : Inden qui dit que le contrat avec GFT est toujours en discussion et pourrait être signé un jour… ☺

 

Information-consultation sur l’organisation de la production à partir du 13 Mai 2019 :

Cette réorganisation est la conséquence des départs avec le PSE.

TTH : 8 départs. Équipe de nuit réduite à 14 personnes.

DCT : 17 départs, même organisation.

6F35 : 11 départs. Une équipe le matin, 5 personnes l’après midi.

Zone B : 14 personnes. Organisation en 2x8.

Fox : Organisation en 3x8.

Maintenance : 12 départs dont 3 agents de maitrise. La maintenance sera gérée directement par les chefs d’atelier en s’appuyant sur les APM. 3 personnes de nuit, 22 personnes en 2x8.

 

Logistique :

Zone repacking : 8 départs. Une équipe de matin, recherche 1 volontaire de soir.

Zones stockage & Approvisionnement : 1 équipe de matin, 2 personnes d’après-midi, 1 cariste de nuit pour le Fox

Réception/expédition : 1 départ. Rotation 2x8.

Magasin : 1 départ.

Réception NPM : Pas de changement

 

Information sur la convention ATD (Allocation Temporaire Dégressive) :

Cette question concerne les sommes que les collègues percevront de Ford afin de compenser la perte de salaire à hauteur de 700€ maxi lorsqu’ils retrouveront un travail payé en dessous du salaire Ford (comme prévu dans le PSE).

Une demande a été faite auprès des services de la DIRECCTE pour signer une convention ATD afin de permettre de réduire les taux de cotisations sociales en n’ayant à payer que les CSG et RDS, soit 9,7% au lieu d’environ 25%. L’État a accepté.

Mais voici l’arnaque : quand l’ATD, comme le prévoyait le PSE, était cotisé à 25%, le salarié pouvait en bénéficier s’il retrouvait un boulot tout le long de la période du congé de reclassement (soit 15 ou 18 mois pour les + de 50 ans). Aujourd’hui la direction annonce que l’ATD, en accord avec les services de l’État ne serait cotisée qu’à 9,7% (CSG/RDS), mais que le salarié devrait retrouver un emploi dans les 12 mois suivant le licenciement pour en bénéficier !

 

Divers :

- À noter une discussion houleuse sur ce qui s’est passé jeudi 25 entre une direction de FAI agressive et provocatrice et des collègues de l’usine qui ont été menacés par celle-ci. Voir notre courrier à l’inspection du travail sur notre site internet.

- Contrairement à ce que certains pensaient, le DRH annonce qu’il a l’intention de demander le licenciement de tous les élus du personnel à l’inspection du travail. C’était bien la peine de provoquer des élections professionnelles le 11 avril pour 4 ans contre l’avis des syndicats.

La CGT Ford Blanquefort le lundi 29 avril 2019