Compte-rendu de la réunion du CE

du lundi 26 juin 2017

Présentation du bilan comptable de l’année 2016 du Comité d’Entreprise :

La présentation des comptes et du rapport d’activités est faite par le cabinet d’expert comptable du CE.

Il y a une évolution cohérente des dépenses par rapport aux recettes du CE (baisse de la contribution patronale). La gestion est bonne.

Approbation des comptes du CE : 8 votants, 8 pour.

 

Marche de l’entreprise - Avancement des activités :

Carter Fox : production : 1272/jour en juin, 1296 en juillet et août.

Le stock au 22 juin est de 9552 carters. Il sera de 11 144 fin juillet.

Prévision annuelle : 255 000 carters.

Craiova a besoin d’un stock pour l’été d’où la légère augmentation des volumes. Si le taux de porosité dépassait 10%, les volumes ne seraient pas atteints et il serait demandé des heures supplémentaires.

 

6F35 : production : 500/jour en juin, juillet et 520 en août.

Le stock au 22 juin est de 4565 boites. Il sera de 6154 fin juillet et 4404 en août.

Prévision annuelle : 107 728 transmissions.

Une augmentation du programme de 1826 transmissions est annoncée. Ceci va désorganiser la désorganisation actuelle. Un renforcement du kitting est envisagé.

 

DCT : production : 825/jour en juin, juillet et août. Plus 330 en SD en juin puis arrêt des SD fin juin.

Le stock au 22 juin est de 2475 DCT.

Il y a 260 Clutchs et 462 Supports de retard.

1985 Clutchs sont en quarantaine et en cours de démontage et sont à ajouter pour certaines au retard sur les volumes. Le directeur de production insiste longuement sur la responsabilité des collègues de production. Quand on se rappelle du lancement pour le moins compliqué de cette activité, faudrait y aller peut-être un peu plus humblement sur les responsabilités de chacun.

21 personnes du SD sont à reclasser. 9 vont au TTH dont 7 en SD, 10 restent au DCT en 2x8 et 2 vont à la 6F35.

Il n’y aura plus d’intérimaires au 30 juin au DCT.

 

TTH : production : 1272/mois en juin, 1296 en juillet et 1296 en août.

La baisse de volume perdure suite au lancement de la MX65 à GFT.

Étant toujours limité par 2 générateurs et donc par le nombre de fours, entre 11 et 14 intérimaires vont continuer à travailler au TTH.

Le cyclique du 82 000 est achevé (280 000€).

Réparation d’un troisième générateur qui devrait être opérationnel en septembre (81 000€).

Le cyclique 82 021 et la réparation du quatrième générateur sont approuvés (253 000€). Ce générateur servira de standby.

 

TTH pour la MX65 : tous les montages sont en cours de livraison et tout sera arrivé en juillet. La machine de contrôle du labo sera livrée semaine 31. Les outils de contrôle seront livrés fin août. Les travaux de génie civil seront finis fin août. Les balancelles arriveront aussi fin août (121 000€).

5 références doivent être validées d’ici mi juillet.

Le TTH de GFT va travailler pendant l’été. Ceci n’aurait aucun impact sur notre TTH puisqu’ils utiliseraient uniquement leurs fours.

Il y a des demandes de volontariat pour le 14 juillet et il y en aura peut-être pour la semaine de la reprise.

 

Personnels (chiffres au 31 mai 2017) :

Intérimaires : 18 salariés intérimaires (- 7 sur un mois).

Prêt de main d’œuvre à GFT : 11 collègues sont prêtés plus 1 cadre.

Engagement d’au moins 1000 emplois à FAI : nous n’étions plus que 908 salariés.

Ford ne tient pas ses engagements !

 

Information-consultation sur les projets de convention individuelle de prêt de personnel pour 2017 entre FAI et GFT et les projets d’avenant - Avis :

2 contremaîtres vont être prêtés à GFT. 1 salarié va être prêté au service méthode. 2 salariés déjà prêtés au garage sont prolongés.

Et il y a un transfert de contrat.

Il y a actuellement une demande pour plusieurs TL. Le DRH oubliait de nous en parler alors nous l’avons fait. Il dit que nous en avons besoin à FAI, pourtant plusieurs ont été approchés dans l’atelier pour savoir s’ils sont intéressés.

La CGT dénonce à nouveau les missions et/ou services mis en place par les directions de FAI et GFT. C’est parfaitement illégal. Le législateur encadre cela par du prêt de main d’œuvre mais les directions passent outre pour flexibiliser le travail quitte à ne pas respecter la législation en vigueur. Mais les conséquences pourraient être très compliqués pour les collègues en cas d’accident du travail, la Sécurité Social serait en droit de refuser de leur verser les indemnités prévues.

Vote des membres du CE sur le prêt de main d’œuvre :

8 votants : 4 défavorables (4 votes CGT), 2 favorables et 2 blancs.

En ce qui concerne les transferts de contrats, la CGT rappelle que dans les circonstances actuelles, ces transferts pourraient être contestés car considérés comme un PSE déguisé.

Vote des membres du CE sur le transfert de contrat :

8 votants : 4 défavorables (4 votes CGT), 2 favorables et 2 blancs.

 

Questions diverses :

La CGT interroge la direction au sujet d’un responsable de FAI qui va travailler sur la 8F24. Il s’agit juste d’un besoin de compétences entre les USA et les usines clientes. Si les États-Unis fourniront les usines clientes en 8F24, cela signifie clairement que FAI ne la fera pas.

La CGT fait remarquer que les températures de ces derniers jours ont explosé et que même si des dispositions ont été prises, les conditions ont été difficiles. Au sujet des dispositions, tout le monde n’a pas eu droit aux bouteilles d’eau car certains ont été oubliés. Il faudra y prêter plus d’attention les prochaines fois.

La CGT Ford le lundi 26 juin 2017

Demande d'audience de l'intersyndicale au Ministre de l'économie et des finances

Monsieur le Ministre,

 

Les Organisations Syndicales, de FORD Aquitaine Industries (FAI) souhaitent vous interpeller concernant la situation préoccupante de notre entreprise.

 

FORD Aquitaine Industries  est située à Blanquefort (33290)  en Gironde et emploie aujourd’hui 910 actifs alors qu’elle en comptait plus de deux mille en 2008. S’ajoutent au moins 4 fois plus d’emplois induits.

 

Lors de son retour en 2011, suite à une longue mobilisation des salariés contre la fermeture du site, soutenus par l'Etat Français, les collectivités territoriales et locales, FORD avait finalement décidé que l’usine FAI fabriquerait des produits à destination de marché Européen incluant la Russie et serait mise en concurrence lors de l’attribution de nouvelles productions. FORD a toujours mis en avant la compétitivité, l’efficience, sans doute pour minimiser son objectif de maintien de 1000 emplois actifs au moins pendant 5 ans dans l’usine FAI (Accord de Mai 2013 avec les pouvoirs publics). Le nombre d'emplois perdus depuis est important. Ainsi il n'y a plus que 910 salariés actifs au sein de FAI à ce jour. Car FORD ne remplace pas les départs en retraite et autres départs dits « naturels ».

 

Depuis 2011,  l’usine FAI s’est donc diversifiée dans des productions à destination du marché Européen.

Mais toutes ces activités arrivent en fin de vie à court ou moyen terme. Les délais se rapprochent et nous ne voyons rien venir pour la suite, ce qui est  très inquiétant. En effet FORD ne s’engage toujours pas à pérenniser FORD Aquitaine Industries et ses emplois en lui attribuant de nouveaux produits garantissant son avenir. C’est maintenant que des choix doivent être faits (investissements, décisions de nouvelles activités, recrutements, formations…). Il y a donc un risque de fermeture de notre entreprise avec toutes ses conséquences.

 

Le 14 février dernier une délégation était déjà venue dans vos services pour expliquer tous ces points et démontrer le danger réel de la situation. Le changement de gouvernement nous oblige à de nouveau solliciter un rendez-vous auprès de vous et vos équipes, afin d’échanger sur les actions possibles que nous pourrions mener pour valoriser le savoir-faire industriel français et surtout pérenniser les emplois directs et induits sur l’ensemble du site car nul n’ignore qu’une activité importante de FAI, le traitement thermique de pièces (TTH), est étroitement liée à Getrag Ford Transmissions (GFT), usine « sœur » et voisine, elle aussi en difficultés pour d’autres raisons, ainsi que certains services supports.

