"Nous n'avons que les victoires des combats que nous menons."
"Nous n'avons que les victoires des combats que nous menons."

COMPTE-RENDU RÉUNION 
COMITÉ D’ENTREPRISE 
LUNDI 16 JUILLET 2018

Présence de Gerd Inden lors de cette réunion CE mais pas longtemps.

 

La direction de FAI a reçu la réponse du Directeur de la DIRECCTE suite à la demande d’injonction faite par l’unanimité des élus CE.

Les transferts de contrats vers GFT sont désormais interdits durant la procédure du PSE jusqu’à son homologation par la DIRECCTE. À l’issue du PSE, il ne devra pas être fait priorité à l’embauche à GFT aux salariés de FAI prêtés à GFT par souci d’équité. Les prêts ne sont pas interdits mais la DIRECCTE invite la direction à ne pas accélérer les procédures et en accroitre le nombre. Chose qu’elle fait pourtant puisque les prêts sont passés de 10 en mai à 26 aujourd’hui.

Une réunion CE extraordinaire aura lieu le 23 août pour présenter les impacts que les baisses de volumes auront sur l’organisation du travail à FAI et la direction envisagera alors le prêt de 75 salariés.

 

Marche de l’entreprise - Avancement des activités :

 

TTH :

Production IB5 : 0/jour.

Production MX65 : 1780/jour mais aucun chiffre n’est crédible concernant cette activité.

 

6F35 :

Production : 250/jour en juillet. 320/jour en août et 280 en septembre.

Malgré les ralentissements de production que connait FAI pour des raisons bien légitimes, le stock reste trop important et les volumes à venir sont revus à la baisse.

Pas de travail la semaine 44.

Il y aura un sureffectif de 45 personnes au retour des congés. Une information consultation sera faite en août.

Stock de 4389 au 19 juillet.

Volume annuel : 77582 soit une baisse de 5355 par rapport aux prévisions précédentes.

Le mois dernier, Ford a voulu réduire les volumes pour créer artificiellement un sureffectif afin d’accélérer le prêt à GFT, ce qui a été refusé par les élus du CE et coïncidence (ou pas), la direction annonce que les volumes baissent quand même. Raison invoquée par la direction, la réduction des stocks dans les usines ! Sauf que les stocks ne seraient peut-être pas si importants si Ford n’avait pas fait venir des 6F35 de Van Dyke !!! De quoi suspecter Ford sur ses réelles intentions...

 

DCT :

Production : 385/jour en juillet puis 275 au retour des vacances.

Il y aura un sureffectif de 39 personnes au retour des congés.

Volume annuel : 90 000

 

Carter Fox :

Production : 1272/jour plus 1080 en SD en juillet, août et septembre.

Stock de 15984 au 19 juillet.

Volume annuel : 330 000

Les volumes de moteurs ne baissent pas alors que les boites de vitesses chutent. Il y a une incohérence à moins que les Ford soient vendues sans transmissions. De quoi encore s’interroger.

 

Personnels (chiffres au 30 juin 2018) :

Prêt de main d’œuvre à GFT : 26 collègues étaient prêtés en juin.

Effectifs : nous ne sommes plus que 817 salariés actifs.

 

Présentation des travaux vacances à réaliser pendant la fermeture d’été:

Une présentation des TV est faite.

 

Projet d’installation d’une vidéo-surveillance mobile :

Une caméra sera mise en place dans différents secteurs de l’usine suite à des vols et une chasse aux fumeurs. La présence de cette caméra sera signalé par des affichages. Les images seront archivées 21 jours.

 

Information-consultation sur les projets de convention individuelle de prêt de personnel pour 2018 entre FAI et GFT et les projets d’avenant – Avis :

D’après la direction, il y a actuellement 107 volontaires pour aller à GFT.

2 nouveaux prêts de main d’œuvre sont à l’ordre du jour ce qui va porter le total de prêts à 28.

8 votants : 5 « contre », 3 « blanc ».

 

Questions diverses :

- Enième demande d’avoir les documents en langue française afin de pouvoir les étudier équitablement. En effet, la direction a répondu à diverses demandes des élus CE concernant le PSE en fournissant des documents en langue anglaise.

- La CGT critique les fausses annonces colportées par certains cadres dans l’atelier.

La CGT Ford Blanquefort le lundi 16 juillet 2018

Ford Blanquefort dans la presse

A Blanquefort, l’usine Ford ferme sans un bruit

La CGT Ford Blanquefort le lundi 16 juillet 2018

Bonnes nouvelles n°401

Cliquez ici :
Bonnes Nouvelles 401-même pas morts 22 ([...]
Document Adobe Acrobat [1.8 MB]

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 12 juillet 2018

Rencontre avec le délégué interministériel JP Floris et le Préfet

La CGT Ford Blanquefort le mardi 10 juillet 2018

Les Ford font irruption au Conseil de Bordeaux Métropole

Cette action devait être gardée secrète.
C'est pourquoi peu de personnes en ont été informées. 
Et il faut bien le dire, c'est une réussite totale !

Dans un premier temps, Alain Juppé a suspendu la séance et s'est éclipsé, puis le "Courrier envoyé au délégué interministériel JP Floris et au Préfet" à lire plus bas sur cette page a été lu par Philippe et applaudi par l'auditoire !

