"Nous n'avons que les victoires des combats que nous menons."
"Nous n'avons que les victoires des combats que nous menons."

Ford Blanquefort dans la presse

Ford Aquitaine Industries : Ford délié de son engagement avec la France

SudOuest

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 25 mai 2018

Mobilisation du 24 mai 2018

devant l'usine Ford, à l'occasion du dernier jour de l'accord cadre de 2013

Ford doit rester et maintenir l'activité !

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 24 mai 2018

Ford Blanquefort dans la presse

Gironde : nouveau débrayage à l’usine Ford ce jeudi

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 24 mai 2018

Appel intersyndical

pour ce jeudi 24 mai 2018

Cliquez ici :
2018.05.23 Affichage intersynd pour acti[...]
Document Adobe Acrobat [38.7 KB]

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 23 mai 2018

Ford Blanquefort dans la presse

SudOuest

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 23 mai 2018

Décision du Tribunal de Grande Instance de Bordeaux

Nous avons obtenu aujourd'hui la décision du juge des référés concernant la procédure engagée au TGI par le Comité d’Entreprise de Ford Aquitaine Industries et la voici :
 
 
Le Juge des référés du tribunal de grande instance de Bordeaux, statuant par décision contradictoire, prononcée publiquement par mise à disposition au greffe, et à charge d’appel, Fait injonction à la société FORD AQUITAINE INDUSTRIES de mettre à jour sa base de données économiques et sociales au titre de l’évolution générale des commandes et l’exécution des programmes de production, et des prévisions de chiffre d’affaires pour les années 2018, 2019 et 2020, compte tenu des récentes orientations prises par le groupe FORD ;
 
Dit que, passé un délai de huit jours après signification de la présente décision, cette injonction sera assortie d’une astreinte provisoire de 500 euros par jour de retard pendant un délai de trois mois, passé lequel il appartiendra au demandeur de se pourvoir ainsi qu’il l’estimera utile ;
 
Dit n’y avoir lieu à réserver au juge des référés la liquidation de l’astreinte ;
 
Déboute le comité d’entreprise de la société FORD AQUITAINE INDUSTRIES du surplus de ses demandes ;
 
Déboute la société FORD AQUITAINE INDUSTRIES de sa demande sur le fondement de l’article 700 du code de procédure civile ;
 
La condamne à payer à son comité d’entreprise la somme de 2.000 euros sur le fondement de l’article 700 du code de procédure civile ;
 
Condamne la société FORD AQUITAINE INDUSTRIES aux dépens.
 
La présente décision a été signée par Bernard TAILLEBOT, Premier Vice-Président, et par Géraldine BORDERIE, Greffière.
 
 
Nous nous satisfaisons de cette décision, nous veillerons à son respect par l'employeur et nous nous réservons la possibilité de faire appel des décisions sur lesquelles nous n'avons pas obtenu satisfaction.
 
Cordialement,
 
La CGT Ford

La CGT Ford Blanquefort le mardi 22 mai 2018

Tract du mardi 22 mai 2018

Cliquez ici :
2018.05.22 Tract CGT-Ford action du 24 m[...]
Document Adobe Acrobat [198.1 KB]

La CGT Ford Blanquefort le mardi 22 mai 2018

Film "En guerre" actuellement à l'affiche

Allez le voir !

Le film "En guerre" de Stéphane Brizé avec Vincent Lindon dans le rôle d'un syndicaliste d'une usine menacée de fermeture malgré les engagements contraires du patron est à l'affiche depuis le 16 mai et en compétition au festival de Cannes.
Après avoir vu le film lors d'une projection au cinéma Utopia où nous étions parmi les organisateurs, voici un texte de remerciements de la CGT Ford adressé au réalisateur et à ses équipes.
Ce film ressemble "étrangement" à une histoire que nous connaissons bien à Blanquefort. Ce film est utile et vrai. C'est un encouragement pour nous tous à nous battre, à ne pas nous laisser faire.

