Ford Blanquefort dans les médias

Du mardi 17 septembre 2019

France 3 :

TV7 :

Les infos de 18h - Ford-Blanquefort : les salariés reçoivent leurs lettres de licenciement

Pour la vidéo, allez à 02:12 :

Gironde : La Cour d’appel se déclare incompétente dans le dossier Ford, plus rien ne pourra arrêter les lettres de licenciement

Ford Blanquefort: la cour d'appel de Bordeaux rejette la demande de la CGT

Ford Blanquefort : la cour d'appel de Bordeaux rejette le recours de la CGT

Philippe Poutou : avec l'usine Ford de Blanquefort, "Bruno Le Maire et l'Etat ont lâché prise"

Ford Blanquefort: la CGT en cassation après un nouveau revers en justice

L’appel de la CGT rejeté, Ford Blanquefort au bout de la route

Ford Aquitaine Industries : la cour d’appel donne raison à Ford Motor Company

La CGT Ford Blanquefort le mardi 17 septembre 2019

Communiqué de presse de la Cgt-Ford

du 17 septembre 2019

Colère et détermination, la bataille continue

contre un déni de justice !

La cour d’appel de Bordeaux vient donc de confirmer le premier jugement du TGI. Le juge judiciaire se déclare incompétent pour juger de l’existence ou pas d’un motif économique qui justifierait la fermeture de l’usine et les licenciements.

 

Il s’agit pour nous, clairement, d’un déni de justice ! Car au final, il n’y aucune instance pour vérifier, contrôler et juger de la légalité d’un licenciement économique.

 

Le TGI comme la cour d’appel nous proposent d’aller nous pourvoir « ailleurs », au tribunal administratif. Mais quelle erreur, grossière erreur. Car nous ne contestons pas un non-respect de procédure de PSE, ni même un non-respect de la procédure de recherche de repreneur. Des procédures qui sont effectivement contrôlées par l’Etat, notamment par les services de la Direccte.

 

En réalité, nous contestons précisément la légalité des licenciements économiques, nous contestons tout simplement le droit pour Ford de licencier sans motif économique valable. Nous dénonçons l’abus du droit de propriété, l’abus du droit de refuser un projet de reprise. L’abus de droit ça existe, et la défense du droit à l’emploi ça existe aussi dans la loi.

 

Mais qui s’occupe de faire respecter ces droits collectifs, ceux des salarié.e.s ? Qui contrôle les agissements des multinationales comme Ford qui font d’énormes profits, qui touchent indûment des aides publiques et qui peuvent en même temps fermer ? Qui juge des abus, des mensonges ?

 

En se déclarant « incompétent » le tribunal ne donne pas raison à Ford. Mais sans avoir raison, sans avoir fait la preuve d’un motif économique valable, Ford peut licencier et fermer son usine, plus rien ne l’en empêche maintenant. Ford a ainsi la permission de liquider un site et de supprimer 850 emplois directs et autour de 2000 emplois induits. D’ailleurs les dirigeants de Ford ont communiqué immédiatement leur satisfaction, leur soulagement peut-être aussi. Quelle indécence !

 

Nous sommes en désaccord avec cette décision, que nous trouvons injuste mais aussi véritablement scandaleuse. Nous n’arrêtons pas la bataille maintenant. Certes nous ne pouvons plus empêcher nos licenciements et la disparition de cette usine. Mais nous allons continuer à mener la bataille, au moins sur le terrain judiciaire. Nous allons nous pourvoir en cassation, dès demain. Nous saisirons aussi les tribunaux prud’homaux comme administratifs par la suite.

 

Nous ne lâcherons pas. Contrairement aux pouvoirs publics, à l’Etat, au gouvernement, aux collectivités territoriales qui s’étaient tous indignés, qui avaient tous dénoncé l’illégitimité de la fermeture, à commencer par le Ministre de l’économie et le Président de la république.

 

Tous ces gens revendiquent une impuissance à tort, par confort, par manque de courage politique. Ils avaient et ils ont les moyens d’agir pour empêcher les choix destructeurs, anti-sociaux des multinationales comme Ford. Le déni de justice, ce refus de juger, de reconnaître l’absence de motif économique (tout le monde sait qu’il n’y en a pas) est le résultat de tout une chaine de capitulation, de soumission aux volontés patronales, d’abandon de la défense de l’intérêt collectif, de celui de la population.

