"Nous n'avons que les victoires des combats que nous menons."
"Nous n'avons que les victoires des combats que nous menons."

Appel unitaire pour une mobilisation d’ensemble contre la fermeture de l’usine Ford, contre les licenciements partout

Nous refusons catégoriquement la fermeture de l’usine Ford comme nous refusons les licenciements qui sévissent un peu partout. A ce titre, nous dénonçons la liquidation récente de l’usine Metal-Aquitaine à Fumel comme celle quasiment programmée de l’usine GM&S à La Souterraine. 

Ce qui se passe à l’usine Ford de Blanquefort est un scandale, un scandale ordinaire certes mais un scandale auquel il ne faut surtout pas s’habituer. C’est le scandale de ces multinationales qui détruisent l’emploi et le social sans même aucune justification économique et ouvertement au nom de la course aux profits et aux dividendes. 

La fermeture est injustifiable et inacceptable. Mais tout est organisé pour faire comme si c’était inéluctable, comme s’il n’y avait rien à y faire.

D’ailleurs l’Etat comme les pouvoirs publics s’y résignent lamentablement, se disent impuissants et sans solution. Et ce même après avoir donné des dizaines de millions d’euros de subventions publiques, pendant des années, et après avoir donné des centaines de millions d’euros ou de francs (combien exactement ?) durant toutes ces années de présence de la multinationale à Blanquefort.

Ford fait des profits de plusieurs milliards de dollars, encaisse l’argent public et puis s’en va ailleurs, ferme, licencie des centaines d’emplois, provoque la disparitions de milliers d’emplois induits, sans rendre de comptes, sans avoir d’obligation à respecter à l’égard des salarié.e.s comme à l’égard de la collectivité et de la population.

Cela ne doit pas se passer ainsi, sans bruit, sans riposte. La suppression des 900 emplois directs et des 3000 emplois induits dans la région représente une catastrophe sociale, s’ajoutant à une situation de chômage et de précarité déjà difficile et insupportable.

Nous devons nous y opposer. Et cela ne concerne pas seulement les salariés Ford, c’est vraiment l’affaire de tout le monde, de l’ensemble de la population, de l’ensemble du mouvement social. Cette usine ne peut pas, ne doit pas fermer. 

Nous avons une bataille à mener unitairement contre la fermeture, contre les licenciements directs et indirects et aussi contre les liquidations et licenciements partout ailleurs. 

Nous savons que c’est ensemble, par une mobilisation large que nous pouvons refuser la fatalité, changer le rapport de force et reprendre la confiance en nous, retrouver l’espoir de changer le cours de choses.

Nous appelons donc à la mobilisation générale, à commencer par une manifestation :

 

le samedi 30 juin à 14h, place Pey-Berland à Bordeaux

 
Téléchargez le tract ici :
2018.06.30 Tract A5 manifestation du 30 [...]
Document Adobe Acrobat [105.7 KB]

La CGT Ford Blanquefort le samedi 23 juin 2018

Ford pourrait-il quitter un jour l'Europe?

Un article de presse qui correspond bien aux discussions que nous avons pu avoir avec les syndicalistes européens à Cologne :
 
Cliquez ici :

https://www.challenges.fr/automobile/actu-auto/automobile-comme-general-motors-ford-pourrait-il-quitter-un-jour-l-europe_596003

Usine fermée en Belgique, idem en Grande Bretagne avec réduction des effectifs dans ce qu'il reste. A Cologne, les effectifs sont passés de 45 000 à 18 000 en quelques années. Et à Blanquefort on va en payer le prix très vite.

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 22 juin 2018

Pour rappel :

Avec la présence du réalisateur Stéphane Brisé et de Xavier Matthieu (ex Continental). Avant la séance, à 19h, HK vient nous apporter son soutien devant le cinéma (sous les colonnes) avec quelques chansons. Et l'écrivain Edouard lui vient nous voir avant le film.

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 22 juin 2018

Bonnes nouvelles n°397

Cliquez ici :
Bonnes Nouvelles 397-même pas morts 18 ([...]
Document Adobe Acrobat [1.7 MB]

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 22 juin 2018

Les Ford manifestent à Cologne au siège de la multinationale

Journaux télés des 20 et 21 juin 2018

Journaux télés de TV7 des 19 et 20 juin 2018 : Les Ford manifestent à Cologne au siège de la multinationale contre la fermeture de l'usine de Blanquefort.
Intervention également de Philippe Martinez sur le sujet Ford, Secrétaire Général de la CGT, qui était dans la région au même moment.