Enfin, une délégation a été reçue par Alain Juppé.

On ne lâche rien.

Vidéo

Vidéo

Photos

Les "Ford" de Blanquefort s’invitent à la Métropole

Les Ford perturbent le conseil de Bordeaux Métropole

Les Ford font irruption au Conseil de Bordeaux Métropole

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 6 juillet 2018

Bonnes nouvelles n°400

Cliquez ici :
Bonnes Nouvelles 400-Petit BN 1 (vendred[...]
Document Adobe Acrobat [527.9 KB]

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 6 juillet 2018

Courrier envoyé au délégué interministériel JP Floris et au Préfet

Mr. JP Floris, Mr. Le Préfet

Remarques et propositions en vue de notre rencontre du lundi 9 juillet

Nous avions envisagé dès notre première rencontre d’avoir des rapports transparents et francs entre nous. C’est ce que nous pensons toujours nécessaires. C’est pour cette raison que nous commençons par exprimer notre mécontentement concernant votre attitude durant ces derniers mois.

Entre les jours qui ont suivi l’annonce du désengagement de Ford le 27 février et le Comité de Suivi du 15 juin confirmant l’annonce du PSE de fermeture d’usine, vous avez complètement changé à la fois d’attitude et de discours. Gouvernement et pouvoirs publics semblent avoir oublié les « trahisons » et mensonges de Ford, oublié les engagements de la multinationale, tout l’argent public que vous lui avez donné en échange du maintien des emplois qui n’aura pas été respecté !

Pourquoi avoir lâché prise aussi facilement, aussi rapidement devant une décision de Ford complètement injustifiable. La soi-disant impuissance de l’Etat que vous mettez en avant n’est pas crédible un seul instant. N’est-il pas possible de contraindre Ford, de les menacer de rompre tous les contrats d’achats de flotte automobiles, de réquisitionner l’usine qui est d’une certaine manière déjà une propriété publique (vu toutes les subventions publiques données en 45 ans) ? Vous tous, pouvoirs publics, Etat, gouvernement, vous avez des pouvoirs, des responsabilités à assumer, des comptes à rendre à la population, aux salariés.

Elle est où l’autorité de l’Etat quand une multinationale peut à ce point détourner l’argent public, des dizaines de millions d’euros rien que ces dernières années et combien de centaines de millions d’euros et de francs durant les 45 ans de présence de Ford à Blanquefort ? Le pouvoir de l’Etat se résumerait-il à offrir des cadeaux à des multinationales milliardaires ?

Ford a décidé de partir, ses dirigeants l’ont dit tranquillement, avec arrogance, avec mépris, sans aucun scrupule. Ne serait-ce pas à l’Etat, aux pouvoirs publics de faire respecter les intérêts de la population, d’imposer à Ford de respecter ses obligations envers la collectivité ? N’y a-t-il vraiment aucun argument, aucun moyen de faire pression sur Ford ? N’y a-t-il pas une justice, une police prompte à défendre les gens victimes de vol, de triche ? L’Etat peut-il se faire détrousser sans réagir, sans possibilité de se faire rembourser ?

Nous n’y croyons pas un seul instant. Tout cela relève de choix politique.

Pour nous, les pouvoirs publics n’ont pas le droit de déserter ou de capituler. La fermeture de l’usine est forcément une catastrophe sociale. Il n’y a pas que les 900 emplois directs, il y a autour de 3000 emplois induits. Ford est responsable de la disparition prochaine de tous ces emplois. Vous ne pouvez décemment pas dire que votre rôle se cantonne à « border » le PSE, à faire en sorte de protéger au mieux les salariés victime du plan de licenciement. D’abord parce qu’on ne voit pas comment vous allez faire, en laissant à Ford toute marge de manœuvre.

Et puis quel contrôle avez-vous sur les licenciements/suppressions d’emplois dans les entreprises sous-traitantes (Sodexo, GSF…), quels moyens avez-vous pour savoir ce qu’il en est des conséquences dans les emplois publics, dans les commerces, dans la vie sociale au niveau de l’agglomération, du département, de la région ? Êtes-vous en mesure de connaître exactement l’impact de cette fermeture sur l’emploi, les conditions dans lesquelles seront supprimés les emplois induits ?