Stéphane,

 

Le syndicat Cgt-Ford tient à te remercier, toi et toute l'équipe, pour ton film "En Guerre". Peut-être le sais-tu, notre usine Ford à Blanquefort et nos 900 emplois sont menacés à court terme, la multinationale cherchant à se désengager rapidement. Nous sommes en résistance pour sauver nos emplois et donc pour imposer à Ford le maintien de l'activité pour les années qui viennent face à un mur, face à plein de gens qui nous expliquent qu'il n'y a rien à faire pour changer les choses. Alors nous sommes particulièrement touchés par ton film, il est d'une justesse incroyable. Le cynisme patronal, l'hypocrisie gouvernementale, le traitement médiatique, les engueulades entre ouvriers à propos des revendications ou de la façon de lutter, tout est très bien raconté. On sent qu'il y a du vécu et que tu t'es très bien entouré. Ton film montre et c'est important, le mépris social et la violence permanente, souvent invisibles, de la part du système et des gens de pouvoir, une violence réelle que nous subissons en permanence. Vincent Lindon et tous les acteurs-actrices sont extraordinaires, aucun personnage, aucun moment n'est caricatural, tout sonne vrai, tout est profondément humain. Et même si la fin est dramatique, on en ressort révoltés, avec l'envie de lutter car on voit bien ce qui nous écrase et que quoiqu'il arrive, la dignité et la vie sont dans la solidarité et la lutte collective.

 

Nous espérons que ce film obtiendra un prix parce que ça lui donnera un écho encore plus important, parce que ce serait forcément un hommage rendu à toutes celles et ceux qui ont lutté et un encouragement, un soutien à toutes celles et ceux qui luttent aujourd’hui ou qui lutteront encore demain, enfin parce que même à nous, cela ferait du bien.

 

Merci.

Synopsis

Malgré de lourds sacrifices financiers de la part des salariés et un bénéfice record de leur entreprise, la direction de l’usine Perrin Industrie décide néanmoins la fermeture totale du site. Accord bafoué, promesses non respectées, les 1100 salariés, emmenés par leur porte‑parole Laurent Amédéo, refusent cette décision brutale et vont tout tenter pour sauver leur emploi.

La bande annonce du film

L'affiche du film

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 18 mai 2018

Tract intersyndical

de convergence des luttes... À GFT !

Insolite :

Le jour où la CFDT de FAI s'exprime dans un tract contre la convergence des luttes (sans aucune explication mais y'en a t-il seulement une valable), la CFDT de GFT, accompagnée de la CGT et de FO, s'exprime pour la convergence des luttes et y appelle même !!!

C'est comique ! En tout cas ça nous amuse beaucoup.

Cliquez ici :
2018.05.18 Tract GFT.pdf
Document Adobe Acrobat [618.3 KB]

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 18 mai 2018

La presse du jeudi 17 mai 2018

Quel avenir pour l'usine Ford de Blanquefort ?

Cliquez ici :
2018.05.17 Usine nouvelle.pdf
Document Adobe Acrobat [378.0 KB]

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 17 mai 2018

Bonnes nouvelles n°393

Cliquez ici :
Bonnes Nouvelles 393-même pas morts 14 ([...]
Document Adobe Acrobat [754.6 KB]

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 17 mai 2018

Respect de la convention collectrive

à GFT !

Et à FAI ? C'est pour quand ?

Tract distribué par la CGT à GFT :

Dans plusieurs services (ME, QO, Maintenance, CDSPA Production), la direction a reconnu ne pas respecter les accords de branches (convention collective) en termes de reconnaissance des diplômes, elle a donc promu les plus jeunes et elle a revalorisé les coefficients pour les plus anciens (passage au coefficient 240).

 

Depuis de nombreuses années, la CGT interpelle la direction sur le non-respect des dispositions de la convention collective de la métallurgie applicable à GFT.

 

En 2017, un salarié  est venu s’adresser à la CGT pour que les coefficients soient réévalués dans son service. Cette question, nous l’avons posé en réunion des délégués du personnel et autres instances sans que la direction y donne suite.

 

Aujourd’hui il semblerait que la direction ait enfin admis que la convention collective n’est pas là pour faire joli mais que ses dispositions doivent impérativement  être respectées.