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 22 juin 2018

Ford Blanquefort dans les médias

du jeudi 21 juin 2018

SudOuest :

Ford Blanquefort : “la direction Europe ne reviendra pas sur son plan social”

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 21 juin 2018

Ford Blanquefort dans les médias

du mercredi 20 juin 2018

Ford Blanquefort : en Allemagne, la délégation reçoit le soutien des syndicats européens du groupe

La direction de Ford Europe aux salariés de Blanquefort venus à Cologne : "La décision est prise et ne changera pas"

Ford Aquitaine Industries : les syndicats ont franchi le Rhin

Une délégation de Ford Blanquefort manifeste à Cologne

Ford : les salariés de Blanquefort manifestent en Allemagne.

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 21 juin 2018

Mobilisation à Cologne,

au siège de Ford Europe

les 19 et 20 juin 2018

Manifestation à Cologne (Allemagne) contre la fermeture de l'usine Ford de Blanquefort (France).


Accueil et soutien des cheminots (SUD et CGT) gare de l'Est à Paris.
Accueil et soutien des salariés et syndicalistes (IG Metal) à l'usine Ford de Cologne. Discours très revendicatif des représentants allemands. La direction de Ford très critiquée. Amstrong (patron de Ford Europe) « fait des saloperies".

Soutien des travailleurs turcs.
Soutien de camarades de la CGT Punch de Strasbourg venus aussi.
Soutien des élu(e)s de la région bordelaise avec la présence de Véronique Ferreira et Christine Bost.

 

On a aussi goûté à la privatisation du rail version allemande.
La plupart des trains affichent des retards. Et le nôtre a été carrément annulé. On a pu prendre le suivant, mais il a aussi eu du retard. Ajoutez à ça un colis suspect et voilà, nous avons raté notre correspondance. Et passé la nuit à la gare de Paris Montparnasse.
Clairement, la SNCF doit rester un service public !!! Tous les trains français étaient à l’heure… Eux !

Retour ce jeudi matin. Fatigués mais cette action valait largement le coup et les efforts fournis.

 

Merci à tous ceux qui ont participé à cette action, à son organisation, au traducteurs, etc…

Compte-rendu de la réunion du CEEF

Point 1 sur Ford Bordeaux :

 

Martin : Le sujet de Bordeaux aujourd’hui est brûlant, il y a beaucoup d’émotion, le sujet a été mal communiqué aux salariés.

Oui le droit national doit d’abord être dit à FAI, par contre recevoir après cette annonce a tous les salariés par mail, sans mots d’explication de cette situation et avec votre visage souriant M Amstrong c’est dramatique.

Quel avenir pour FAI ? Quelle reprise ? Pourquoi un PSE ?

Vous préparez déjà le départ des collègues pour début 2019 à la fin du PSE.

Logiquement c’est d’abord la recherche d’un repreneur et ensuite voir le besoin de ce partenaire.

Nous voulons avoir un signe que vous recherchez un partenaire.

Ford Europe veut 6% de réduction des coûts par an.

Supprimer les emplois pour assurer la rentabilité ce n’est pas normal.

Dehors il y a une délégation de FAI, il y a une demande de rencontre. C’est une grande preuve de respect de les recevoir.

Nous demandons une suspension de séance pour aller voir les collègues. Il ne faut pas que ça dégénère.

Le CEEF à rédiger une résolution que nous vous remettons M Amstrong et nous allons la donner aux collègues dehors aussi.

 

Amstrong : Nous prenons aux sérieux la recherche d’un repreneur vous allez voir.

 

Wishnousky : Entretien avec Bordeaux et l’État il y a des baisses de volume rapide pour 2019 et 2020.

Mesure pour continuer à FAI sont la 6F15 et 6F35 mais le niveau de commande est trop faible, après la 8F-mid et Boite Hybride pour remplacer les produits, mais l’étude de la 8F-mid, le coût est plus cher, 3 fois plus cher, le site US 360$ par boite moins cher que FAI et le site de FAI pas viable pour 2019.

Nous commençons à chercher pour une reprise. Un PSE pour fin 2019, il y aura le paiement des salaires jusqu’à fin de l’année 2019. Si nous ne voulions rien dire nous ne serions pas ici.

Tout le monde connaît son job.

