Pour télécharger l'image de la campagne d'appel au boycott de la marque Ford et la diffuser sur les réseaux numériques, cliquez ici :
Boycott Ford.jpg
Image JPG [206.5 KB]

Ford Blanquefort dans les médias

France 3, le 19/20 :

France 3, le 12/13 :

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 21 mars 2019

Bonnes nouvelles n°429

Cliquez ici :
Bonnes Nouvelles 429-même pas morts 51 ([...]
Document Adobe Acrobat [2.1 MB]

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 21 mars 2019

Communiqué de presse du syndicat CGT Ford de Blanquefort :

à Genève ce 22 mars

La CGT Ford lance la bataille judiciaire !

Un premier acte pour faire "sauter" les barèmes d'indemités prud'homales afin d'obtenir des indemnités à la hauteur des moyens de Ford devant les tribunaux français.

Communiqué de presse :

 

Dans le cadre du centenaire de la création de l’OIT née  sous l’article 389 du traité de paix de Versailles, le syndicat CGT Ford Blanquefort affilié à la Confédération Générale du Travail née en 1895, c’est-à-dire dans le vieux monde tel que décrit par le Président Macron, le syndicat référent a l’honneur et le plaisir de vous inviter à une conférence de presse dans cet ancien monde à Genève devant le Bureau International du Travail situé 4 route des Morillons à 13H30 pour commémorer et honorer cette magnifique institution dont l’objectif premier est de veiller à ce que les travailleurs du monde entier puissent bénéficier d’un statut social leur permettant de vivre dignement de leur travail.

 

Le syndicat CGT Ford avec trois autres organisations syndicales entendent ensemble déposer une plainte contre la France macronienne issue d’un prétendu nouveau monde, en réalité très ancien, se dénommant libéralisme plus particulièrement contre les ordonnances des 22 septembre et 20 décembre 2017 visant à sécuriser les employeurs en matière de licenciements et plus précisément  encore dans le cadre du licenciement pour motif économique par la généralisation d’un délai de prescription annal (c’était 30 ans de 1804 à 2008, 5 ans depuis la loi Sarkozy du 17 juin 2018, 2 ans depuis la loi de sécurisation de l’emploi dite Hollande du 14 juin 2013 alors que le droit commun en France de la prescription est quinquennal…), en élargissant la notion de cause économique de licenciement alors que le droit international exige une cause nécessaire et enfin en sécurisant les multinationales par la mise en place d’une «  barémisation » des indemnités prudhommales qui ne peuvent dépasser un plafond empêchant le juge français amputé d’une partie de son cerveau gauche d’apprécier librement le préjudice subi par le travailleur en cas de licenciement injustifié ni même d’ordonner une réparation appropriée qui selon la jurisprudence du comité européen des droits sociaux doit reposer sur le droit à réintégration.

 

Manifestement le nouveau monde libéral français qui a choisi, si peu sûr de sa légitimité, de légiférer que par voie d’ordonnance sans aucun débat et procédure parlementaires, ne respecte plus ni les normes sociales européennes du conseil de l’Europe également issues de l’ancien monde (1961) ni la convention OIT numéro 158 de 1982 (ancien monde international) relative à la cessation du contrat de travail à l’initiative de l’employeur pourtant ratifiée par la France en 1989 (ancien monde national).

 

En effet la France ne respecte plus la notion de délai raisonnable pour saisir son juge (art 8 alinéa 3), n’exige pas une cause économique nécessaire (art 9 alinéa 3) et ne prévoit plus le droit pour le travailleur injustement privé de son emploi de la possibilité d’être indemnisé de l’intégralité du préjudice subi et encore moins le droit à retrouver son emploi.