 

Avec le soutien de la CGT, environ une centaine de salariés de l'usine ont vu leur coefficient revalorisé et leur salaire augmenté, soit près de 8% de l’effectif GFT.

 

Pour certains collègues de la maintenance le changement de coefficient est passé de 190 à 255 , pour le ME de 240 à 285.
Pour d'autres, leur augmentation de salaire représente jusqu'à 470 euros par mois sur le salaire de base avec pour certains le rattrapage  des 3 ans d’arriérés.

 

Les rassemblements autour des débrayages de cet hiver, pendant les NAO, ont donné envie aux salariés de se regrouper et de demander, avec l'appui de la CGT, l'application légale de la convention collective.

 

Nul doute que cette prise de conscience a été accélérée par l’arrêt rendu par la cour d’appel de Bordeaux en date du  24 janvier 2018, dans lequel elle a condamné la société Ford Aquitaine Industrie pour non reconnaissance des diplômes conformément à la convention collective, (en l’occurrence le diplôme de CDSPA au coefficient 215).
 

Nous ne pouvons que louer la clairvoyance du service RH de Getrag, qui  pour éviter un procès aux prud’hommes a appliqué volontairement les dispositions prévues par notre convention collective.

 

Après tout, si cela peut se régler en interne, ce n’est  pas plus mal.

 

Du coup, certains de nos collègues sont enfin passés techniciens, d’autres ont pris jusqu’à 5 coefficients avec une augmentation pouvant aller jusqu’à 24% sur le salaire de base.


Bien sûr, peut être que certains de nos collègues sont passés à travers les mailles du filet. Donc si on vous a oublié, si vous avez un diplôme reconnu par la Métallurgie et si vous n’avez pas le bon coefficient ou le bon intitulé de poste sur votre bulletin de salaire, n’hésitez pas à venir voir la CGT.

 

 

Ensemble, nous sommes plus forts pour convaincre.

Ensemble nous pouvons obtenir des avancées non négligeables.

Vos élus CGT sont à votre écoute, rapprochez vous d’eux….

Cliquez ici :
2018.05.07 reconnaissance de la conventi[...]
Document Adobe Acrobat [156.7 KB]

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 10 mai 2018

Communiqué de la CGT Ford

Ce communiqué sert aussi de compte-rendu. Le seul que vous aurez puisque la CGT était le seul syndicat présent à l’audience. Il faisait sûrement trop beau pour d’autres.

Nous, on peut critiquer nos actions, mais pas notre inaction !!!

Le Comité d'Entreprise a saisi le tribunal contre Ford. Il s'agit précisément de dénoncer plusieurs entraves au Comité d'Entreprise lors des réunions du 27 février et 15 mars 2018 : notamment des ordres du jour imprécis et faux, des documents présentés non remis ni avant ni après les réunions alors que cela devrait être le cas. La loi oblige en effet l'entreprise à respecter des procédures. Seulement voilà, les dirigeants de Ford se croient tout permis et font souvent un peu trop comme bon leur semble. Bien sûr que le fond du problème pour nous est l'avenir de l'usine et la préservation de tous les emplois. Nous utilisons tous les outils à notre disposition pour empêcher Ford d'aller au bout de sa stratégie de désengagement. Le tribunal en fait partie. C'est pour nous un moyen d'exercer une pression, de limiter les marges de manoeuvre de la multinationale, de lui compliquer la vie et au bout du compte de lui imposer le maintien de l'activité sur l'usine. Nous attaquons en justice pour montrer que nous ne lâchons rien, qu'il n'est pas question pour nous de nous résigner à un départ soi-disant inéluctable. Nous attaquons pour montrer aux pouvoirs publics, à l'Etat, au gouvernement que nous restons déterminés, pour les pousser à agir réellement au delà d'une posture ou de déclarations. Ford n'a pas le droit d'abandonner l'usine, surtout après avoir encaissé des subventions publiques pendant toutes ces dernières années, après s'être engagée pour le maintient de l'activité. L'heure est bien à la résistance, à une bataille acharnée, de tous les instants, pour les 900 emplois directs, pour les 3000 emplois induits. D'ailleurs, les choix de Ford sont tellement indéfendables, que les avocats de Ford lors de l'audience ce lundi ont basé leur défense sur le fait que non Ford "n'a pas pris la décision de se désengager" ou que "la recherche d'un repreneur est seulement une option", que Ford n'a pris aucune décision ni le 27 février, ni le 15 mars ! Surréaliste. Mais cela montre que les choses ne sont pas si simples pour la multinationale, en tout cas nous avons les moyens de perturber et d'entraver la stratégie de Ford qui cherche à partir sans faire de bruit, à petits pas pour faire accepter dans nos têtes à tous qu'il n'y a pas d'autres solutions. Il nous faut au contraire batailler sur tout, à chaque instant. Le délibéré sera rendu le 22 mai. Quoiqu'il en soit, c'est une étape dans notre mobilisation, celle des salarié.e;s, une mobilisation qui doit être aussi celle des pouvoirs publics, de l'ensemble de la population car nous sommes vraiment tous concernés.