 

Il est primordial que l’avenir de l’usine FAI  reste une préoccupation et une priorité au plus haut niveau de l’Etat Français au même titre que celui de tous les sites (GM&S, Whirlpool, magasins Tati…) aujourd’hui menacés par des fermetures.

La situation de FORD Aquitaine Industries est véritablement critique. Nous espérons vivement vous faire prendre conscience de la nécessité impérieuse de la poursuite de l’intervention de l’Etat, associé aux collectivités territoriales. Un Comité de Suivi aura lieu à ce sujet le vendredi 7 juillet sous l’autorité du Préfet de Région. Une réunion au cours de laquelle nous attendons de la part des dirigeants de FORD des réponses enfin concrètes sur notre avenir afin de lever tous les doutes et inquiétudes.

 

Nous nous tenons à votre disposition pour toutes explications complémentaires et vous remercions de l’attention particulière que vous porterez à l’avenir de notre entreprise.

 

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, l'expression de notre haute considération.

 

Pour l’intersyndicale.

La CGT Ford le vendredi 23 juin 2017

L'intersyndicale rencontrera le Député du Médoc le 3  juillet, en vue du Comité de suivi qui aura lieu le 7 juillet 2017

Cette rencontre fait suite à une demande de l'intersyndicale envoyée par mail le jeudi 22 juin 2017 :

 

Monsieur le Préfet organise un Comité de Suivi pour le vendredi 7 juillet 2017 à 14h30.

 

Nous, l’intersyndicale de Ford Aquitaine Industries, sommes très inquiets de la situation de FAI et plus particulièrement  pour l’avenir proche. Ford Europe reste silencieuse concernant sa stratégie et ses choix pour l’usine de FAI et de nouvelles informations nous donnent encore plus de raisons de nous inquiéter.

 

Nous souhaitons vous rencontrer avant le 7 juillet, pour préparer ce Comité de Suivi et vous faire part des raisons de nos craintes persistantes pour l’avenir de notre usine et de tous les emplois directs et induits qui en dépendent.

La CGT Ford le vendredi 23 juin 2017

L'intersyndicale rencontrera le Préfet le 4 juillet, en vue du Comité de suivi qui aura lieu le 7 juillet 2017

Cette rencontre fait suite à une demande de l'intersyndicale envoyée par mail le jeudi 22 juin 2017 :

 

Vous organisez un Comité de Suivi pour le vendredi 7 juillet 2017 à 14h30.

 

Nous, l’intersyndicale de Ford Aquitaine Industries, sommes très inquiets de la situation de FAI et plus particulièrement  pour l’avenir proche. Ford Europe reste silencieuse concernant sa stratégie et ses choix pour FAI et de nouvelles informations nous donnent encore plus de raisons de nous inquiéter.

 

Nous souhaitons vous rencontrer avant le 7 juillet, pour préparer ce Comité de Suivi et vous faire part des raisons de nos craintes persistantes pour l’avenir de notre usine et de tous les emplois directs et induits qui en dépendent.

La CGT Ford le vendredi 23 juin 2017

Tract CGT Ford du 23 juin 2017

COMITÉ DE SUIVI DU 7 JUILLET : UN RENDEZ-VOUS À NE PAS MANQUER UNE MOBILISATION UNITAIRE URGENTE ET NÉCESSAIRE !
2017.06.23 Tract CGT-Ford Comité de suiv[...]
Document Adobe Acrobat [542.4 KB]

La CGT Ford le vendredi 23 juin 2017

Philippe Martinez, Secrétaire Général de la CGT dans le SudOuest du 22 juin 2017

2017.06.22 Philippe Martinez dans SudOue[...]
Document Adobe Acrobat [1.0 MB]

La CGT Ford le jeudi 22 juin 2017

Compte-rendu des revendications
des délégués du personnel CGT
Mai 2017 - Réunion du 30 mai 2017

05 Revendications DP mai 2017.pdf
Document Adobe Acrobat [98.6 KB]

La CGT Ford le jeudi 22 juin 2017

Ford va importer aux USA une Focus assemblée en Chine

La CGT Ford le mercredi 21 juin 2017

Front social : 1ère manifestation !

Le lundi 16 juin 2017 à Bordeaux

Tract distribué le vendredi 16 juin 2017
2017.06.16 Tract front social ford.pdf
Document Adobe Acrobat [1.5 MB]

La CGT Ford le lundi 19 juin 2017

Le DRH de GFT démissionne !

Les démissions continuent à GFT et cette fois, c'est leur DRH, Dominique Kerven qui prétexte vouloir retrouver sa Bretagne natale. Dans les faits, il quitte un navire en grande difficulté industrielle !

 

Les MX65 ont du mal à sortir de l'usine, les chaînes de Cologne et d'Inde subissent des arrêts de production à répétition et Ford ne veut pas décaler le lancement de la nouvelle Fiesta aux Royaume uni qui doit avoir lieu d’ici 2 mois. Ce qui ne va pas arranger les choses. Et tout ça coûte une fortune en plus des transports par petites quantités en camionnettes ou par avions.

 

Cet argent aurait été plus utile dans les investissements de départ, ce qui aurait permis des conditions de lancement bien meilleures. Mais la logique a été la même que celle que nous avons connu à FAI pour le DCT. Ils n’en n’ont retenu aucune leçon. Plus grave, ils ont fait pire à GFT semble-t-il.

 

Nous imaginons aisément les pressions que subissent la direction de GFT mais aussi celle de FAI. On le voit notamment dans leur façon de prêter du personnel de FAI vers GFT illégalement. Ils savent forcément que c'est illégal, ce qui nous a été confirmé par un inspecteur du travail, mais nous aurons l'occasion de revenir sur ce sujet très vite, la CGT, comme à son habitude, ne lâchera rien et nous expliquerons ultérieurement nos démarches en cours. Il en va de la sécurité et de l'intérêt des salariés, notamment en cas d'accident du travail.

 

La direction de GFT reconnait aujourd'hui ses erreurs mais ce sont maintenant les salariés de l'usine qui subissent les conséquences d'un démarrage difficile. En effet, il leur est demandé de faire des heures supplémentaires, de travailler le week-end, du double SD va être mis en place avec du personnel qui manquera en semaine, de doubler pendant les repas, etc... Sur chaque panne, il y aura la visite des contremaîtres toutes les heures, des PTM toutes les deux heures et du directeur d'usine au bout de 4 heures. Et la direction se pose la question de décaler les congés d'été ou de ne donner que 15 jours.

 

Du côté de la maintenance, fini le prédictif, vibrations, Thermo, travaux programmés, analyses huiles, rénovations. Tout le monde en dépannage.

 

Un joyeux bazar donc.

 

Nous souhaitons bon courage à tous nos collègues de GFT et leur rappelons qu’ils n’ont pas à subir les conséquences désastreuses de décisions qui ne sont pas les leurs. Protégez-vous, votre santé physique comme mentale et l’équipe CGT de GFT sera là pour vous y aider. Se protéger, ça veut dire aussi se défendre !

La CGT Ford le jeudi 15 juin 2017

Bonnes nouvelles n°354

Bonnes Nouvelles 354 (15 juin 2017).pdf
Document Adobe Acrobat [413.3 KB]

La CGT Ford le jeudi 15 juin 2017

Compte-rendu des réunions

"compétitivité"

Réunion « compétitivité » 1 (jeudi 8 juin)

 

La direction FAI a lancé une série de rencontres (3 à priori) avec l’ensemble des syndicats pour discuter de comment faire pour améliorer la compétitivité. Cela fait suite à ce qui est ressorti du Comité de Suivi en début d’année, avec les 3 groupes de travail sur l’avenir de l’usine qui sont diversification - opportunités et compétitivité. Bon on ne sait pas trop à quoi tout cela rime mais nous voilà embarqués dans un machin pas terrible voire même chiant. Rodolphe Petitjean et Philippe Poutou ont participé à la première (2H), il y avait le DRH, Elissalde, Garcia et 2 représentants par syndicats. Le programme : d’abord recenser les idées visant à améliorer la compétitivité (il n’y en a pas de mauvaises à priori !), les classer par thème, les analyser pour en retenir les meilleures. Ne me demandez pas qui va décider et qui va contrôler le processus. A mon avis ce n’est pas nous même s'il y a comme un petit jeu de la direction qui veut nous faire croire que nous avons notre mot à dire grâce à cette concertation.