 

La France a désormais une législation sociale en deçà des droits international et européen qui constituent les derniers remparts démocratiques à la généralisation du nouveau monde…

*******************

Lire cette victoire de la CGT sur le même type de démarche que celle que nous lançons :

Victoire de la CGT contre l’aménagement du temps de travail sur trois ans
Victoire de la CGT contre l’aménagement [...]
Document Adobe Acrobat [46.5 KB]

Ou cliquez ici

Dans la métallurgie, un accord de branche avait été signé entre l'UIMM et des organisations syndicales dont la CFDT et la CFTC, tiens donc ? Et après ils se prétendent contre à FAI ? Quelle blague!

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 21 mars 2019

Réunion Bercy – mardi 19 mars 2019

11h45 /12h45 environ

Lancement groupe de travail pour la réindustrialisation du site FAI

Avec ministre B. Le Maire ; JP Floris (DIRE) ; A.Kirchner (directeur cabinet de la secrétaire d’Etat) ; R.Lataste (DIRE) ; I.Notter (DIRECCTE)

Avec collectivités territoriales = Région (A.Rousset président, Szabla et Wilsius) ; Bx-Métropole (P.Bobet président et N.Florian vice-président) ; Département (Ch.Bost vice-présidente) ; Blanquefort (V.Ferreira) ; Député (B.Simian) ;

Avec l’intersyndicale = FO (D.Miramont) ; CFE-CGC (JM.Caille et M.François), CGT (Gilles et Philippe)

Introduction du ministre

Discuter de l’avenir du site de Blanquefort, je suis totalement engagé pour les perspectives industrielles du site.

Sur les grandes lignes de l’accord (lettre d’intention signée, à négocier pour la transformer en un accord définitif) : nous avons obtenu de Ford une enveloppe exceptionnelle de 20 millions d’euros. Si des machines étaient gardées, il faudrait en déduire la valeur. Ford fera la liste des machines qu’il veut garder. Le bâtiment sera cédé pour un euro.

Ouvrir le plus rapidement possible les négociations. Important maintenant de trouver un accord définitif avant que Ford ne revienne à un accord moins favorable, avant l’acte 2 qui est le lancement du groupe de travail et la perspective de réindustrialisation.

La convention de revitalisation entre le Préfet et Ford à signer d’ici juin. La lettre d’intention, c’est Ford qui doit apparaître à la manœuvre.

S’il y a un repreneur, dès 2019, il prendra à sa charge la dépollution. Donc faut aller le plus vite possible pour avancer.

Je souhaite rester impliqué sur le dossier, pas l’habitude de me désengager d’un dossier.

A.Rousset :

Il y a des points sur lesquels les collectivités territoriales s’interrogent.

Sur les délais d’un projet éventuel ? Et sur les termes de dépollution qui font peur : quels délais ? quelle dépollution ?

GFT qui nous inquiète aussi.

Bx-Métropole P.Bobet

Remarque sur le périmètre du terrain, à revoir.

N.Florian

Sur le parc machine, peut-être à revoir.

Député B.Simian

Urgence de désigner un monsieur « réindustrilalisation », inquiétude sur le site GFT. Ok avec ce qui a été dit précédemment.

Mairie

Insiste sur la notion de ré-industrialisation,

CGT

Nous n’avons pas eu connaissance du projet d’accord, on a vu seulement le courrier des collectivités territoriales. Avoir accès à la lettre d’intention, nécessaire transparence pour faciliter le travail en commun

Problème au niveau du périmètre du terrain, du parc machine, des dates, de la dépollution, beaucoup trop de choses imprécises, Ford a trop de marges de manœuvres, il faut que l’Etat fixe des limites et des contraintes, sinon on va se faire avoir et on a l’expérience de cela tous ces derniers mois.

CFE-CGC

Sur les équipements, Ford va vouloir récupérer des machines, y compris a GFT, il faut absolument garder toutes ces machines. Sur le périmètre du bâtiment, faut élargir englober centrale électrique.

Ministre

Groupe de travail à démarrer, piloté par la Direccte, géré par le SGAR responsable du suivi et mise ne œuvre du travail.