La CGT Ford Blanquefort le lundi 7 mai 2018

Ford Blanquefort dans la presse

Ford Blanquefort: des élus du personnel attaquent la direction de l'usine en justice

Des salariés de Ford Blanquefort assignent le constructeur américain en justice

Blanquefort: des élus du personnel poursuivent Ford

Ford : le CE attaque en justice pour ralentir la stratégie du constructeur

La CGT Ford Blanquefort le lundi 7 mai 2018

Ford Blanquefort dans la presse

L'Humanité Dimanche

La CGT Ford Blanquefort le samedi 5 mai 2018

Courrier adressé à Bruno Le Maire,

Ministre de l'économie et des finances,

envoyé vendredi 4 mai 2018

Monsieur le Ministre,

 

Ce courrier pour vous rappeler notre forte inquiétude concernant la situation de FORD Aquitaine Industries (usine de Blanquefort en Gironde) et l’avenir des emplois directs et indirects.

 

Monsieur le Délégué Interministériel, Jean-Pierre Floris, a rencontré Ford Europe. Il nous avait écrit le 23 Avril 2018 pour nous informer qu’il n’avait aucun résultat concret à nous communiquer.  Ce qui ne nous rassure pas. A ce jour nous n’avons plus d’informations de sa part.

 

Vous nous aviez informés que vous aviez l'intention de rencontrer le Président de la FORD Motor Company, Monsieur Jim Hackett, lors du déplacement de Monsieur Macron, Président de la République Française, aux Etats Unis.

 

Pouvez-vous nous informer du contenu des échanges de cette rencontre concernant FORD Aquitaine Industries et la confirmation ou pas de l’engagement de la FORD Motor Company à garantir la continuité de l’activité jusqu’à, au moins, fin 2019 ?

Ce qui pour nous est la première urgence.

 

Veuillez agréer nos respectueuses salutations.

 

Les organisations syndicales CFTC, CGT et FO de l’usine Ford Blanquefort

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 4 mai 2018

Rencontre avec le Préfet

jeudi 3 mai 2018 (10h30 – 11h45)

Avec la Direccte (directrice régionale)

Et l’ensemble des syndicats au grand complet : FO (2) – CFDT (2) – CFTC (2) – CFE/CGC (2) – CGT (Gilles,Philippe) - Secrétaire CE (Gilles)+ Gérard notre expert Secafi.

 

Intro rapide du Préfet : Confirmation que les pouvoirs publics travaillent pour assurer un plan de charge jusqu’à fin 2019 et qu’il n’est pas question de rechercher un repreneur, qu’ils n’ont d’ailleurs aucune information à ce sujet-là même s’il voit bien que certains semblent en avoir. Le délégué inter-ministériel est en ce moment à Cologne pour rencontrer Ford Europe (pourquoi l’apprenons-nous maintenant ? transparence ?). Il reconnait que la situation n’est pas bonne.