 

Donc nous voilà un peu comme à l’école. Il y a des petits cartons qu’il fallait remplir (un carton une idée), un tableau pour épingler tous les cartons. Nous avons eu droit à une petite intro, avec définitions, méthodologie et quelques chiffres détaillant les coûts.

 

Définition : compétitivité = aptitude pour une entreprise à faire face à la concurrence effective ou potentielle (c’est celle du dico, Larousse ou petit Robert, peu importe.

 

Facteurs de compétitivité = prix matières, prix transports entrée et sortie usine 69% ; main d’oeuvre, énergies, outils, vêtements (de travail) … 20% ; amortissement (achats et remboursements … c’est des affaires financières et fiscales) 7% : la marge 4%. Le total = 100 % à peu de chose près.

 

Dans un autre graphique avec d’autres chiffres comparaison avec l’usine Van Dyke aux Etats-Unis, celle qui fabrique la même chose que nous sauf qu’au lieu des 130 000 transmissions comme nous fabriquons, ce sont 1 million de transmissions qui y sont fabriquées : Matière 63%  à 68% FAI ; Main d’oeuvre … 22% à 33% FAI ; amortissement-marge 14% à 5% FAI. Différence au total de 4% en défaveur de FAI. D’où l’objectif de rattraper ces 4%, pas énorme donc accessible. Voilà pour le tableau, avec des chiffres impossible à vérifier. En clair ils nous disent ce qu’ils veulent, ils ne s’expliquent pas sur les non concordances de chiffres, sur certains aspects que nous ne comprenons pas, des mots anglais, des recoupements différents, quand on pose des questions, ça les énerve, à quoi bon ? Cela ne vous sert à rien, en clair, il faut jouer avec eux mais dans les règles qu’ils fixent, il faut se satisfaire des éléments qu’ils nous donnent.


Méthodologie : 3 réunions, la deuxième aura lieu la semaine prochaine + une dernière, pour restitution des travaux et conclusion.

 

A l’issue de la 1ère, ce ne sont pas moins de 58 cartons remplis, donc pas loin de 58 idées, des mêmes idées ayant été formulées à plusieurs reprises.

 

Nos idées (Cgt) : réduire gaspillage énergétique, délocalisation des fournisseurs-équipementiers-sous-traitants pour réduire les transports, préoccupations environnementales, politique de transport à revoir pour éviter avion, retrouver une activité et des niveaux de production élevée se rapprochant des 700 000 transmissions à l’année, plan de formation, recrutement de jeunes pour de nouvelles compétences et nouveaux apports, revoir les divers avantages de la direction … des idées des autres syndicats intéressantes. Mais au bout du compte, à quoi cela sert-il ?

 

Réunion « compétitivité » 2 (mercredi 14 juin)

 

Quelques chiffres en complément : décomposition des coûts (tableau fourni dans la réunion 1)

69% = 62% matière + 4% entrée transport + 3% sortie transport

20% = 16% main d’œuvre + 4% frais fonctionnement énergies, outils, vêtement

 

Recensement, classement, évaluation des idées apportées lors de la réunion 1

Il a été demandé aux 8 représentants syndicaux de noter les 56 idées par 1 ou 5 ou 10 pts  selon notre jugement sur l’efficacité potentielle sur la compétitivité.

Résultat, voici les meilleures idées, classement total points :

  1. augmenter les productions : 80 pts (maxi)
  2. relocalisation des fournisseurs au plus près de FAI : 75 pts
  3. internalisation de la production de certaines pièces, réintégration dans l’usine : 75 pts
  4. circuits courts d’approvisionnement : 75 pts
  5. localisation fournisseurs : 70 pts
  6. plan de formation : 66 pts
  7. Recrutement, embauche personnel jeune, nouvelles énergies : 65 pts

Dernière et 56ième idée avec seulement 20 pts : le retour des pointeuses dans les secteurs ! Une idée pas géniale qui ne vient pas de la Cgt.

 

La direction organisera une dernière réunion dite de « restitution » avec chiffrage de l’amélioration des coûts pour chacune des idées. G.Inden pourrait venir à cette réunion.

 

Des réunions de travail qui sont à l’initiative de la direction locale. Quel rapport avec Ford Europe ?

 

En fait les idées arrivées en tête correspondent exactement aux problèmes que nous posons depuis le retour de Ford : niveau d’activité, ré-internalisation de l’usinage de pièces, embauche et formation pour assurer compétences collectives, relocalisation des fournisseurs et équipementiers …

 

Effectivement, il ne s’agit pas de « chercher des bonnes idées » mais en vrai il s’agit encore et encore de cette bataille pour l’avenir du site, c’est-à-dire que ça passe par des choix que Ford a refusés de faire jusqu’à présent, donc de dénoncer les mauvais choix, les reniements des engagements de Ford depuis son retour. On est bien dans une confrontation, un bras de fer pour essayer d’imposer à Ford d’autres choix.

 

La direction locale est embêtée là-dessus. Oui Ford refuse de faire les bon choix. Mais elle ne peut pas s’affronter avec Ford Europe. Il s’agit donc de faire la démonstration de notre usine est rentable, qu’on peut avoir les mêmes niveaux de coût que l’usine de Van Dyke. D’accord pour convaincre que l’usine peut être « compétitive » mais là où ça coince, c’est qu’il faut rappeler à Ford que ce sont leurs choix économiques, stratégiques qui aggravent la situation de FAI et même pire puisque c’est cette gestion qui condamnent l’usine.

 

La question c’est bien comment on peut changer la donne ? Est-ce que le boulot de la direction pour « convaincre » va suffire ? Ou bien y aura-t-il besoin de l’intervention des salariés par leur mobilisation ? Les militant(e)s Cgt penchent évidemment pour cette deuxième option sans nous opposer à la première.

La CGT Ford le mercredi 14 juin 2017

Réunion CE extraordinaire à GFT à propos du TTH

La direction de GFT a annoncé ce mercredi 7 juin en réunion CE extraordinaire que leur TTH démarrera le double SD ce week-end.

 

La raison invoquée ? Soi-disant à cause de FAI qui ne serait pas capable de traiter leurs pièces.


Pourtant, le job#1 du traitement des pièces MX65 à FAI n'est prévu que pour septembre (voir notre compte-rendu CE du lundi 29 mai).

 

C'est étonnant cette propension des directions des deux usines à raconter n'importe quoi sur le sujet des traitements thermiques.

La CGT Ford le mercredi 7 juin 2017

Non respect du code du travail

La CGT de GFT interpelle la direction

Copie à l'Inspection du Travail

À lire dans la rubrique CGT GFT. Ça concerne aussi FAI.

La CGT Ford le mardi 6 juin 2017

Prêt de main d'oeuvre illicite à FAI, suite

La direction répond à notre mail...

...La CGT avertit à nouveau la direction

Copie à l'Inspection du Travail

Réponse de la direction :

Comme cela a été évoqué lors de la réunion du Comité d’entreprise du 29 mai, vous avez connaissance des difficultés que rencontrent nos collègues de GFT dans le lancement de la transmission MX65.

 

Afin de leur apporter une aide sur des pannes bien spécifiques, certains techniciens de maintenance sont amenés à se déplacer ponctuellement vers GFT.

Ces déplacements se feront en mission, sans aucune remise en cause des horaires de travail des salariés concernés, ni de leur affectation.

Ils restent sous la responsabilité de leur agent de maîtrise Ford, GFT les sollicitant ponctuellement. Une fois le dépannage terminé, ils regagnent leur poste dans les ateliers de FAI.

 

Les services sécurité des deux entreprises ont réalisé un plan de prévention incluant l’évaluation des risques liés à ces missions, et un véhicule est mis à la disposition de ces techniciens pour leur permettre de circuler entre les deux usines.

 

Ces missions éparses et ponctuelles sont à différencier d’un prêt de main d’œuvre sur lequel nous travaillons et pour lequel un CE extraordinaire sera prochainement organisé pour information consultation.

Réponse de la CGT Ford :

Bonjour,

 

Si les missions sont en effet à différencier des prêts de main d’œuvre, c’est avant tout parce qu’elles ne peuvent se faire que dans le cadre de l’entreprise qui emploie le salarié concerné par cette mission. Or, envoyer des collègues de maintenance dans une entreprise qui n’a aucun lien social avec leur entreprise d’origine qu’est FAI ne peut se faire légalement que par prêt de main d’œuvre.