 

Nous ne nous résignerons pas. Nous sommes déçus, tristes et en colère. La résistance va continuer. A commencer par notre manifestation unitaire contre les licenciements ce samedi 21 septembre à 11h30 et par la soirée de solidarité ce même jour au Krakatoa à 19h. Et bien sûr, on le répète, notre bataille continuera en justice, notamment en cassation.

La CGT Ford Blanquefort le mardi 17 septembre 2019

Rappel : Concert de solidarité "Ford"
Samedi 21 septembre 2019
Au Krakatoa de Mérignac
À partir de 19h

Avec des artistes solidaires comme :

Cali vs The Hyenes (Rock)
Radio Elvis (Pop Rock)
Bertrand Belin (Chanson)
La Poison (Rock)
Thomas VDB (Humour)
Pierre Emmanuel Barré (Humour)
L'envoutante (Hip-Hop)
DJ Ricoo

Guillermo Guiz

Giedré

 

Et une lecture théâtralisée (et émouvante) de textes parus dans le livre «Ford Blanquefort – Même pas mort».

 

Les billets sont en vente au CE ou sur internet au prix de 10€ seulement.

 

Cliquez ici pour accéder au site de réservation : 

https://yurplan.com/event/Soiree-de-Solidarite-Ford/45390?fbclid=IwAR2UUzMNv67QyGgSYL94YWZwiz2uX6Mqq11tn6JE067RY5RKPfIARL0-bkY#/

 

Ils seront là : 

SudOuest :

La CGT Ford Blanquefort le mardi 17 septembre 2019

Jugement et avenir usine Ford : Conférence de presse ce mardi 17 septembre à 15 heures

C'est donc aujourd'hui, le jour du jugement concernant l'illégalité ou pas des licenciements et de la fermeture de l'usine Ford. Même si aujourd'hui, les évènements ne portent pas à être très optimistes, nous espérons quand même une surprise, une belle surprise demain, avec un jugement qui ne donne pas le droit à Ford de licencier, de manière à relancer la perspective de sauvetage d'un site et de centaines d'emplois.
Nous invitons pour ce moment important, crucial même, à une conférence de presse pour communiquer la décision de la cours d'appel de Bordeaux, qu'elle soit bonne ou pas et pour l'analyser et pour parler de ses conséquences immédiates. 
à 15 heures, salle Douat, sur le parking du CE, à l'usine Ford (10 rue Antoire de St Exupéry) à Blanquefort.
en présence de nos avocats.
Nous parlerons aussi de la manifestation unitaire du samedi 21 septembre comme de la soirée de solidarité et de résistance au Krakatoa le soir même. Car quoiqu'il arrive, d'une manière ou d'une autre, la bataille continuera.

La CGT Ford Blanquefort le mardi 17 septembre 2019

Ford Blanquefort dans le journal de TV7

Ford Blanquefort dans le journal de TV7 du 16 septembre 2019

 

Concert de solidarité "Ford" du Samedi 21 septembre 2019 Au Krakatoa de Mérignac  À partir de 19h

 

Et l'attendu du rendu du tribunal aujourd'hui.

La CGT Ford Blanquefort le mardi 17 septembre 2019

Pour le président de Ford Europe, la fermeture de l'usine de Blanquefort est bien motivée par des motifs économiques

Par motif économique, il entend probablement qu'il faut remplir toujours plus les poches des actionnaires même si pour cela il faut fermer des usines et licencier des salariés victimes de leurs choix économiques. Tout ça après leur avoir menti, faisant croire à 1000 emplois, à un centre d'excellence des transmissions pour le marché européen et surtout après les avoir exploités et usés pendant des années!!!

Ford = patrons voyous !!!