Pense que Ford laissera les machines.

La perspective industrielle la plus probable c’est Punch.

JP Floris

Ford va faire la liste des machines qu’il veulent prendre, dire les valeurs.

Ministre

Calendrier : finalisation accord avec Ford au plus tard le 30 avril. Puis finalisation d’une convention de finalisation à fin juin.

Le groupe de travail se réunira au rythme souhaité et nécessaire, compte-rendu hebdomadaire à Bercy (par A.Kirchner).

Recommande vivement que les syndicats soient entièrement impliqués dans le groupe, dans toutes les discussions, le plus possible. Sur la signature de l’accord, pas possible.

CGT

Demande à ce que l’intersyndicale soit impliquée sur la discussion concernant les accords, le plus loin possible, est-il envisageable que nous soyons signataires des accords ? (réponse non), que la convention de revitalisation s’appelle « convention de réindustrialisation » histoire d’enlever toute ambiguïté dès le départ.

Ministre

D’accord pour impliquer l’intersyndicale, il a confiance, on est investi, constructifs. Ok pour que la convention de revitalisation indique en préambule qu’il s’agit d’une ré-industrilaisation du site.

Direccte : I.Notter

Le premier accord entre Ford et pouvoirs publics fixe les conditions financières, les 20 millions pressentis, accord qui précise qu’il s’agit de conditions au-dessus de la loi. Cet accord permet notamment de déterminer le montant et les « plus » que Ford met sur la table.

La convention de revitalisation ne peut être signée qu’entre l’Etat (le Préfet) et Ford.

 

Réunion à la Région, avec l’ensemble des collectivités territoriales, ce jeudi 21 mars, à 11 heures.

Une délégation de 1 par syndicat sera présente.

Discussion pour modifier le projet d’accord de principe avec Ford.

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 21 mars 2019

Ford Blanquefort sur LCP dans Questions au gouvernement

Assemblée Nationale le 20 mars 2019

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 20 mars 2019

Réunion Commission de suivi

du 19 mars 2019

Présents :

La direction, Right Management, la DIRECCTE, le directeur de Pôle emploi, Directeur travailleurs handicapés et les Organisations Syndicales FO, CGT et CFE/CGC, la CFTC ne s’étant présenté qu’une demi-heure sur 3 heures de réunion.

 

Une grosse partie de la réunion concernait la présentation de la commission, de son rôle et du travail et de l’organisation de Right Management. Les syndicats présents (FO, CGT et CFE/CGC) dénoncent le travail de Right Management, se faisant les portes paroles des collègues qui nous ont remonté leur déception.

 

Pas de départ en préretraite pour l’instant jusqu'à la décision du ministre des finances concernant la défiscalisation (rescrit).


25 dossiers pour départs volontaires dont 8 personnes en retraite.

Ceux ayant trouvé un emploi ailleurs l’ont par leurs propres moyens, aucun ne venant du cabinet de reclassement.

 

La Direccte a insisté sur le fait que les annonces d’offres d’emplois soient diffusées dans l’usine et disponibles pour tous les salariés.

 

La Direccte veut que les gens en formation longue puissent réintégrer le cabinet de reclassement à la fin de leur formation.

 

La Direccte a l'intention de vérifier les dossiers de créations d'entreprises, pas dans le sens des salariés mais dans celui de Ford...

 

Conclusion :

Un PSE a pour premier objectif la sauvegarde de l’emploi mais la volonté de beaucoup dans cette commission, direction en tête, est de vider l’usine et rien d’autre.

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 20 mars 2019

Ford Blanquefort dans les médias

Ford Aquitaine Industries : le nouveau groupe de travail semble bien parti

France 3 :

Usine Ford de Blanquefort : réunion à Bercy pour lancer le processus de réindustrialisation du site

Ford Blanquefort : un groupe de travail pour la réindustrialisation du site

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 20 mars 2019