 

Et il se trouve que GFT est une entité totalement étrangère à FAI. Si nous pouvons parler de « nos collègues » amicalement, légalement c’est très différent. Nous vous rappelons que la multinationale Ford a elle-même décidé la séparation des deux usines il y a de cela des années en choisissant de créer une joint-venture avec le groupe Getrag.

 

Une mission concerne un salarié du secteur privé qui quitte les locaux de son employeur pour faire une mission extérieure mais pour son employeur et pas un autre !

 

D’ailleurs un ordre de mission doit être établi, c’est un document capital pour permettre au salarié de bénéficier des avantages prévus en cas d'accident de travail ou en cas d'accident de trajet.

 

En effet, en vertu de l'article L411-2 du Code de la sécurité sociale, tout déplacement effectué sans ordre de mission préalable est un déplacement privé s'il ne s'agit pas du trajet entre le domicile de la victime de l'accident et son lieu de travail. En conséquence, si le salarié fait une chute et se blesse pendant son trajet ou à GFT dans le cas qui nous concerne, il n'aura droit aux indemnités prévues en cas d'accident du travail que s'il peut produire un ordre de mission signé par son employeur ! Aucun ordre de mission n’a été établi à aucun des collègues de maintenance envoyés à GFT. Ces faits sont très graves !

 

Mais revenons à nos moutons. Quoi qu’il en soit et comme expliqué plus haut, il ne s’agit en aucun cas du cadre d’une mission extérieure mais bien de prêt de main d’œuvre pour un autre employeur, une autre entreprise. En conséquence, ordre de mission ou pas, comme nous vous l'écrivions déjà hier, nos collègues ne seraient pas couverts en cas d'accident de travail. Ces faits sont d'autant plus graves !

 

https://ssl.gstatic.com/ui/v1/icons/mail/images/cleardot.gif

Vos agissements sont illégaux. Si vous persistiez dans cette voix, vous engageriez la responsabilité de l’entreprise car notre syndicat, vous ayant alerté à deux reprises, se verrait contraint de protéger nos collègues de maintenance par toutes les voies légales et administratives à notre disposition.

 

Cordialement,

 

La CGT Ford

La CGT Ford le vendredi 2 juin 2017

Du prêt de main d'oeuvre illicite à FAI

La CGT avertit la direction par mail

Copie au Directeur Général Gerd Inden

Copie à l'Inspection du Travail

Bonjour Monsieur Harrewyn,

 

Mardi vous avez averti le secrétaire du CE que deux salariés de maintenance étaient prêtés en urgence à l'usine voisine Getrag Ford Transmission.

 

Hier dans l'équipe d'après-midi ce sont deux autres techniciens de maintenance qui ont été prêtés et cette nuit encore un autre qui y est allé à deux reprises.

 

Ces "prêts" se font totalement illégalement et d'ailleurs ne respectent aucune des obligations légales. Car les collègues ne signent aucun avenant à leurs contrats de travail ni convention de mise à disposition, il ne leur est demandé à aucun moment s'ils sont volontaires et ne respectent en rien ce que la direction a rédigé dans son plan d'action "flexibilité". Et comment seraient couverts les collègues en cas d'accident de travail en dehors de leur lieu de travail ?

 

Ces agissements sont inacceptables et nous vous rappelons qu'un juge vous a déjà expliqué la marche à suivre et les obligations légales en terme de prêt de main d'œuvre comme, entre autres, l'information et la consultation du Comité d'Entreprise pour chaque salarié prêté.

 

Le prêt de main d'œuvre illicite est sanctionné pénalement jusqu'à 2 ans d'emprisonnement et 30 000 € (montant porté à 150 000 € pour une personne morale).

Des peines complémentaires peuvent aussi être prononcées : interdiction d'exercer certaines activités professionnelles, exclusion des marchés publics (5 ans maximum), publication du jugement dans les journaux, etc.

Des sanctions administratives peuvent également être appliquées : suppression des aides publiques (exonérations de charges sociales, par exemple), fermeture, etc...

 

La direction de FAI ne respecte plus rien, ni la loi ni les accords d'entreprise. Pour exemple récent le jour de RTT du pont de l'ascension inscrit dans l'accord comme jour de RTT imposé par la direction et pour lequel elle a fait travailler des salariés ; la direction voulait passer outre le 1er mai chômé pour les équipes SD ; le traitement des intérimaires n'est pas respecté...

 

Ça commence à faire beaucoup !

 

FAI n'est pas une agence d'intérim et les salariés ne sont pas ses jouets dont elle dispose comme bon lui semble.

 

Nous vous demandons de cesser immédiatement ces pratiques sans vous soucier des règles.

 

Cordialement,

 

La CGT Ford

La CGT Ford le jeudi 1er juin 2017

Date du prochain comité de suivi

Les services de la Préfecture nous informent que le prochain comité de suivi de FAI se tiendra :

le vendredi 7 juillet 2017 à 14h30

à la préfecture de la Gironde.

La CGT Ford le jeudi 1er juin 2017

Bonnes nouvelles n°353

Bonnes Nouvelles 353 (1er juin 2017).pdf
Document Adobe Acrobat [590.2 KB]

La CGT Ford le jeudi 1er juin 2017

Compte-rendu de la réunion

du Comité d'Entreprise

du lundi 29 mai 2017

Marche de l’entreprise - Avancement des activités :

Carter Fox : production : 1272/jour en mai, juin et juillet.

Le stock au 24 mai est de 9624 carters. 10728 fin juin puis 4848 fin juillet.

40% des rejets porosités pourraient être sauvés.

 

6F35 : production : 500/jour en mai, juin et juillet.

Le stock au 24 mai est de 2945 boites et il y en aura 5723 le 23 juillet.

Les volumes annuels sont révisés à 105 902.

Une discussion a lieu sur la suppression des 3 RTT en août qui avait été annoncés quelques jours plus tôt en réunion CE et les interrogations sur la gestion de l’entreprise et de son organisation.

 

DCT : production : 825/jour en mai, juin et juillet. plus 330 en SD en mai et juin puis arrêt des SD fin juin.

Le stock au 24 mai est de 1870 DCT.

1120 Embrayages perdus semaine 19 suite à des pannes au FSA (presses des OP20 et OP70). Il sera rattrapé d’ici la fin du mois.

2574 Supports perdus suite à des problèmes de trempe. Situation stabilisée semaine 20. Le rattrapage est en cours et sera fini d’ici fin juin).

Amélioration sur la performance des Lasers. Poursuite des actions d’améliorations toujours en cours...

 

TTH : production : 2092/mois en mai, 1640 en juin et 1245 en juillet.

La baisse de volume continue suite au lancement de la MX65 à GFT.

Seuls deux générateurs fonctionnent à FAI et aucuns moyens pour réparer les autres. Il est prévu d’en réparer 2 et des projets sont en cours.

La conception des montages est validée et ils seront tous livrés début juillet. Livraison des calibres fin août. Job#1 début septembre. GFT demande à accélérer ce Job#1 pour trois pièces MX65.

GFT ferait des essais de traitement d’éléments de l’IB5 sur ses fours mais la direction n’a aucune réponse et dit ne pas en être informée. Affaire à suivre...

 

Personnels (chiffres au 30 avril 2017) :

Intérimaires : 25 salariés intérimaires.

Prêt de main d’œuvre à GFT : 11 collègues sont prêtés plus 1 cadre.

Engagement d’au moins 1000 emplois à FAI : nous n’étions plus que 910 salariés.

Ford ne tient pas ses engagements !

 

Point sur l’avancement du groupe de travail compétitivité :

Gerd Inden (présent uniquement pour ce point à l’ordre du jour) fait une présentation à base de pourcentages qui servira lors du prochain comité de suivi (dont nous n’avons toujours pas la date).

Le coût d’une transmission 6F35 à FAI : 69% matières et transport, 20% main d’œuvre et outillage, 7% amortissements, 4% de marge. Un comparatif est fait avec Van Dike. Un travail est en cours afin de réduire les coûts existants de toutes ces catégories (sauf marge).

Pour la CGT, la compétitivité de l’usine dépend avant tout des investissements et des volumes qui sont mis à FAI.