Il ne peut y avoir de « bon plan social ». La seule solution viable et responsable c’est le maintien d’une activité, d’une manière ou d’une autre. Et c’est à vous de jouer. Ford se moque totalement de la suite. Pour preuve ces derniers jours, la direction de Ford a voulu baisser artificiellement la production afin de créer un sureffectif et du coup pouvoir prêter plus de personnel à GFT, organisant une réunion extraordinaire du Comité d’Entreprise pour consulter le CE sur ce point-là. Sur ce même point quelques jours plus tôt le 27 juin, le directeur de FAI, M. Gerd Inden, faisait une apparition en fin de réunion de consultation sur le PSE (réunions auxquelles il n’assiste pas), afin de demander aux élus du Comité d’Entreprise la possibilité d’assouplir leurs obligations de consultation du Comité d’Entreprise sur le prêt de main d’œuvre entre FAI et GFT. Mais ça va plus loin, on apprend aujourd’hui même que la direction donne pour « consigne » dans les ateliers que si mardi prochain l’équipe de France de football se qualifiait pour la demi-finale de la coupe du monde, les salariés pourraient rentrer chez eux payés par Ford pour pouvoir regarder ce match. Vous voyez bien que Ford se moque totalement de la production actuelle de l’usine et pire Ford crée volontairement des arrêts de production et ainsi compromet fortement d’éventuelles possibilités de poursuite d’activité par un tiers. C’est une attitude irresponsable et qui doit être condamnée. Il est certain que Ford s’en moque mais il faut dire que les dirigeants n’ont pas vraiment de contrainte. Ford part et on n’y peut rien ? Soit. Mais Ford doit payer à la hauteur de la catastrophe et à la hauteur des enjeux.

Ford doit donner les moyens pour créer les conditions d’un maintien d’une activité et donc d’une reprise. Il faut un fond de garantie. Il faut des engagements de la multinationale. Il faut imposer un accord que Ford doit appliquer. Un juste retour des choses, comme un remboursement des aides, comme une dette à honorer à l’égard de la collectivité. Pour cela, l’Etat, les pouvoirs publics doivent intervenir de manière autoritaire pour que les emplois soient préservés.

Nous vous proposons de travailler ensemble, en collaboration, nous les syndicats, les salarié.e.s avec vous les représentants de l’Etat, les collectivités territoriales pour défendre l’intérêt collectif. Nous pouvons joindre nos capacités de mobilisation à vos capacités d’action.

Cela commence par délégitimer immédiatement le PSE, le plan de fermeture de Ford. Cela signifie à partir de maintenant de dénoncer publiquement l’attitude de Ford, d’utiliser tous les moyens pour faire pression, d’en appeler à la mobilisation générale de la population pour faire respecter l’intérêt général.

Le PSE doit être annulé, tous les efforts doivent être mis sur l’objectif du maintien d’une activité et donc de mettre au point un plan de reprise.

Nous sommes disponibles pour travailler avec vous dans ce sens. Il y a urgence pour agir et pour contraindre Ford à assurer une politique sociale.

En espérant qu’en essayant de mettre à plat nos questions, nos critiques, nos propositions, cela permettent d’avancer plus clairement et d’agir plus efficacement.

Cordialement

Le syndicat Cgt-Ford, jeudi 5 juillet 2018

COMPTE-RENDU RÉUNION  EXTRAORDINAIRE COMMUNE DU CE ET DU CHSCT

Présence de Gerd Inden à la réunion, faut dire que c’est lui-même qui avait fait irruption en fin de réunion de PSE du 27 juin (partie repreneur) pour demander tranquillement des assouplissements dans les procédures de prêt de personnel de FAI à GFT, histoire de vider l’usine de FAI plus tôt qu’elle ne devait l’être, quel culot a ce type !

 

1 - Information-consultation sur l’organisation du DCT avec un volume de 275/jour :

 

Aujourd’hui on est à 385 supports et embrayages/jour.

Orga 2X8 maintenue sur le support.

On s’aperçoit qu’au total la réorganisation est faite de manière à faire passer de 74 personnes à 49 personnes (chiffre FTE) ce qui fait un sureffectif organisé artificiellement de 25 personnes.

Mais ce n’est pas tout il y a l’effectif indirect qui va trinquer ! 2 encadrants, 5 salariés de maintenance, 2 CPQS, 3 outilleurs de presses, 2 méthodes : résultats 14 personnes de plus en sureffectif augmentant toujours artificiellement le sureffectif à 39 personnes !

 

Face aux questionnements des organisations syndicales ouvrières, Gerd Inden dit qu’une centaine de volontaires sont intéressés pour aller à GFT et cette baisse de production volontairement demandée par FAI est faite uniquement pour libérer du personnel afin de faciliter les prêts vers GFT. Il rajoute que c’est Ford Europe qui donne l’ordre de baisser la production, en quelques minutes il dit tout et son contraire, la direction n’est visiblement pas à l’aise avec cette baisse des volumes organisée de manière à vider l’usine plus vite que prévue.

A force de l’insistance des élus des organisations syndicales ouvrières la direction dit que cet ordre de la « centrale » (Ford Europe) de baisser prématurément la production a été donné pour prêter plus rapidement du personnel à GFT, on voit vraiment que Ford a choisi d’accélérer le « vidage » de l’usine pendant la procédure d’information-consultation concernant le P.S.E.

Concernant le DCT, le seul client c’est l’usine Kechnec et donc cela voudrait dire que Kechnec ait une baisse de volume qui corresponde à la baisse des volumes de FAI. La direction dit ne pas avoir ces chiffres (on ne les croit pas du tout), du coup impossible pour nous de vérifier que la baisse demandée à FAI corresponde vraiment à une baisse de demande client plutôt que libérer du personnel pour GFT.

 

La direction confirme que les salaires sont préservés à compter du mois de juin même pour les salariés qui changeraient d’horaires suite à des réorganisations en passant par exemple de 2x8 à 1x8. Il n’y aura donc pas de perte de salaire. Par contre si un salarié voyait sa rémunération augmenter, par exemple par un passage de 1x8 à 2x8, le salaire augmentera en relation avec la prime d’équipe.