 

Gilles Penel : lecture de la déclaration CE et OS. À la suite dit que mettre en place maintenant un PSE est dangereux pour l’avenir de FAI et de ses emplois car à la fin du PSE, il y aura, départs en retraite rapide avec les primes supplémentaires, transferts de FAI vers GFT, départs en préretraite, départs des salariés en création d’entreprise, etc… Donc pertes de connaissances et de compétences.

De plus vous avez déjà un contact donc il faut attendre de voir ce que lui a Besoin si c’est lui le repreneur.

 

Wishnousky : notre priorité c’est la recherche d’un repreneur, nous avons du travail devant nous.

 

Amstrong : Pour Ford Europe ce n’est jamais facile. Il fallait d’abord informer les salariés pour informer de leurs sécurités jusqu’à la fin 2019.

C’est un bien pour les salariés cette annonce.

Nous pouvons parler librement maintenant avec le repreneur et Geris a eu 200 Contacts.

Il faut lancer le processus pour le bien des salariés, nous avons une vision différente de vous.

 

Martin : Les compétences vont partir avec le PSE, vous avez signé une lettre de confidentialité avec le repreneur, il veut quoi le repreneur car vous dessinez une vision pessimiste, nous ne comprenons pas pourquoi ?

C’est quand même mieux de reprendre l’usine sans PSE, il faut d’abord attendre de voir avec le repreneur, il faut attendre 4 mois et ensuite si besoin lancer le PSE, il faut que FAI sorte des boîtes.

 

Christian : Vider FAI est ce que c’est réaliste pour vendre le site ?

Informez d’abord avant d’envoyer un mail a tous les salariés, il aura fallu voir d’abord avec Martin avant d’envoyer le mail, vous nous repousser dans quoi ? Vous voulez nous radicaliser ? C’est pourquoi il faut une meilleure politique de Ford Europe. Vous voulez faire un test pour les annonces des prochains sites ?

Je ne comprends pas l’écart de prix de 360$ ce n’est pas normal.

 

Wishnousky : Nous avons eu beaucoup d’action pour rentabiliser FAI mais les volumes sont déjà aux US.

 

Amstrong : C’est vrai la communication a été mauvaise, nous n’avons pas l’habitude de faire ça, nous ferons mieux la prochaine fois.

 

Martin : Possibilité de repousser le PSE pour novembre ?

 

Amstrong : Nous avons communiqué notre intention au 1er Ministre Français, nous ne pouvons pas reporter le PSE.

 

Gilles Penel : Au dernier Comité de suivi à Bordeaux, tout le monde a dit que le PSE était absurde et je ne pense pas que le 1er Ministre vous en tienne rigueur si vous reculez en prenant la bonne décision.

 

Amstrong : Si nous lançons le processus maintenant ou dans 5 mois c’est pareil.

 

Martin : il faut trouver un compromis, nous ne voulons pas nuire à Ford Europe. Il faut être à l’écoute de l’autre, il faut être responsables, nous pouvons impliquer le repreneur.

Votre attitude n’est pas normale, vous êtes têtus, vous voulez le faire, vous allez dire pareil aux politiques. C’est un signe pour les salariés ? Nous ne faisons pas de menace. Mais nous ne serons pas là pour faire le tampon entre vous et eux, c’est intelligent de nous écouter.

 

Amstrong : L’État nous a demander l’impact sur les salaires, nous ne voulons pas de licenciement économique, forcer jusqu’à fin 2019, les primes sont conséquentes, nous voulons calmer les esprits. Tout le monde comprend le processus mais ce n’est pas ce que vous voulez, nous en avons déjà discuté avec les autorités.

 

Martin : C’est insupportable votre discours, il y a encore du travail pour 2019. Mais il va y avoir des départs début 2019. C’est fort de votre part.

Amstrong : Les produits arrivent en fin de série, la baisse est progressive. Nous allons garder des salariés alors que les volumes baissent.

 

Régis Labasse : Je ne comprends pas, l’an dernier GFT Blanquefort a perdu 54 Millions d’€ et une pénalité de 18 Millions d’€.

Accord MX65 un départ une embauche.

C’est un drame humain ce que vous faites. Les collègues ont fait 11 Heures de train pour venir vous dire qu’ils aiment leur travail et leur usine et vous ne voulez même pas les voir et vous nous dites qu’ils seront payés jusqu’à septembre 2019 et après ils font comment pour remplir leurs frigos.