Le DRH prend la parole pour faire une proposition aux syndicats. Il souhaite faire des réunions informelles avec 2 représentants par organisation syndicale pour avoir une réflexion en commun afin de trouver des solutions nouvelles pour réduire les coûts.

La CGT rappelle qu’il est déjà difficile de faire avancer les revendications syndicales dans un cadre officiel, il nous apparait compliqué de les faire avancer dans un cadre informel. Nous émettons de sérieux doutes sur les véritables motivations de la direction. Il ne faudrait pas que la direction envisage de réduire les salaires et acquis sociaux avec la complicité des syndicats !

 

Présentation des comptes 2016 des contrats assurance santé :

Les comptes sont équilibrés. Il y aura donc un maintient des cotisations en 2017.

La nouvelle règlementation, mise en place du contrat responsable, au 1er janvier 2018, va nous contraindre à rediscuter de nos protections. Des remboursements vont être plafonnés, ce qui va limiter les dépenses de la mutuelle, ce qui pourrait permettre de baisser nos cotisations. Mais comme dans le même temps, nous serons moins bien remboursés (à cause des plafonnements), nous devrons prendre une surcomplémpentaire à notre charge, car sans participation patronale.

 

Information-consultation sur report congé individuel de formation :

La direction demande le report d’un CIF pour un collègue du TTH suite au refus de la hiérarchie du secteur.

La CGT, la CFTC et FO s’expriment contre ce report et la CFE/CGC blanc.

Il est inacceptable que l’entreprise empêche un salarié de se former à une reconversion professionnelle dans la situation actuelle de FAI où nous n’avons aucune vision sur l’avenir de l’usine.

 

Questions diverses :

Intérimaires : la CGT rappelle l’obligation du respect de la législation en ce qui concerne les intérimaires. Les salariés intérimaires doivent avoir le bon intitulé sur leurs contrats et la bonne rémunération (salaires, primes,…).

La direction répond à une suite de questions que nous avons envoyé par mail et refuse de régulariser la situation des intérimaires. Nous allons à nouveau faire un rappel de la législation ainsi que des jurisprudences existantes. À suivre...

Travail du 1er mai des SD : les syndicats ouvriers rappellent que seule la direction décide des horaires de l’entreprise, dans le respect de la législation et qu’une série de choses fausses ont été dites aux salariés accusant les syndicats de faits dont ils ne sont pas responsables. Il y a d’ailleurs toujours un désaccord avec les horaires qu’ils ont fait et le préjudice qu’ils ont subi.

Travail du jeudi de l’ascension : nous avons appris que des salariés ont travaillé le vendredi du pont de l’ascension. Or, l’accord de substitution de 2009 prévoit un RTT imposé ce jour là. Une fois encore, nous notons que la direction ne respecte pas les accords existants dans l’entreprise.

La CGT Ford le lundi 29 mai 2017

Compte-rendu de la réunion

du CE extraordinaire

sur la réorganisation 6F35

La CGT fait lecture du texte suivant afin d’exposer notre avis sur cette réorganisation :

 

Notre avis ne diffère en aucun point de l’avis rendu par nos collègues du CHSCT.

Tout d’abord la méthode de mise en place de cette réorganisation reste, une fois de plus, discutable. Une première présentation a été faite en CE alors que le point n’était même pas à l’ordre du jour, et si les membres CGT du CHSCT et du CE n’en faisait pas la demande, vous n’auriez pas informé ni consulté le CHSCT.

Ensuite et évidemment, l’information et la consultation du CHSCT se fait une fois que la réorganisation est déjà réalisée sur papier et commencée à être mise en place sur le terrain. Vous aviez dit vous-même que vous feriez des présentations au CHSCT en sous-groupes pour avis et recommandations, même ce minimum n’a pas été respecté. Les instances représentatives du personnel sont encore mises devant le fait accompli.

L'assemblage est un secteur où l'absentéisme a toujours été plus élevé que dans les autres secteurs, avec la logistique, et ce sont deux secteurs très touchés par la réorganisation. Un travail d’amélioration avait été fait avec la participation du CHSCT sur les conditions de travail au repacking, ce qui avait permis à terme de faire baisser l’absentéisme. Une surveillance particulière doit être faite sur la logistique et le repacking afin que la nouvelle organisation ne vienne pas dégrader les améliorations effectuées. Il faut qu’un suivi du taux d’absentéisme soit fait sur chaque secteur touché par la nouvelle organisation.

Les départs de salariés en retraite sur les secteurs précités ne sont pas chiffrés précisément mais déjà vous dites (lors de la réunion CHSCT/CE du 6 avril 2017) que l’efficience couvrira ces départs, augmentant de fait la charge de travail de ceux qui restent. Il faut un recensement des prévisions des départs en retraite afin d’anticiper les remplacements.

La flexibilité va être augmentée mais il faut s’assurer que les rotations de personnel soient possibles en tenant compte des réserves médicales, des temps partiels thérapeutiques, du taux élevé d’absentéisme et de la moyenne d’âge du personnel. Avec cette flexibilité, ce sont des volumes qui augmentent avec le personnel qui diminue comme aux Carriers et au Kitting.

Par expérience, nous savons qu’à chaque réorganisation, modification, aménagement ou suppression de postes, c’est de la charge de travail qui est rajoutée aux salariés des postes situés autour (pour exemple l’OP20.1 du Kitting où les salariés y laissent de leur santé). De plus, parfois les horaires sont changés pour certains salariés sans tenir compte ni de leur âge ni de leur vie familiale.

Alors que l’organisation n’est pas complètement mise en place, un salarié a déjà craqué psychologiquement. Ceci dans un contexte où l’ambiance s’était tendue suite au déplacement de la table Work Group juste en face de la ligne du Kitting, ceci étant interprété par la majorité des salariés un renforcement de la surveillance de la part de la hiérarchie qui a finalement fait marche arrière en remettant la table à sa place initiale.

Il y a encore des points d’incompréhension qui rajoutent une pression supplémentaire : la production journalière remonte à 500 boites alors qu’en même temps les prévisions de volume annuel diminuent. Du coup des jours de fermeture d’usine supplémentaire sont déjà programmés pour cet été. Une stratégie surprenante et illogique. Il y avait sans doute là un moyen d’améliorer les conditions de travail en lissant les productions sans rajouter des jours de fermeture, vous n’avez pas fait ce choix.

Cette liste n’est pas exhaustive et nous pensons qu’au bout du compte, ce sont les conditions de travail qui se dégradent en favorisant une augmentation importante des risques psychosociaux et la multiplication de TMS.

En conséquence de toutes nos inquiétudes et doutes exprimés ci-dessus, nous rendons un avis défavorable à cette nouvelle organisation.

Ceci-dit, nous proposons une période d’observation allant jusqu’aux vacances d’été pour anticiper et résoudre les difficultés dès leur apparition. Nous pourrions ainsi mettre en place un suivi régulier incluant :

- l’information de l’ensemble du personnel 6F35 pour une présentation de l’organisation avec les différents changements envisagés.

- l’élaboration d’un cahier de suivi dans chaque Work Group afin que chaque salarié puisse y noter des problèmes rencontrés suite à la réorganisation.

- la mise à disposition aux membres du CHSCT des fiches « outil d’évaluation des caractéristiques de poste », des analyses MUSKA des postes concernés par la nouvelle organisation.

l’organisation de réunions tous les quinze jours avec les membres du CHSCT et les responsables de la 6F35 pour faire le point des difficultés rencontrées.

 

8 votants : 2 favorables, 6 défavorables

La CGT Ford le lundi 29 mai 2017

Mark Fields quitte Ford avec 51,1 millions de dollars en poches !!!

Mark Fields quitte Ford avec une rémunération d'environ 51,1 millions $ US en espèces, primes en actions et prestations de retraite.

 

Il a pris sa retraite à 56 ans, poussé vers la sortie, après avoir occupé seulement trois ans le poste de chef de la direction chez Ford. Ce qui ne l'empêche pas de partir les poches bien pleines.

 

Indécent !

-Advertisement-
 

La CGT Ford le lundi 29 mai 2017

Festival de Cannes, le saviez-vous ?

En 1946, le Ministère de la Culture, à peine remis sur pieds, souhaite relancer le festival, mais manque de fonds. C’est finalement en la CGT, alors toute puissante, qu’elle trouve un allié de poids! La ville de Cannes et le gouvernement complètent le financement de cette première édition.