L'article complet ici :
2019.09.13 L'Usine Nouvelle.pdf
Document Adobe Acrobat [433.8 KB]

La CGT Ford Blanquefort le samedi 14 septembre 2019

Motion pour le congrès Union Départemental CGT Gironde

Motion pour une nouvelle orientation pour construire la convergence des luttes

Le congrès de l'Union Départementale CGT de Gironde se déroulera du 18 au 20 septembre. Dans un contexte de mobilisation sociale particulier, avec les Gilets Jaunes, les luttes dans les urgences, la bataille pour la défense des retraites qui devrait commencer (la RATP ouvre la séance aujourd'hui), paradoxalement, dans la CGT, les débats sont tendus et parfois agressifs.

En Gironde, plusieurs syndicats dont la CGT Ford, sont profondément en désaccord avec l'orientation de notre UD (mais aussi de notre Confédération). Nous contestons aussi un fonctionnement trop peu démocratique, trop peu fraternel, un fonctionnement qui ne permet pas de débattre, qui rend compliqué l'expression d'un désaccord.

Cela fait des années et nous en avons ras le bol car en attendant, de nombreuses bases militantes syndicales se battent et se défendent comme elles peuvent, sans aide, sans soutien de nos structures.

Pour ces raisons, pour tenter de relancer la CGT 33, pour qu'elle devienne un outil utile aux militant.e.s et à l'ensemble du mouvement social, nous menons une bataille. Cela se traduit par un texte que nous présentons et défendons dans le cadre du congrès.

Comme les dirigeants de l'UD refusent de transmettre cette motion aux syndiqué.e.s, comme ils refusent de la mettre au vote durant le congrès, alors nous la faisons connaitre publique, pour celles et ceux que ça intéressent.

Nous en appelons largement aux bases syndicales, aux camarades du syndicat pour qu'ils s'emparent de ce texte qui tente d'exprimer une autre orientation, une autre stratégie, une autre perspectives pour la période qui vient.

La CGT Ford Blanquefort le venndredi 13 septembre 2019

Le nouveau Maire de Bordeaux

(élu comment ?)
répond à La Tribune sur le dossier Ford

C’est l’occasion d’apporter quelques éclaircissements sur un discours à géométrie variable.

 

« Mon job en tant que maire est de faciliter l'installation et la croissance de ces entreprises. De ne pas les emmerder ! »

Le décor est planté ! Son job est de faire le bonheur des patrons et des actionnaires, au moins c’est dit. Et on en a fait le constat amer dans le dossier Ford. La multinationale n’est clairement pas emmerdée, elle fait tout ce qu’elle veut !

 

La Tribune : Quel avenir pour le site de Ford ?

 

Nicolas Florian dit regretter "la lente agonie et la mise sous respiration artificielle depuis des années de l'activité de Ford Aquitaine Industries à Blanquefort."

Depuis le temps que nous reprochons aux pouvoirs publics les cadeaux financiers faits aux entreprises sans contrepartie, voilà qu’il se rend compte que c’est en pure perte. Car le principal problème vient du fait de laisser les mains libres à des multinationales rapaces comme Ford. Des millions ont été donnés à Ford en échange d’un engagement de maintien d’au moins 1000 emplois jusqu’à mai 2018. la CGT a gagné en justice, cette dernière ayant condamné Ford pour ne pas avoir respecté cet engagement. Mais aucun des « partenaires » publics de Ford n’a demandé réparation. De l’argent bien mal dépensé donc, « une mise sous respiration artificielle » sans contrepartie, en conclusion, des millions d’euros de cadeaux !

 

Nicolas Florian déclare "Soyons francs : il n'y aura pas de repreneur sur ce site pour faire la même activité, je n'y ai jamais cru. »

Il y avait pourtant le repreneur Punch, soutenu par tous les pouvoirs publics y compris la Mairie de Bordeaux. C’est Ford et uniquement Ford qui a refusé cette possibilité de reprise. Attitude de la multinationale largement dénoncée par tous les protagonistes, notamment Alain Juppé qui n’a pas été avare de reproche envers Ford. Aujourd’hui le Maire de Bordeaux prétend n’y avoir jamais cru ? L’a-t-il dit à l’époque ? Évidemment pas, le vent a tourné, il retourne sa veste.