Nous pouvons faire des prêts de main d’œuvre à GFT sans problème et sans faire un PSE.

 

Amstrong : Nous avons vue avec GFT pour des mutations de personnel.

 

Nous Avons suspendu la Séance pour aller voir la délégation dehors.

Déclaration de l'intersyndicale lue lors du CEEF
2018.06.20 Déclaration CEEF.pdf
Document Adobe Acrobat [48.6 KB]
Tract distribué à Cologne
2018.06.20 Tract Cologne deux langues.pd[...]
Document Adobe Acrobat [60.9 KB]
Résolution des syndicats européens au CEEF
2018.06.20 Résolution des syndicats euro[...]
Document Adobe Acrobat [2.3 MB]

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 21 juin 2018

Ford Blanquefort dans les médias

du mardi 19 juin 2018

Ford : 37 salariés de Blanquefort partent en Allemagne pour manifester devant le siège européen du constructeur

Ford Blanquefort : une délégation en route pour le siège de Ford Europe, en Allemagne

SudOuest :

SudOuest :

La CGT Ford Blanquefort le mardi 19 juin 2018

Motion relative à Ford Aquitaine Industries soumise au conseil de métropole du 15 juin 2018

Le conseil de Bordeaux Métropole, réuni le 15 juin 2018, déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries.


Cette décision est incompréhensible alors que le site est reconnu pour la compétence de ses salariés et sa productivité. Elle est également pour le moins prématurée car le cabinet Géris, chargé par Ford, voilà à peine deux mois, de rechercher des repreneurs potentiels, a détecté plusieurs possibilités et est loin d’avoir achevé sa mission. En outre des discussions sont en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai dernier.


Le lancement d’un plan de sauvegarde de l’emploi risque, en outre, avec le départ encouragé de salariés, de faire perdre des compétences indispensables au succès d’une reprise.


La métropole bordelaise a constamment soutenu, par des aides financières et des aménagements publics, les projets de développement de Ford depuis son implantation à Blanquefort en 1973. Elle soutiendra tout projet permettant de pérenniser l’emploi et de donner un avenir au site.


Le conseil de Bordeaux Métropole demande au ministre de l’économie et au délégué interministériel aux restructurations d’entreprise d’exercer toutes leurs prérogatives pour protéger l’emploi et optimiser le processus de reprise. L’Etat doit maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités et accorde au repreneur, sur plusieurs années, un volant de commandes suffisant et des aides, afin d’assurer dans de bonnes conditions la transition.

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 15 juin 2018

Ford : croissance des ventes en Europe

On nous aurait menti ?

Ford = patrons voyous !

Le groupe Ford annonce ce jour avoir vendu quelque 118.700 véhicules en Europe durant le mois de mai, en légère hausse (+0,6%) par rapport à la même période en 2017.
Il s'agit, selon le constructeur, du meilleur résultat de la marque pour un mois de mai depuis 2009.

Le modèle EcoSport a vu ses ventes croître de 72%, celui pour lequelle FAI pourrait continuer à fabriquer la transmission 6F35 !!!

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 15 juin 2018

Comité de Suivi du mercredi 13 juin

(2 heures environ) à la Préfecture

Avec Préfet, JP Floris (gouvernement) +secrétaires de cabinets ...

Avec collectivités territoriales, élus locaux (Région, Département, Ville, Agglo …), Député …

Avec expert Sécafi

Avec syndicats

Et avec dirigeants Ford Europe (4) avec FAI (3) autres représentants

 

Les notes ne sont pas relues, donc il doit y avoir des imprécisions, des fautes d'orthographe, on fait au mieux.

 