 

2 - Information-consultation sur l’organisation du TTH avec 4 fours :

 

Les fours seront vidés dans la nuit de vendredi à samedi et l’activité reprendra doucement à partir de 18h00 le dimanche soir et l’enfournement reprendra le lundi matin à partir de 6h00.

Avec cette organisation à 4 fours, il y a un besoin de 80 personnes (chiffre FTE) alors que l’effectif actuel est de 95 personnes (chiffre FTE).

Du coup ça porte à 15 personnes en sureffectif pour d’éventuels prêts à GFT, portant à 54 personnes libérées en cumulant le DCT et le TTH, mais c’est pas fini !

La signature d’un contrat entre FAI et GFT revient sur le tapis et la direction dit qu’il n’y a toujours pas de signature de contrat et que le contrat MX n’existe même pas avouant ainsi leur mensonge. La réflexion est menée par la CGT pour dire que ce fameux contrat n’a peut-être pas été signé depuis plusieurs mois voire années car la direction de FAI savait déjà qu’un PSE et une fermeture d’usine allait être annoncée, et ainsi sans contrat, pas d’activité supplémentaire et une facilité de démontrer pour la direction locale et Ford Europe le manque d’activité de FAI. C’est carrément une falsification de la vérité sur l’activité du TTH afin d’aller vers une fin d’activité beaucoup plus rapidement et facilement.

 

3 - Information-consultation sur l’organisation de la 6F35 à 320 transmissions/jour :

 

L’organisation présentée par la direction fait baisser l’effectif de 22 personnes (chiffres FTE). La raison invoquée de l’anticipation de cette baisse de volume ne vient pas d’une récente demande du client mais bien d’une manipulation pour libérer prématurément du personnel et de le pousser à être prêté à GFT !

L’usinage passe de 64 salariés à 55 (-9)

L’assemblage passe de 122 à 109 (-13)

Les services supports de la 6F35 n’auront pas de personnel en moins.

Avec les 54 personnes en sureffectif du DCT et du TTH et en rajoutant les 22 personnes en sureffectif de la 6F35 le cumul se porte à 76 salariés en sureffectif.

 

Le DRH demande si les membres du CHSCT et les élus CE souhaitent rendre un avis sur les 3 points précédents.

 

Une suspension de séance est demandée par toutes les organisations syndicales afin de discuter d’un rendu d’avis ou pas concernant la réorganisation présentée.

L’ensemble des membres du CHSCT ainsi que l’ensemble des élus du CE décident de ne pas donner d’avis sur les trois points précédents car ces réorganisations présentées sont en lien direct avec la volonté de la direction de FAI de libérer du personnel afin de prêter du personnel à GFT, chose que nous contestons au point 4 de l’ordre du jour. L’organisation du travail reste donc inchangée.

 

4 - Information-consultation sur les projets de convention individuelle de prêt de personnel pour 2018 entre FAI et GFT et les projets d’avenant - avis :

 

Le secrétaire du Comité d’Entreprise informe la direction de FAI de l’intention de l’ensemble des élus du Comité d’Entreprise de faire une demande au directeur de la DIRECCTE d’injonction concernant le prêt de main d’œuvre pendant la procédure d’information-consultation du PSE.  A lire en suivant :

 

Vote des élus du CE pour faire la demande d’injonction auprès du directeur de la DIRECCTE :

8 votes pour et donc unanimité des 8 élus du CE

 

 

MANDAT EN VUE D’UNE DEMANDE D’INJONCTION AU DIRECTEUR DE LA  DIRECCTE :

 

Le comité d’entreprise de la société FAI réuni le 4 juillet 2018 désigne monsieur Gilles LAMBERSEND , secrétaire du Comité d’Entreprise, pour saisir, au nom du Comité d’Entreprise, le directeur de la  DIRECCTE afin que celui-ci mette en œuvre à l’égard de la société FAI la procédure d’injonction prévue par les articles L 1233-57-5 et D1233-12 du code du travail dans le cadre de la procédure d’information-consultation initiée par la société FAI en application de l’article L1233-30 du code du travail dont la première réunion s’est déroulée le 26 juin 2018.

==> 8 votes pour et donc unanimité des 8 élus du CE

 

Monsieur Gilles LAMBERSEND pourra se faire assister par un avocat à savoir la SCP GUEDON-MEYER qui sera rémunérée sur le budget du Comité d’Entreprise.

==> 8 votes pour et donc unanimité des 8 élus du CE

Le présent mandat est donc adopté lors de la réunion du Comité d’Entreprise de ce 4 juillet 2018.

 

 

 

Les membres du CE ne rendent pas d’avis dans l’attente du retour du Directeur de la DIRECCTE sur les points suivants :

 

a) Sur le prêt de main d’œuvre au sein de GFT pendant la procédure d’information-consultation et ses conséquences sur la régularité de la procédure, nous considérons que la Direction anticipe la réorganisation pendant la procédure d’information-consultation (anticipation de la baisse des volumes) et organise une anticipation déguisée des reclassements venant par ailleurs menacer, par la suite, une égalité de traitement des salariés face aux mesures sociales d’accompagnement.