 

« Nous négocions actuellement avec Ford sur le devenir du foncier et des outils de production. Ce n'est pas facile, c'est une partie de poker avec les Américains. Mais ces discussions, qu'il faut avoir d'égal à égal, aboutiront avant la fin de l'année ».

Après toutes les manigances, tous les mensonges et non content de ne pas avoir demandé réparation pour les engagements non tenus par Ford, Nicolas Florian fait partie des gens encore capables de négocier les miettes qui restent. NÉGOCIER. Négocier ? Mais négocier quoi ? Sait-il seulement que pendant qu’il discute, Ford vide l’usine de ses machines, « des outils de production » les plus à même de resservir pour les réinstaller et les remettre en production dans d’autres usines. Par exemple, la multinationale a démonté toute l’activité « carters FOX », tous les outils de production de cette activité, pour les transférer à Cologne en Allemagne. Que reste t-il donc à négocier ?

 

Il finit par esquisser quelques pistes de reconversion : « La production de piles à l'hydrogène peut constituer un vrai projet de reconversion industrielle et serait l'occasion de structurer une filière à l'échelle de l'agglomération. Il y a des discussions avec Air Liquide, EDF et d'autres. Tout est ouvert et les collectivités joueront un rôle d'impulsion et pourront mobiliser leur flotte de véhicules et de transports en commun si nécessaire. » Une autre piste avancée par l'élu local concernerait la production de mats d'éoliennes en lien avec le port de Grattequina, à Parempuyre.

Le coût des éoliennes, on nous l’a déjà fait, on sait comment cette mauvaise blague à fini. Pour le reste, Nicolas Florian ne fait que reprendre à son compte les pistes d’Alain Rousset, pistes qui sont annoncées à toutes les sauces depuis des années sans que le début du commençant de la moindre avancée ne voit le jour. C’est d’ailleurs l’avis largement partagé par tous les protagonistes du dossier dans les couloirs des officines.

 

Conclusion : il ne s’agit de la part du futur candidat à la Mairie de Bordeaux que d’un discours de circonstance, un discours électoraliste, sans fondement et loin de la réalité du terrain. En vérité, il le dit lui-même, il n’est pas là pour emmerder les entreprises et on le comprend parfaitement avec l’ensemble de son intervention. Pour nous, salariés de Ford, le constat est clair : la dérobade des pouvoirs publics et des collectivités territoriales est évidemment un handicap. Surtout quand on attaque en justice une multinationale, contre une fermeture et des licenciements qui sont illégaux parce que sans motif économique valable. Tout le monde le sait mais l'État comme l'ensemble des pouvoirs publics y compris le Maire de Bordeaux ont décidé de se taire, de laisser faire. Ils font la démonstration de leur impuissance chronique, de leur inutilité, leur incompétence ou leur complicité. De quoi interroger sur l’aptitude de Monsieur Florian à briguer un mandat à la Mairie de Bordeaux.

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 12 septembre 2019

Concert de solidarité "Ford"
Samedi 21 septembre 2019
Au Krakatoa de Mérignac
À partir de 19h

Avec des artistes solidaires comme :

Cali vs The Hyenes (Rock)
Radio Elvis (Pop Rock)
Bertrand Belin (Chanson)
La Poison (Rock)
Thomas VDB (Humour)
Pierre Emmanuel Barré (Humour)
L'envoutante (Hip-Hop)
DJ Ricoo

Guillermo Guiz

Giedré

 

Et une lecture théâtralisée (et émouvante) de textes parus dans le livre «Ford Blanquefort – Même pas mort».

 

Les billets sont en vente au CE ou sur internet au prix de 10€ seulement.

 

Cliquez sur l'affiche pour accéder au site de réservation : 

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 12 septembre 2019

Le travail tue !

Le travail tue beaucoup plus d'ouvriers que de soldats sont tués sur les théâtres d'opérations.
Pourtant, jamais le moindre hommage national n'est rendu aux travailleurs. Pas la moindre cérémonie.


Et le pouvoir s'en fout complètement de savoir si le seul remerciement qui sera accordé aux travailleurs est leur lettre de licenciement après des années d'exploitation. À Ford comme partout ailleurs.