Ford Europe : « Nous avons bien conscience que la période actuelle est difficile pour les salariés et leurs familles. Pas d’informations nouvelles par rapport à la semaine dernière, cette réunion donne une occasion nouvelle de réitérer les points clé, à clarifier les incertitudes que vous pouviez avoir. Notre présence montre que nous restons dans le dialogue, que nous cherchons toujours une issue positive. Nous sommes en relation étroite avec le gouvernement, même si pas toujours d’accord, nous avons maintenu un dialogue constant et ouvert. Un des soucis apparus lors de la déclaration du 7 juin, c’est le timing, nous allons nous en expliquer. Nous avons dit et répété que nous n’avions pas de nouveaux produits à mettre à FAI, déclin des produits actuels sur FAI. Nous n’avons pas d’équation économique soutenable pour FAI. Nous avons entendu une rumeur comme quoi l’usine pouvait fermer cette année. Pris l’engagement de ne pas mettre en place des licenciements économiques avant septembre 2019, la bonne solution dans la situation actuelle. Cela donne du temps, d’étudier les différentes options qui se présentent, donnent une sécurité financière. Pas de réduction de revenus jusqu’à la fin 2019. Un document sera présenté composé de mesures comme départs avancés, départs … Nous sommes conscients que tout le monde n’est pas d’accord. A propos du processus de recherche un repreneur, notre priorité n°1 c’est de trouver un repreneur. C’est un processus compliqué, s’assurer que toute offre soit réaliste, raisonnable, se situer dans l’intérêt de Ford, des salariés … Convaincus que le lancement du PSE n’aura pas d’effet négatif sur le processus de reprise. Nous allons entendre Géris, nous parlera du travail avec Ford. Il y a eu beaucoup de spéculations sur un candidat à la reprise, nous ne donnerons pas de nom aujourd’hui, nous avons signé un accord de confidentialité avec un candidat. Des discussions sont en cours, mais nous avons beaucoup de chemin à parcourir. Nous accomplissons de bons progrès sur ce processus de reprise".

 

Géris : « Démarche de prise en compte des caractéristiques du site industriel, les compétences des salariés, puis un ciblage, uniquement des décideurs. 200 entreprises ciblées dont les 100 plus gros équipementiers. Blablabla. Nous progressons bien. Attente de réponses. Une 30aine de réponses, certains ont fait comprendre qu’ils n’avaient pas de projets de reprise. Ciblage en Allemagne, Chine, Inde, Corée, … Travail avec des spécialistes, environnement, … recenser éléments utiles pour le repreneur. Travail avec Ford.

 

Syndicats :

 

Représentants du CE : Gilles = l’annonce du PSE n’est pas du tout d’actualité, il s’agit d’une volonté de désengagement, c’est politique pas économique, on le voit dans le document. Des transmissions auraient très pu se faire à FAI. Ce PSE va forcément affaiblir le site, des compétences vont partir rapidement. Déjà il y aurait des départs (115) vers GFT. Lancer un PSE c’est forcément affaiblir la perspective d’une reprise.

 

FO : Questions sur le repreneur, sur les délais repreneur.

 

CFE-CGC : Nous regrettons un PSE trop tôt, nous ne voulons absolument pas de licenciements économiques, nous voulons un repreneur. Il faut connaitre dès cet été le nom du repreneur pour laisser une autre perspective que celle de partir. Il faut avancer sur ce sujet du repreneur c’est important. Demande qu’il n’y ait pas de perte de salaire pour tous les salariés.

 

CGT = aboutissement d’une politique de Ford depuis des années. Aujourd’hui des pas sont franchis, Ford force et accélère les choses, il faudrait subir, acter son départ. Nous portons une parole de colère, de refus de s’y résigner. Certains sont surpris de l’absence de mobilisation dans l’usine, mais la colère est là, dans l’usine comme à l’extérieur, elle ne s’exprime pas mais elle est là, et nous allons l’exprimer. Ce que fait Ford c’est inadmissible, c’est injustifiable, c’est dégueulasse, c’est 900 emplois, c’est 3000 emplois induits, c’est une catastrophe pour nous et pour la région. Ce n’est pas possible de laisser faire, de laisser les trahisons successives de la multinationale. Ford a baratiné, baratine encore pour faire passer la pilule du désengagement. L’Etat et le gouvernement ont des choses à faire, ce n’est pas vrai, il n’y a pas d’impuissance qui tienne, des choses peuvent et doivent être faites. L’Etat a les moyens d’agir, d’entraver, d’empêcher Ford de partir. Nous dénonçons, nous ne reconnaissons pas le droit de Ford à partir, Ford fait des profits empochent des aides publiques, Ford a largement les moyens de maintenir le site, c’est trop facile, certes nous n’avons pas les troupes derrière mais continuons d’affirmer que nous refusons la fermeture de l’usine, nous exigeons toujours le maintien de l’activité, des transmissions peuvent être produites à Bordeaux. On sait que bcp de monde pense comme nous, les collectivités territoriales, tout le monde sait que la fermeture de l’usine c’est dramatique.

 

Député (Simian) : PSE prématuré. Ford perturbe la relation de confiance avec l’Etat, en colère. Faut préciser avec le repreneur.