 

 

b) En imposant une nouvelle consultation sur un prêt de main d’œuvre vers GFT, la société FAI fait entrave au fonctionnement du Comité d’Entreprise et du CHSCT qui sont en cours d’être consultés sur le P.S.E et les licenciements économiques.

 

 

c) Un P.S.E constitue un engagement unilatéral de la société F.A.I. La société F.A.I engage sa responsabilité en le violant en cours de procédure de consultation du Comité d’Entreprise et du CHSCT. Le « repositionnement » chez GFT selon la société F.A.I a été prévu après l’homologation du P.S.E et non avant.

Le Comité d’Entreprise et le CHSCT sont en conséquence privés de leur pouvoir de consultation après débats.

 

 

d) La Direction peut-elle, au démarrage de la procédure d’information consultation, décider d’afficher, de façon unilatérale, les mesures du PSE alors même que le processus de consultation n’est pas terminé ? Selon nous, il s’agit d’un délit d’entrave au fonctionnement du Comité d’Entreprise et du CHSCT et entache d’irrégularité  la procédure de consultation.

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 4 juillet 2018

Bonnes nouvelles n°399

Cliquez ici :
Bonnes Nouvelles 399-même pas morts 20 ([...]
Document Adobe Acrobat [1.1 MB]

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 4 juillet 2018

Prochaine réunion CE - Ordre du jour

La CGT Ford Blanquefort le mardi 3 juillet 2018

Manifestation contre la fermeture de l'usine du 30 juin 2018 à Bordeaux

SudOuest

400 manifestants solidaires des Ford à Bordeaux

Bordeaux: Une manifestation unitaire contre la fermeture de l’usine Ford

Manifestation unitaire à Bordeaux contre la fermeture de l'usine Ford

Bordeaux : nouvelle mobilisation autour des salariés de Ford

Bordeaux : Manifestation de soutien à Ford

La CGT Ford Blanquefort le lundi 2 juillet 2018

Màj : mardi 3 juillet 2018

Contre la fermeture de l’usine Ford Blanquefort, contre les licenciements (communiqué unitaire) 

vendredi 29 juin 2018


Ce qui se passe à l’usine Ford de Blanquefort est un scandale, un scandale ordinaire certes, mais un scandale auquel il ne faut surtout pas s’habituer. C’est le scandale de ces multinationales qui détruisent l’emploi et le social sans aucune justification  économique au nom de la course aux profits et aux dividendes et cela après avoir reçu de l’État, depuis 2013, 50 millions d’euros de subventions publiques. 

 

Ford fait des milliards de dollars de profits, encaisse des millions de subventions de l’État et ferme, laissant ainsi sur le carreau 1000 travailleurs, sans oublier les milliers d’emplois induits. 

 

Le cas de Ford n’est pas isolé. Les annonces de fermetures d’usines, de licenciements se multiplient ces dernières semaines dans l’indifférence générale alors que les profits explosent. 

 

Nos organisations politiques soutiennent la lutte des travailleurs de Ford et de toutes celles et ceux qui se mobilisent contre les licenciements et les fermetures d’usines. 

 

Nous serons présents à la manifestation du 30 juin à partir de 14h à Pey Berland à Bordeaux. 

 

Organisations signataires : Alternative libertaire, Ensemble, Gauche démocratique et sociale, Génération.s, Lutte ouvrière, Nouveau parti anticapitaliste, Parti communiste français, Parti de gauche.  

La CGT Ford Blanquefort le samedi 30 juin 2018

CHEZ FORD, L'OUVERTURE DU PLAN SOCIAL N'EMPÊCHE PAS LES OUVRIERS DE LUTTER

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 29 juin 2018

Action devant le grand théâtre

à Bordeaux ce vendredi soir

Rejoignons-nous demain à 14h place Pey Berland !

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 29 juin 2018

Manifestation à Bordeaux

samedi 30 juin 2018

Cette semaine, nous avons diffusé l’appel de la manifestation contre la fermeture de l’usine samedi 30 juin 2018 à la population.

Nous tenons à remercier les équipes militantes qui nous ont aidées à diffuser, Sud PTT, les CGT GFT, Inspection du Travail, Sud Santé Sociaux, la CNT, le Comité de Mobilisation des Cheminots Saint-Jean….

 

Cet appel a été distribué à :

- Bordeaux,

- Blanquefort aux rond-points de Lidl, de l’usine et du lycée agricole,

- à Auchan Mériadeck

- à la manifestation du 28 juin à Bordeaux.

- à Auchan le Lac.

 

Et merci à toutes celles et tous ceux qui ont diffusé l’information.

 

Nous vous attendons nombreux demain pour manifester à nos côtés, et aux côtés des GM&S (La souterraine), des Bosh (Rodez), des Métal Aquitaine (Fumel), de la délégation des Cheminots de la Gare de L’EST (Paris), Saint-Jean (Bordeaux) … De partis politique de gauche et de personnalités connues pour leur engagement...

 

Tous ensemble demain à 14H00 Place Pey Berland à Bordeaux

contre la fermeture de l’usine Ford Blanquefort !