Pourtant, alors que l’évènement est un grand succès, le Ministère refuse d’apporter de l’argent pour un second round, l’entreprise étant jugée trop chère pour devenir annuelle. Dans la précipitation, la CGT décide d’aligner les billets pour la construction d’un Palais des Festivals, qui accueillera l’édition de 1947.


Aujourd’hui encore, la CGT siège au conseil d’administration de l’évènement. D’ailleurs, pour la 60e édition, Bernard Thibault, dirigeant du syndicat, est invité aux festivités, et déclare saluer la volonté de « marquer sa fidélité à l’histoire d’un Festival où la CGT est presque chez elle, même s’il a beaucoup changé ».

 

On rappelle que le tapis du Festival est rouge. La participation de la CGT au démarrage du Festival se situe à deux niveaux : localement et nationalement. Localement, une large partie de la population cannoise et la CGT s'investirent en effet hardiment dans le démarrage de la manifestation.

 

En 1947, des ouvriers bénévoles, à l'instar des "équipes de choc" de Marseille, participèrent, après leur journée de travail, à la construction du Palais de la Croisette. Le première adjoint de la ville, l'avocat communiste Lieuter, poussa même des brouettes et mania la truelle. Et ce furent des militantes qui cousirent le rideau (rouge) du Palais.

 

Lors de l'ouverture du second festival (le Palais n'était pas encore terminé), ouvrières et ouvriers montèrent sur scène et furent salués par les festivaliers.

 

A Paris, la Fédération nationale du spectacle CGT, quant à elle, fit partie dès 1946 du comité d'organisation du Festival (pour ne plus le quitter).

 

C'est l'occasion aussi de saluer la Palme d'Or 2016, le film de Ken Loach : Moi, Daniel Blake. Un film social, à voir !

La CGT Ford le mercredi 24 mai 2017

Prochaines réunions CE

La CGT Ford le lundi 22 mai 2017

Ford écarte son PDG Mark Fields

sous la pression des actionnaires

Nous en parlions la semaine dernière dans un article du "Bonnes nouvelles" n°352 (à retrouver plus bas sur cette page).

 

Voici la dépèche AFP :

 

Le constructeur automobile Ford, confronté à une baisse de ses ventes et du cours de son action, a remplacé lundi son PDG Mark Fields par Jim Hackett, un homme du sérail spécialiste des véhicules autonomes.


M. Fields, 56 ans, avait pris la tête du constructeur de Dearborn (Michigan, nord) il y a tout juste trois ans et l'a engagé dans une stratégie visant à privilégier le développement de ce type de véhicules, capables de se conduire seuls. Mais il a été victime du trou d'air que traverse actuellement le marché automobile américain après plusieurs années de progression.


Jim Hackett, 62 ans, était jusqu'ici responsable de la division des véhicules autonomes et technologies ce qui indique que Ford va toutefois poursuivre dans la voie tracée par Mark Fields. M. Hackett, qui a dirigé le groupe de meubles de bureau Steelcase, avait rejoint Ford l'an dernier.


"Nous partons d'une position de force pour transformer Ford pour l'avenir", a affirmé Bill Ford, le président exécutif du groupe et descendant du fondateur du groupe Henry Ford, cité dans le communiqué. "Jim Hackett est la bonne personne pour diriger Ford pendant cette transformation de l'industrie automobile et de la mobilité en général", a-t-il ajouté, qualifiant le nouveau PDG de "visionnaire".


Jim Farley, un ancien de Toyota, actuellement à la tête de la région Europe, Moyen-Orient et Afrique, sera propulsé numéro 2 avec le titre de président. Il a notamment permis à Ford de renouer avec la rentabilité sur le marché européen, alors que le premier constructeur américain, General Motors, a choisi de s'en retirer en vendant sa filiale Opel/Vauxhall au français PSA.


L'action Ford a perdu plus de 38% de sa valeur depuis l'arrivée de Mark Fields. Contrairement à General Motors et Chrysler, le groupe avait toutefois été le seul à ne pas faire faillite et devoir recourir à une aide des pouvoirs publics lors de la crise financière de 2008. Chrysler a depuis été racheté par le groupe italien Fiat.


- Course contre la montre -


Après avoir considérablement progressé depuis 2010 avec la reprise économique, le marché automobile américain connait toutefois un passage à vide, ainsi que le marché chinois.


Ford, en raison d'une politique d'investissement tous azimuts dans la voiture autonome a aussi vu ses bénéfices plonger de 38% en 2016, une tendance qui s'est confirmée au premier trimestre.


Résultat: la marque à l'ovale bleu a récemment annoncé la suppression de 1.400 emplois en Amérique du Nord et en Asie pour améliorer sa rentabilité. Cette réduction de voilure survient alors que les constructeurs automobiles américains se sont pourtant engagés auprès du président américain Donald Trump à rapatrier aux Etats-Unis leurs emplois délocalisés, notamment au Mexique. Ford avait ainsi annoncé fin 2016 renoncer à construire une usine géante au Mexique qui devait fabriquer ses voitures de bas de gamme.


Une course contre la montre oppose actuellement les constructeurs automobiles classiques à Alphabet (Waymo), Apple, Uber et Tesla pour développer et commercialiser une voiture pleinement autonome d'ici 2020.


Les marchés financiers semblent actuellement préfèrer parier sur Tesla plutôt que sur les constructeurs traditionnels. Le constructeur de voiture électrique, malgré sa faible production, est passé devant Ford puis GM au rang de premier constructeur automobile américain en terme de capitalisation boursière.


Les investisseurs estiment que Ford tarde à tester sur route sa flotte de voitures autonomes et son absence du marché des véhicules électriques alors que GM vend depuis des mois la Chevrolet Bolt, une voiture électrique de moyenne de gamme, et augmente les tests de ses véhicules autonomes.


L'objectif de Mark Fields était de vendre 13 modèles électriques dans les cinq prochaines années et une voiture autonome en 2021 mais cette stratégie tardait à se concrétiser.


"Le Conseil d'administration a été frustré par la baisse de près de 40% de l'action Ford puis que Mark Fields a remplacé Alan Mulally en juillet 2014. Nous pensons que le titre de Ford est sous-évalué mais, compte tenu du fait que le marché automobile a atteint son sommet l'an dernier, nous ne voyons pas quelle initiative Hackett peut prendre à court-terme pour dynamiser le cours de l'action, en dehors du changement de PDG qui apporte aux marchés quelque chose de neuf", ont estimé les analystes de Morningstar dans une note.


Suite à l'annonce du changement de PDG, l'action Ford progressait de 1,52% à 11,03 dollars à l'ouverture de Wall Street.

 

  AFP

La CGT Ford le lundi 22 mai 2017

Ford investit 350 millions de dollars

dans son usine de boîtes de vitesses

de Livonia

Ford a annoncé un investissement de 350 millions de dollars dans son usine de boîtes de vitesses de Livonia, dans l’Etat du Michigan.

 

Une nouvelle boîte de vitesses, destinée à équipée de futurs véhicules Ford, sera mise en fabrication sur le site. Le projet permettra de créer ou de maintenir 800 emplois, a précisé le constructeur.

 

Dans l’accord qu’il avait conclu avec l’UAW en 2015, Ford s’était engagé à investir 1,8 milliard de dollars à Livonia et a y fabriquer trois nouvelles boîtes de vitesses. Il a annoncé l’an dernier un investissement de 1,4 milliard de dollars pour produire une nouvelle boîte de vitesses à 10 rapports pour le F-150 Raptor et d’autres modèles F-150.

 

L’usine de Livonia emploie environ 1 800 personnes. Elle fabrique des boîtes de vitesses à six et à dix rapports qui sont utilisées dans différents véhicules, dont la Mustang, le F-150, le Transit et l’Expedition.

(AUTOMOTIVE NEWS 19/5/17, COMMUNIQUE FORD)

CCFA

La CGT Ford le lundi 22 mai 2017

Ford prétend qu'il n'y aura pas de suppression d'emplois en Europe...

Mais...

Suite au déferlement médiatique de ces derniers jours dans la presse concernant d'importantes suppressions d'emplois chez Ford dans le monde, la multinationale a "rectifié" cette information dans un communiqué.


Ford a annoncé qu'il ne s'agirait plus de réduire 10% de son effectif mondial mais 10% de ses effectifs de cols blancs en Amérique du Nord et en Asie, soit 1400 postes supprimés d’ici à la fin septembre.