 

Maire Blanquefort (V.Ferreira) : Dénonciation de Ford. Ford a les moyens de maintenir l’activité. Ce qui se passe c’est détestable.

 

Conseillère générale (Ch.Bost) : Incompréhension. Plusieurs étapes des menaces puis avec des petits espoirs, aujourd’hui encore, annonce du PSE le 7 juin et maintenant Ford insiste sur le repreneur. C’est quoi ce jeu ? Vous êtes froids. Votre objectif c’est de tuer l’usine. La trahison a votre visage.

 

Conseiller régional (F.Wilsius) : partage la colère des collègues. Aujourd’hui il faut mesurer les conséquences, trouver des solutions sur tous les gens concernés par les conséquences de la fermeture. Des sous-traitants vont en subir les conséquences. Quels moyens Ford va mettre dans la balance ?

 

Bx Metrople (Vice-président, en remplacement de Juppé) : Déplore le PSE, les pistes sont à approfondir, visiblement il y a pourtant un repreneur potentiel. Des millions et des millions d’euros ont été donnés à Ford durant toutes ces années, supportés par les citoyens. Il y a des emplois induits, des milliers de salariés et de famille. Ford doit assumer ses responsabilités, trouver un repreneur crédible. Ford doit s’engager, assurer la transition durable, Bordeaux Métropole demande à l’Etat de maintenir ses exigences.

 

Re-Ford : Ce qui est important, c’est de trouver un plan solide pour un repreneur, première phase c’est de trouver des candidats potentiels, blablabla … L’industrie automobile vit des moments particuliers, le cycle des renouvellements des produits a changé, les choses bougent et changent. (Philosophie de Ford, c’est la bougitude !). Cette usine que nous aimons bien, nous n’allons pas culpabiliser le personnel, ce n’est pas le sujet. A propos de Punch, nous ne sommes pas en situation d’en parler, nous avons signé un accord de confidentialité (avec Punch ? pas dit). Nous comprenons tout à fait qu’il y ait des désaccords importants mais Ford affirme prendre au sérieux la situation. Dans cette période de grande incertitude pour le personnel. Nous avons pris 4 mesures pour soulager : ouverture du PSE qui apporte une vision plus claire de l’avenir ; nous avons voulu éteindre la rumeur que nous fermerions l’usine cette année, donc pas de licenciement économique avant septembre 2019 ; éléments pour sécuriser les salariés jusqu’à fin 2019 ; re-confirmation de notre priorité, un repreneur solide et viable.

 

Gouvernement (JP Floris) : Ford a manqué de transparence dans le passé mais ces derniers temps, cela a changé. Je reconnais même si je regrette la décision de Ford de ne plus investir sur FAI, je reconnais les mesures de protection apportées par Ford, un travail sérieux avec le projet de repreneur. On espère, on demande que le personnel prêté à GFT ne compromette pas les chances de repreneur. Extrêmement déçu par l’annonce du « plan social », annonce inutile mais maintenant il faut faire avec. Il faut une discussion exclusive avec un ou deux repreneurs. (le ton de JP Floris est étonnamment en rupture avec le ton employé en février-mars dernier, tout doux, souriant, conciliant).

(Attitude scandaleuse de JP Floris) Il regrette, il n’est pas d’accord, mais il faut faire avec l’annonce du PSE, le gouvernement apportera tout son soutien à la recherche du repreneur, on va vous aider, on a confiance. Rappelle sa déception du lancement du PSE et demande que les discussions sur la reprise se précise, se confirme d’ici juillet.

 

Conseil Départemental (Bost) : une question « pourquoi un PSE ? Pourquoi ce calendrier ?

 

CGT = (en colère, limite bouillant !) C’est quoi ces simagrées de Floris (celui-ci coupe, s’énerve, « je ne vais pas me faire insulter, ce n’est pas élégant » mais on répond « c’est vous qui n’êtes pas élégant en faisant ce que vous faite »), critique du changement de discours, vous rappeler-vous ce que vous disiez en mars, comment vous le disiez, alors oui on est abasourdis par votre attitude. On oublie les trahisons passées de Ford ? Oui on rejoint pour le moins la question de Bost. Rien ne justifie ce PSE ! Ford nous banane, se moque de nous, Ford continue de se moquer de nous et le gouvernement parle de confiance, d’aide, de soutien total ? En disant ça, vous ne nous respectez pas ! Le PSE compromet forcément la suite, il fragilise, casse l’usine, les gens vont partir ! Il ne doit pas y avoir pour le moins de PSE maintenant, l’Etat doit empêcher ce PSE, il en a les moyens. Si on prend au sérieux une possibilité de repreneur, il faut contraindre Ford à faire d’autres choix. Proposition de travailler ensemble, d’agir ensemble pour contraindre Ford.