 

Il ne comprend pas la stratégie de Ford, il reconnait que les pouvoirs publics se demandent ce qui se passe. Que veut vraiment Ford ? Est-ce que Ford se prépare à fermer l’usine ? Il n’a aucune information du gouvernement, aucun retour du voyage en Amérique ? Rien sur une éventuelle rencontre entre le gouvernement et les dirigeants de Ford Monde.

 

Pour résumer, les pouvoirs publics sont à la manœuvre mais pour l’instant il n’y a pas de résultat.

 

Discussion : le Préfet nous demande si nous avons du neuf ? Nous lui confirmons que nous n’en avons pas directement. Nous apprenons des infos par les média dont on ne sait pas le niveau de crédibilité, comme par exemple l’info (vraie ou pas) que Ford n’a pas rencontré le ministre Lemaire « pour des raisons d’agenda ». Tout cela n’est pas sérieux.

 

Préfet, élus locaux, pouvoirs publics semblent désemparés, ne comprenant pas la position de Ford, ne semblant pas savoir comment agir dans cette situation.

L’expert Sécafi pose le problème Ford veut aller vers un repreneur mais sans activité donc non viable. A l’exemple de GM à Strasbourg en 2013, c’est au minimum un contrat d’activité qu’il faut sur plusieurs années, le rôle de l’Etat c’est d’agir en ce sens.

 

Cgt : inquiétude d’entendre et voir les pouvoirs publics sans info, sans idées, dans la position d’attente, sans comprendre. Plus le temps passe et moins on fera, plus ce sera dangereux car Ford aura une marge de manœuvre énorme. En fait Ford veut partir depuis 10 ans et ne sait pas comment faire,  visiblement ils veulent le faire proprement, sont embêtés par la résistance même faible. Nous regrettons de ne pas être assez mobilisés pour mettre la pression. Mais pour nous, il y a une bataille à mener, nous salariés et syndicats, et nous avec les pouvoirs publics ? Comment faire ? Nous regrettons d’avoir aussi peu d’informations même du côté des pouvoirs publics. Est-ce que les pouvoirs publics connaissent le total des aides publiques en 45 ans ? Est-ce que l’Etat menace Ford d’annuler les contrats publics ? Est-ce que l’Etat menace de garder l’usine ?

 

Mise en alerte sur une situation difficile pour des salariés, des délégués, suite à des pressions pour faire reprendre le travail, avec chantages et menaces de sanction, des rapports sur des délégués Cgt notamment, il y a eu une réunion extraordinaire du CHSCT, on en avait parlé à la Direccte, on va envoyer un courrier à l’inspection du travail pour alerter et demandé une médiation.

 

Préfet = Pas possible de connaître le total des aides publiques. Préfet confirme qu’il faut pour agir contre le harcèlement des délégués surtout dans cette période de paradoxes. Il pense organiser un prochain Comité de Suivi début du mois de juin.

 

Commentaire : Nous sommes loin des discours déterminés du gouvernement et des élus locaux de fin février. Il se passe quelque chose de logique : moins nous ferons de bruit et moins nous bousculerons pouvoirs publics et Ford, moins ils se sentiront obligés d’agir pour sauver l’usine. Plus nous nous tairons et plus nous laisseront une marge de manœuvre importante à Ford qui préparera son départ tout tranquillement. Nous payons quelque part l’absence de mobilisation. Si nous ne nous occupons pas de nos emplois, il y a peu de chance que ces gens-là le fassent à notre place. C’est notre boulot qui est en jeu, pas le leur. Nous le redisons, si nous avons une chance de changer la donne c’est par notre lutte. Donc à nous salariés, d’en discuter avec nous, avec les autres syndicats. Si nous n’agissons pas dans les semaines qui viennent, nous risquons très fort les désillusions.