L'objectif n'est autre que de rassurer les actionnaires qui veulent voir monter l'action quitte à mettre des salariés à la porte.

 

D'ailleurs, dans son communiqué, Ford déclare que « Réduire les coûts et devenir aussi léger et efficace que possible font toujours partie de cette stratégie ». Ce discours qui rassure les actionnaires est loin de rassurer les salariés du groupe !


Rappelons que Bob Shanks, directeur financier de Ford, avait annoncé en septembre dernier que le constructeur chercherait à réaliser environ 3 milliards de dollars d’économies par an en 2017, 2018 et 2019. Ces suppressions de postes sont à des années lumières de couvrir cette somme, ce qui ne laisse rien présager de bon pour la suite.


Du côté de FAI ?


Du côté de FAI, nous avons eu droit à un flash intox signé Ford Europe qui n'a d'autre but que d'éteindre les braises puisque dès que le sujet de supprimer des emplois ou même une usine vient sur la table, nous nous sentons directement menacés. Et Ford ne fait rien pour nous rassurer dans les faits, loin de là.


Donc Ford Europe déclare que "Nous voulons clarifier que chez Ford, en Europe, [...], il n'y a pas de plan pour réduire les effectifs."

 

Quoi ? Pas de plan pour réduire les effectifs ? Il est très facile de démontrer que tout ceci n'est que tromperie, mensonge et entourloupe:

 

1) L'usine de Ford Blanquefort ne connait que ça les réductions d'effectifs, et ce depuis 17 longues années !!! 2 PSE sont passés par là et depuis, aucun départ n'est remplacé par une embauche !

 

2) Une efficience de 7% est demandé chaque année à toutes les usines européennes dont FAI ! Il est évident que ce n'est ni plus ni moins qu'un plan de réduction des effectifs !

 

3) Ci-dessous, c'est l'effectif de FAI qui réduit à mesure que Ford lamine l'activité du site ! L'arnaque est plus clair avec des chiffres et un graphique, n'est-ce pas ?!

Ne nous laissons pas berner ! Il nous appartient de reprendre notre destin en main et de ne pas laisser les choses s'aggraver !

La CGT Ford le vendredi 19 mai 2017

Bonnes nouvelles n°352

Bonnes Nouvelles 352 (18 mai 2017).pdf
Document Adobe Acrobat [806.3 KB]

La CGT Ford le jeudi 18 mai 2017

La CGT Ford soutient les GM&S

Entre 2000 et 3000 personnes ont manifesté mardi à La Souterraine (Creuse), à l'appel des salariés de GM&S, mobilisés depuis décembre pour sauver leurs emplois menacés par la baisse des commandes de PSA et de Renault. Une mobilisation impressionnante pour cette petite ville de 6 000 habitants. Point culminant de leur lutte, la manifestation organisée par l’intersyndicale, CGT en tête, et soutenue par les élus locaux a drainé des délégations venues de toute la France dont celle de la CGT Ford.

 

Philippe qui a encore la faveur des médias suite à sa candidature à l'élection présidentielle a pu commenté dans la presse la situation générale dont la notre expliquant être venu «soutenir la lutte qui se déroule ici contre les logiques capitalistes qui détruisent nos emplois ici et ailleurs» : «Moi aussi je suis ouvrier de l’automobile, je bosse à Ford qui vient d’annoncer 20 000 suppressions de postes dans le monde et cela risque de nous concerner directement.» Il était aussi venu «saluer le combat de ces salariés et rappeler que c’est aussi par les luttes sociales et la résistance, avec le soutien des populations que les choses pourront changer et le rapport de force s’inverser».

 

Au milieu du site trônent toujours des bonbonnes de gaz et des panneaux sur lesquels on peut lire «on va tout péter», les salariés ont "piégé" leur usine la semaine dernière pour attirer l’attention sur leur sort.

 

Partis vers 16 heures de l’usine GM&S, les manifestants ont rejoint la mairie de la ville, à près de 4 kilomètres de la zone industrielle. Un chariot-élévateur de 20 tonnes arborant les portraits en noir et blanc des 279 salariés, ouvrait le cortège : «Ils ne sont pas que des chiffres.» A l’arrivée, le député PS de la Creuse et maire de Guéret, candidat aux législatives, a pris la parole. «J’accuse Peugeot et Reunault de non-assistance à département en danger», a-t-il notamment lancé.

Sources : Cgt-Ford & Libération

Nos photos :

La CGT Ford le mercredi 17 mai 2017

La presse du jour

Quel avenir pour FAI dans ce contexte de suppressions d'emplois ?

La CGT Ford le mardi 16 mai 2017

Ford va supprimer des milliers d'emplois à travers le monde

Source : AFP (Agence France Presse)

New York (awp/afp) - Le constructeur automobile Ford, confronté au ralentissement du marché automobile américain, envisage de supprimer des milliers d'emplois à travers le monde, afin de faire des économies et d'améliorer sa rentabilité.

 

Le deuxième groupe automobile américain en termes de ventes devrait annoncer ces suppressions d'emplois dans les prochains jours, a indiqué dans la nuit de lundi à mardi une source proche du dossier à l'AFP sous couvert d'anonymat.

 

Ford, qui emploie actuellement 202.000 personnes, temps plein et partiel inclus, pourrait licencier jusqu'à 20.000 salariés, soit 10% de ses effectifs, a dit la source, confirmant des informations du Wall Street Journal (WSJ).

 

Les suppressions de postes prochaines devraient toucher la plupart des marchés dans lesquels évolue Ford, selon la source proche du dossier. Sous la pression du président américain Donald Trump, Ford avait renoncé en début d'année à délocaliser vers le Mexique toute sa production de citadines, dont les ventes américaines ont pourtant plongé sous le coup de bas prix de l'essence à la pompe. Il s'est même engagé à créer 700 emplois dans l'Etat ouvrier du Michigan (nord des Etats-Unis).

 

- Promesse faite à Trump -

 

La marque à l'ovale bleu, dont le PDG Mark Fields est sous la pression d'actionnaires pour clarifier sa stratégie, espère que la cure d'austérité va lui permettre d'économiser quelque trois milliards de dollars dès cette année, ce qui doperait, selon la source, ses bénéfices au moment où plafonnent les ventes de véhicules aux Etats-Unis.

 

Ford a vendu 214.695 voitures neuves en avril, soit 7,2% de moins qu'en avril 2016, sur fond de recul général des ventes. Les experts affirment que 2017 serait la première année de baisse des ventes de voitures depuis 2009 aux Etats-Unis.

 

"Nous n'avons pas encore annoncé de mesure d'économie concernant les salariés et ne commentons pas non plus les spéculations", a déclaré à l'AFP un porte-parole de Ford.

 

"Nous restons concentrés sur trois priorités stratégiques qui vont créer de la valeur et générer une croissance des bénéfices (...) Réduire les coûts et devenir aussi leste et efficace que possible font partie de ce travail", a ajouté Mike Moran.

 

Ford s'est vu dépasser par Tesla en terme de capitalisation boursière en avril, alors que le spécialiste californien des véhicules électriques produit à peine 100.000 voitures par an, contre des millions au groupe de Dearborn (Michigan, nord). Mais la communauté financière estime que Tesla est mieux armé que Ford pour dominer les nouveaux moyens de transport du futur, en l'occurrence les voitures autonomes.

 

Le PDG Mark Fields a pourtant multiplié les investissements ces dernières années dans les technologies, en rachetant des startups spécialisées dans l'intelligence artificielle, en renforçant la présence de Ford dans la Silicon Valley (ouest des Etats-Unis) et en promettant que le constructeur automobile fera partie des premiers groupes à commercialiser un véhicule sans chauffeur.

 

Ford a ainsi enregistré au premier trimestre une explosion de 7% de ses coûts, principalement à cause d'une hausse des prix des matières premières, des contrats de garantie de qualité et des investissements. Le bénéfice net trimestriel a en conséquence chuté de 35,3% à 1,59 milliard de dollars, et la marge est passée de 5,4% au premier trimestre 2016 à 4,4%.

 

Le constructeur a averti que le ralentissement des marchés automobiles chinois et américain, les deux premiers au monde, qui l'incite à effectuer de grosses promotions pour éviter d'avoir des stocks importants, pourrait affecter ses bénéfices.