Cliquez ici :
2018.06.30 Tract appel manifestation du [...]
Document Adobe Acrobat [491.5 KB]

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 29 juin 2018

Ford Blanquefort dans la presse

SudOuest :

Ford Blanquefort : une réunion mouvementée et une nouvelle manifestation à Bordeaux samedi

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 28 juin 2018

Bonnes nouvelles n°398

Cliquez ici :
Bonnes Nouvelles 398-même pas morts 19 ([...]
Document Adobe Acrobat [1'007.3 KB]

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 28 juin 2018

RÉUNION PSE N°3
MERCREDI 27 JUIN 2018
CABINET GERIS

Mobilisation des salariés

La journée commence par la démonstration de colère de nombreux collègues qui s’est exprimée d’abord dans l’atelier. C’est pour cela que tous les élus CGT (et uniquement les élus CGT) ont demandé à repousser la réunion PSE du jour et proposé à tous les élus de les rejoindre. La direction a refusé de repousser cette réunion, ne serait-ce que d’une heure, aidée par les autres syndicats aussi ce qui est plus surprenant… Ou pas.

 

Les élus CGT ont malgré tout rejoint les collègues ne participant pas au début de cette réunion que les autres ont décidé de continuer sans nous. Le DRH n’assumant pas la situation, la direction a envoyé la chef du personnel pour répondre aux interrogations des collègues (alors qu’elle était absente des réunions CE concernant le PSE).

 

Il a été décidé de rejoindre tous les salariés ensemble la salle de réunion du Lobby où se discute le PSE. Là où nos vies sont en jeu et notre avenir en discussion. Ce qui sera fait et aura permis aux collègues de pouvoir s’exprimer. Au bout d’une heure, pas sûr qu’ils soient repartis rassurés, l’avenir nous le dira.

 

Pour ce qui nous concerne, nous ne pouvons que féliciter les collègues présents d’avoir choisi de ne pas subir la situation mais au contraire d’avoir eu le courage d’aller s’exprimer, de dénoncer eux-mêmes l’attitude de Ford. Notre délégation CGT ne pourra retirer que des bénéfices d’un rapport de force plus favorable pour ces « négociations ».

 

On apprendra par la suite que le début de réunion s’est déroulée comme si de rien était grâce à la « bonne volonté » des autres syndicats présents et notamment à la CFTC dont le titulaire a « joué » le rôle de secrétaire du CE pendant que nous étions coincés dehors puisque les portes étaient verrouillées empêchant notre délégation et le secrétaire du CE de se rendre à la réunion pendant plusieurs minutes !!!

 

Reprise de la réunion avec l’ensemble des membres du CE

La CGT commence par dénoncer le lancement du PSE avant même d’attendre la fin des discussions avec d’éventuels repreneurs. Ford profite des lois scélérates des derniers gouvernements au pouvoir dont la loi Florange qui oblige à la recherche d’un repreneur mais seulement ça. Car ensuite, rien n’oblige Ford à quoi que ce soit. Ford, même s’il trouve le meilleur repreneur du monde, n’a aucune obligation de lui céder l’usine.

 

En vérité, Ford n’a qu’un objectif, se débarrasser de FAI au moindre coût. Si un repreneur lui permet cela, alors peut-être qu’il y aura une reprise. Si c’est le PSE qui lui coûte le moins cher, alors Ford n’aura aucun obstacle et aucun scrupule à licencier tout le monde.

 

On apprend que Géris ne travaille pas avec la « task force » du délégué interministériel Jean-Pierre Floris (bizarre). Géris n’est pas non plus associé dans la négociation avec Punch qui se déroulent directement avec Ford. Et ses démarches en cours sont tenues à la confidentialité mais on nous promet des échanges d’ici le 18 juillet 2018.

 

Géris a identifié une liste de 217 entreprises, 180 ont été contactées, 30 ne sont pas intéressés, les autres n’ont même pas répondu. Seules 2 ont demandé des informations complémentaires, mais Géris souhaite rester clair et précise qu’aucune entreprise à cet instant ne s’est dite intéressée par FAI.

 

Cerise sur le gâteau = baisse des volumes pour faire plaisir à GFT !

 

En fin de réunion, Gerd Inden (qui restait caché jusque là), se pointe avec une demande complètement surréaliste. Il nous explique tranquillement qu’à la demande de GFT, il serait bien que nous facilitions les prêts de main d’œuvre en étant moins rigoureux sur les procédures légales habituelles. Ben voyons... Mais ce n’est pas le pire, car il nous apprend qu’il ont carrément fait la demande à Ford de pouvoir réduire les volumes de production (déjà en chute libre) afin de libérer du personnel pour faciliter ces prêts !!! La prochaine étape c’est quoi ? Fermer l’usine plus vite ?

 

Évidemment nous avons refusé leur demande et nous sommes mis « un peu » en colère. Dans la situation où ils nous ont mis, comment peuvent-ils s’imaginer arriver avec ce genre de demandes provocatrices qui permettraient l’accélération du processus de « cessation complète et définitive d’activité » de FAI !!! Quel culot!