 

Non seulement les gouvernements qui se succèdent se moquent des travailleurs mais ils les écrasent. Suppression des CHSCT, attaques sur les prud'hommes, la sécurité sociale, sur tout tant qu'on les laisse faire !

Les travailleurs doivent se défendre, reprendre leurs affaires en main. Il y a urgence, eux n'arrêteront pas, c'est à nous tous de le faire.

 

Mardi 24 septembre, manifestons contre les nouvelles attaques sur le système de retraite que prévoit le gouvernement. Rendez-vous à 11h30 place de la république.

 

Et manifestons le samedi 21 septembre dans Bordeaux (voir notre précédente publication) à partir de 11h30 pour la défense de tous les emplois dans un cortège qui rejoindra la manifestation des Gilets Jaunes place de la bourse.

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 11 septembre 2019

Manifestation le samedi 21 septembre !

La CGT Ford Blanquefort le mardi 10 septembre 2019

Ford Blanquefort dans les médias

Du samedi 7 septembre 2019

M6 :

Téléchargez le journal de M6 du 7 septembre 2019 en cliquant ici :
2019.09.07 M6.mp4
Fichier audio/vidéo MP [69.2 MB]

SudOuest :

La CGT Ford Blanquefort le samedi 7 septembre 2019

Soirée de solidarité du 6 septembre 2019

Super soirée hier !
Merci à tous d'être venus.
Merci aux artistes.
Merci à tous ces soutiens qui nous font du bien et nous encouragent à continuer la bataille...
... Comme le chantait HK hier soir : On lâche rien !!!

La CGT Ford Blanquefort le samedi 7 septembre 2019

Ford Blanquefort dans les médias

Du mercredi 4 septembre 2019

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 4 septembre 2019

Bonnes nouvelles n°450

Cliquez ici :
Bonnes Nouvelles 450-72 (4 septembre 201[...]
Document Adobe Acrobat [727.6 KB]

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 4 septembre 2019

COMPTE-RENDU 
DE LA RÉUNION CSE 
DU MERCREDI 4 SEPT 2019

Marche de l’entreprise - Avancement des activités :

L’intitulé de ce point à l’ordre du jour est totalement obsolète. D’autant que Ford a déjà commencé à démonter des machines de l’atelier :

 

• Cologne va récupérer l’ensemble des machines du secteur FOX pour produire des carters.

• Valence serait intéressée pour récupérer les machines d’usinage du « Case » et du « Body valve ».

• Magna a montré des signes d’intérêt pour les machines du DCT mais pas d’avancement.

• GFT récupérera probablement des machines du « Tool Room » et de « l’affûtage » et serait même intéressé par un four du traitement thermique !

 

Des machines continueront donc à produire ailleurs, notamment pour reprendre les productions que nous faisions ici. C’est donc la démonstration que Ford ment lorsque la multinationale justifie la fermeture de FAI par la cessation « complète » et « définitive » d’activité.

 

Personnels :

Effectif restant : 487 salariés à fin août.

Prêt de main d’œuvre à GFT : 1 collègue reste prêté jusqu’au 30 septembre.

 

Bilan des départs et reclassements depuis l’homologation du PSE :

14 solutions identifiées d’emploi CDI/CDD ou avec formation

82 congés sabbatiques

41 formations longues durées

12 créations d’entreprise

248 préretraités

15 transferts à GFT

1 Ford France

10 retraites

5 décès, 1 licenciement

49 longue maladie

Total = 478 personnes

371 personnes sans solution.

 

Comité d’entreprise :

• La commission des fêtes du Comité d’Entreprise a décidé de regrouper cette année la prime de rentrée scolaire et le cadeau de fin d’année par un bon de 50€ pour tous les enfants jusqu’à 17 ans inclus (année de naissance 2001). Il sera remis aux heures d’ouverture à partir du 1er octobre.

• La commission des fêtes du Comité d’Entreprise a décidé d’octroyer un bon d’achat Auchan ou Décathlon (au choix selon disponibilité des bons) d’un montant de 169€ qui sera remis à partir de fin novembre. Nous mettrons une information sur le site internet de la CGT Ford pour préciser les dates.