 

afp/rp

Le mardi 16 mai 2017

Compte-rendu de la réunion CHSCT

du 10 mai 2017

sur la réorganisation sur la 6F35

et les tensions sur le Kitting

  1. Tensions sur le kitting

 

Les délégués du kitting ont commencé par dénoncer l’attitude de la hiérarchie durant ces dernières semaines qui consiste à mettre la pression sur les salariés du kitting, des pressions injustifiables d’après eux car les objectifs de production sont atteints. Pourquoi faudrait-il toujours produire plus et ce avec toujours moins de personnel ? En 2-3 ans, l’effectif est passé de 23 à 8 salariés et la production n’a diminué que de 564 à 500 kits par équipe ! Les tensions constatées sur ce secteur proviennent bien de cette diminution des effectifs avec une pression accrue pour réaliser une charge de travail plus importante.

 

Il était important pour le CHSCT et les collègues du kitting que puissent être discutées ces difficultés actuelles. D’autant plus qu’un collègue a récemment « craqué » pendant le travail, partant en pleurs à l’infirmerie, en partie au moins à cause d’un climat conflictuel. Ce qui montre l’urgence de la situation. D’autant plus aussi que les délégués du secteur se disent victimes d’une attitude agressive allant jusqu’à une forme de harcèlement de la part d’une partie de la hiérarchie. Une situation qui aurait commencé en ce début d’année avec les premières mobilisations pour l’avenir des emplois.

 

Les responsables, invités aussi à cette réunion du CHSCT, ont nié toute forme de harcèlement ou même d’intervention particulière durant la dernière période, disant qu’ils n’avaient aucun intérêt à provoquer des incidents dans le travail, que leur seul souci était d’assurer la production, qu’il y avait certes une politique qui visait à produire avec moins de salariés mais que cela n’avait aucune conséquence sur l’ambiance.

 

Les délégués ont regretté que des responsables leur reprochent la dégradation du climat, ils ont remis une pétition signée par la totalité des salariés de l’équipe du kitting, réfutant l’accusation de la hiérarchie contre les délégués CGT.

 

Il a été décidé de revoir l’organisation du travail, de revoir les calculs en effectif, de revoir les besoins avec l’objectif d’améliorer le climat et les conditions de travail.

 

  1. Réorganisation du travail sur la 6F35

 

Le CHSCT a rendu son avis sur la réorganisation du travail sur la 6F35. Les 2 membres cadres ont donné un avis favorable avec la demande d’une phase d’observation. Les 3 membres ouvriers ont donné un avis défavorable détaillé par la lecture d’une document (voir en annexe sous ce compte-rendu) reprenant l’historique récent des réductions de personnel qui se traduisent par une charge de travail supplémentaire, par une dégradation des conditions de travail, par de moins en moins de souplesse, par des tensions accrues dans l’équipe comme avec la hiérarchie, rejoignant le problème rencontré au kitting. Le RS de la CFTC a aussi exprimé un avis défavorable sur la réorganisation.

 

Il a été décidé de mettre en place un cahier de suivi, comme proposé par l’avis des membres ouvriers (CGT), qui serait placé sur la table du Work-group, à la disposition de tous les salariés. Un cahier qui servirait de base pour un groupe de travail (aussi proposé dans l’avis des 3 membres CGT), qui se réunirait tous les 15 jours, assurant ainsi une surveillance de la nouvelle organisation, permettant ainsi de répondre rapidement aux difficultés remontées par les salariés.

 

Le groupe de travail mis en place est composé de : Mrs Maratra et Perpignan pour les responsables du secteur, de Mme Sanson et Mrs Gonzalez et François pour le CHSCT.

Avis des membres CGT (majoritaires)

sur la réorganisation de la 6F35

Tout d’abord la méthode de mise en place de cette réorganisation reste, une fois de plus, discutable. Une première présentation a été faite en CE alors que le point n’était même pas à l’ordre du jour, et si les membres CGT du CHSCT et du CE n’en faisait pas la demande, vous n’auriez pas informé ni consulté le CHSCT.

 

Ensuite et évidemment, l’information et la consultation du CHSCT se fait une fois que la réorganisation est déjà réalisée sur papier et commencée à être mise en place sur le terrain. Vous aviez dit vous-même que vous feriez des présentations au CHSCT en sous-groupes pour avis et recommandations, même ce minimum n’a pas été respecté. Les instances représentatives du personnel sont encore mises devant le fait accompli.

 

L'assemblage est un secteur où l'absentéisme a toujours été plus élevé que dans les autres secteurs, avec la logistique, et ce sont deux secteurs très touchés par la réorganisation. Un travail d’amélioration avait été fait avec la participation du CHSCT sur les conditions de travail au repacking, ce qui avait permis à terme de faire baisser l’absentéisme. Une surveillance particulière doit être faite sur la logistique et le repacking afin que la nouvelle organisation ne vienne pas dégrader les améliorations effectuées. Il faut qu’un suivi du taux d’absentéisme soit fait sur chaque secteur touché par la nouvelle organisation.

 

Les départs de salariés en retraite sur les secteurs précités ne sont pas chiffrés précisément mais déjà vous dites (lors de la réunion CHSCT/CE du 6 avril 2017) que l’efficience couvrira ces départs, augmentant de fait la charge de travail de ceux qui restent. Il faut un recensement des prévisions des départs en retraite afin d’anticiper les remplacements.

 

La flexibilité va être augmentée mais il faut s’assurer que les rotations de personnel soient possibles en tenant compte des réserves médicales, des temps partiels thérapeutiques, du taux élevé d’absentéisme et de la moyenne d’âge du personnel. Avec cette flexibilité, ce sont des volumes qui augmentent avec le personnel qui diminue comme aux Carriers et au Kitting.

 

Par expérience, nous savons qu’à chaque réorganisation, modification, aménagement ou suppression de postes, c’est de la charge de travail qui est rajoutée aux salariés des postes situés autour (pour exemple l’OP20.1 du Kitting où les salariés y laissent de leur santé). De plus, parfois les horaires sont changés pour certains salariés sans tenir compte ni de leur âge ni de leur vie familiale.

 

Alors que l’organisation n’est pas complètement mise en place, un salarié a déjà craqué psychologiquement. Ceci dans un contexte où l’ambiance s’était tendue suite au déplacement de la table Work Group juste en face de la ligne du Kitting, ceci étant interprété par la majorité des salariés un renforcement de la surveillance de la part de la hiérarchie qui a finalement fait marche arrière en remettant la table à sa place initiale.

 

Il y a encore des points d’incompréhension qui rajoutent une pression supplémentaire : la production journalière remonte à 500 boites alors qu’en même temps les prévisions de volume annuel diminuent. Du coup des jours de fermeture d’usine supplémentaire sont déjà programmés pour cet été. Une stratégie surprenante et illogique. Il y avait sans doute là un moyen d’améliorer les conditions de travail en lissant les productions sans rajouter des jours de fermeture, vous n’avez pas fait ce choix.

 

Cette liste n’est pas exhaustive et nous pensons qu’au bout du compte, ce sont les conditions de travail qui se dégradent en favorisant une augmentation importante des risques psychosociaux et la multiplication de TMS.

 

En conséquence de toutes nos inquiétudes et doutes exprimés ci-dessus, nous rendons un avis défavorable à cette nouvelle organisation.

 

Ceci-dit, nous proposons une période d’observation allant jusqu’aux vacances d’été pour anticiper et résoudre les difficultés dès leur apparition. Nous pourrions ainsi mettre en place un suivi régulier incluant :

 

- l’information de l’ensemble du personnel 6F35 pour une présentation de l’organisation avec les différents changements envisagés.

 

- l’élaboration d’un cahier de suivi dans chaque Work Group afin que chaque salarié puisse y noter des problèmes rencontrés suite à la réorganisation.

 

- la mise à disposition aux membres du CHSCT des fiches « outil d’évaluation des caractéristiques de poste », des analyses MUSKA des postes concernés par la nouvelle organisation.

 

- l’organisation de réunions tous les quinze jours avec les membres du CHSCT et les responsables de la 6F35 pour faire le point des difficultés rencontrées.

 

Les membres : Sandra Sanson, Thierry Chat, Philippe Poutou

Le RS Cgt : J.Christian Gonzalez

La CGT Ford le samedi 13 mai 2017