 

Le foutage de gueule a assez duré et il semble qu’ils n’ont pas bien compris la démonstration de force faite par les collègues ce matin. Alors il faudra leur réexpliquer tous ensemble ! Nous n’avons plus rien à perdre, battons-nous !

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 27 juin 2018

Ford Blanquefort dans la presse

SudOuest du mercredi 27 juin 2018

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 27 juin 2018

RÉUNION PSE n°2
MARDI 26 JUIN 2018
APRES-MIDI

 

Le projet de licenciement collectif pour motif économique :

 

Reclassement interne au sein du groupe en France :

Il ne faut pas s’attendre à des miracles, cette solution est anecdotique et aura peu d’effet si ce n’est pour nos chefs.

 

Période d’adaptation d’un mois. Formation d’adaptation (5000€ HT), maintien du salaire de base et de l’ancienneté, prime de reclassement de 4 mois de salaire bruts en cas de mobilité et des aides à la mobilité (détails à consulter).

 

Repositionnement chez GFT :

 

Formation d’adaptation (5000€ HT), maintien du salaire de base, reprise ancienneté par GFT, le cas échéant versement d’une prime d’adaptation jusqu’à la rupture du contrat par GFT, prime de repositionnement de 8000€ bruts.

 

Départs volontaires à la retraite :

 

Versement de l’indemnité conventionnelle de départ en retraite, versement d’une indemnité complémentaire de départ en retraite de 4 mois de salaire bruts.

 

Plan de cessation anticipée d’activité (préretraite) :

 

Portage jusqu’à la retraite à taux plein et pendant 7 années au maximum, suspension du contrat de travail avec maintien de rémunération à hauteur de 65%,maintien de la couverture sociale, possibilité de reprendre une activité professionnelle.

Versement de l’indemnité conventionnelle de départ à la retraite et d’une indemnité complémentaire de départ en retraite de 5 mois de salaire bruts dont 50% sont versées à l’entrée du dispositif et l’autre moitié lors du départ effectif en retraite.

 

Mesures d’accompagnement du reclassement externe :

 

Mesures quelle que soit la solution identifiée d’emploi :

Congés de reclassement de 12 mois, rémunération de 65% du salaire moyen des 12 derniers mois, maintien de la couverture sociale, 3 offres fermes de reclassement, indemnités de repositionnement rapide égale à 100% de l’allocation restant à couvrir.

 

Mesures en cas de reclassement sur un emploi salarié :

Allocation différentielle de salaire de 500€ maximum par mois pendant 24 mois, formation d’adaptation (5000€ HT), aides à la mobilité (détails à consulter).

 

Mesures en cas de reclassement par création / reprise d’entreprise :

Budget formation de 2000€ HT, versement sous condition d’une prime de 12.000€ bruts versée en 2 fois (sur 6 mois), aides à la mobilité (détails à consulter).

 

Mesures en cas de formation de reconversion ou diplômante (300 heures minimum) :

Budget formation de 10.000€ HT maximum, aides à la mobilité (détails à consulter).

 

Indemnité de rupture quelle que soit la solution identifiée d’emplois :

Versement de l’indemnité de licenciement.

Versement d’une indemnité complémentaire de licenciement (salaire de base + ancienneté, hors primes) :

· 4 mois de salaire pour moins de 10 ans d’ancienneté

· 6 mois de salaire pour une ancienneté entre 10 ans et 15 ans

· 8 mois de salaire pour une ancienneté entre 15 ans et 20 ans

· 10 mois de salaire pour une ancienneté entre 20 ans et 25 ans

· 12 mois de salaire pour une ancienneté entre 25 ans et 30 ans

· 14 mois de salaire pour plus de 30 ans d’ancienneté

 

Il est évident que toutes ces mesures sont insuffisantes mais étant donné le niveau de contestation dans l’entreprise, la direction déroule tranquillement. À suivre...

La CGT Ford Blanquefort le mardi 26 juin 2018

RÉUNION PSE n°1
MARDI 26 JUIN 2018
AU MATIN

La réunion commence par le vote à l’unanimité des membres du CE concernant le recours à un cabinet d’expertise économique. Le cabinet Sécafi est également désigné à l’unanimité.

 

C’est le DRH, Philippe Harrewyn, qui est délégué pour discuter des modalités du PSE. Nous avions pourtant demandé la présence de décideurs de Ford Europe mais ils préfèrent rester cachés dans leurs bureaux climatisés de Cologne. Les responsables de cette situation n’assument pas les conséquences de leurs actes.

 

Information en vue de la consultation du Comité d’Entreprise sur l’opération projetée de cessation complète et définitive d’activité de la société FAI et ses modalités d’application :

 

On connait déjà, mais nous avons droit à une présentation de Ford Europe. Il est toujours bon de rappeler que Ford a enregistré 19,6 milliards de dollars de revenus nets ces 3 dernières années !!! En Europe, après plusieurs années de pertes, Ford a enregistré un résultat de 1,7 milliards de dollars avant impôts ces 3 dernières années !!!