 

Divers :

• Il restera une permanence Filhet-Allard jusqu’à la fin du mois le mardi à 13h30. Ensuite, la direction va voir s’il y aura une permanence jusqu'à la fin de l’année mais elle s’arrêtera un moment ou un autre. Les salariés seront informés par courrier par la direction des moyens qui seront mis en place pour communiquer avec la mutuelle.

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 4 septembre 2019

Ford Blanquefort dans les médias

Du mardi 3 septembre 2019

Le TGI dira le 17 septembre si oui ou non Ford a le droit de fermer Ford Aquitaine Industries

SudOuest :

La CGT Ford Blanquefort le mardi 3 septembre 2019

Soirée de solidarité à l'usine Ford

Ce vendredi 6 septembre se déroulera une soirée de solidarité organisée par la CGT Ford sur le parking du Comité d’Entreprise à Blanquefort.

 

Au programme :

• Une lecture théâtralisée (et émouvante) de textes parus dans le livre « Ford Blanquefort – Même pas mort ».

• De la musique avec le chanteur HK et ses musiciens.

 

Entrée gratuite !

 

Un casse-croûte est prévu sur place…

 

… Cette soirée est ouverte à toutes et tous !

 

Alors que la direction a arrêté les productions prématurément sans que les collègues n’aient pu avoir le temps de se parler, de se dire au revoir, c’est aussi l’occasion d’y remédier en reprenant contact, en recréant des liens.

 

Il y aura un point de vente de billets pour le concert de solidarité du 21 septembre au Krakatoa de Mérignac.

 

Rendez-vous ce vendredi 6 septembre à 19h

sur le parking du CE de l’Usine Ford.

 

On lâche rien !

La CGT Ford Blanquefort le samedi 31 août 2019

Prochaine réunion CSE

Il est évident que "l'enlèvement" de machines de l'usine comme au secteur "FOX" sera un sujet de discussion !

La CGT Ford Blanquefort le samedi 31 août 2019

Ford = Patrons voyous !

Ford vole notre outil de travail !

 

Ces rapaces n’attendent même pas la cessation « officielle » de toute activité (30 septembre), ils n’attendent même pas d’avoir envoyé aux salariés leurs lettres de licenciement, qu’ils récupèrent déjà les machines pour aller produire avec ailleurs.

 

Alors que la multinationale a envoyé tous les travailleurs de l’usine en congés pendant ce mois d’août, ils ont fait démonter tout le secteur du « FOX » par des travailleurs allemands et expédié les machines, nos machines, pour les utiliser en exploitant d’autres travailleurs qu’ils jetteront à la porte comme nous lorsqu’ils n’en auront plus besoin.

 

Ces capitalistes sont d’une indécence sans limite. Ce sont des patrons voyous, des crapules infâmes et malhonnêtes que ni l’État, ni les pouvoirs publics, ni même la justice (jusqu’à aujourd’hui) n’ont empêché d’agir.

 

Les travailleurs doivent reprendre leurs affaires en main. Il y a urgence à créer les conditions d’un changement radical de politique et de société. 

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 29 août 2019

Invitation à réunion large et unitaire mardi 3 septembre - 19h

Rappel :

 

Invitation à réunion large et unitaire mardi 3 septembre - 19h -
salle du CE usine Ford Blanquefort (10 rue Antoine de St Exupéry)

 

Suite à une réunion qui a eu lieu mardi 16 juillet, au CE de l'usine Ford, à l'initiative du syndicat CGT-Ford, regroupant plusieurs syndicats public-privé dont les UD CGT et Solidaires, des associations, des collectifs Gilets Jaunes, des partis politiques, tenant compte de la situation d'extrême urgence pour l'usine Ford, avec les licenciements programmés au 1er octobre, avec la toute dernière chance d'empêcher la fermeture de l'usine par la cours d'appel de Bordeaux (audience le 6 août), tenant compte de la situation sociale globale avec les ravages du chômage et de la précarité, des nouvelles et futures attaques contre le système d'indemnisation chômage et contre les retraites, tenant compte enfin des luttes dans la santé et l'éducation pour plus de personnel, tout cela étant en lien avec le problème des emplois de toutes et tous, il avait été décidé :
- d'organiser une manifestation le 21 septembre contre la fermeture de l'usine Ford, pour la défense des emplois de tous, public privé, regroupant les secteurs en lutte.
Pour préparer cette manifestation le plus sérieusement et le plus collectivement possible, nous vous proposons une réunion


le mardi 3 septembre à 19h, toujours au CE de l'usine Ford.