Cliquez ici :
2018.05.03 Compte-rendu Préfet.pdf
Document Adobe Acrobat [223.8 KB]

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 4 mai 2018

Bonnes nouvelles n°392

Cliquez ici :
Bonnes Nouvelles 392-même pas morts 13 ([...]
Document Adobe Acrobat [1.7 MB]

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 4 mai 2018

Ford Blanquefort dans la presse

Ford à Blanquefort: «Il faut que l'industriel travaille avec nous pour pérenniser le site»

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 4 mai 2018

Compte-rendu des revendications
des délégués du personnel CGT
avril 2018 - Réunion du 24 avril 2018

 

Cliquez ici :
04 Revendications DP avril 2018.pdf
Document Adobe Acrobat [74.4 KB]

La CGT Ford Blanquefort le vendredi 4 mai 2018

Retour sur l'après-midi de la journée

de soutien du 21 avril 2018

Toute l'après-midi en vidéo à voir et écouter ici.
Débats publics en soutien aux salariés de l'usine Ford de Blanquefort.
Débats en présence des syndicats représentatifs de l'usine : FO, CFTC, CFE-CGC (jusqu'à leur disparition habituelle) et la CGT.
Interventions de Monique et Michel Pinçon-Charlot, Serge Halimi.
Dessins de Faujour et Visant.
Merci à l'équipe qui a tourné et monté ce film.

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 2 mai 2018

La CGT Punch interroge sa direction

en réunion CE

Extrait du compte-rendu CE du 30 avril de la CGT Punch Powerglide Strasbourg :

 

FORD BLANQUEFORT.

La semaine dernière, nos camarades de la CGT de Ford nous ont contacté en nous informant que Punch Powerglide serait intéressé par la reprise de leur site selon la presse locale (Sud-ouest).

A notre demande, une question à ce sujet était à l’ordre du jour de la réunion du CE.

Madame Einhorn reconnait qu’il y avait bien eu des articles dans la presse qui avançaient le nom de Punch Powerglide mais celle-ci aurait fait un démenti à la presse en ajoutant qu’il n’y aurait eu aucun contact avec Ford… Qui sont les menteurs !!!  

Les soutiens extérieurs, le tous ensemble, la convergence des luttes permettent un travail commun avec les syndicalistes partout ailleurs. Ceux qui ne comprennent pas ça s'évaporent et disparaissent dans l'indifférence générale. Merci à tous nos soutiens et à nos camarades de la CGT Punch pour leur aide.

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 2 mai 2018

Manifestation du 1er mai à Bordeaux

[1er mai 2018 Bordeaux] Près de 10000 manifestant-es dans les rues de Bordeaux pour un 1er mai de convergence des luttes. Travailleurs-ses du monde entier unissez vous !

La CGT Ford Blanquefort le mardi 1er mai 2018

Ford Blanquefort sur France 5

dans l'émission "C politique"

Le 29 avril 2018

On y apprend que les dirigeants USA de Ford ont refusé de rencontrer Bruno Le Maire, Ministre de l'économie et des finances, qui faisait le voyage aux États Unis avec Macron.
Alors quand des syndicats croient encore que faire des courriers suffit... Ridicule.
De notre côté, on peut critiquer nos actions mais pas nous reprocher notre inaction !

Première partie

Deuxième partie

La CGT Ford Blanquefort le lundi 30 avril 2018

Mis à jour le 1er mai 2018

Réunion intersyndicale anti CGT

Les syndicats, hormis la CGT, se sont réunis aujourd'hui avec pour ordre du jour de s'en prendre au syndicat CGT Ford. Il nous semble pourtant qu'il y a des sujets plus importants à traiter en ce moment. Mais du côté de "nos camarades" des autres syndicats, pendant que nous dépensons toute notre énergie à la bataille pour la sauvegarde des emplois, ils dépensent la leur à préparer leur petite réunion anti CGT. 

Sympa... Pour la direction qui ne rêve que de ça.

Espérons qu'ils se reprendront vite.

 

La CGT était invitée mais a décliné et répondu ceci à nos "camarades" :

Bonjour collègues de Fo, de la CFTC, de la CFDT, de la CFE-CGC

 

Nous avons bien reçu votre invitation à une réunion intersyndicale pour ce jeudi 25 avril.