 

Économiquement, Ford va très bien. Donc la multinationale développe des arguments fallacieux, avec des chiffres et des constats bidonnés, pour faire passer sa décision d’abandonner FAI. Tout y passe, même les normes européennes, les conséquences du changement climatiques qui imposent des exigences légales, etc… Mais c’est le cas de tous les constructeurs et pas seulement de Ford. Et si l’avenir va vers le véhicule électrique comme expliqué dans cette présentation, il est injustifiable que Ford n’ait pas porté d’intérêt aux propositions de la Région et des entreprises locales à la pointe des dernières avancées technologiques dans l’électrification des véhicules. Ford aurait pu réindustrialiser FAI en se diversifiant vers l’électrique plutôt que de se désengager mais ils n’ont même pas essayé.

 

Pas un mot sur les dividendes reversés aux actionnaires ces dernières années ? Rien ! Ford doit faire des économies mais toujours sur les mêmes : les salariés. Ils nous exploitent pendant des années puis nous jettent uniquement pour préserver les dividendes reversés à des possédants qui n’en ont rien à foutre de nous. La réalité de ce monde de requins nous revient en pleine face.

 

Concernant FAI, Ford parle des pertes de l’entreprise. Omettant sa responsabilité directe, par exemple, en achetant nos DCT moins cher que ce qu’ils coûtent à fabriquer ! Alors que la norme est de vendre au coût de fabrication + marge, Ford imposant à FAI de vendre sous le prix de fabrication, ce qui plombe les finances de l’entreprise et pose d’ailleurs question sur la légalité de la manœuvre.

Pour la 6F35, Ford nous explique que les volumes sont trop faibles alors même que c’est le choix de la multinationale de ne pas nous attribuer l’Ecosport alors qu’il ne demandait aucune activité.

Pour le Carter Fox, ils ne s’emmerdent même pas à se justifier. Ils ont trouvé un sous-traitant au même prix que nous, même pas moins cher, et ça leur suffit.

La cerise sur le gâteau arrive avec le TTH et Ford nous explique ce que nous dénoncions il y a quelques années, GFT s’équipant de ses propres fours est devenu autonome.

Toutes ces raisons servent aujourd’hui à nous détruire et justifier la fin de FAI !!!

 

Pas un mot sur l’efficience de 8% réalisée à FAI doublant les meilleurs résultats des autres entreprises du groupe.

 

Au sujet de la 8F-MID, la décision de l’attribution à Van Dyke et Livonia date de mars 2015. Nous l’apprenons aujourd’hui et ça démontre que Ford avait déjà prévu de se débarrasser de FAI puisque les capacités installées dans ces usines comprennent les volumes européens. Et on nous explique aujourd’hui que FAI serait moins compétitif alors que nous n’avons jamais été consulté à l’époque sur une étude d’implantation de cette transmission : menteurs !

 

Ford n’a jamais mis FAI dans le plan produits, ne nous permettant jamais de faire les études nécessaires afin de concourir à l’obtention de nouvelles activités. Dès lors, Ford Europe avait consciemment tué FAI !

 

Présentation du projet de cessation d’activité de FAI :

 

FAI entend cesser toutes ses activités à compter de fin aout 2019 et ne procèdera à aucune notification de licenciement contraint pour motif économique avant le courant du mois de septembre 2019, mais dès lors que le processus de PSE aura atteint sont terme et sera homologué par la DIRECCTE, les départs pourront démarrer, soit dès janvier 2019.

 

Dans le cas où les productions ne permettraient pas d’employer tout le monde, la rémunération maintenue correspondrait au salaire mensuel moyen perçu des 12 derniers mois précédents la dispense d’activité. Étant donné que ce salaire moyen comprend les primes, nous demandons le gel des salaires à compter de juin 2018, d’autant que la direction prévoit déjà des passages en 1x8 après les vacances. Cette demande a été transmise à Ford Europe et elle a été acceptée. Nos salaires actuels seront maintenus malgré des changements éventuels d’équipe.

 

Étant donné la période de vacances, le délai de 4 mois de consultation pour le PSE est revu à 5 mois afin de neutraliser la période intercalée de congés.

 

Une fois encore, la direction n’a pas eu grand-chose à dire sur la recherche d’un éventuel repreneur sauf l’obligation légale d’en rechercher un. Toutefois, et c’est le ridicule de la loi Florange, rien n’oblige Ford à vendre son entreprise et sera seul juge du bien fondé du repreneur.

 

Quelques chanceux resteront dans les murs, surtout des chefs évidemment, dont notre DRH qui sera employé jusqu’en avril 2021. Pour ne pas qu’il soit seul, il aura avec lui 3 autres veinards. C’est mieux à 4 pour jouer à la belotte. 44 personnes au total seront encore en activité en 2020 jusqu’à des dates différentes.

La CGT Ford Blanquefort le mardi 26 juin 2018

Ford Blanquefort dans la presse

Ford Aquitaine Industrie : première réunion d’information sur le PSE

Gironde : "En Guerre", le film de Stéphane Brizé, projeté devant des salariés de Ford Blanquefort

Les salariés de Ford "En Guerre"

FORD BLANQUEFORT : OUVERTURE DU PSE SOUS TENSION

La CGT Ford Blanquefort le mardi 26 juin 2018

Vidéo -> Action des ouvriers de Ford Blanquefort à Cologne

La CGT Ford Blanquefort le lundi 25 juin 2018