 

Mairie : On ne comprend pas. Quelle transparence ? On ne l’a pas vu de notre côté. On ne comprend pas ce calendrier Ford.

 

Préfet : (en réponse aux critiques) il rappelle que l’Etat agit dans le dossier, il n’a pas la main sur le calendrier mais agit. Il tient à rappeler que l’Etat ne peut pas empêcher un dépôt de PSE. (Je précise « qu’il peut invalider ») il répond que nous n’en sommes pas encore là. Le préfet gère la situation de tension.

 

CFE-CGC = Pas de confiance dans Ford, pas possible. Le PSE n’est pas justifié, à quoi bon précipiter les choses, il y a contradiction dans les discours ? Ne pas abandonner l’option de l’électrification.

 

Député (Simian) : Il dit que le ministre avait demandé la veille de l’annonce demandé le report du PSE. Ford n’a pas voulu. Il critique la méthode Ford, des doutes sur la gestion de la reprise. Faut cette fois-ci un dossier sérieux. Constate que Ford a pris le beurre et l’argent du beurre, Ford a bénéficié d’aides publiques importantes, donc nécessaire réciprocité. Demande de temps, d’envisager de repousser le PSE.

 

Secrétaire CE (Gilles) : Demande que Ford Europe reçoive la délégation de salariés qui sera à Cologne devant le siège Ford Europe.

 

Gouvernement (JP Floris) : (on dirait qu’il fait moins le malin) j’ai perdu le combat, donc il faut faire avec la nouvelle situation, avec le calendrier de Ford. Il faut travailler le plus efficacement possible pour protéger les salariés. J’ai utilisé transparence, c’est-à-dire que nous échangeons. La confiance ça se gagne, je n’en suis pas là. Aujourd’hui c’est vigilance. J’ai essayé de travailler le plus honnêtement possible. Il seule chose m’anime c’est défendre le dossier le mieux possible.

 

Ford : Nous n’avons pas des volumes à mettre pour FAI, c’est transparent, on n’y peut rien. Nous verrons pour les volumes y compris par rapport à un éventuel repreneur. Nous respecterons à la lettre les règles de confidentialité. Nous ne conduirons pas les négociations à travers la presse.

 

Ford (Evison) : rappelle que le 20 juin, il y a une réunion du CEEF dans lequel FAI est représenté.

 

FO : redemande qu’une délégation soit reçue, précisant que l’ordre du jour de CEEF ne comporte pas de point sur FAI.

 

Ford (Evison) : Il y aura bien FAI à l’ordre du jour ? Il y a un représentant FAI (sous-entendu que pas besoin qu’une délégation soit reçue).

 

CGT : demande une rencontre rapide, syndicats, pouvoirs publics, collectivités territoriales.

 

Préfet : propose un prochain comité de suivi en septembre

Point fait dans la foulée pour décider d’une date de rencontre qui aura lieu début juillet.

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 15 juin 2018

Bonnes Nouvelles n°396

Cliquez ici :
Bonnes Nouvelles 396-même pas morts 17 ([...]
Document Adobe Acrobat [2.0 MB]

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 15 juin 2018

Réaction de la CGT Ford suite à un article paru dans SudOuest

Interview du PDG de Punch Strasbourg

Mail envoyé au journaliste

Bonjour Monsieur Cesar,

 

Au sujet de votre article sur Punch, vous devriez être beaucoup plus précis.

 
En effet, lorsque Arnaud Baïlo vous raconte que Punch a investi 130 millions d'€ à son usine de Strasbourg, il oubli (volontairement ?) de préciser qu'il s'agit d’emprunts bancaires. 2 prêts auprès de la banque Allemande (Comerzbank).
 
Dans ces conditions, faire miroiter dans votre article aux salariés de Ford Blanquefort une éventuelle reprise par un repreneur déjà bien endetté et dans notre situation morale actuelle semble bien inopportune.
 
Cordialement,
 
La CGT Ford

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 14 juin 2018