Nous sommes pour des rencontres et des discussions entre nos syndicats. Nous sommes pour discuter ensemble de la situation, de comment nous défendre unitairement, pour préparer ensemble des rendez-vous avec les pouvoirs publics, pour élaborer des initiatives communes. Mais nous ne sommes pas pour faire des réunions avec un ordre du jour proposé qui ressemble à du règlement de comptes. Nous ne souhaitons pas passer du temps à nous disputer et prendre ainsi le risque de réelles ruptures. Nous savons tous que nous avons de vraies divergences tant sur l’analyse de la situation que sur les modes d’action. Nous l’exprimons régulièrement dans nos tracts. Parmi vous cela se voit moins à par quelque fois dans un affichage mais le plus souvent dans les discussions dans les secteurs. Nous entendons, nous percevons les nuances, les désaccords et même les volte-face de certains d’entre vous.

La Cgt reste sur la déclaration faite en commun lors du Comité de Suivi de 9 mars : nous exigeons que Ford reste pour apporter l’activité suffisante qui maintienne tous les emplois, nous sommes opposés à la perspective d’un repreneur parce que ce n’est pas crédible ni viable et aussi parce qu’il n’y a pas de raison de laisser partir Ford après toutes les aides publiques perçues, parce que Ford à des obligations à respecter à l’égard des collectivités.

Nous sommes aussi convaincus que nous salariés devons-nous mobiliser, trouver les moyens d’agir, de nous faire entendre et ainsi de mettre la pression sur les pouvoirs publics, sur le gouvernement de manière à ce qu’ils agissent à leur tour réellement pour imposer à Ford un changement de stratégie.

Nous regrettons fortement le fait que vous n’appeliez plus à l’action. Nous sommes seuls et c’est vrai nous ne réussissons pas à mobiliser les collègues à part une minorité. C’est dommage, et vous pouvez le constater avec nous, depuis qu’il n’y a plus d’action importante, nous n’entendons plus les pouvoirs publics, nous n’avons plus de retour. Le risque est fort de laisser à Ford une trop grande marge de manœuvre.

Donc oui, ce n’est pas un scoop, nous avons des désaccords importants. Chaque désaccord peut donner lieu à des disputes surtout si la volonté c’est de faire des reproches. Vous en avez à nous faire et nous en avons à vous faire aussi.

Nous pensons qu’entre les syndicats ouvriers, ces désaccords peuvent se gérer, peuvent même s’atténuer. Mais avec la CFE-CGC nous pensons que c’est plus sérieux. Le choix assumé de remettre au travail les salariés, par la pression, la menace de sanction et le chantage, sont des choses graves pour nous. Les attaques de la CFE-CGC contre la Cgt relayée par la direction ou l’inverse nous posent de sérieux problèmes.

Alors oui, l’intersyndicale est en panne, elle est pour le moins suspendue, pas parce que nous l’avons dit mais parce que c’est une réalité. C’est un constat, c’est peut-être momentané, c’est en tout cas ce que nous souhaitons.

L’intersyndicale peut renaître même rapidement, mais cela suppose que nous trouvions des objectifs communs. Nous avons réussi à faire la journée du 21 avril ensemble même si c’est nous qui avons fait le très gros du travail (projet initial, contacts avec tous les artistes, les intellectuels, la réalisation des expos …). Donc il n’y a rien d’impossible pour la suite.

Si l’ordre du jour reste celui que vous avez envisagé, nous déclinons l’invitation. Si l’objectif c’est de préparer ensemble le prochain Comité de suivi, les rencontres avec le Préfet et JP Floris, ou encore une prochaine initiative comme distribuer notre tract commun à la population, alors c’est d’accord. Vous dites. Merci.

Cordialement

Le syndicat Cgt-Ford

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 26 avril 2018

Bonnes nouvelles n°391

Bonnes Nouvelles 391-même pas morts 12 ([...]
Document Adobe Acrobat [1.7 MB]

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 26 avril 2018

Journée de soutien aux Ford

21 avril 2018

Retour sur la journée de soutien du samedi 21 avril 2018.
Une vidéo de qualité.

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 25 avril 2018