La CGT Ford Blanquefort le jeudi 29 août 2019

Ford Blanquefort dans les médias

Du mercredi 7 août 2019

Dernier appel des Ford avant la fermeture de l’usine de Blanquefort

FORD BLANQUEFORT : LA DÉCISION SERA RENDUE LE 17 SEPTEMBRE PROCHAIN

La CGT Ford Blanquefort le mercredi 7 août 2019

Avenir usine Ford :

jugement sera rendu le 17 septembre.

La bataille n’est pas finie !

Communiqué de la Cgt-Ford : après l’audience de ce jour à la cour d’appel de Bordeaux.
 
L’audience devant la cour d’appel de ce jour avait été d’abord repoussée de 2 heures puis en retard de 30mn mais elle a bien eu lieu (1h30 de plaidoirie environ). 
Notre avocat Philippe Brun a plaidé sur l’abus de droit de propriété de Ford. Oui l’abus du droit de propriété existe et se trouve être condamnable. L’abus de Ford consiste à la fois dans l’abus du droit de refuser un projet de reprise qui était viable comme l’abus de fermer et licencier sans cause économique (pas de difficulté économique, pas de nécessité de restructurer pour rentabiliser encore plus, pas d’arrêt d’activité de transmission automatiques, ...). Or sans existence de cause économique le licenciement est tout simplement illégal. Il a été aussi question du droit à l’emploi, précisant qu’il n’y a pas que la liberté d’entreprendre ou le droit de licencier, il y a aussi et surtout le droit d’avoir un emploi et de le garder, tout aussi constitutionnel.
Enfin il y a eu les arguments sur le fait que c’est au juge judiciaire de juger de notre affaire, que la décision d’incompétence du TGI est une erreur, car alors cela signifierait qu’il n’y a personne pour verifier l’existence d’une cause économique justifiant le licenciement économique et donc de la légalité du licenciement. Ce qui signifierait qu’il n’y a personne pour juger de l’illégalité d’un plan de licenciement et d’une fermeture d’entreprise.
De son côté Ford a fait dans le classique, s’appuyant sur cette certitude du plus fort, de celui qui a raison, avec l’arrogance habituelle, jouant la facilité avec son droit de propriété, prennant de haut notre action, ironisant... du style « bon va falloir maintenant être sérieux 2 mn, un syndicat ne va quand même pas nous empêcher de fermer notre usine. De quoi ils se mêlent ?! »
Pour résumer : oui l’affaire est compliquée pour nous, tout va aujourd’hui dans le sens des capitalistes, ce qui leur donne ce sentiment d’impunité, de pouvoir faire ce qu’ils veulent. De notre côté, celui des salariés, c’est le contraire, on prend les coups, on a tendance à se résigner, à croire que tout est perdu d’avance et effectif on perd pas mal de choses.
Sauf que ... il faudra, il faut bien que les choses changent. Il nous faut créer une dynamique inverse. Il nous faut un signal positif, une victoire qui redonne confiance, qui nous redonne de la force. C’est ce que nous tentons avec cette action en justice. Peut-être une « dernière cartouche », ça reste à voir, mais nous sommes encore loin de la fin de notre bataille.
Le jugement sera rendu le 17 septembre : la cours d'appel se donne donc du temps pour étudier et juger. Cela tombera 4 jours avant la manifestation unitaire du samedi 21 septembre contre la fermeture de l’usine, contre les licenciements et la précarité, pour la défense des emplois publics privés. Et 4 jours avant notre concert de solidarité et de résistance qui aura lieu le soir même au Krakatoa avec Cali, Bertrand Belin, Radio Elvis, Thomas VDB, Pierre-Emmanuel Barré...
Cordialement 

 

Le syndicat Cgt-Ford, ce mardi 6 août